Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Visite à l’Assemblée nationale française Les dessous du voyage de Soro L’ex-chef rebelle «déshabille» Ouattara

le Samedi 7 Juillet 2012 à 04:04 | Lu 820 fois



Visite à l’Assemblée nationale française Les dessous du voyage de Soro L’ex-chef rebelle «déshabille» Ouattara
Guillaume Soro, l’ex-chef rebelle fait président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a réussi le tour de force de se rendre à Paris pour y rencontrer son homologue français. Mais qu’était-il réellement allé chercher auprès de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale de France ? Les dessous d’un voyage des plus intrigants.

Contre toute attente, Guillaume Kigbafori Soro, ex-chef rebelle [en instance de poursuites de la Cpi pour les crimes de guerre et contre l’humanité commis par les ex-rebelles depuis 2002 et forces pro Ouattara en 2011, pendant la crise postélectorale] a réussi à se faire recevoir dans l’Hexagone, par son homologue français, Claude Bartolone, président du parlement de France. une carte de visite bien chargée pour un ancien rebelle, qui n’a pas manquer de susciter l’indignation des Ivoiriens, des parents de victimes et des démocrates de divers horizons.

Lesquels n’ont pas hésité à faire remarquer au chef du parlement français qu’il était indécent d’accorder, dans une «vieille» et «grande» «démocratie» comme la France, «pays des droits de l’Homme», quelque honneur à des
acteurs qui sont soupçonnés d’avoir du sang sur la main. D’autant plus que, selon nos sources, l’émission de mandats d’arrêt international contre «les chefs de guerre et les proches de Ouattara qui auraient pu commettre des crimes», comme l’a exigé la secrétaire d’Etat américain Hillary Rodham Clinton, lors de son séjour en Côte d’Ivoire Côte d’Ivoire les 16 et 17 janvier 2012, ne serait plus qu’une question de temps, d’opportunité et de diplomatie.

Pour marquer le coup de pub, le cabinet et la presse de Soro se font une fierté de noter que «Soro est la première personnalité ivoirienne reçue en audience officielle par le nouveau pouvoir socialiste en France». une façon d’affirmer, désormais, «la carrure internationale» du poulain de Ouattara. Tout en assurant le relooking
de l’ex-chef rebelle qu’on veut débarrasser, aux yeux de l’opinion internationale, de l’image du chef entouré de seigneurs de guerre bardés d’amulettes et de colifichets au corridor de Bouaké, le 19 septembre 2002. Ou encore
du chef de guerre donnant, sur France 24, dans la cour de l’Hôtel du Golf, en pleine crise postélectorale, des ordres aux forces pro Ouattara qui ont fait 100 morts à Duékoué le 29 mars 2011. Officiellement, «Les échanges entre les deux hommes ont porté sur le développement et la coopération parlementaire entre la France et
la Côte d’Ivoire».

Et il ne devrait y avoir rien de surprenant, du moment que «Cette visite du président de l’Assemblée nationale ivoirienne s’inscrit dans le cadre de l’offensive de la diplomatie parlementaire qui a conduit M. Soro à Singapour où il a été reçu le 27 juin (2012) par son collègue Michael Palmer». Mais Singapor n’est
pas la France. Et le mot est lâché : «offensive diplomatique». A quelle fin ? C’est en fait là que se situe tout l’enjeu d’une visite qui a choqué l’opinion.

«Offensive diplomatique» d’un ancien chef rebelle

Des sources dignes de foi confient que Soro ne s’est pas déplacé pour aller regarder la Seine à Paris. Il a de réels soucis. Notamment à propos du mandat d’arrêt que la Cpi à déjà apprêté contre lui. L’homme, allant jusqu’à brûler la politesse à son mentor Ouattara qui n’a pas encore eu les honneurs de la France sous François Hollande, a probablement effectué le déplacement de Paris pour demander officieusement à son homologue
français de soutenir et de défendre son immunité parlementaire quand l’heure sera venue de répondre devant
la Cpi.

Quand le glas sonnera. Quitte à livrer les chefs de guerre comme hors-d’oeuvre, le temps de trouver une parade plus durable après les législatives de 2015. En contrepartie, Soro pourrait faire quelques concessions qui porteraient sur le démantèlement de l’ex-rébellion. un mouvement armé qui sert aujourd’hui de substrat aux forces pro Ouattara dites Frci. Les Forces nouvelles, enracinées au Nord depuis 2002, pourraient desserrer leur étreinte sur la moitié Nord du pays, pour commencer déjà à « envisager l’après » d’une rébellion qui perdure. Soro cherche donc à sauver sa tête. Une tête que son engagement armé pour Ouattara a mise en péril. Le
moment venu, un exil parisien, pourquoi pas, ne serait pas à exclure pour l’ex-chef rebelle qui sait que son attelage avec Ouattara est à un tournant. Aujourd’hui, il espère, pour échapper momentanément à la justice, que son « armée » et son « immunité parlementaire » vont peser dans la balance.

Mais sans allié, la tâche sera bien difficile. Car le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire sait, plus que quiconque, qu’il ne peut pas compter sur Ouattara pour le tirer d’affaire. L’avenir de son pouvoir étant devenu fort incertain, en l’absence de Sarkozy. Mais en diplomatie, tout reste possible et un accord stratégique est vite conclus quand de gros intérêts
sont en jeu. Tous les espoirs peuvent donc être nourris par «l’enfant prodige» de l’ex-rébellion ivoirienne qui a réussi à se faire désigner président du Parlement avec sa casquette de député de Ferkessédougou. Soro prépare l’après rébellion. Il veut être le premier ex-chef rebelle de l’histoire à jouir d’une retraite dorée.

Et son statut actuel peut lui permettre de se rapprocher de la «Hollandise» pour se faire des amis à Paris. Mais les sources indiquent que son hôte et homologue français n’a pas manqué de l’interpeller sur les questions des crimes des pro des Droits de l’Homme et autres atteintes aux libertés, de la réconciliation nationale et du rétablissement de la démocratie en Côte d’Ivoire. Sur ces points, Soro aurait répondu qu’il ne dirige plus l’exécutif depuis décembre 2012 et qu’il n’est donc pas celui qui prend les décisions. Son rôle étant de légiférer désormais, c’est plutôt à
Ouattara qu’il faut poser ces questions. A ce propos, l’interview qu’il a obtenue sur France 24 grâce à des amis bien placés lui a été fort utile. Pour se défendre. Pour dire que les Frci qui ont tué 1000 personnes à Duékoué ont agi en « légitime défense». une rébellion en situation de légitime défense face à l’Armée régulière d’un pays !

C’est l’une des absurdités de la république des «ratrappeurs». Mais que ne dirait pas l’ex-chef rebelle pour se dédouaner ? Pour montrer du doigt les vrais responsables du drame ivoirien. Ouattara et son parrain Sarkozy. Soro «déshabille» le premier en avouant son illégitimité, sur un ton plein d’ironie: «… Très peu de pays en Afrique peuvent se targer d’avoir suivi et bénéficié d’un processus électoral validé de bout en bout par les Nations unies. Donc, l’élection de M. Ouattara est ointe par le sceau de la certification des Nations unies. Et ça, ce n’est pas rien. C’est une première en Afrique…». Par ces propos qui donnent raison à Gbagbo quant au fait que Ouattara
a été le candidat de l’étranger [pour ne pas dire de Sarkozy], le bon petit du mentor du Rdr montre que son parrain est impopulaire parce qu’il n’a aucune légitimité. Du moment qu’il n’a pas été choisi par les Ivoiriens, conformément à la Constitution ivoirienne, mais plutôt par la communauté internationale (Sarkozy), selon la certification de l’Onu (Choi).Question pour lui d’indexer tous les comploteurs qui l’ont poussé à travailler pour
eux en prenant la tête de la rébellion en 2002. Et de faire savoir que s’il doit parler devant la Cpi, il enfoncera
tous ceux qui ont pris part à la conspiration. Est-ce pour cette raison qu’il s’est contenté de dire «Monsieur» et non «Le Président».

En attendant que l’oeil du psychologue décrypte cette attitude, Soro va plus loin. Entre deux spéculations sur la santé économique désastreuse du pays, l’ex-chef rebelle, aujourd’hui en froid avec son patron en dépit des apparences, assène des vérités entre les lignes, lorsqu’on lui demande s’il n’est pas «inquiet en tant que chef de l’ex-rébellion» du Nord: Soro répond : «Quand le boucher du village, parce qu’il a acquis de l’expertise à dépecer les bœufs décide de devenir chirurgien, ça pose un problème…». Qui est ce boucher (criminel de guerre, destructeur) qui, après avoir dépecé sa victime (la Côte d’Ivoire), veut recoller les morceaux en pratiquant aujourd’hui la chirurgie (réconciliation, relance économique) ? Soro et Ouattara répondront certainement à cette question un jour devant l’histoire qui pourrait passer par la Cpi. Pour le reste, l’exchef
rebelle devenu président de l’Assemblée nationale se défend en demandant de la patience aux uns et aux autres pour la réconciliation nationale qui est «un long processus ». Mais il se garde d’évoquer ce qui brûle actuellement : le dossier Gbagbo à La Haye. Peut-être le retour du bon sens, vu la nouvelle tournure des événements. Il sait rive doit se garder de se moquer de celui qui est censé se noyer. En fait, derrière la sérénité de façade de Soro, ça ne va pas.

K. Kouassi Maurice
Le temps

Samedi 7 Juillet 2012
Vu (s) 820 fois



1.Posté par Nanwlê le 07/07/2012 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mon frère c'est vrai ce que tu as dit. mais l'autre vérité, c'est qu'il a envoyé l'assemblée nationale là où l'autre n'a jamais pu.

2.Posté par olivier le 07/07/2012 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
F HOLLANDE n’a rien d’un génie venu révolutionner les relations entre la France et le monde !
Il ne fera rien de révolutionnaire si non cela se verrait déjà.
Son comportement et ses déclarations de parfait suiveur face aux crises internationales et particulièrement face à la crise Syrienne le montrent.
Derrière ses apparences d’homme vertueux, il cache mal une volonté de continuer la politique préétablie par ses prédécesseurs.
Expliquez-moi comment un président qui, contre tous les pays de l’OTAN à décidé et maintenu la décision prise avant son élection de retirer son armée de l’Afghanistan n’ait pris aucun décision à ce jour sur la Côte D’Ivoire ?
Il n’a pas décidé d’une date de retrait des troupes françaises
Il n’a même pas changé le commandement de ces forces
Il n’a pas changé d’ambassadeur
Les enlèvements, les séquestrations, les tortures, les inculpations fantaisistes de journalistes, d’opposants, de militaires et de simples citoyens se poursuivent et s’intensifient sans la moindre désapprobation ou simple déclaration de son gouvernement.
Mieux, le représentant du peuple français reçoit soro et le MEDEF vient prospecter en Côte D’Ivoire alors que les massacres de populations se poursuivent à l’ouest.
La prochaine étape qui ne saurait tarder sera la visite en grande pompe de Dra-man en France.
Cela se fera croyez-moi !!! Pour ne frustrer personne on dira que c’est juste pour lui dire les quatre vérités (comme pour soro) mais il recevra les honneurs pour service rendu !
En réalité, les pays occidentaux et la France en particulier, jouent la survie de leur civilisation en déclin. Et la France, un pays sans le moindre génie économique ni industriel, continue après des siècles infinis à dépendre en tous de ses anciennes colonies.
Pendant que vous vous demandez comment Hollande mettra fin à la France-Afrique, lui se demande comment fera-il de l’Afrique-France sans vous donner le sentiment d’en faire.
Non ! Croyez-moi : Hollande n’est pas un révolutionnaire, il ne changera rien !
Aucune prophétie n’a dit que nous ferrions l’économie d’une lutte contre la France. Ceux qui pensent le contraire n’ont toujours rien compris et peuvent continuer de rêver débout !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !