Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Urbanisation / Après les nombreux drames à Abidjan : Près de 500 000 personnes vivent encore dans des tombeaux ouverts

le Samedi 12 Janvier 2013 à 08:19 | Lu 407 fois



Urbanisation / Après les nombreux drames à Abidjan : Près de 500 000 personnes vivent encore dans des tombeaux ouverts
Sur un territoire de 26 Km², notamment d’Anyama à la Corniche de Cocody en passant par l’échangeur de l’Indénié, des Abidjanais côtoient la mort encore.



Ils vivent soit dans des constructions qui risquent d’être englouties par un éboulement ou soit sur le chemin de l’écoulement des eaux de pluies. Face à cela, l’Etat a mis en place, avant les prochaines saisons pluvieuses, un projet de gestion intégré du Bassin Versant du Gourou.

Le Bassin Versant du Gourou, en réalité,est un vaste territoire à Abidjan. Il couvre 26 km² et abrite près de 500 000 personnes avec plusieurs unités résidentielles. A savoir, Abobo Kolatier, Abobo Clotcha, Abobo Derrière Rail, Adjamé Bramacôté, Cocody- Washington et Cocody-Gobelet. Il se caractérise sur trois points. Qui sont, un espace géographique, une population et un environnement. Au niveau de l’espace géographique, ce bassin est le lieu naturel de l’écoulement des eaux pluviales vers la lagune. Quant au second point, c’est-à-dire la population, elle s’est installée pour la plupart dans ce bassin sans aucune autorisation administrative et vivent permanemment dans des tombeaux ouverts.

Au niveau de l’environnement, ce bassin du Gourou est devenu, au fur et à mesure, un bassin humain qui manque de toutes les commodités d’urbanisations. Aucune canalisation pour évacuer les déchets produits par les populations qui y vivent et tous les déchets solides y sont jetés. Le Bassin de Gourou est le lieu par excellence de toutes sortes d’épidémie et de risque de vie de ces Abidjanais. C’est pourquoi, «avant les prochaines saisons de pluie, l’Etat de Côte d’Ivoire avec le soutien de la Banque africaine de développement (BAD) ont décidé de financer le projet de gestion intégré du bassin versant du gourou», a indiqué le professeur Kouakou N’Guessan François, expert-économiste au projet intégré du bassin versant du Gourou.

Le déguerpissement n’est pas une solution

Selon le professeur Kouakou N’Guessan François, le déguerpissement de près 500 000 personnes n’est pas la solution. «Les populations ne seront pas déguerpies dans un premier temps. Il s’agira de les sensibiliser afin qu’elles comprennent. Car, le déguerpissement est relativement vaste. Vous allez les déguerpir aujourd’hui et demain, elles vont se reconstruire d’autres bidonvilles et reproduire les mêmes conditions d’insalubrités, de risque et de dangers environnementaux», a-t-il fait savoir. A cet effet, l’urgence est de faire prendre conscience à ces populations de tous les risques auxquels, elles sont exposées.

C’est pourquoi, depuis quelques temps, des animateurs et animatrices ont été formés afin de mettre en marche le volet IEC (Information, Education et Communication). Il s’agit au cours de ce volet qui précède les grands travaux, d’informer, éduquer et permettre par un système de participation la connaissance des méthodes d’assainissement de l’environnement des populations vivant sur tout le bassin du Gourou. «L’environnement de l’habitation peut être très modeste, mais on peut contribuer à l’assainir et réduire les risques à partir de certaines précautions élémentaires», a confié le professeur Kouakou. Pour lui, l’objectif de cette phase d’urgence est d’amener les populations à prendre conscience du danger qui les guette et de les amener à participer à l’assainissement de leur environnement immédiat.

Toutefois, «s’il ya des cas particuliers qui nécessitent des mesures particulières, peut-être ces mesures particulières peuvent se traduire en déguerpissement. Car, ce n’est pas acceptable qu’on assiste à des ensevelissements continuellement et à des morts en cascade à la suite d’éboulements. Donc, il appartient à l’Etat de prendre des mesures urgentes pour préserver la vie des populations dans ces cas précis contre elles-mêmes. Ce n’est pas à écarter mais, ce n’est pas dans le sens du déguerpissement que ce projet a été initié et cofinancé par la Bad et l’Etat de Côte d’Ivoire», a-t-il clarifié.

Un projet de plusieurs centaines de millions

Il y a eu de grands travaux dit d’urgence réalisés au niveau de l’échangeur de l’indénié et de la corniche, dans le District d’Abidjan. Alors, le projet de gestion intégré du bassin versant du gourou de plusieurs centaines de millions servira «à entreprendre des travaux qui auront une durée pérenne», a rassuré l’expert socio-économiste. Avant d’ajouter, qu’avec ces grands travaux qui vont se réaliser dans le courant du mois de février-mars, c’est-à- dire avant les saisons de pluie, l’objectif visé est aussi, dit-il, de favoriser la circulation entre la partie Nord et la partie Sud de la ville d’Abidjan. Ainsi, les ingénieurs, qui savent le mouvement et l’itinéraire des eaux depuis le Sud d’Anyama jusqu’à la Corniche de Cocody réaliseront leurs œuvres de manière à canaliser les eaux d’une part et aussi à favoriser la rétention de tous les déchets qui créent les bouchons à l’indénié.


SOURCE :
L'intelligent d'abidjan

Samedi 12 Janvier 2013
Vu (s) 407 fois



1.Posté par gasparo hina le 12/01/2013 13:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'EST DE LA POUDRE AUX YEUX.C'EST DU CINEMA.ICI EN CI C'EST MEDECIN APRÈS LA MORT.

2.Posté par ouat le 14/01/2013 07:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est des dioulas qui vivent ds des coins comme ça ils sont comme ça ces gens de la sous région qui ne veulent plus aller chez eux

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !