Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Traitement inhumain et indigne: Le Fpi dénonce le sort des femmes sous Ouattara

le Lundi 3 Juin 2013 à 07:42 | Lu 450 fois



Ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays sous la présidence de monsieur Alassane Dramane Ouattara dépasse l’entendement. Que se passe-t-il dans cette Côte-d’Ivoire que la communauté dite internationale magnifie depuis le 11 avril 2011 ? Ce pays est-il vraiment démocratique comme le laissent croire les alliés internationaux de Ouattara ? Ces derniers sont-ils conscients des atteintes graves aux droits de l’Homme qui s’opèrent chaque jour dans ce pays défiguré?

Nous avions cru avec Julien Freud que la politique est « l’activité sociale qui se propose d’assurer par la force, généralement fondée sur le droit, la sécurité extérieure et la concorde intérieure d’une unité politique particulière en garantissant l’ordre au milieu des luttes qui naissent de la diversité et de la différence des intérêts »( Qu’est-ce-que la politique ?). Or avec ce qui se vit e n Côte-d’Ivoire sous Ouattara, Maurice Duverger semble avoir raison, quant il dit dans Introduction à la politique que : « (…) quand les luttes des classes, les disputes des races, les rivalités de provinces, les contestations entre individus se règlent par les armes à la main, dans le sang, on est hors de la politique (…) ». Et plusieurs faits attestent cette vision dans notre pays, mais nous préférons, nous attarder sur le cas des femmes qui sont humiliées.

Tous se souviennent encore que la nébuleuse appelée pompeusement Communauté Internationale, sous la dictée d’un certain Nicolas Sarkozy, s’est attaquée à la Côte d’Ivoire avec des bombes. Car, pour elle, le président Laurent Gbagbo serait un dictateur qui se maintiendrait au pouvoir par la force des armes. Et cela, au détriment du paisible, inoffensif et démocrate Ouattara qui, de surcroit, aurait gagné, soutient-elle, le second tour des élections présidentielles du 28 novembre 2010. Alors pour notre bonheur, il nous fallait un président démocrate, d’où l’installation à la tête de l'exécutif ivoirien de Monsieur Alassane Dramane Ouattara au prix de nombreux morts. Et comme le disait si bien Machiavel, la fin justifiant les moyens, le monde entier au nom de la démocratie, a applaudit cette barbarie qui ne dit pas son nom.

Diantre ! Quels sont leurs critères d’appréciation de la démocratie par ces démiurges qui se croient tout autorisé dans ce monde ? En fait pour eux, la démocratie qu’ils nous ont imposée à partir de 1990, se résume en la mise au pouvoir dans chaque Etat africain de président docile afin de préserver leurs intérêts. Et notre pays, objet de toutes sortes de convoitises, est en train d’en faire l’amère expérience.
Monsieur Ouattara, conscient de l’appui de ses soutiens extérieurs, au-delà de la souffrance des Ivoiriens, vient de franchir encore une fois le rubicond. En effet, son pouvoir par l’attitude du ministre de la justice et des droits de l’homme à l’égard de l’ex-première Dame, Simone Gbagbo, vis-à-vis des jeunes dames enlevées à Duékoué, Bloléquin et Yopougon qui croupissent à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) pour « atteinte à la sûreté de l’Etat » et bien d’autres femmes qui souffrent dans l’anonymat, nous laissent perplexes .

Pourtant le chef de l’Etat, à chacune de ses sorties à l’extérieur, fait croire à ses partenaires que la Côte d’Ivoire est un Etat de droit. Est-ce cela un Etat de droit ? Un Etat où des milliers de personnes croupissent sans motif réel à la Maca, sans oublier les prisons de l’intérieur du pays.

Peut-on parler d’un Etat de droit dans ce pays, quand la femme, la deuxième entité de l’humanité, la moitié du ciel selon Mao, et surtout la femme en tant que mère à travers Simone Gbagbo, est traitée comme un objet ? A travers ce traitement infligé à cette brave dame par le régime actuel, ce sont toutes les femmes du monde et particulièrement les femmes ivoiriennes qui se sentent meurtries dans leur âme. Par conséquent, nous, femmes de Côte-d’Ivoire, nous sommes toutes interpellées au-delà de nos clivages politiques.

Simone Gbagbo accepte sûrement son injuste incarcération en tant que femme combattante. Mais, force est de le reconnaitre, comme tout être sur cette terre, il lui faut le droit à la santé, le droit au respect de son corps, le droit à l’information.

Que le régime Ouattara se ressaisisse. Le Fpi à travers sa cellule chargée de la promotion de la femme s’indigne et s’élève contre ce traitement inhumain fait à la femme en général et en particulier à celle qui fut la première dame de ce pays.

Le FPI interpelle monsieur le ministre de la justice et des droits de l’homme contre ses agissements qui n’honorent pas notre pays.
Le Fpi estime que trop c’est trop et qu’il ne laissera pas mourir ses militantes et ses sympathisantes dans les goulags de Ouattara.
Femmes démocrates de Côte d’Ivoire, femmes apolitiques, levons-nous comme une seule personne et disons non à cette dictature qui déshonore la femme. Une fois de plus l’histoire nous invite à prendre nos responsabilités comme le firent nos mères en 1949 lors de la marche sur Grand-Bassam pour exiger la libération des prisonniers du Pdci-Rda. Oui, comme Marie Koré, Anne Marie Raggi et autres, dénonçons cette forfaiture en exigeant à notre tour, la libération de l’ex-Première dame Simone Gbagbo et des autres femmes incarcérées.

Pour le Fpi
Bamba Massany
Secrétaire général adjoint chargé de la politique de la famille, de la femme et de l’enfant


Lundi 3 Juin 2013
Vu (s) 450 fois



1.Posté par WALACE le 03/06/2013 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
KIA KIA KIA KIA
si le ridicule tuait
qui pouvait parler sous le régime fasciste du criminel GBAGBO en côte d'ivoire ?????????
sans même parlé des femmes
ou sont nos mamans d'ABOBO tuées toutes par un char , combat, c'est pas vrai ça , tué des humains à l'aide d'un char comme deux nations étaient en guerre
haaaaaaaaaa Gbagbo tu vas payer tout le mal fait au peuple ivoirien d'une manière ou d'une autre

2.Posté par Yuotam le 05/06/2013 01:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu n'es pas IVOIRIEN pauvre débile.

Va dans ton BURKINA pauvre malade de la tête, espèce de Pédé comme les Apatrides qu'on à accueillis dans notre beau pays, et qu’on à goinfré de GARBA et poissons braisés, espèce de bouffeur de criquets pèlerins, sans l’éburnie vous serez entrain de bouffer votre merde.

Toi l’ivrogne et minable ci-dessus ce sont des âneries que tu nous chiches qui ont ridiculisé BENSOULARDE, à la CPI, jusqu’à à aller chercher des scènes qui ce sont déroulés au KENYA, dans le pays de l’autre clown de service RAILA ODINGA, voici un minable qui à appeler à bombarder par des missiles du SARKO-NAZISME de l’armée d’occupation NAZIE franSSaise, pour génocider des IVOIRIENS, par contre quand il s’agissait de son propre bled ce clown à botter en touche.

Et c’est là que l’USURPATEUR Mossi à appeler le « parlement EUROPEEN » à faire l’embargo sur les médicaments geste triste qui à tuer un peu plus de 700 000 IVOIRIENS et dans la fouler ces petits blancs s’attribuaient le prix Nobel de la paix comme si le ridicule ne tue plus les petits blancs et c’est même minable.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !