Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Rumeurs sur le transfèrement du président Gbagbo à la Cpi : Les Femmes du Fpi sonnent la révolte

le Lundi 31 Octobre 2011 à 10:30 | Lu 537 fois



Rumeurs sur le transfèrement du président Gbagbo à la Cpi : Les Femmes du Fpi sonnent la révolte
« Il n’y a jamais de fumée sans feu ». Cet adage est pris au sérieux au Front populaire ivoirien (Fpi) et dans les milieux proches du Président Laurent Gbagbo. Face à la campagne sournoise ouverte pour préparer l’opinion au futur transfèrement de Gbagbo à la Cpi, les Femmes du parti qu’il a fondé sont sur le pied de guerre. Dans la déclaration qui suit, l’OFFpi sonne la mobilisation et signifie son opposition à cette rumeur qui, si elle devient réalité, compromettra la réconciliation que rechercherait Alassane Dramane Ouattara. Voici « l’appel de l’OFFpi à la mobilisation et à la vigilance des femmes de Côte d’Ivoire contre le transfèrement du Président Gbagbo à la Cpi ».
Le contexte

L’attaque armée du 19 Septembre 2002 a plongé la Côte d’Ivoire dans une crise sans précédent. L’élection présidentielle sensée y mettre fin s’est malheureusement achevée par une guerre qui a aggravé cette crise : plusieurs milliers de morts, des centaines de milliers de déplacés, exilés, réfugiés et sans abris, un tissu économique et social totalement délabré. C’est la raison pour laquelle l’Organisation des Femmes du Front populaire ivoirien (OFFPI) a accueilli avec bonheur l’instauration par le Président Alassane Ouattara d’une Commission “Dialogue, Vérité et Réconciliation”.

Les femmes du FPI y avaient cru. Elles avaient décidé d’adhérer pleinement à la mission assignée à cette Commission, à savoir la réconciliation, la cohésion nationale et une vie tranquille pour tous les Ivoiriens sans exclusion dans notre pays, afin d’amorcer ensemble et pour de bon, la reconstruction de la nation. Hélas ! Alors que vient d’être installée officiellement la Commission nationale de réconciliation, et que les Ivoiriens sont en droit d’attendre des signes concrets qui augurent d’une réconciliation véritable, le gouvernement choisit de brandir le transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale (Cpi) comme la solution pour aboutir à la réconciliation et à la paix tant recherchées.

Nos constats

Les Femmes du Front populaire ivoirien constatent au fil du temps, et cela en contradiction avec les déclarations du Chef de l’Etat, que les nouvelles autorités s’écartent du chemin de la réconciliation. En effet, l’idée de transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cpi vient rallonger la liste des actes contreproductifs du gouvernement par rapport à cette réconciliation. On peut citer entre autres forfaitures : l’emprisonnement des seuls partisans du Président Laurent Gbagbo, le gel de leurs avoirs, leur remplacement systématique dans l’administration par les cadres du Rhdp, la persistance de l’occupation de leurs domiciles privés par les forces pro-Ouattara et la confiscation par la violence de leurs biens par les Frci, le déficit d’actions pertinentes pour favoriser le retour des exilés, l’exclusion totale du
Fpi / Cnrd des médias d’Etat, les tentatives répétées de musellement de la presse de l’opposition, et plus grave, les multiples violations de la Constitution par le Chef de l’Etat lui-même.

Les femmes du Front populaire ivoirien ont le sentiment que le gouvernement met tout en œuvre pour éloigner le Président Laurent Gbagbo, et ainsi, l’écarter de la vie politique en Côte d’Ivoire. C’est cette politique d’ostracisme qui est en marche contre son parti, le Fpi, dont les activités républicaines, rassemblements publics et meetings sont réprimés, et même les réunions interdites. Les Femmes du Front populaire ivoirien constatent avec amertume, à travers plusieurs faits, que le gouvernement tente d’effacer toutes les traces de la gouvernance Laurent Gbagbo, alors que l’Etat est une continuité.

Notre position

Les Femmes du Front populaire ivoirien estiment qu’aujourd’hui, le cheval de bataille du chef de l’Etat devrait être de rassembler tous les Ivoiriens autour de la mère patrie, et non le transfèrement de Laurent Gbagbo à la Cpi, comme cela semble être le cas actuellement. Au demeurant, les Femmes du Front populaire ivoirien sont persuadées qu’aucune solution à nos problèmes ne se trouve à la Cpi.

De même que l’usage de la force n’a pu mettre fin à la crise, mais l’a plutôt exacerbée, de même, le transfèrement de citoyens ivoiriens à la Cpi ne règlera aucun problème en Côte d’Ivoire, bien au contraire.

Ce que les Ivoiriens attendent pour respirer et espérer une vraie réconciliation, c’est que les leaders politiques essentiels de la Côte d’Ivoire (Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié) se retrouvent sous l’arbre à palabre appelé Cdvr (Commission Dialogue, Vérité, Réconciliation) pour se parler franchement, engager un dialogue direct pour décrisper l’atmosphère socio politique de la Côte d’Ivoire. C’est cela qui amènera les Ivoiriens à ne plus se regarder en chien de faïence, à ne plus se traiter en ennemis. Aucun de ces trois acteurs ne peut être écarté du processus de paix sans mettre paix définitivement en péril. C’est pourquoi les Femmes du Front populaire ivoirien demandent solennellement la libération de Laurent Gbagbo, le principal sachant de la crise.

Aujourd’hui, sa libération serait perçue comme un signe fort et palpable de l’engagement des nouvelles autorités à rechercher la réconciliation et une paix durable. Au contraire, le transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cpi apparaîtra forcément comme la poursuite de la justice des vainqueurs qui se met visiblement en place dans notre pays ; une justice des règlements de comptes déjà décriés par plusieurs Ong nationales et internationales. Les Femmes du Front populaire ivoirien pensent que nous devons travailler tous ensemble à l’humanisation de la vie politique en Côte d’Ivoire et éviter d’emprunter tout chemin susceptible de nous éloigner de la paix.

Notre appel à la mobilisation et la vigilance des Femmes de Côte d’Ivoire

Oui, nous, Femmes du Front populaire ivoirien, demeurons résolument engagées dans le processus de réconciliation nationale, la vraie réconciliation nationale, celle qui va guérir la Côte d’Ivoire, celle qui va rassembler tous les fils et toutes les filles autour de la mère patrie. C’est pourquoi nous ne saurions accepter qu’un illustre et digne fils de ce pays continue de subir l’humiliation internationale.

C’est pourquoi nous disons NON à toute idée de transfèrementdu Président Laurent Gbagbo à la Cpi. C’est pourquoi l’OFFPI en appelle à la mobilisation et à la vigilance de toutes les Femmes de Côte d’Ivoire éprises de paix, de justice, de liberté et de démocratie. C’est pourquoi elle en appelle également à la mobilisation de toutes les Femmes qui sont pour la libération sans condition du Président Laurent Gbagbo : Femmes des marchés et des coopératives, Femmes des campagnes, Femmes cadres, Femmes des formations politiques, Femmes des mouvements et associations de la société civile, levons nous !

Œuvrons à une vraie réconciliation à laquelle participeront le Président Laurent Gbagbo et tous ses proches libérés de prison ! Allons à une vraie réconciliation impliquant tous les Ivoiriens qui, par la force des choses, se sont retrouvés momentanément en exil et qui seront de retour dans leur pays, sans être inquiétés, pourchassés et/ou humiliés ! Allons pour une vraie réconciliation entre tous les enfants de ce pays ! Allons pour une Côte d’Ivoire réconciliée avec elle-même, pour amorcer ensemble la reconstruction et le développement durable de notre pays. Agissons et œuvrons ensemble, dès maintenant, pour dire NON au transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cpi !!
Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan,
le 31 octobre 2011
Marie-Odette Lorougnon
Secrétaire nationale de l’OFfpi,
Député d’Attécoubé


Marie-Odette Lorougnon, Secrétaire nationale de l’OFfpi Député d’Attécoubé ,




Lundi 31 Octobre 2011
Vu (s) 537 fois



1.Posté par glewa le 01/11/2011 09:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils n'ont qu'à essayer seulement et sauront qui a mis l'eau dans coco

2.Posté par glewa le 01/11/2011 09:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils n'ont qu'à essayer seulement et sauront qui a mis l'eau dans coco

3.Posté par glewa le 01/11/2011 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils n'ont qu'à essayer seulement et ils sauront qui a mis l'eau dans coco

4.Posté par Djimmy Siss le 01/11/2011 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi il a une chose que je sais...Si le woody s'enva à la CPI devront suivre également SORO, son mentor ADO et ses nombreux chefs de guerre et dozos traditionnels...

5.Posté par AFRIQUE le 01/11/2011 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Titre: ouattara a du pain sur la planche…!
Date: lundi 31 octobre 2011 à 10:56 ET
Miss Dorcas
Message n°: 5509553
Le 20 juin 2011, en marge de la conference des pays francophone a Brazzaville sur ” francophonie et democratie”, une reunion secrete s’est tenue entre le ministre francais de la cooperation et certaines autorites africaines sur la situation securitaire en CIV.
Apres le coup d’etat de la France contre la CIV, Ouattara avait decide avec la France de regler les questions securitaires en 2 mois. Jusqu’au 20 juin 2011 la situation semblait plutot s’empirer. Les hautes autorites ne st pas dupes face aux declarations du pouvoir ado; les services secrets alarment chaque jr les hautes autorites de leur pays et donnent des consignes de voyage en CIV. Vu la popularite de + en + grandissante du Pr.GBAGBO, sa liberation a ete ecartee et les participants st tombes d’acc que seule la solution a la Compaore etait la meilleure, a savoir, liquider les chefs rebelles et les leaders pro-GBAGBO qui refuseraient de faire allegeance apres avoir pris soin de transferer le Pr.GBAGBO a la CPI. Les participants a ce sommet incongru etaient convaincus que la liquidation physique de GBAGBO sur le sol ivoirien risque de declencher une guerre civile. La solution a la Blaise Compaore retenue, les moyens humains pour y arriver sont les forces francaises et Burkinabes experimentees dans ce genre d’operation. Il a ete decide d’ecarter les rebelles des 1ers cercles de securite d’ado et d’endormir les chefs rebelles par des nominations flatteuses sans contenus ni moyens. Ainsi les 1ers cercles de securite d’ado seraient assures par les francais et les burkinabes afin de contrer toute reaction de vengeance. Concernant les moyens materiels, il s’agit de signer un nouvel accord de cooperation entre la France et la CIV et de negocier la complicite des USA. Le moment choisi est juste avant, pendant et apres les elections legislatives ou il a ete decide de donner les coudees franches a Ouattara en taillant une victoire confortable a son parti: 80% des elus contre 20% pour les autres avec la participation volontaire ou involontaire du FPI. Certains elus independants seront invites a coup de millions de FCFA a constituer un groupe parlementaire FPI. Une telle assise democratique donnera le feu vert pour l’operation dont le nom de code est : operation BAOBAB.La cote d’ivoire n’etant pas le BURKINA, le risque d’une telle operation peut faire basculer la cote d’ivoire et donc l’Afrique de l’ouest dans un chaos dont on regrettera les effets. C’est pour me soustraire d’un tel regret que j’ai decide d’en parler. Personne n’est obligee de croire a ce que j’avance comme conclusion de ce mini sommet ; mais la decision ayant ete prise, les choses se derouleront telles qu’evoque.Vivement que l’Afrique ne reste pas silencieuse a des pratiques revolues qui reviennent en force

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !