Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Voici le rapport très critique de la FIDH sur la Justice ivoirienne, bilan “très décevant

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Samedi 13 Décembre 2014 à 07:22 | Lu 411 fois



Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise post-électorale.

Depuis la fin de la crise post-électorale de 2010-2011, et l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire n’a toujours pas choisi entre “justice impartiale” et “impunité négociée pour certains auteurs de graves violations de droits humains”, affirme la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH), dans un rapport très critique publié le 11 décembre. Déjà en 2013, l’ONG s’était montrée sévère envers les actions entreprises par le pouvoir ivoirien pour solder les comptes de la crise.

Alors que plus de 150 personnes ont déjà été inculpées dans le cadre des enquêtes sur les violences commises entre décembre 2010 et mai 2011 – qui ont fait près de 3000 victimes -, la FIDH rappelle que “seulement deux d’entre elles appartiennent au camp pro-Ouattara”. Rappelant une à une les promesses faites par les autorités ivoiriennes en la matière, l’organisation affirme que la réalisation de celles-ci se heurtent en réalité à de véritables blocages, que seule “une réelle volonté politique au plus haut de l’État” pourrait permettre de dépasser.

Des institutions opaques et désorganisées

Tout d’abord, au niveau des organisations créées pour aider à la réconciliation nationale : la Cellule spéciale d’enquête et d’instruction (CSEI) et la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR). Ainsi la CSEI, créée en décembre 2013 (en remplacement de la CSE lancé en 2011) et chargée d’enquêter sur les crimes commis pendant la crise post-électorale, a-t-elle mis près de dix mois à être effectivement mise en place, sans que ne soit réglée la question de son budget. De quoi ralentir considérablement les quelques enquêtes lancées.

Quant à la CDVR, créée en 2011 et qui a achevé sa mission en octobre 2014, elle se caractérisait, selon la FIDH, par son “opacité” et son “manque de méthodologie”. Sur les 70 000 auditions de victimes réalisées sur l’ensemble du territoire et les 80 auditions publiques, aucune n’a été retransmise à la télévision, contrairement à ce qui avait été d’abord annoncé. Le processus judiciaire n’a jamais réellement été expliqué aux victimes et le rapport final se fait toujours attendre. Bref, le bilan est “très décevant” pour l’ONG.

Toujours en attente de procès

En ce qui concerne les procédures judiciaires en cours, là aussi le bât blesse. Le premier procès des crimes de la crise post-électorale qui devait se tenir en octobre dernier a été reporté sine die. C’est au cours de ce procès pour atteinte à la sûreté de l’Etat que doivent notamment être jugés Simone Gbagbo, Michel Gbagbo et Pascal Affi N’Guessan, actuel président du Front populaire ivoirien (FPI).

Les autres procédures judiciaires concernant les crimes les plus graves sont toujours en cours.

Cependant les inculpations ne concernent en grande majorité que des “pro-Gbagbo”. Dans l’autre camp, seuls l’ancien chef de milice Amadé Ouérémi, qui a sévi plusieurs années dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, et Ahmed Sanogo, ancien membre présumé du commando invisible, ont été inculpés en mai 2013 et en mai 2014. Les rares membres des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) qui ont été convoqués par la CSEI ne se sont tout simplement pas présentés devant la cellule. “Il en ressort que les éléments FRCI visés par ces convocations sont à un niveau ou un autre protégés”, ajoute le rapport.

Sur le dossier des attaques du camp de Nahibly, près de Duékoué, en juillet 2012 (7 morts et des dizaines de disparus), le constat est tout aussi sévère : “Pas un acte n’a été posé dans ces instructions depuis le mois de juin 2013, soit depuis un an et demi”

Jeuneafrique

Afrik53.com : Infos 7J/7
Samedi 13 Décembre 2014
Vu (s) 411 fois



1.Posté par ALLEHAHUN le 15/12/2014 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vieux journal de l'Afrique FrançAfrique, les vrais fils de l'Afrique refusent que vous vous appesantissiez sur leur sort. Racontez ce que vous voulez à tes maîtres et comme çà, ils seront dans l'extase. Sachez seulement que l'aurore est déjà là et tout ce qui est enveloppé de ténèbres sera visible. Pour qui vous nous prenez; pauvres journalistes de jeuneAfrique; après avoir semé la zizanie, vous voilà redevenus des saints.
Vos chiffons ne nous intéressent plus car les scènes que vous racontez et qui sont truffés de mensonges sont nos vécus quotidiens et nul ne peut mieux le restituer que nous les acteurs. Par ailleurs, comme vous êtes souvent très proches des ONGs et principalement de la FIDH, dites leur que les vrais ivoiriens ont compris qu'il n'existe pas de droit de l'homme dans la tragédie qu'ils traversent et qu'ils se classent au rang des singes. C'est pourquoi ils sont en train d'être expropriés pour que leurs terres soient remises à de vrais êtres humains. Est ce que vous appréciez le degré de haine que avez faire germer dans le coeur des ivoiriens par vos mensonges et partis pris?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !