Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Soro parle de l'arrestation de Blé Goudé

le Mardi 22 Janvier 2013 à 00:10 | Lu 2060 fois

Nous avons rencontré le président de l’Assemblée nationale dans son lieu de repos pour réaliser une interview prévue de longue date pour parler de sa passion pour les Technologies de l’Information et de la Communication. A cette occasion, nous avons évoqué certaines questions d´actualité dont la fameuse guerre de succession qui l’opposerait au ministre de l’Intérieur.



Soro parle de l'arrestation de Blé Goudé
Bonjour Monsieur le Président de l’Assemblée nationale. Depuis la clôture de la deuxième session ordinaire, l’on ne vous a plus entendu du tout !



Bonjour ! En effet, je me suis interdit de parler pour ne rien dire. Quand ce que l’on a à dire n’est pas plus beau que le silence, alors on se tait. Du reste, j’ai accepté cet échange parce que vous m’avez assuré qu’on ne parlerait que des T.I.C.



M. le Président, au mois d’octobre 2012, lors d’un déjeuner avec la presse diplomatique à Paris largement relayé sur la toile, vous affirmiez que dans le conflit malien, la supériorité militaire viendrait de l’aviation. En saviez-vous déjà quelque chose ?



Alors là ! Vous vous éloignez de l’objet de l’interview. Avec vous les journalistes, il faut toujours réfléchir par deux fois. Bref ! Pour vous répondre rapidement, je dirai que le Mali, ce pays frère et ami de la Côte d’Ivoire, traverse des moments difficiles et douloureux. Personne ne pouvait accepter la remise en cause de son intégrité territoriale. Aussi une intervention militaire s’avérait-elle incontournable. Les informations en ma possession faisaient état de ce que les djihadistes étaient bien armés et avaient une parfaite connaissance du terrain. Et plus les jours passaient, plus ils consolidaient leurs positions militaires et leurs assises sociologiques. Il apparaissait dès lors inévitable que l’option militaire pour endiguer leur progression et les faire replier, devait être sérieusement envisagée. Et dans le cas de figure, l’avantage décisif dans ce type de confrontation repose principalement sur une vraie capacité militaire aérienne. En résumé, dans un territoire grand comme deux fois la France et peut-être quatre fois la Côte d’Ivoire, avec une armée caractérisée par son extrême mobilité, seul la maîtrise du ciel pouvait les déstabiliser. Prions pour que les choses s’arrangent au plus vite dans ce pays.



Au cours de ce même déjeuner, l’on s’étonnait d’une étonnante apathie de la partie ghanéenne en matière de lutte contre la criminalité transfrontalière, notamment de la part de cellules de déstabilisation dirigées par des exilés ivoiriens. Vous affirmiez que les choses pourraient s’accélérer au Ghana après l’élection présidentielle. Moins d’un mois après l’élection ghanéenne, Blé Goudé Charles est arrêté et extradé en Côte d’Ivoire!



Bon voilà !!! Je constate que j’ai eu tort de vous croire lorsque vous affirmiez qu’on ne parlerait que des T.I.C. dans cet entretien. Je vais vous dire, je n’aime pas beaucoup commenter les arrestations car j’ai moi-même été arrêté à cinq reprises dans mon pays, pendant mes années de militantisme estudiantin. Toutefois, je peux dire que je préférais la prison dans mon pays où je pourrais faire face à la justice, qu’une vie de fugitif. Car je sais aussi ce que c’est que d’avoir des montées d’adrénaline en permanence et de devoir se cacher tous les jours. C’est pire que la prison, croyez-moi. Quant aux relations entre le Ghana et la Côte d’Ivoire, c’est une évidence, nous sommes condamnés à les améliorer et à nous entendre. Ceux des Ivoiriens qui y sont réfugiés ont tort de penser qu’il pourrait en être autrement.

Je vous le dis, les Etats n’ont pas d’amis ; ils ont des intérêts. Quel que soit le Président qui y serait élu, il deviendrait forcément l’homologue du Président ADO.



Que vous inspire la situation en République centrafricaine ? On a l’impression que certaines rebellions veulent s’inspirer de vous. On a lu que la rébellion du SELEKA vous a contacté, que le M23 vous a cité en exemple et que même le capitaine SANOGO tenterait d’entrer en contact avec vous…



Monsieur TOURE, vous voulez me créer des problèmes !!! Déjà que j’en ai suffisamment. Tout ce que vous dites ne peut pas être vrai ! Toujours est-il que mon expérience personnelle m’a enseigné que quelles que soient les raisons qui fondent la prise des armes, il faut aller rapidement au dialogue et à la négociation. Le monde a changé. On ne peut plus accéder au pouvoir par les armes. L’éveil des consciences des peuples est telle qu’il n’y a pas d’autres alternatives. J’encourage les uns et les autres à maintenir le cap du dialogue. D’ailleurs, je connais bien le Président BOZIZE depuis belle lurette, notamment à Lomé où nous avons longuement discuté en 2002 avant sa prise de pouvoir. Je salue les chefs d’Etat de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale) qui ont fait preuve de réactivité dans la résolution pacifique de la crise centrafricaine. J’ai aussi connu le Président KABILA quand j’étais Premier Ministre. Il m’avait invité à venir à Kinshasa. Je vais m’organiser pour honorer ce rendez-vous auquel je tiens.



Monsieur le Président, je souhaite qu’on revienne sur la situation en Côte d’Ivoire. Vous êtes très présent sur les réseaux sociaux, nul ne peut le nier. Et à en croire certains sites Internet, une guerre de succession vous opposerait à votre ami et frère le ministre Hamed BAKAYOKO ?



Ça alors ! Vous ne trouvez pas qu’il est indécent de parler de succession alors que le Président Alassane Ouattara n’est même pas encore à la moitié de son mandat présidentiel ? Vous nous croyez à ce point idiots pour nourrir des ambitions farfelues ?

En tout cas, pour ce qui me concerne, je ne m’inscrirai jamais dans une guerre de succession. Je sais qui je suis et d’où je viens. Mon père m’a enseigné que quel que soit le succès, il ne faut jamais prendre la grosse tête. Je l’ai déjà dit au cours d’une interview à la RTI (Radiodiffusion Télévision Ivoirienne), je le répète et je vous prie de bien le noter : « Ce n’est pas parce que la foule vous a applaudi à quelques meetings que vous allez vous découvrir un destin présidentiel. »



Excusez-moi Monsieur le Président de l’Assemblée nationale, mais même « Jeune Afrique » et « La Lettre du Continent » évoquent une guerre larvée de succession.



Mais TOURE, sortez de la désinformation. Je vous le demande : quelle est donc cette fameuse guerre où l’on ne compte ni mort ni blessé ? Dites-moi, en avez-vous dénombré ? Il ne peut y avoir de guerre de succession puisque, je l’ai déjà dit dans une interview à «Jeune Afrique » en mars 2012, je n’ai d’autre ambition que de travailler à la réélection du Président Alassane Ouattara, dès le premier tour, en 2015. Je sais que le Président n’aime pas que j’en parle trop tôt mais c’est ma conviction propre et je ne peux m’empêcher de la déclarer. Tenez Monsieur TOURE, je vais même vous révéler mon agenda caché. Il y a des points inscrits :

1 – Rayonnement de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire

2 – Réélection du Président ADO au 1er tour en 2015.

Il faut que ce soit clair pour tous. Je suis jeune, pourquoi me précipiterai-je ? L’ancien séminariste que je suis, sait que les écritures saintes enseignent que : « la précipitation est du diable, Dieu agit lentement ».



Aujourd’hui, quels sont les rapports entre Hamed Bakayoko et vous ?



Hamed BAKAYOKO demeure mon ami et mon frère. Nous sommes tous deux surpris et ahuris qu’un pavé jeté dans la mare ait pu emballer les journalistes et déclencher cette ire médiatique. Hamed et moi, nous nous sommes retrouvés pour recouper nos informations et nous avons compris que tout ceci était l’œuvre d’une officine basée dans un pays voisin qui a usé d’une tactique classique, désormais bien connue des services de Police. Créer la rumeur, l’alimenter en la nourrissant d’intoxication et la propager. En sachant qu’une fois la rumeur créée et distillée dans le corps social, elle laissera forcément des traces et il faudrait un temps bien long pour qu’elle meure. Donc rassurez-vous, nous savons exactement d’où vient ce lynchage médiatique et nous connaissons les commanditaires et les acteurs.

Tout le reste n’est qu’affabulation et chimère. L’objectif de l’officine est de semer la zizanie dans l’équipe du Président Alassane Ouattara. Grâce à Dieu, ils ne réussiront pas. En conclusion, Monsieur TOURE vous avez réussi à me faire parler, mais retenez ceci :
1.Le Président ADO doit être réélu en 2015
2.Nous ne sommes pas dans une fin de règne, loin de là !
3.J’ai l’intelligence des ambitions mesurées ;
4.Ne tombez pas dans la désinformation manigancée par l’officine que vous savez. Pas plus tard qu’hier samedi (19 janvier 2013), le Ministre Hamed BAKAYOKO m’a appelé pour me prévenir que des articles plus coriaces en provenance de l’officine que je vous ai décrite, paraîtraient tout au long de cette semaine.

Je suis donc averti et je saurai les prendre à leur juste dimension.





Source Sercom Assemblée nationale

Mardi 22 Janvier 2013
Vu (s) 2060 fois



1.Posté par Halin Bebel le 22/01/2013 12:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah Mr le PAN! Les écritures Saintes n'ont-elles pas dit aussi que,pour revendiquer quelque chose,faut-il attaquer son pays avec des armes?

2.Posté par Serge KONAN le 22/01/2013 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand la perversion et l'imposture ont triomphé longtemps, on perd de vue qu'il y a eu inversion des valeurs. Ce criminel propulsé dans le fauteuil de Président de l'AN voudrait réecrire l'histoire (encore récente) de la CI qu'il a aidé à balafrer avec sa horde de tueurs, de voleurs, violeurs, de criminels. Il ose parler de diable qui agit dans la précipitation. Il en est un. Entre lui et BLE GOUDE, c'est, non pas une différence de degré, mais une différence de nature. Il est bien associé au cynique watara et au délinquant bakayoko. La CI digne se souviendra au moment opportun de ce flot de mensonges. Rebelle dans l'âme.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !