Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Un Kivu-bis à l'Ouest de la Côte d'Ivoire ?

le Mardi 20 Mars 2012 à 09:14 | Lu 685 fois

Et si les Africains cessaient de regarder les situations politiques de leurs pays comme des phénomènes isolés les uns des autres, uniquement explicables par les passions localisées agitant leurs peuples ? S’ils cessaient de se gaver sans discernement des récits médiatiques superficiels et du storytelling ? S’ils se rendaient compte qu’au-delà des émotions et des réflexes pavloviens, il est impossible de saisir la quintessence de la politique internationale contemporaine sans faire appel aux invariants de la géopolitique, du jeu des intérêts, de l’évolution des tendances et des principes régissant la diplomatie ?



Un Kivu-bis à l'Ouest de la Côte d'Ivoire ?
Une nouvelle fois, le Mali est soumis à une rébellion partie du Nord touareg. Mais cette insurrection est bien plus grave et plus dangereuse pour l’intégrité de son territoire que les précédentes. La rébellion accuse le pouvoir central d’exclure une partie de la population, privée de tout. Le pouvoir et plus globalement les Maliens sudistes crient à la malhonnêteté et au chantage permanents. Des représentants de la force publique sont cruellement assassinés par les rebelles. Des débordements malheureux et des manifestations de dépit dans le Sud font craindre des pogroms de Nordistes. Ancienne puissance colonisatrice, la France est sur le banc des accusés en raison de son jeu trouble. Les atrocités des insurgés ne suscitent pas l’indignation internationale qu’on aurait pu imaginer et la communauté internationale appelle tout le monde à la table des négociations, mettant sur le même pied d’égalité la République et ceux qui la défient.

Comment ne pas avoir l’impression diffuse de revivre le début de la rébellion ivoirienne, il y a presque exactement dix ans ? A l’époque, le gouvernement du Mali et une bonne partie de l’opinion publique de ce pays ont soutenu le Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), lui servant plus ou moins de base-arrière sans pour autant aller jusqu’aux outrances du Burkina Faso de Blaise Compaoré. Ceux qui ont justifié hier le lancement d’une rébellion sur des bases régionalistes et les complaisances de l’ancien maître commun chez leur voisin du Sud peuvent-ils aujourd’hui, en toute logique, se plaindre du même type de traitement ? Iront-ils jusqu’à tenter de théoriser sur les «bonnes» et les «mauvaises» rébellions ? Il n’y a pour l’instant pas de procédé scientifiquement accepté permettant de distinguer les unes des autres. Les Etats africains gagneraient donc à se déterminer au sujet de ce qui passe chez leurs voisins sur la base des principes et non sur le fondement d’émotions passagères souvent trompeuses voire manipulées par les maîtres du storytelling. Il est par exemple évident que la création de l’Etat du Sud-Soudan et son admission au sein de l’Union africaine – quoi que l’on puisse penser des acteurs locaux – est un «beau» précédent sur lequel se fonderont demain les sécessionnistes «azawadiens » et les autres aventuriers de la nouvelle balkanisation de l’Afrique.

Il faut bien admettre que dès lors qu’une expérience de «gouvernance» d’un certain type s’impose dans un pays africain, elle devient un précédent facile à dupliquer dans d’autres contrées, surtout si elle peut profiter à ceux que la journaliste belge Colette Braeckman a appelé «les nouveaux prédateurs». Ainsi, il devient de plus en plus évident que l’Ouest de la Côte d’Ivoire s’apparente irrésistiblement à un nouveau Kivu (région de l’est de la République démocratique du Congo en conflit structurel depuis une quinzaine d’années).

Les parallèles sont frappants. La RDC et la Côte d’Ivoire sont des Etats au fort potentiel de prospérité, clients du camp occidental pendant la guerre froide, qui se sont progressivement affaiblis en raison d’une mauvaise gestion de la question du renouvellement de leur leadership (Mobutu, Houphouët). Les deux pays ont été soumis à des rébellions parties de voisins moins nantis mais dotés de pouvoirs forts, militarisés et alliés aux puissances occidentales (Etats-Unis pour le Rwanda, France pour le Burkina Faso) dans le cadre de leur stratégie d’influence géopolitique.

Le Burkina Faso et le Rwanda sont soumis à des pressions démographiques les poussant à rechercher des «déversoirs » pour leur trop-plein de population, et peuvent compter, dans les pays où ils se projettent, sur des migrants de plus ou moins longue date, mal intégrés et armés, qui jouent un rôle de cheval de Troie, dans un contexte où thématique de la nationalité est explosive. Ce sont eux qui affrontent et très souvent mettent en déroute des milices autochtones qui se sont créées en réaction comme les Maï-Maï ou le Front de libération du Grand Ouest (FLGO).

La guerre structurelle de l’est du Congo est une aubaine pour l’oligarchie mondiale. Elle justifie la présence pérenne des troupes et de l’administration onusiennes. Le désordre organisé rend possible une exploitation maximale des innombrables ressources minières de la région. Et si les médias internationaux sont prompts à dénoncer les viols et les violences des différentes milices, leurs liens avec les multinationales qui profitent de leur barbarie sont bien peu documentés.

Si l’ouest de la Côte d’Ivoire ne fait pour l’instant pas l’objet d’une exploitation minière conséquente – quoique son sous-sol soit riche lui aussi –, il est le coeur du pays cacaoyer. Et l’afflux concerté de miliciens burkinabé (comme le tristement célèbre Amadé Ouérémi, qui fait irrésistiblement penser à Laurent Nkunda) et de travailleurs agricoles qui se jettent sans trop réfléchir sur les plantations des autochtones exilés après les massacres massifs des forces pro-Ouattara mais aussi sur les forêts classées (où sont passées les grandes consciences écologiques ?) suscite des inquiétudes légitimes.

Il est vrai que la disparition de la propriété villageoise traditionnelle et son remplacement par une sorte de politique du fait accompli pourrait ouvrir la voie à une appropriation des terres âprement disputées par des grands groupes transnationaux ayant les moyens de se faire «respecter » par les uns et par les autres. Dans un contexte où la course aux terres arables devient un des principaux enjeux du capitalisme mondial.

Face à ces défis qui interpellent la conscience nationale ivoirienne, dont la mauvaise gestion pourrait ouvrir la voie à des conflits structurels comme en Colombie où la guérilla est devenue un sport national, face au risque réel de dépossession, où sont les voix courageuses qui peuvent tirer la sonnette d’alarme ? Que fait l’opposition ? Que
dit la société civile ? Où sont les ecclésiastiques ? Et Charles Konan Banny, n’a-t-il pas mieux à faire que se transformer devant nos yeux médusés en une sorte de navrant exorciste laïc, adepte de la politique de l’autruche ? Pour éviter le pire à la Côte d’Ivoire, il faut du courage. Encore du courage. Toujours du courage.

Théophile Kouamouo in Le nouveau Courrier

Mardi 20 Mars 2012
Vu (s) 685 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !