Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Un nouvel enregistrement implique Guillaume Soro dans le putsch avorté au Burkina Faso (Mediapart)

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Vendredi 4 Décembre 2015 à 07:20 | Lu 957 fois

Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, est suspecté d’avoir voulu aider les putschistes contre le gouvernement de transition au Burkina Faso. Une nouvelle bande-son, que Mediapart diffuse en exclusivité, confirme que le bras droit du président Alassane Ouattara a voulu venir en aide à un ex-ministre de Blaise Compaoré.



Guillaume Soro, bras droit du président ivoirien Alassane Ouattara, s’est-il directement impliqué avec Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères du président déchu Blaise Compaoré, dans la tentative de putsch qui a secoué le Burkina Faso fin septembre 2015 ? La question tourmente Ouagadougou et Abidjan depuis les publications début novembre 2015, à quelques heures d’intervalle, de deux enregistrements contradictoires faisant état de tractations entre les deux hommes.

Jeudi 12 novembre 2015, une première bande-son de 16 minutes, présentée comme une conversation téléphonique du dimanche 27 septembre entre Soro et Bassolé, non authentifiée, est diffusée sur Facebook puis reprise par de nombreux médias. On y entend Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne et proche de Blaise Compaoré, proposer de faire chuter le gouvernement de transition pour faire revenir dans la course des proches de l’ancien président, en déstabilisant militairement le pays et éliminant deux des plus importants opposants au régime. Bassolé accepte. Cette révélation provoque un séisme politique.

Seconde secousse le soir même avec la diffusion d’une autre bande de moins de deux minutes. Présentée comme la conversation originale, elle dédouane Guillaume Soro. Selon le document, qui n’a pas non plus été authentifié, le président de l’Assemblée ivoirienne ne serait intervenu auprès de son ami que pour assurer sa sécurité.

Un troisième enregistrement, que Mediapart diffuse en intégralité, vient confirmer que le président de l’Assemblée ivoirienne suivait de près la situation au Burkina Faso et accrédite la thèse d’un soutien logistique à Djibrill Bassolé. L’authenticité de cette bande-son n’est pas remise en cause par l’entourage de Guillaume Soro, a précisé lundi l’hebdomadaire Jeune Afrique qui a évoqué le document dans ses colonnes.

Ce jour-là, c’est Djibrill Bassolé qui appelle Guillaume Soro. Le « président » répond à son « très cher frère ». Soro dit se trouver à Daloa, troisième ville de Côte d’Ivoire, à 320 km d’Abidjan, laquelle jouxte le village d’origine de sa belle-famille, Zakoua. Le 27 septembre, le président de l’Assemblée ivoirienne était justement en visite officielle à Zakoua en compagnie du président Alassane Ouatarra. Ce nouvel échange téléphonique a donc pu se tenir le même jour que la supposée première conversation, soit deux jours avant l’arrestation de M. Bassolé.

Au téléphone, l’ex-ministre burkinabè confirme à son interlocuteur « avoir envoyé les deux numéros tout à l’heure ». « Si, si, j’ai reçu », répond alors Soro qui poursuit : « Quelqu’un les appellera demain en mon nom et puis procédera à ce que j’ai dit. » « D’accord », acquiesce Bassolé avant de souhaiter une bonne nuit à son interlocuteur.

Ce court échange pourrait être particulièrement gênant pour les deux hommes. Car, dans l’enregistrement de 16 minutes diffusé le 12 novembre, l’ex-ministre aurait promis d’envoyer à son ami ivoirien « par SMS deux contacts téléphoniques » afin de « faire passer les moyens » nécessaires au soutien des putschistes du régiment de sécurité de présidentielle (RSP) du général Diendéré, fidèle bras droit de Compaoré qui a mené la tentative de coup d’État du 17 septembre.

« D’ici quarante-huit heures, j’aurai des fonds. Je peux t’envoyer quelque chose pour que toi aussi tu rentres dans la base [où sont retranchés les soldats du RSP] (…). Si on voit qu’il y a vraiment une opportunité : on frappe », aurait établi Soro, dans un passage accablant de la première bande sonore. Et de détailler son plan : « Voilà ce que je voulais te proposer. On frappe dans une ville quelque part là-haut. On récupère un commissariat, une gendarmerie. Eux, ils vont fuir… On me dit que l’armée est autour de Ouagadougou, l’armée va vouloir se réorganiser pour aller vers là-bas (…). Au moment où ils décollent on refrappe dans un autre coin. Ça va les paniquer, et le RSP, lui, sort en deux temps. »

Le président de l’Assemblée ivoirienne aurait également projeté d’assassiner deux leaders des autorités de la transition : « Quand on aura fini tout ça. Moi, il y a deux personnes que tu dois accepter que je “règle” : c’est Salif Diallo [ancien conseiller de Blaise Compaoré aujourd’hui aux côtés du nouveau président Roch Marc Christian Kaboré] et [Chérif] Sy [l’actuel président du conseil national de transition]. Ils ne peuvent pas être vivants et le Burkina va être tranquille. » L’entourage de Guillaume Soro, qui conteste avec vigueur la véracité de cet enregistrement, explique que le président de l’Assemblée voulait aider, par l’intermédiaire des deux contacts évoqués dans le troisième enregistrement, Djibrill Bassolé à se retirer du Burkina.

Afrik53.com : Infos 7J/7
Vendredi 4 Décembre 2015
Vu (s) 957 fois



1.Posté par LA VIE le 04/12/2015 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SORO LE BANDIT LES BLANCS ET MOSSI DRAMANE QUE TU AS SOUTENU CONTRE TON PAYS VONT TE LIVRER

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !