Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Tribunal militaire d’Abidjan, Ange Kessi fait des révélations sur Boga Doudou et Séka Séka

le Vendredi 14 Septembre 2012 à 04:37 | Lu 1629 fois

Un débat a fait jour dans l’opinion, depuis que le procureur militaire, Ange Kessi Kouamé, a annoncé, le mardi 12 septembre 2012, l’ouverture d’une enquête sur la mort du général Robert Guéi, ancien chef de l’Etat, tué le 19 septembre 2002, aux premières heures de la rébellion.



Ange Kessi soutient qu’il n’a été saisi d’aucune plainte concernant le cas Boga Doudou
Ange Kessi soutient qu’il n’a été saisi d’aucune plainte concernant le cas Boga Doudou
Et ce, pour éviter que les faits ne soient frappés de prescription décennale. Alors, une partie de l’opinion ivoirienne de s’interroger sur le choix du seul Guéi Robert par le tribunal militaire. « Pourquoi enquêter seulement sur l’assassinat de Guéi Robert alors que ce même jour, le ministre Boga Doudou a été, lui aussi, tué » ?

A cette préoccupation, somme toute légitime, Ange Kessi Kouamé a apportée, un éclairage, pour le moins implacable, notamment, en ce qui concerne le cas précis de l’ancien ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Emile Boga Doudou. « Je n’ai été saisi d’aucune plainte de la part des parents ou autres proches de Boga Doudou. Je ne peux pas m’auto-saisir. Le commissaire du gouvernement ne s’auto-saisit pas... dans ce cas d’espèce. Dans le cas du général Robert Guéi, j’ai été saisi d’une plainte de ses proches...

Ce qui n’a pas été le cas pour Boga Doudou. Dans son cas, il n’y a pas eu de plainte. Quand je suis saisi d’une plainte, j’ouvre une enquête. Dans le cas de Boga Doudou, je n’ai pas reçu de plainte… c’est pourquoi, je n’ai pas ouvert d’enquête » , nous a répondu le procureur militaire, lorsque nous l’avons joint par téléphone, hier jeudi 13 septembre 2012. Mais, le procureur militaire ne ferme pas, pour autant, la porte derrière lui. Il s’empresse d’ajouter que « les proches de Boga Doudou ont jusqu’au 19 septembre 2012 à minuit pour nous saisir par une plainte ».

Faut-il rappeler que dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, aux environs de 4 h00 du matin, des individus lourdement armés ont attaqué la résidence de Boga Doudou, alors ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, située au quartier Deux-Plateaux, à Abidjan. Devant le danger, Boga Doudou a essayé de s’échapper en escaladant le mur de sa résidence pour se rendre dans la cour de son voisin, où il aurait été retrouvé et abattu par les assaillants.

Selon les conclusions du rapport d’autopsie du médecin légiste, «le ministre Boga Doudou a été atteint par trois balles de type projectiles de fusils d’assaut : une balle dans le dos, au niveau du thorax droit, une balle tirée dans la tête sous la tempe droite et une balle tirée à la face postérieure du coude droit». Il «a été également touché par des résidus métalliques d’une déflagration dont l’onde de choc a provoqué des plaies hémorragiques du bassin et de la colonne lombaire ». Les agresseurs du ministre Boga Doudou n’ont pas encore été identifiés avec certitude… Il est de notoriété publique que Boga Doudou avait beaucoup d’ennemis tant à l’intérieur du régime que dans l’opposition politique et dans la police. Le projet de réforme de la police lui avait valu beaucoup d’ennemis.

Un jour, au cours d’une réunion à l’école de Police, des policiers lui ont jeté du gaz lacrymogène à la face. La réforme de l’identification, attribuée à une société dont les dirigeants sont proches d’un membre influent du Rdr, lui avait valu l’animosité au sein de son propre parti, le Fpi. Boga Doudou avait également beaucoup d’amis notamment au sein du Rassemblement des Républicains ( Rdr) du président Alassane Ouattara et pensait qu’il fallait se mettre au-dessus des contingences politiques. Une approche qui n’était pas du goût de certains au sein du Fpi. C’est pourquoi, les théories de l’accusation qui ont suivi sa mort ont pointé du doigt un ancien ministre d’Etat issu du premier gouvernement de Pascal Affi N’Guessan.



Armand B. DEPEYLA
Soir Info


Vendredi 14 Septembre 2012
Vu (s) 1629 fois



1.Posté par Moussa le 14/09/2012 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
commissaire ange kessy tu fais la honte de la famille judiciaire dans la monde et en particulier en cote d'ivoire non que dis en particulier en outtaraland
je pense que tu mesure les conséquence de ta déclartion concernat une plainte non déposée par les parents de Boga Doudou et que toi ange kessy tu ne peux pas t'auto-saisi
je ne sais pas si c'est une ignorance ou bien c'est un aveuglement par la politique ou la peur de dramane
mais tu seras faire les comptes à la fin
bonne journée maitre

2.Posté par Hermann N'da le 14/09/2012 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Armand DEPEYLA

BOGA DOUDOU a été tué dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, date à la quelle la rébellion de drame man ouattara a lâchement attaqué le régime de Laurent GBAGBO.
Ton article tente maladroitement d' identifier les tueurs de MAITRE BOGA DOUDOU au sein de sa propre famille politique.
Peux-tu nous dire si avant cette date il y avait déjà eu des cas similaires de tueries sauvages au sein de cette famille politique. Pour le peu que nous savons, les divergences idéologiques n'ont jamais été réglées dans le sang au sein de la formation politique dont était membre MAITRE BOGA DOUDOU.
Que penses-tu des assassinats de
DAGROU LOULA?
DALI OBLE?
LE COLONEL YODE?
Tous tués par leurs proches pour des incompréhensions au sein de leurs familles, me répondras tu.
ATTENTION: Dans nos traditions africaines, on ne raconte pas n'importe quoi sur une personne qui est passée de l'autre coté.
A bon entendeur salut !

3.Posté par commano cobra le 14/09/2012 21:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
celui qui tue guei robert co doula de dramane pour il chechr a etre propre tu es un tueur ......

4.Posté par Fatim le 15/09/2012 01:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien dit Hremann...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !