Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Sous les yeux de Ouattara et de Soro: Les ingrédients d’une implosion sociale se mettent en place

le Vendredi 26 Août 2011 à 09:28 | Lu 844 fois

D’un côté des populations excédées et exténuées par un pouvoir politique qui ne pense qu’à lui seul. De l’autre, des gouvernants soucieux de pérenniser leurs acquis et qui vont se livrer bataille par forces militaires interposées. Le pays va droit dans le mur.



Sous les yeux de Ouattara et de Soro: Les ingrédients d’une implosion sociale se mettent en place
Un impérieux devoir s’impose à la nouvelle classe dirigeante en Côte d’Ivoire. En premier lieu aux deux têtes de l’exécutif: le président Ouattara et le Premier ministre Soro. Le devoir, c’est celui de ramener la sérénité au sein des populations ivoiriennes et étrangères vivant sur l’ensemble du territoire ivoirien. Sérénité dans toutes les couches sociales et dans tous les secteurs d’activités.

En effet, depuis le coup d’Etat contre le régime du président Laurent Gbagbo, il ne se passe de jour sans que l’on ne signale par presses interposées, la grogne des populations toutes tendances confondues, celles qui ont soutenu l’actuel régime jusqu’à son avènement et les partisans ou supposés du président déchu. Les transporteurs ne supportent plus les brimades, les rackets et autres impositions de taxes farfelues des Forces républicaines de Côte d’Ivoire, l’armée du président Ouattara qui officiellement, en est le chef suprême. Les convoyeurs de bétail, fatigués de faire de la surenchère sur les marchés au détriment des consommateurs, n’acceptent plus de payer 300.000 Fcfa à la caisse noire (Centrale) de l’ex-rébellion des Forces nouvelles, ensuite 700.000 Fcfa du «droit de passage» par camion aux corridors.

Le prit du kg de la viande de mouton qui était de 2400 Fcfa va passer à 4800 Fcfa de même que celle du boeuf qui était à 1800 Fcfa au temps du président Gbagbo passe d’abord à 2000 Fcfa puis, sûrement à 3000 Fcfa. Les prix des denrées de grande consommation car de première nécessité connaissent une flambée record.

Les médecins sont rudoyés sur leurs lieux de travail, jetés en prison pour un oui ou pour un non. A Soubré des Frci ont tabassé, embarqué et jeté en prison tout le personnel médical reproché de n’avoir pas «empêché une mauvaise couche». Dans le mois de juillet, c’était dans les Chu de Cocody et de Treichville où personnel soignant et malades subissaient l’ire de l’armée du président Ouattara. A l’intérieur du pays, dans les villes, villages et campements, les planteurs et cultivateurs sont rançonnés par les mêmes Frci. Les paysans sont obligés de payer une rançon pour aller et revenir des champs, leurs produits taxés ou tout simplement confisqués en cas de refus ou manque d’argent.

Dans l’éducation nationale, dès le début de la crise pos-électorale, les étudiants sont jetés dehors pour faire de la place aux combattants Frci; conséquence : les cités U, le campus de Cocody, les Universités sont fermés. Le nouveau régime ayant argué que «tous les étudiants sont pro-Gbagbo». Le lundi 22 août 2011, une école primaire est prise d’assaut par des éléments Frci qui traumatisent les écoliers et violentent personnels enseignants et administratifs. Des parents d’élèves de cet établissement pensent de plus en plus à changer leur enfant d’école. Les
MoviePlus X5 Movie editing software

entreprises sont rançonnées, chaque directeur de société privée est sommé de payer entre 2 à 5 millions par mois s’il veut continuer ses activités; parallèlement à cela une somme hebdomadaire est versée au commandant de la zone de compétence.

Les petits commerces voient leurs taxes multipliées par trois voire quatre, parce qu’à côté de la taxe officielle, le commandant – c’est une armée de commandant, doit percevoir sa quotepart quotidiennement pour les frais de carburant de ses éléments qui font la ronde. Des familles sont vidées de leurs maisons par des Frci qui les occupent par la suite. Des résidences sont pillées de jour comme de nuit. Les braquages sont le lot quotidien des automobilistes qui ne savent plus à qui se plaindre. Car, déposer une plainte dans un commissariat équivaut à débourser de l’argent pour être enregistré, si l’infortuné a de la chance. La Côte d’Ivoire vit au rythme du désordre organisé. Si bien organisé que même la tête qui en est le chef d’orchestre peine désormais à l’éradiquer.

De fait, pendant que le président de la République demande que les Frci quittent les rues pour céder la place aux agents assermentés (police et gendarmerie) et libèrent les domiciles des populations qu’ils occupent illégalement, c’est comme s’il prêchait dans le désert. Les Frci sont toujours dans les rues, érigent des barrages, rançonnent les commerçants, les transporteurs, pillent, volent et violent les populations désabusées et abandonnées à leur propre sort. Et plus le chef de l’Etat menace, plus son Premier ministre multiplie les consignes contraires. En effet,tout puissant Premier ministre, Guillaume Soro, est également le ministre de la Défense.

Et lorsqu’ il ordonne au ministre Délégué à la Défense Paul Koffi Koffi dont la complicité n’est plus à prouver (Koffi Koffi qui connaît bien la primature pour y avoir été depuis Affi N’Guessan également fut Directeur de cabinet de Soro depuis que ce dernier occupe la primature), c’est tout naturellement que ce dernier s’exécute avec diligence. Cette symbiose qui existe entre le Premier ministre, ministre de la Défense et le ministre Délégué à la Défense, reflète la nature de la guerre à fleuret moucheté que se livrent Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Pendant que le chef de l’Etat – craignant un retour du bâton des ex-rebelles des Forces nouvelles majoritairement acquis à la cause de Soro -, mène le combat de l’encasernement des Frci par son proche, le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko interposé, le Premier ministre Soro prend le contre pied en aiguillonnant son Délégué Koffi Koffi qui part en guerre contre les caches d’armes.

Question à un sou : avec qui Koffi Koffi mènera-t-il sa guerre si ce n’est avec les mêmes Frci que contrôle Guillaume Soro ? Ce qui revient à dire que les Frci ne quitteront pas les rues et n’entreront pas en caserne contrairement aux efforts du président Ouattara, tant que le Premier ministre n’est pas convaincu de la découverte et de la maitrise de toutes les caches d’armes du pays. En filigrane il faut s’attendre à une déflagration générale. D’un côté des populations excédées et exténuées par un pouvoir politique qui ne pense qu’à lui seul.

Et c’est peu de dire que les ingrédients d’une explosion se mettent en place.

Simplice Allard

Source: Le Temps

Vendredi 26 Août 2011
Vu (s) 844 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !