Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Visite du chef de l’Etat français à Abidjan: Faits et gestes de Hollande inquiétants pour Ouattara

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Mardi 22 Juillet 2014 à 09:19 | Lu 3038 fois



Le chef de l’Etat français, François Hollande, était en visite officielle en Côte d’Ivoire, le jeudi 17 juillet dernier. Décryptage d’un séjour au cours duquel il a rencontré pouvoir et opposition.

Le chef de l’Etat français, François Hollande, a achevé, hier, vendredi 18 juillet, une visite de 24h en Côte d’Ivoire. La première de son quinquennat, un peu plus de deux ans après son arrivée à l’Elysée. Au terme de son séjour ivoirien, chacune des forces politiques en présence, au regard de la situation de politique intérieure, a commencé à faire ses comptes.

Autrement dit, du côté de la coalition au pouvoir comme celui de l’opposition, chacun en est à se demander ce qu’il a pu gagner, ne serait-ce qu’au plan diplomatique, de la randonnée du patron de l’Elysée. Bien entendu, dès hier, les journaux proches du pouvoir s’appuyant sur quelques petites phrases du numéro un français, notamment celles relatives à son invitation lancée au Front populaire ivoirien (FPI) à participer au scrutin présidentiel de 2015, ont vite décrété une victoire politique du régime Ouattara sur l’opposition.

Mais à y regarder de près, de nombreux faits et gestes de François Hollande, ponctués d’autres petites phrases, montrent au contraire que même si l’hôte de la Côte d’Ivoire ne s’est pas voulu hostile au régime d’Abidjan, comme il a pu le laisser transparaître, il y a quelques mois, en République démocratique du Congo (RDC), à l’occasion du sommet de la francophonie, il n’a pas manqué de dire certaines choses qui devraient faire réfléchir Alassane Dramane Ouattara et ses hommes.

Une visite plus politique qu’économique

En effet, un décryptage à froid de la journée du président français en Côte d’Ivoire montre clairement qu’il s’est voulu très prudent tout au long de son séjour. D’abord à travers sa communication officielle. En effet, l’Elysée s’est efforcé, à travers divers messages relayés par la presse, de faire passer l’idée d’une visite à dominance économique. Mais à la vérité, quand on s’en tient au faible nombre de grands patrons français qui ont effectivement fait le déplacement d’Abidjan et au thème plutôt marginal de « la ville durable » choisi pour le forum économique, on ne peut que se rendre à l’évidence que la visite du président François Hollande n’était pas économique.

Sinon, comment comprendre que, dans un pays dont l’économie est avant tout agricole, ce soit les questions environnementales qui aient retenues l’attention du chef de l’Etat français. Il n’aurait pas voulu parler d’économie en Côte d’Ivoire, qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Il n’y a qu’à regarder la modicité des sommes en jeu dans les divers contrats signés à l’occasion de cette visite. Un peu moins de 50 milliards de fcfa. Pour fournir de l’eau potable à Gagnoa (34 milliards), construire une œuvre d’art (7,8 milliards), équiper des hôpitaux ivoiriens (8 milliards).

Dans un pays où après plus d’une décennie de guerre, tout est à refaire en termes d’infrastructures et d’équipements sociaux de base, sans compter le défi de l’industrialisation, il faut avouer que ça ne vole pas haut. A titre de comparaison, lors de la récente visite de François Hollande au Maroc, c’est environ 100 milliards de fcfa de prêt qui avaient été accordés au pays pour aménager ses zones industrielles. Sans compter les nombreux contrats relatifs aux énergies renouvelables, aux BTP et aux services etc. Comparaison n’est pas raison, mais en Chine, ce sont plus de 18 milliards d’euros de contrats qui ont été signés entre les deux pays. Clairement donc, même si la visite du président Hollande a été présentée comme à dominante économique, la pluie de milliards n’a pas eu lieu.

Reste maintenant le volet politique. Sur ce point, on connaissait les espoirs des uns et des autres. Par la bouche de son secrétaire général adjoint et porte-parole, on savait, en effet, que le RDR et son président Alassane Dramane Ouattara attendaient précisément de leur hôte qu’il fasse leur éloge. « Le président François Hollande vient apporter un soutien à la politique que mène le président Ouattara », avait annoncé Joël N’Guessan dans un communiqué officiel. Sur ce terrain, s’il est vrai que le numéro un français a eu quelques mots gentils à l’endroit de son homologue ivoirien.

Cependant, force est de reconnaître qu’il n’a pas été du tout tendre avec lui sur les questions de justice, de liberté d’expression et de démocratie. «Lorsqu’il y a des personnes qui commettent des exactions parce qu’elles sont dirigeantes de leur pays, elles relèvent de la Cour pénale internationale (CPI). Nous, la France nous soutenons les efforts de la justice internationale et nul ne peut s’y dérober », a déclaré François Hollande à l’occasion de la conférence de presse conjointe avec Alassane Ouattara tenue, vendredi, au palais présidentiel à Abidjan-Plateau.

Même si certains y ont vu une allusion au président Laurent Gbagbo, les mêmes propos peuvent s’adresser aux chefs de la rébellion armée qui plastronnent aujourd’hui au sommet de l’Etat. Surtout que le président français n’a pas manqué d’ajouter que : « des procès devraient avoir lieu, des procédures doivent être menées jusqu’au bout, même si parfois, nous nous plaignons du temps qu’elles prennent. Et lorsque ce sont des personnes qui relèvent de la justice de leur pays, nous faisons en sorte qu’il n’y ait pas de distinction entre les uns et les autres ».

S’agissant de la question des élections, sur lesquelles, certains ont vu un désaveu de la position du FPI, à la vérité, les propos de M. Hollande ont été plus nuancés. «Ce que je dirai à ce parti comme aux autres, il y a tellement de pays encore aujourd’hui, où il y a des interdictions, où il y a des empêchements, où les élections ne sont pas démocratiques que lorsqu’elles peuvent l’être, il faut saisir l’opportunité ne serait-ce que pour assurer la réconciliation », a-t-il expliqué. Plus clairement, cela veut dire qu’il faut faire en sorte que les élections soient transparentes. Puisqu’il précise : « lorsqu’elles peuvent l’être ».

Or justement, le problème en Côte d’Ivoire, c’est que les élections ne sont pas démocratiques. Ce qui peut sous-entendre que la France va agir pour qu’elles le soient. D’autant plus qu’elle souhaite que l’opposition significative y prenne part. Plus généralement, il n’a échappé à personne que le chef de l’exécutif français a soigneusement évité de se rendre à l’Assemblée nationale ivoirienne. Il l’avait pourtant fait au Maroc et en Algérie.

Hollande évite le Parlement ivoirien

Mais, la cerise sur le gâteau, il a consacré environ une heure d’échanges à l’opposition, avec comme bonus, un tête-à-tête avec le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan. Une « faveur » dont ne bénéficieront pas les opposants nigériens et tchadiens dont les griefs envers leurs différents chefs d’Etat ne manquent pas. Le chef de file de l’opposition tchadienne s’en est d’ailleurs publiquement offusqué sur les antennes de radio français, RFI, estimant que les intérêts sécuritaires de la France ne devraient pas conduire le président François Hollande à fermer les yeux sur les agissements dictatoriaux du président Tchadien, Idriss Déby. En ayant un tête-à-tête avec le président du FPI, au plan diplomatique cela signifie qu’il a mis le chef de l’opposition et le chef de l’Etat sur le même pied d’égalité.

Au regard de tout cela, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’opposition ivoirienne, même si elle n’a pas entendu les mots qu’elle voulait de la part du chef de l’Etat français, diplomatie oblige, elle a eu l’occasion de les dire par elle-même. A-t-elle été entendue ? L’avenir le dira. En attendant, elle n’a pas à rougir. La diplomatie ayant ses règles.

Guillaume T. Gbato
Notrevoie


Afrik53.com : Infos 7J/7
Mardi 22 Juillet 2014
Vu (s) 3038 fois



1.Posté par Hermann nda le 24/07/2014 15:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hollande n'a pas manqué d'ajouter ceci: " la France n'acceptera pas l'impunité ". Reste maintenant à savoir de quel côté l'impunité a pignon sur roue en ce moment en CI.

Nous aurons certainement quelques réponses avant la fin de cette année 2014.
Qui vivra verra !

2.Posté par Adams le 27/07/2014 11:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hum guillaume gbato, un quart d‘heure, c‘est la durée de l‘entretien du president français avec l‘opposition. Si pour toi cela constitue une egalité entre le pouvoir et le fpi, alors prenez des decisions et on va voir si elles seront appliquées. De toutes les façons vous pouvez continuer à rêver debout. Et puis concernant la manne financière, etant au pouvoir vous avez ramené combien? Vous qu‘on traitait d‘infrequentable!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !