Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Twitter et Facebook testés par cinq journalistes

L'Afrique en mouvement - Redaction - Afrik53.com le Lundi 1 Février 2010 à 16:19 | Lu 676 fois

Cinq journalistes coupés du monde, sans autre source d'information que Twitter ou Facebook, testent la valeur de l'actualité via ces réseaux sociaux



Twitter et Facebook testés par cinq journalistes
La lecture du monde à travers les réseaux sociaux est-elle pertinente ? C'est la question à laquelle cinq journalistes vont tenter de répondre cette semaine, isolés dans une ferme du Périgord, sans autre source d'information que Twitter ou Facebook. A l'initiative des Radios Francophones Publiques (dont les membres sont Radio Canada, France Inter, France Info, Radio Télévision Suisse et RTBF), cette expérience inédite, qui a débuté ce lundi 1er février, a pour but de tester la valeur des informations données sur ces réseaux sociaux.

Les jeunes journalistes de ce "Huis clos sur le net" (Benjamin Muller de France Info, Nour-Eddine Zidane de France Inter, Janic Tremblay de Radio Canada, Anne-Paule Martin de la RTS et Nicolas Willems de RTBF) se sont vu imposer des règles strictes : ni télé, ni radio, ni smartphone. "Nous leur fournissons cinq ordinateurs vierges de tout contenu et ils s'engagent à n'être reliés au monde qu'à partir de Twitter et Facebook, aucune consultation de site n'est autorisée", souligne Françoise Dost, la secrétaire générale des Radios Francophones Publiques (RFP).

"Impossible d’être exhaustive"

Cette semaine, avec ces modestes moyens d'information, les cinq "cobayes" commentent l'actualité sur leur antenne respective, ainsi que sur un blog commun sur le site de France Info. "Pas de gros buzz. Pas d’évidence, "écrit Benjamin Muller ce lundi matin, "j’ai cependant retenu quelques sujets. Gerard Depardieu qui apporte son soutien à Georges Freche, les "experts" d’Omesta champion d’Europe ou encore les résultats des grammys. A en croire Nicolas Poincaré, les titres de l’actualité sur France Info étaient à peu près les mêmes". "Une réactivité extrême.

Un bassin de collaborateurs infini : nous tous. Une nouvelle communauté d’interconnectés permanents grâce aux Iphones et Blackberrys. Plus possible d’ignorer les forces et les faiblesses de ces nouveaux canaux d’information", constate Janic Tremblay, qui assure cependant se lancer dans l'expérience sans a priori. Anne-Paul Martin choisit, elle, d'expliquer le revers de la médaille de la réactivité ce ces médias : " Moins de 24 heures après le début de l’expérience, je trouve aux journaux, aux flashs radio et aux téléjournaux une savoureuse qualité. Ils permettent au moins de dormir. Hier vers minuit, heure périgourdine, les 52èmes Grammy Awards ont débuté à Los Angeles et sur Twitter. Ils doivent s’achever à l’instant. Et comme j’ai lâchement fermé l’œil… allez… 3 heures, impossible d’être exhaustive".

Twitter, un public d'illettrés ?
"Depuis l’annonce de ce projet, certains ont prétendu que le seul objectif était de démontrer la supériorité des médias traditionnels sur les réseaux sociaux", regrette Janic Tremblay. A la lecture de l'article de Marc Schindler publié sur le Monde.fr, il semblerait en effet possible que certains journalistes émettent de gros doutes quant à l'utilisation de Facebook et Twitter comme source d'information. Vantant les mérites de Facebook d'un point de vue social, Marc Schindler, "journaliste depuis plus de 40 ans", s'explique : "je n’ai aucun moyen de vérifier si mes 'amis' me racontent des bobards".

Comme dans la "vraie" vie ? Le journaliste reconnaît bien en Twitter un formidable moyen d'alerte sur l'actualité, mais attaque les auteurs de mini-messages, selon lui un "public jeune et branché, qui ne lit plus, qui n’écoute pas la radio et qui ne regarde plus la TV". "Twitter a aussi permis de balancer des rumeurs ou de fausses informations", renchérit-il. Comme dans la vrai vie ?

Nour-Eddine Zidane, le journaliste de France Inter qui participe au huis clos, reconnaît être un familier de Facebook et Twitter. "Je les utilise pour deux fonctions différentes, Facebook c'est pour les amis, alors que Twitter a un rôle d'alerte, car il faut toujours rester méfiant", dit-il. S'il rappelle que l'annonce de la mort de Philippe Séguin est d'abord sortie sur Twitter, il se souvient aussi de la fausse nouvelle d'une panne générale dans les guichets de la poste donnée par un microblogueur. "Pour ma part, j’entre dans ce cloître sans a priori. Une seule certitude, celle qui m’a menée à exercer ce métier, j’y apprendrai quelque chose", conclut Janic Tremblay, de Radio Canada.

"Cette expérience va nous permettre de faire la part des choses : il y a plein de fantasmes autour de Facebook ou Twitter. Notre but est de démontrer qu'il y a différentes sources d'information et de voir la légitimité de chacune de ces sources", résume Hélène Jouan, directrice de la rédaction de France Inter.

(Nouvelobs.com)

Redaction - Afrik53.com
Lundi 1 Février 2010
Vu (s) 676 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !