L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Xavier Niel : «Un entrepreneur est plus capable de changer le monde qu’un politique»

News en temps réel - Info en temps réel & Utile 7J/7 le Mardi 3 Octobre 2017 à 08:04 | Lu 230 fois

Xavier Niel, créateur de Free, a discuté innovation, management, fiscalité ou encore politique avec quatre entrepreneurs qui l'ont interrogé, dans les locaux parisiens de son gigantesque campus de start-up.



Xavier Niel fait partie de ces chefs d'entreprise qui fascinent autant qu'ils intriguent. Certains bouts de son parcours lui collent aux talons comme un vieux chewing-gum mais lui servent aussi à marquer sa différence : Minitel rose, accusations de proxénétisme aggravé l'ayant conduit un mois en détention provisoire, soldées in fine par un non-lieu... On retient surtout qu'il a bâti Free, le trublion d'Internet et de la téléphonie avec ses forfaits à prix cassés. « Si t'as Free, t'as tout compris » est la signature publicitaire d'une vraie rupture d'un marché des télécoms à l'époque verrouillé par Orange, Bouygues et SFR.

L'homme d'affaires, neuvième fortune de France, admet que la conception des produits l'intéresse davantage que le management. Des méthodes d'ailleurs dénoncées par les équipes de l'émission « Cash Investigation », diffusée mardi dernier sur France 2, mais que l'intéressé réfute. Ce qui continue de l'amuser, c'est innover et investir. En témoignent son École 42, dédiée à la formation des développeurs, et Station F, le plus grand campus d'entrepreneurs au monde, inauguré en grande pompe, en juin, dans le 13e arrondissement parisien. Plus convaincu de l'impact d'Uber sur la société que la politique, ses ambitions sont claires : attirer des profils d'entrepreneurs variés et pousser la création d'entreprises en France.

Quatre entrepreneurs l'ont intérrogé : Dario Spagnolo, 24 ans, fondateur de la société O'Clock basée à Colombes (Hauts-de-Seine), Anne-Claude Pont, 57 ans, qui finance des projets innovants, Georges Lotigier, 58 ans, entrepreneur dans la cybersécurité à Hem (Nord), et Benjamin Cohen, 32 ans, cofondateur de Fasteesh à Lyon (Rhône). 

«Chef d'entreprise, c'est une suite de mauvaises nouvelles»

Dario Spagnolo. Quelles sont les étapes clés de l'épopée Free, alors que la Freebox vient de fêter ses 15 ans ?

On est partis d'une feuille blanche et on a essayé de penser cette entreprise différemment. J'ai l'impression que c'était il y a quinze jours ! On a continué de s'amuser. Pourtant, la vie de chef d'entreprise, c'est une suite de mauvaises nouvelles. Parallèlement, il faut toujours innover. Ce n'est pas parce que c'est fait comme ça partout qu'il faut faire pareil. La vraie clé, c'est de passer d'une entreprise de quelques centaines de personnes à plus de 10 000 et voir comment la structure est capable de grossir.

Anne-Claude Pont. Justement, Free est peu présent à l'étranger. Est-ce délibéré?

Une start-up américaine crée un produit pour le monde. Nous, on le pense pour la France ! Néanmoins, les télécoms sont des marchés très locaux, à plus de 40 Mds€, soumis à des licences et des régulations complexes. Cela dit, on a obtenu une nouvelle licence de téléphonie mobile en Italie. On sera là-bas dans quelques mois en espérant bouleverser ce marché. Pour garder l'esprit start-up, il faut continuer à avoir de la croissance.

Georges Lotigier. Vous dites être l'inverse d'un patron. C'est un gros mot ?

L'image historique me met mal à l'aise : celui qui sait tout, domine tout... Il y a un aspect péjoratif, surtout dans les manifestations. Une entreprise, c'est une équipe. Il peut y avoir un leadeur, un guide, quelqu'un qui la fait avancer. Je ne suis pas sûr que l'image du patron à l'ancienne corresponde à ce dont ont besoin les start-up technologiques.

Benjamin Cohen.Qui vous inspire ?

Je n'ai pas de mentors ni d'idoles. C'est bien de s'inspirer de ce que font les autres, mais de là à transformer un chef d'entreprise en une forme de Dieu vivant...

Des entreprises peut-être ?

Plein ! J'ai du mal à ne pas citer Apple. Je pense aussi à OVH, une entreprise située à Roubaix. Son fondateur, Octave Klaba, est un génie. Il a créé, tout seul, un des plus grands opérateurs d'hébergement et de cloud dans le monde. Je suis cent fois plus impressionné par cette entreprise que par des personnages plus classiques.
Georges Lotigier. En un an, 24 % des entreprises ont financièrement subi la cybercriminalité.

Comment y remédier ?

La cybercriminalité est d'autant plus agressive qu'on peut être piraté par des personnes au bout du monde. On est protégés par des lois sur la vie privée mais qui ne facilitent pas la lutte contre la cybercriminalité. On devrait être plus forts sur ces sujets.

Chez Free, comment vous protégez-vous ?

On a toujours été très sensibilisés car on a fait quelques bêtises étant plus jeunes. Avec Nicolas Sadirac (NDLR : cofondateur de l'Ecole 42), la rumeur dit (rires) qu'on s'est rencontrés il y a 30 ans en étant convoqués par des enquêteurs pour une histoire de piratage... Nous faisons nous-mêmes la totalité de nos logiciels. L'intérêt à nous pirater est plus faible que pour des fournisseurs utilisant des logiciels propriétaires.

Anne-Claude Pont. Minitel, Internet... Quel est le prochain virage dans la téléphonie?

Dans vingt-cinq ans, je suis sûr que la table autour de laquelle nous nous trouvons sera connectée ! Je ne sais pas à quoi, ni pourquoi, mais tout sera connecté. Il n'y a pas de révolution attendue dans la manière d'amener du réseau dans les télécoms. La vraie « disruption », c'est savoir ce que l'on connecte, jusqu'où et à quelle vitesse.

Pour Xavier Niel, « on a besoin de pousser les gens à investir dans les start-up. Les Français sont parmi les plus faibles investisseurs ». LP/Jean-Nicholas Guillo
«A Station F, 40 % des start-up sont fondées par des femmes»

Anne-Claude Pont. Quels profils d'entrepreneurs cherchez-vous pour StationF?

L'entrepreneur moyen français a fait une grande école, est blanc, issu d'un milieu favorisé. Bien qu'autodidacte, je m'intègre dedans. N'est-on pas capable de créer un autre type d'entrepreneuriat avec plus de femmes, de personnes issues de milieux plus défavorisés, de la diversité ethnique, religieuse ?

Benjamin Cohen. Comment vous y prenez-vous ?

Notre campus est dirigé par des femmes dont Roxanne Varza, américaine d'origine iranienne. Résultat : ici, on a 40 % de start-up fondées par des femmes. En mélangeant ces profils variés avec nos talents habituels, on aura des entreprises plus grandes qui fonctionnent mieux.

Dario Spagnolo. Et pour les jeunes défavorisés ?

Etre chauffeur Uber peut être la porte d'entrée vers l'entrepreneuriat. Avec un petit truc de plus, le jeune des quartiers difficiles peut créer sa boîte. On a besoin d'exemples de jeunes qui ont créé leur entreprise pour la revendre rapidement et faire une plus-value. Ils doivent donner envie à d'autres de se lancer.

Georges Lotigier. La France a-t-elle besoin d'un mastodonte pour concurrencer les GAFA (NDLR : Google-Apple-Facebook-Amazon)?

On est en train de devenir la deuxième place au monde pour les start-up. On part de très loin mais tout le monde s'y met. Quand vous interrogez des jeunes de 18 à 25 ans, 50 % répondent vouloir devenir entrepreneur. Mais moins de la moitié essaie. Plus on a de monde pour tenter de créer une entreprise, plus on a de chances d'avoir des succès. Si on veut un équivalent des GAFA, il faut plus de tentatives.

Et plus de soutiens...

Aujourd'hui, vous pouvez toucher le chômage et être créateur d'entreprise, être financé par BPI France ou le Crédit d'impôt recherche. On aide tellement les petites entreprises que quand elles deviennent grosses et ne reçoivent plus le même niveau de soutien, elles ne comprennent pas pourquoi. Elles entrent dans la vraie vie et sont confrontées aux investisseurs classiques. Or, ces derniers cherchent à gagner de l'argent. A Paris ou à New York, ils veulent investir 100 et gagner 300. Quand j'entends « je n'arrive pas à être financé parce que je suis en France », je réponds : « C'est parce que ton projet n'est pas bon ».

Benjamin Cohen. Il faut donc être tenace...

Si on n'est pas positif, que l'on croit que l'on n'a aucune chance, créateur d'entreprise n'est pas le bon métier. Il faut de l'espoir et même de la naïveté.

Est-il réaliste de fabriquer en France un produit technologique?

Il y a un siècle, si vous n'aviez pas les moyens de créer l'usine, vous n'aviez pas les moyens de créer votre produit. Le digital a rebattu les cartes. Facebook, eBay... ont été créés chez leurs inventeurs. L'investissement devient très faible pour créer des boîtes mondiales. Ce qui est fantastique dans le logiciel, c'est que si ça marche, vous restez dix dans un bureau même avec un million de clients. L'investisseur trouve ça génial. Quand vous fabriquez un produit, il faut des usines. Les investisseurs aiment moins.

Le Made in France est-il possible ?

Pour un produit de masse en grande série, c'est dur. Nos Freebox sont fabriquées en Tchéquie et en Asie. À l'inverse, si le produit est de luxe ou en petite quantité, c'est plutôt conseillé.
«Les jeunes créateurs n'ont pas assez souffert»

Anne-Claude Pont. Quelles réformes jugez-vous prioritaires pour la France?

Il faut tout mettre en oeuvre pour aider à la création d'entreprises. Chez Free, on a les moyens de gérer les problèmes coûteux - sociaux et juridiques - et non liés au produit. Vous, entrepreneurs, vous n'allez pas développer votre entreprise si vous vous consacrez trop à l'administratif. Il faut donc une simplification. À Station F, on a tous les services de l'Etat (NDLR : Pôle emploi, Urssaf, La Poste, INPI) pour faciliter les démarches.

Et pour l'investissement ?

On a besoin de pousser les gens à investir dans les start-up. Les Français sont parmi les plus faibles investisseurs. Une mesure simple serait de faire disparaître toute forme de taxation sur l'argent investi comme le « love money » (NDLR : soutien financier des proches). C'est de l'argent productif qui aide au développement du pays.

Benjamin Cohen. La loi Travail va-t-elle dans le bon sens ?
Est-ce qu'elle change quelque chose pour votre entreprise ?

Oui, ça assouplit...

Si elle simplifie, la loi Travail est une bonne loi pour Free. C'est vous, entrepreneurs, qui avez besoin de ces lois qui n'empêchent pas d'embaucher et créent des emplois.

Anne-Claude Pont. Auriez-vous un conseil à donner à Emmanuel Macron ou Edouard Philippe ?

Le Code du travail protège bien. Il faut juste le rendre plus compréhensible pour l'employeur et le salarié. Et créer de la stabilité. La fiscalité change tous les ans...

Dario Spagnolo. Xavier Niel en politique, c'est pour quand ?

Ce sont deux métiers différents. Un entrepreneur avec une bonne idée, du boulot, de la chance, est plus capable de changer le monde qu'un politique. Uber et Airbnb ont plus changé la vie de nos villes ces dix dernières années que n'importe quelle décision. Ce n'est pas parce que vous avez Donald Trump qu'il y a moins de start-up qui se créent aux Etats-Unis. En France, on a un président qui aime sincèrement les start-up. On permet à un étranger d'obtenir rapidement un visa pour fonder la sienne. À Station F, des Chinois ont préféré la France aux Etats-Unis !

Georges Lotigier. Vous avez fait parfois des mauvais choix. Certains vous ont même conduit en prison. Quel est le poids aujourd'hui de ces expériences ?

Les entrepreneurs n'ont pas tous un parcours parfait et linéaire. C'est ce qui vous renforce et vous fabrique. On n'est que l'accumulation de nos échecs. Sur la base de ces erreurs, vous êtes capables de créer.

Se tromper est nécessaire...

Le jour où vous avez un gros problème, vous êtes content d'en avoir eu plein de petits. Le souci avec les jeunes créateurs d'entreprises que l'on trouve brillants est qu'ils n'ont pas assez souffert. Vous avez 20 ans, tout est blanc, idyllique. C'est bien, vous avez une forme de naïveté et d'énergie, mais vous n'avez pas l'épaisseur du cuir pour résister. Un microproblème administratif vous semble soudainement une montagne.

«On a besoin de 10 000 développeurs par an»

Dario Spagnolo. L'école 42 et les nouvelles formations suffiront-elles à répondre à la pénurie de développeurs ?

Il faut additionner les initiatives comme votre école et « 42 ». La Grande École du Numérique, créée par l'Etat sous François Hollande, est aussi une bonne idée. En France, on a besoin de 7 000 à 10 000 développeurs en plus par an. « 42 » forme sur trois années. Ce sont 3 500 élèves, dont 1 000 nouveaux chaque rentrée. On va essayer de doubler. Mais ce sera insuffisant.

Benjamin Cohen. Allez-vous révolutionner l'éducation comme vous avez révolutionné les télécoms ?
Les écoles de code coûtent 30 000 €. Seulement 10 % ou 20 % des Français ont la possibilité de payer ça à leurs enfants. « 42 » peut sembler révolutionnaire parce qu'il n'y a pas de professeurs.

Mais la révolution, c'est d'aller chercher des populations différentes. Des jeunes dont les parents n'ont pas les moyens de payer ces écoles, des personnes issues de la diversité. Parce que les bourses ne permettent pas de vivre. Or, quand on sort de « 42 », on a 30 000 à 40 000 € de salaire !

Dario Spagnolo. Le modèle École 42 peut-il se dupliquer à d'autres métiers ?

Non, car tout le monde n'est pas réceptif à cette méthode d'apprendre à plusieurs, en partageant ses connaissances. Ce n'est pas une réponse absolue aux problèmes de l'Education nationale...

Georges Lotigier. L'École 42 fait-elle la place à un cursus en cybersécurité?

On a des petits programmes « sécurité » que les élèves adorent. C'est à la mode « 42 » : on leur fait faire de vrais piratages. Sur les 800 qui sortent chaque année, probablement une centaine auront ce savoir-faire.

Dario Spagnolo. L'intelligence artificielle va-t-elle nuire aux développeurs ?

Mais l'intelligence artificielle, on en fait tous depuis 15 ans dans les télécoms ! À l'époque, on apprenait un seul langage informatique. Aujourd'hui, les jeunes apprennent plusieurs langages, on leur apprend à évoluer. Les développeurs sauront s'adapter.

Ce ne sera jamais le rôle d'une machine ?

Il faut la programmer la machine ! L'intelligence artificielle ne reproduit que des choses assez théoriques. Sur un certain nombre de jeux, la machine a gagné contre des champions grâce à l'intelligence dite artificielle. Mais c'est juste qu'elle a analysé beaucoup de données et qu'elle n'a pas joué classiquement.

« Aujourd'hui, 20 % des start-up font le même truc »

Anne-Claude Pont. Accompagnez-vous personnellement les start-up dans lesquelles vous investissez ?

Pas assez ! Ça veut dire non (rires). J'ai commencé à titre personnel à investir dans les start-up dans les années 1998-1999 et aujourd'hui je le fais via un fonds d'investissement (NDLR : Kima Ventures, créé en 2010). On investit dans deux ou trois start-up par semaine sur les 50 dossiers qu'on reçoit. Au total, on a un portefeuille de plus d'un millier d'investissements, dont la moitié à l'international. Notre objectif, c'est d'aider les entreprises qui démarrent à avoir des fonds. On a une équipe installée ici, à Station F, qui gère ça.

Dario Spagnolo. Des start-up craignent de faire entrer des investisseurs. Est-ce justifié ?

Aujourd'hui, on a l'impression que c'est naturel de lever des fonds. Beaucoup d'activités ne nécessitent pas de trouver des investisseurs. Donc il n'y a pas besoin d'aller les chercher si on n'en a pas besoin. Ça veut dire qu'on a des actionnaires puissants qui détiennent une grosse partie du capital de leur entreprise.

Benjamin Cohen. Quelles sont les technologies sur lesquelles vous misez ?

Aucune en particulier. On essaie juste d'éviter les modes. Chaque jour, on a 20 % de start-up qui font le même truc... On mise plutôt sur des idées vraiment nouvelles. Ce qu'on préfère, c'est investir sur des hommes. Souvent on valide un projet en se disant : le projet, peut-être, mais on est tombé sur un mec ou une fille qui a envie de bouffer le monde. Une très bonne idée avec un mauvais entrepreneur, on ne va rien faire. Un bon entrepreneur avec une mauvaise idée, on peut essayer de faire quelque chose.

Xaviel Niel, bio express
1967. Naissance à Maisons-Alfort (Val-de-Marne).
1985. Première entreprise créée.
1986. Baccalauréat.
1990. Création d'Iliad, groupe de télécommunications.
1999. Lancement de Free (fililale d'Iliad).
2010 à 2017 : Kima Ventures, Ecole 42, Station F.

Info en temps réel & Utile 7J/7
Mardi 3 Octobre 2017
Vu (s) 230 fois



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Septembre 2017 - 07:53 Les pays des millionnaires

Automobile | Mode | Innovation | Inspiration | Bien être | Science Tech | Mobile | Insolite | Confidence | Buzz du net | High -Tech | Histoires vécues | Revélation | Amour & Couple | La Femme | Beauté | Bébé - Enfant | Grossesse | Santé | Sexualité | Mariage | Informatique | Conseils | Nutrition | Scandale | Hommes Leaders | Femmes Leaders | Science Tech | Bon à Savoir | Trucs & Astuces | Immigration | La Diaspora Ivoirienne | Diaspora Africaine | Diaspora - Infos Utiles | News People | News Showbiz | Sans Tabou








Bien Vivre en Bonne Santé



Les Articles les plus lus

Côte d'Ivoire : Étudiantes le jour, prostituées la nuit

0 Commentaire - 11/05/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Mauvaise nouvelle pour ceux qui se rasent les poils pubiens

1 Commentaire - 08/07/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Le stealthing, pratique sexuelle risquée qui se multiplie

0 Commentaire - 30/04/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Aidez-moi, je suis devenue la maîtresse de mon mari

0 Commentaire - 18/06/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Si vous avez du wifi à la maison ou au travail, lisez ceci !

0 Commentaire - 13/05/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7


Incroyable !