Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Transport urbain / Suppression des véhicules non en règle La galère des Abidjanais démarre ce matin

le Lundi 15 Juillet 2013 à 06:46 | Lu 429 fois

A partir de ce matin, 15 juillet 2013, démarre à Abidjan, une vaste opération de contrôle des taxis compteur et des taxis banalisés communément appelés « woro-woro ».



Transport urbain / Suppression des véhicules non en règle La galère des Abidjanais démarre ce matin
C’est ce qu’avait indiqué un communiqué signé conjointement par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de sécurité, Hamed Bakayoko, par le ministre des Transports (Gaoussou Touré), le ministre auprès du Président de la République (Paul Koffi Koffi) et par la ministre chargée de l’Economie et des Finances (Nialé Kaba). Une campagne annoncée qui, on peut le dire, sonne le démarrage de la galère des Abidjanais.

Les usagers craignent notamment des difficultés de déplacement et même des violences. « J’ai été rudoyé à la gare, au grandde Koumassi par des individus armés. C’était chaud. Je m’en souviens comme si c’était hier, quand les taxis compteur avaient fait la grève, à la mi- 2012. Je crains que cela ne paralyse l’activité économique », a lâché Beugré Chrysostome, agent commercial dans une entreprise de la place. Comme lui, de nombreux Abidjanais qui ont pris connaissance de cette mesure du gouvernement, sont inquiets. Coulibaly Brahima, vice-président de l’Association des chauffeurs de taxis compteur, a fait savoir que des « dispositions sont en train d’être prises pour que le transport des usagers se fasse correctement ».

Dans un entretien téléphonique, le 14 juillet 2013, il a fait la recommandation suivante aux usagers : « Mettez-vous par groupe de 4 pour négocier un taxi compteur. Restez aux abords des gares. C’est quand vous allez sur les gares que les gens empêchent les taxis compteur de charger. Vous n’allez pas sur les gares et vous vous constituez en groupe pour négocier avec les taxis. Nous sommes à la disposition de la population. Si vous vous démarquez des gares, les taxis compteur vous prendront. Vous savez, le taxi est notre outil deet nous ne pouvons pas l’exposer pour qu’il soit cassé. Nous n’irons pas exposer nos taxis sur les gares ».

Sur la décision de procéder à ce contrôle, l’on peut dire qu’elle a rencontré l’assentiment des consommateurs de Côte d’Ivoire. Soumahoro Ben N’Faly, président de l’Association pour la protection des consommateurs actifs de Côte d’Ivoire (Aprocaci) a salué cette décision. « Nous sommes totalement d’accord avec cette décision du gouvernement. Pour une raison toute simple : la plupart de ces véhicules qui transportent les populations ne disposent pas d’assurance pour cette activité.

Ils détienne l’assurance des véhicules personnels. En cas d’accident, il sera difficile aux victimes ou à leurs ayants droit d’obtenir réparation. On a certes voulu trop regarder le côté social de la chose, mais, il ne faut pas laisser l’anarchie perdurer », a-t-il souligné, au cours d’uneà notre rédaction, hier, en milieu d’après midi, avant de faire remarquer que cette opération ne vise pas à supprimer les woro-woro mais à les contraindre à se mettre en règle vis-à-vis de la loi. « Je sais que cela va causer des désagréments aux usagers mais, on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs. Ce sera le prix à payer pour notre sécurité », a-t-il conclu. Marius Comoé, président de la Fédération des associations de consommateurs actifs de Côte d’Ivoire (Facaci), a abondé dans le même sens.

Au cours d’un entretien téléphonique, il a insisté sur l’obligation pour ces véhicules de disposer des documents afférents à cette activité. « L’assurance qui garantit la réparation des dommages causés aux usagers en cas d’accident, et latechnique qui rassure que le véhicule est en bon état, que les freins, les roues, etc. sont conformes à la norme de mise en circulation, me paraissent primordiales. Cela est impératif pour transporter des populations », a-t-il insisté. Le président de la Facaci a également mis l’accent sur la nécessité pour ces opérateurs économiques de s’acquitter de leurs obligations fiscales.



Jonas BAIKEH
Soir Info

Lundi 15 Juillet 2013
Vu (s) 429 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !