Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Seul le Président Laurent Gbagbo peut de nouveau rendre légitime la candidature de Ouattara...

L'Afrique en mouvement - Isaac Pierre Bangoret le Mardi 24 Mars 2015 à 07:32 | Lu 1220 fois



Le RDR, après le PDCI de Bédié, vient de désigner Dramane Alassane Ouattara candidat à la
présidentielle de 2015. Il nous faut lever, de manière définitive, toute équivoque sur la
candidature contestée de Dramane Ouattara, qui met notre pays face au dilemme politique
suivant : choisir Ouattara ou la Côte d’Ivoire. Qui soutient la candidature de Dramane Ouattara
choisit, en effet, d’effacer la Côte d’Ivoire de la carte, parce qu’elle ne répond à aucune disposition
juridique de notre pays.

Sa candidature, dans ce contexte politico-juridique, suspend
automatiquement notre Constitution, dissout notre Parlement, toutes les institutions de la
République, et fait de Dramane Ouattara l’État de Côte d’Ivoire, car sa volonté, ses dires, ses
décisions ont la primauté sur toute notre administration. La question n’est pas de savoir si nous
aimons ou non Ouattara. Les membres du RDR et du PDCI-RDR se doivent de surmonter leurs
émotions pour appréhender, de manière objective, le chemin qu’ils nous demandent
d’emprunter ; il s’agit de celle de la force et non de la LOI. Toute personnalité politique qui
réussirait désormais en Côte d’Ivoire à constituer une armée pourrait fouler aux pieds notre
Constitution, nos lois, nos Institutions. Si nous appliquons au Burkina Faso le principe de
réciprocité : croyez-vous qu’un Ivoirien peut se permettre d’imposer au peuple Burkinabé sa
candidature à la présidentielle 2015, alors qu’elle n’est pas conforme à la Loi fondamentale de ce
pays ?

Surmontons nos égoïsmes, nos intérêts personnels, si nous voulons laisser en héritage à nos
enfants un pays où il fait bon vivre, où les loups ne se permettront pas de dévorer, jour et nuit, les
agneaux, les brebis, parce que le pâturage ivoirien n’aura plus d’enclos (plus de Loi fondamentale
pour protéger chaque ivoirien). Dramane Ouattara, candidat du RDR, ne fait que confirmer le désir
du clan Ouattara (et non des militants de ce parti) d’annexer la Côte d’Ivoire, en détruisant la
pierre angulaire de notre Loi fondamentale : l’article 35. Ivoiriens, nous ne voulons pas voir brûler
l’héritage que nous ont laissé nos pères. Il nous suffit de parcourir l’article relatif à Kiébré Seydou
du mont Péko publié le lundi 23 mars 2015 sur Connectionivoirienne.net, et d’analyser les propos
d’Adama Sankara, représentant des Ivoiriens d’origine burkinabé, pour discerner les pièges
politiques futurs de Dramane Ouattara, qui attend de faire du foncier rural, le feu, qui, selon lui,
dévorera notre pays.

Trente mille clandestins d’origine burkinabé qui se sont introduits dans le
parc naturel du Mont Péko, avec l’aide des soldats de Ouattara, se doivent de le rétrocéder à la
coopération Suisse qui le reboisera à terme. Aujourd’hui leur situation est qualifiée de catastrophe
humanitaire, et à San Pedro, Ouattara a décidé « d’anéantir » tous les groupes armés qui sévissent
dans cette zone de notre pays.

Ouattara a la faculté de susciter le désordre et de se présenter
ensuite comme le seul capitaine capable de rétablir l’ordre. Nous sommes confrontés à ces
situations déplorables lorsque des hommes comme Dramane Ouattara refusent de respecter les
lois qui régissent notre pays, notre Loi fondamentale. Lorsque nous parlons de la catastrophe
humanitaire des trente mille clandestins burkinabé, n’oublions pas d’évoquer celui des exilés
ivoiriens qui ont fui leurs terres à cause des milices de Ouattara. Des groupes armés se sont
constitués de chaque côté pour défendre des prétendus acquis. Les problèmes relatifs au foncier
rural se rencontrent dans tous les pays du monde. La solution n’est pas « d’anéantir » les
membres de ces groupes armés mais de proposer des solutions conformes aux lois ivoiriennes sur le foncier rural.

Dramane Ouattara inéligible, le dos au mur, voudrait plutôt s’en servir pour
brandir un autre document comparable à celui de l’ivoirité, sur la catastrophe humanitaire des
travailleurs étrangers clandestins, les apatrides de la Côte d’Ivoire qui ignoreraient leur pays
d’origine. Ban Ki-Moon et Sarkosy, qui gagne du terrain en France, pourraient, tous les deux, s’en
servir pour écrire avec Dramane un autre scénario apocalyptique sur notre pays, en nous privant,
cette fois-ci, « d’eau et d’électricité », après l’embargo sur les médicaments, afin que la Loi
fondamentale de notre pays soit de nouveau foulée au pied. Pour éviter toute catastrophe
apocalyptique à notre pays où nous voulons que tous ses habitants vivent en harmonie, il serait
bon de suggérer aux conseillers de Dramane Ouattara, qui ne consacre aucun moment de son
temps à la réflexion politique, ce scénario, qui lui offre une porte de sortie honorable. Il lui faut, en
effet, créer un contexte juridique conforme à notre Constitution susceptible de lui permettre de
rendre légitime sa candidature à la présidentielle de 2015. Ce contexte lui est offert par le
président Laurent Gbagbo, qui s’est servi de l’article 48 pour défendre le peuple ivoirien, les
intérêts de la République, et non les siens.

Il ne s’agit pas de faire de cet acte politique un cas de
jurisprudence, mais de restaurer plutôt l’ordre politique qui existait avant la guerre, qu’il a
déclenchée contre les Institutions de notre pays, en considérant que le contentieux électoral de
2010 ; le litige n’est pas encore vidé, comme l’a relevé Madame Simone Ehivet Gbagbo face à ses
juges. L’on considérera alors nul et non avenu les décisions de Choï (de la CEI) et de Yao N’Dré
(de la Cour constitutionnelle) et sauverait ainsi la face de tous les acteurs nationaux et
internationaux de cette crise. Une telle attitude poserait les jalons d’une paix durable en Côte
d’Ivoire puisque devront être libérés et dédommagés tous les prisonniers politiques dont le
président Laurent Gbagbo, son ministre Blé Goudé, son épouse ainsi que tous les prisonniers
militaires.

L’argent du contribuable ivoirien servirait à mettre un baume au cœur de tous ceux qui
sont meurtris dans leur chair dans les deux camps, créerait ainsi les conditions de la paix et ne
servirait plus à entretenir les armées de l’ONU, de la France et des milices pro-Ouattara. Tous les
exilés ivoiriens rentreraient en Côte d’Ivoire afin que le foncier rural dans l’Ouest de la Côte
d’Ivoire soit abordé et résolu dans une ambiance fraternelle. Si l’on considère que le litige
électoral n’est pas vidé alors l’article 48 et les dispositions prises par le président Laurent Gbagbo
rendraient légitime la candidature de Dramane Ouattara et de tous les candidats à la
présidentielle de 2015.

Cependant le fait de restaurer l’ordre politique qui existait avant la guerre
suspendrait toutes nos institutions et nous ferait adopter automatiquement la solution politique
du PIT ; il s’agit d’une « Conférence nationale souveraine ». Une telle solution remettrait les
compteurs politiques à zéro, puisqu’elle est adoptée face à un blocage politique. La candidature
de Dramane Ouattara ne répondant à aucune disposition juridique de la Côte d’Ivoire, l’acte
politique du RDR, qui le choisit comme candidat exprime la volonté de ce parti politique d’intenter
un coup d’état contre notre pays, contre nos Institutions, contre notre Constitution. Dans un tel
contexte politico-militaire, toute insurrection armée qui viserait à renverser Dramane Ouattara
serait légitime.

Il appartient donc aux Ivoiriens, et aux habitants de notre pays de prendre en main
leur propre destin pour nous éviter le pire, l’anarchie qui provient de toute attitude politique
propre aux régimes fascistes de Mussolini et d’Hitler, qui ont choisi de suspendre leur Loi
fondamentale afin de gouverner au moyen des armes et de la terreur.

Isaac Pierre BANGORET
(Écrivain)

Isaac Pierre Bangoret
Mardi 24 Mars 2015
Vu (s) 1220 fois



1.Posté par kone le 24/03/2015 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE PDT L GBAGBO N'EST PAS FOU.ET C'EST CE QUE AFFI NGUESSAN ALIS JUDA A VOULU FAIRE cad FAIRE UN DETOUR CHEZ LE PRESIDENT LAURENT GBAGBO A LA HAYE ET FAIRE CROIRE AU MONDE ENTIER ET EN APRTICULIER LA COTE D'IVOIRE POUR LEUR DIRE QUE LE PRESIDENT GBAGBO A ACCEPTE ET A DONNE SON ACCORD POUR ORGANISER LES ELECTIONS EN COTE D'IVOIRE BIEN QU'IL SOIT HORS DE LA COTE D'IVOIRE. AFFI NGUESSAN JUDA EST TRES DANGEREUX POUR LA COTE D'IVOIRE.LE FPI A BIEN FAIT DE L'EXTIRPER DU PARTI.IL A PERVERTI LA VOIE ,LE JOURNAL DU FPI.

2.Posté par la vie le 24/03/2015 16:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE PEUPLE IVOIRIEN DU NORD DU SUD DE L'EST ET DE L'OUEST C 'EST LE MOMENT POUR NOUS DE RENDRE LA MONNAIE A MOSSI DRAMANE.IL N EST PAS ELIGIBLE NI MAINTENANT NI DEMAIN.TOUT CE QU IL SAIT C EST LA FORCE LEVONS ENSEMBLE

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 07:28 Côte d'Ivoire : Ils nous ont dit...

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !