Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Sénégal : L’influence de la mode dans les Ecoles

le Samedi 1 Juin 2013 à 08:00 | Lu 493 fois



Sénégal : L’influence de la mode dans les Ecoles
Concernant les garçons, en plus des couleurs féminines, rose, orange, vert, jaune. Il faut noter que pour ne pas être à côté de la mode, ces jeunes sont prêts à tout quitte à y ajouter l’arsenal des bijoux : montre, chaîne autour du cou et parfois des boucles d’oreilles.

Aujourd’hui, au Sénégal les valeurs morales et religieuses sont en décadence. Notre école est devenue un espace où les jeunes filles s’habillent de manière indue car elles sont trop prises dans le mirage de la mode. L’habillement est une manière pour les jeunes de s’affirmer par rapport à leurs pairs et leurs parents. Actuellement c’est devenu une étape importante de leur socialisation car le vêtement leur permet d’avoir confiance en eux, voire de séduire. L’habillement est également un code permettant aux jeunes de se reconnaitre entre eux. Cependant, les tenues indécentes des filles et des garçons à l’école sont devenues un moyen d’«agression».

La société Sénégalaise est une société du paraitre et les modes changent à une allure démesurée. Le style «slim» est devenu très prisé par la nouvelle génération. Nous transposons directement ce que nous voyons à la télé sans tenir compte de notre environnement. Ce qui est bon pour l’occident ne l’est pas forcément pour nous. En effet nos ados ne se limitent pas à copier l’habillement des stars américaines. Les coiffures aussi sont imitées. Un tour dans les écoles pour voir les élèves aborder le «Davala» et ce, garçon comme fille. Concernant les garçons, en plus des couleurs féminines, rose, orange, vert, jaune. Il faut noter que pour ne pas être à côté de la mode, ces jeunes sont prêts à tout quitte à y ajouter l’arsenal des bijoux : montre, chaîne autour du cou et parfois des boucles d’oreilles. On assiste à la féminisation de leur style. Nos jeunes adoptent une mode qui a tendance à avoir une touche un peu féminine.

Chez les filles, «djoumbax out» et «boule à zéro». Cependant les sociologues remarquent que le conformisme vestimentaire atteint son paroxysme au collège. Suivre la mode leur permet de «rentrer dans le moule». Les jeunes cherchent à se ressembler les uns aux autres et n’osent revendiquer leurs différences de peur d’être rejetés. En effet on remarque que la plupart des élèves exclus par leurs pairs au collège s’habillent d’une façon différente ; accordent moins d’importance à leur apparence. Ils ne sont donc pas dans la norme vestimentaire.

Les jeunes s’assument entièrement. Lors de son adolescence, période charnière de sa vie, où l’individu se cherche et forge peu à peu sa personnalité, le vêtement est une manière pour lui d’affirmer sa personnalité et de s’émanciper de ses parents. Le jeune ressent une liberté nouvelle à pouvoir s’habiller plus ou moins comme il le souhaite. Mais si un jeune peut s’habiller de façon provocante, cela s’explique par le fait qu’il est dans un âge où il recherche à séduire, susciter le désir et attirer le regard notamment des individus de sexe opposé. Cependant il ne se rend pas forcément compte qu’en s’habillant de telle façon, il s’expose également au regard des personnes plus âgées et cela peut entrainer des conséquences.

Les jeunes filles n’hésitent pas à porter des pantalons taille basse, des jupes qui arrivent à peine aux genoux, des hauts-talons, pour se présenter à l’école. Pour certains parents, porter ce style vestimentaire est considéré comme une incitation directe à la prostitution qui ne dit pas son nom. Certaines jeunes filles sortent de chez elles avec des vêtements décents, puis elles enfilent leur taille basse lors d’une pause à l’école. Les éducateurs, les enseignants se plaignent de ce laisser-aller.

Un style vestimentaire peut aussi être un moyen pour l’adolescent d’affirmer sa personnalité, surtout à partir de 14-15 ans. Grace à ses vêtements, il pourra donner un aperçu de sa personnalité. Pour lui l’habillement sera un moyen d’expression comme un autre. Beaucoup pense que le style vestimentaire est un indicateur des préférences, habitudes ou encore des croyances de l’individu. Et Adèle MENDY, abordé dans un arrêt de bus de dire : « L’habillement chez les filles est une question de personnalité. Moi dans mon établissement, on nous remet des tenues. Franchement, je suis obligée de me rendre chez le tailleur pour des modifications ».

Actuellement, presque tous les établissements exigent le port d’une blouse ou d’un uniforme. Seulement la mode aujourd’hui : «c’est d’être plus déshabillé que possible, avec parfois des aspects provocateurs», nous dit Alioune DEMBELE, professeur dans un lycée de la place.

Sur la question de l’habillement en milieu scolaire, la Fédération nationale des professionnels de l’habillement (Fenaph) a une fois réfléchit à la question pour trouver des solutions. En 1998, elle avait décidé de créer un uniforme que tous les élèves porteraient pour aller à l’école. Elle pensait que le port de l’uniforme dans les établissements changerait beaucoup de choses. Beaucoup d’acteurs de l’enseignement sont favorables à l’idée d’une tenue scolaire.

Car elle donne une identité commune aux élèves. Il n’y aura plus de complexe entre élèves. Même si le port des tenues est effective presque que dans tous les établissements visités, le constat reste le même, ces garçons et filles se disent «branchés», comme le montre leurs habillements à la mode. Ils ne portent ni blouse ni uniforme car les blouse et uniformes restent dans leurs sacs après les cours.

Samedi 1 Juin 2013
Vu (s) 493 fois



1.Posté par Abel le 03/06/2013 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les jeunes ne sont pour rien, la faute revient à l'éduction nationale et aus responsables des établissements. Quand il n'y apas la rigueur et la discipline dans un éablissement, ç'est
normal que tous les comportements s'y retrouvent.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !