Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Togo : lu dans la presse locale cette semaine

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - Presse Africaine & Internationale le Samedi 23 Avril 2011 à 19:14 | Lu 603 fois

(AfriSCOOP Lomé) — La corruption érigée en système à TogoTélécom, les dessous des accrochages entre le FRAC et le Front-Sage , le nouveau rebondissement dans l’affaire Kpatcha Gnassingbé et la polémique sur les statues de têtes de chefs d’Etat autour du monument de l’indépendance, sont les sujets qui meublent la revue de presse togolaise cette semaine.



Togo : lu dans la presse locale cette semaine
Les responsables de TogoTélécom ont décidé d’instaurer un partenariat entre leur structure et les médias. Mais ce qui cloche, c’est que les responsables de TogoTélécom ont, lors d’une attribution d’annonce à la presse, marginalisé certains journaux qu’ils croient proches de l’opposition.

Abordant ce sujet, « L’Indépendant Express, n° 163 du 19 avril 2011 » titre en manchette : « Corruption et gabegie érigées en système à TogoTélécom : Sam Bikassam, un pilleur à gage, menace pour une économie » et écrit : « Les observateurs de la gouvernance économique s’étonnent constamment lorsqu’ils bénéficient de prix de la performance sur le plan international alors que la gestion interne reste chaotique. TogoTélécom est l’une des premières sociétés togolaises où l’orthodoxie financière est foulée au pied et où des manœuvres et initiatives se succèdent et facilitent la fraude, le détournement et la corruption.

Les plus récentes, l’achat à visage découvert, à coût de millions des médias dans le but de fermer les yeux sur les malversations et le décaissement de la bagatelle d’un milliard 500 millions pour un ministère dont il ne dépend pas. Un scandale dont sont complices les autorités togolaises qui continuent de faire croire que le Togo est sur la bonne voie de la bonne gouvernance ».

Dénonçant le coup bat que les journaux n’ayant pas bénéficié de cette annonce font à Bikassam, « La Dépêche , n° 567 du 20 avril 2011 » s’interroge : « Pourquoi Moov-Togo finance seulement les journaux de l’opposition ? » et précise : « Ce n’est pas un plaisir de répondre aux écrits des confrères. Mais avouons qu’on est parfois obligé de le faire. Il y a plus de trois ans que l’opération Moov a signé un partenariat avec des journaux de la place.

A la différence de TogoTélécom qui l’a fait sans distinction de la ligne éditoriale, la société Moov a signé les contrats exclusivement avec des journaux de l’opposition sans que personne ne trouve rien à dire. Voilà la triste réalité de notre pays. On n’écrit pas pur informer, mais pour intoxiquer, manipuler et nuire. Parce que Moov finance l’opposition, on ne trouve rien à dire. Mais on crie haro sur le DG de TogoTélécom qui a eu le souci de partage. Si nous voulons que les choses changent dans notre pays, nous devons changer nos mentalités. C’est à la presse de donner l’exemple ».

Depuis que le Front-Sage dirigé par Me Jean Dégli a annoncé qu’il battra aussi le pavé pour amener le pouvoir public à asseoir un véritable Etat de droit, le FRAC (Front Républicain pour l’Alternance et le Changement) et surtout l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de Jean-Pierre, s’est senti frustré et pense que le Front-Sage est sous la roulette du pouvoir en place.

Abordant ce sujet, « Courrier de la République , n° 217 du 18 avril 2011 » titre en manchette : « Un samedi, deux marches, deux courants : L’opposition dans l’étau des fascistes » et note : « Ce triste spectacle que celui offert à la population par l’opposition. Le Front-Sage d’un côté et le FRAC de l’autre. Chaque entité a donné rendez-vous à ses militants pour la marche samedi et ce pour des causes et des buts différents. Parlant du FRAC et de l’ANC habitués à ce genre de marche, il n’y a pas lieu de s’y appesantir parce que ces marches s’apparentent plus à du marathon pour maintenir la forme que pour une œuvre utile… Silence, les fascistes dénaturent le combat politicien. La démarche des leaders de l’ANC n’est pas si loin de ce que nous avons connu sous les monstres tels Adolphe Hitler, Benito Mussolini et autres ».

S’intéressant au même sujet, « Liberté, n° 950 du 18 avril 2011 » titre en couverture : « Deux marches de protestation pour une même cause : Le Front-Sage se casse les dents, le FRAC fait sensation » et souligne : « La guerre des tranchées entre le Front-Sage de Jean Yaovi Dégli et le FRAC, qui a duré toute une semaine, a enfin connu son épilogue samedi dans les rues de Lomé lors de la marche de ces deux organisations se réclamant de l’opposition togolaise. C’était à qui mobilisera le plus de Togolais dans ses rangs pour démontrer l’adhésion du peuple à ses idéaux. Et à ce jeu, le Front-Sage de l’ancien avocat d’Arusha n’a pas fait le poids. Selon les observateurs, ce fut une véritable bérézina pour le Front-Sage et ses alliés ».

L’affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat dont Kpatcha Gnassingbé est le présumé auteur ne cesse de connaître des rebondissements. Dix des coaccusés de Kpatcha Gnassingbé ont été libérés mais non sans être toujours sous pression.

Suite à cette libération, « Le Regard, n° 727 du 20 avril 2011 » titre en manchette : « Affaire Kpatcha : Silence imposé aux personnes libérées » et indique : « Des sources proches des personnes libérées dans l’affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat, les dix personnes qui ont recouvré la liberté provisoire auraient reçu des « conseils » d’usage et sont donc tenues d’éviter toute déclaration susceptible d’aggraver leur cas, étant attendu qu’ils restent sous contrôle judiciaire. Certains dont nous taisons les noms pour des raisons évidentes sont sous le choc et avouent ne pas comprendre pourquoi ils ont été privés de leur liberté pendant deux ans. Au regard de l’humiliation qui leur aurait été infligée durant leur détention, certains sont convaincus que des consignes ont été données pour les traiter d’une certaine manière ».

S’intéressant à ce sujet, « L’Indépendant Express, n° 163 du 19 avril 2011 » titre à la Une : « Affaire Kpatcha Gnassingbé : Un gâchis de 100 millions pour chacun des avocats de l’Etat » et précise : « Ceux qui ont toujours pensé que l’affaire de tentative à la sûreté de l’Etat pour lequel, Kpatcha Gnassingbé et 30 autres personnes ont été interpellés et détenus depuis deux ans est une pure hallucination de Faure Gnassingbé traduit dans une réalité forcée ont pleinement raison en fonction de l’évolution du dossier. Aucun procès, aucune instruction, aucune enquête sérieuse exprimée, deux ans de détention, de torture et une liberté provisoire pour une dizaine. Au même moment, les quatre avocats constitués par le gouvernement se pavanent après avoir empoché pour chacun plus de 100 millions de F CFA avec d’autres privilèges pour avoir tout simplement fait figuration de quelques minutes pour se vedettiser »

On érige autour du monument de l’Indépendance le statut d’anciens présidents du Togo. L’objectif est d’honorer la mémoire du président qui a permis au Togo d’accéder à son indépencance.

S’interessant à ce sujet, « Liberté,no 954 du 22 avril 2011 » s’interroge : « Commémoration du 27 avril 2011 : Que vient chercher la statue d’Eyadema à la place de l’indépendance ? ». Indiquant que l’ANC parle de « profanation du monument de l’indépendance », il écrit : « A l’occasion de la célébration du 51e anniversaire de l’accession du Togo à la souveraineté internationale, Lomé est en chantier. Ici et là, des ouvriers construisent des routes afin de faciliter la circulation dans la ville de Loméen ce grand jour, on fait les dernières retouches aux édifices devant accueillir les sommités invitées pour l’événement et surtout, on se bat à finir avant cette date, les statuts de quatre hommes d’Etat que le Togo a connus. Parmi ces images de personnalités, figure celle du Général d’armée Gnassingbé Eyadema, père de l’actuel président Faure Gnassingbé, comme artisan de l’indépendance du pays. Ce qui suscite la polémique au sein de l’opinion sur l’opportunité de ce choix ».

Parlant de cette polémique, « Forum de la Semaine ,no 928 du 22 avril 2011 » titre en manchette : « Un Professeur de l’Université dénonce le projet de statues de Présidents autour du monument de l’indépendance » et précise « Pour une deuxième fois, un citoyen togolais adresse une lettre ouverte au chef de l’Etat par le truchement de votre organe Forum de Semaine. M. Cham, puisqu’il s’agit de lui, est un artiste plasticienn enseignant en communication d’image à l’Université de Lomé ainsi qu’à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal.

Consécutive à la première publiée l’année dernière, cette deuxième lettre ouverte au chef de l’Etat est, elle aussi, relative aux questions et enjeux de la culture et des arts du Togo. Vous êtes pas sans savoir que le conseil des minitres à récemment adopté la politique culturelle nationale. Il est question dans cette lettre, tout comme il est question de budgets consacrés à la culture et aux Arts chez nos voisins et dans quelques autres pays du continent. Pour finir, la lettre dénonce l’implantation de statues de têtes de chefs d’Etat autour du monument de l’indépendance, et appelle Faure Gnassingbé à annuler ce projet politiquement inapproprié »

Afrik53 - Presse Africaine & Internationale
Samedi 23 Avril 2011
Vu (s) 603 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !