Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Révolution Permanente : Question au peuple togolais : est-il possible de vaincre une monarchie par les urnes ?

le Mercredi 14 Août 2013 à 18:30 | Lu 798 fois



Mon Ami et Frère Ali Camus, dans son combat pour un Togo « démocratisable », débarrassé de la Monarchie des Gnassingbé, me permet de savoir qu’il y a un combat politique au Togo et qu’une certaine opposition politique mal raccommodée tenterait de faire une alliance de « bras cassés » pour arracher le pouvoir à Eyadema fils, celui qui s’appelle "Fraude" Gnassingbé.

Je ne sais pas si mon Ami et Frère, Digne fils du Togo, croit en ce combat politique, tel qu’il est mené depuis le début à ce jour.

Sans attendre sa réponse, je pense qu’Ali est intimement convaincu qu’il y a un combat à mener. Mais, je suis presque persuadé qu’Ali ne peut pas croire que le Peuple togolais pourra venir à bout d’une Monarchie dictatoriale, vieille de plus de 50 années, par les Urnes.

La raison est toute simple.

D’abord, une Monarchie, déguisée en parodie de démocratie travestie, est forcément une fraude à l’opinion nationale et internationale, une arnaque politique, une escroquerie en bande organisée de malfaiteurs locaux et supra-locaux, pour asseoir une domination sans partage sur un pays essoré financièrement, pressurisé militairement, exploité jusqu’au sang afin d’engraisser sur le dos du paysan togolais, de la ménagère togolaise, du contribuable de Lomé, les fils mal-élevés d’une lignée d’autocrates divisés, ce conglomérat de parricides et de fratricides qui fait honte à l’Afrique Digne.

Ensuite, une Monarchie implique un système de transmission du pouvoir d’ascendant à descendant. Le choix du Monarque du moment peut donner lieu à une consultation interne et à des tractations au sein de la lignée. Mais mêler les gens du dehors au processus de désignation d’un Monarque relève d’une pure fantaisie trompeuse. C’est pourquoi dans les Monarchies, lorsqu’il y a plusieurs prétendants au trône, la lutte pour le contrôle du trône se fait toujours de façon violente, sanglante et macabre.

Cela dit, je penser avoir ma réponse concernant mon ami Ali Camus.

Non. Mon Ami et Frère Ali Camus est un homme bien avec une tête bien faite. Il ne peut attendre grand-chose d’une confrontation politique où le jeu des urnes est une scène de braquage armé durant laquelle le Peuple se fait voler et au terme duquel il est mis devant le fait accompli, après que plusieurs parmi ses enfants qui ont osé dire « Non » se sont fait liquider de la bonne des manières, c’est-à-dire, avec les moyens de l’Etat au grand dam d’un Peuple Digne mais sans véritable leader qui ose penser juste et agir de façon utile et déterminante.

Mais qu’en est-il du Peuple togolais dans son immense majorité ?

Parvient-il à cerner, bien cerner les contours du problème politique togolais ? Comprend-il les enjeux et les vrais défis de son combat politique ?

Oui et non.

Oui pour certains, qui comprennent bien qu’il n’est pas raisonnable de vouloir une alternative politique dans un jeu des urnes avec un pouvoir autocratique à relent monarchique, mais préfèrent jouer les insensés, préférant un monarque sanguinaire connu à un hypothétique homme du changement aussi rare au Togo qu’est rare l’eau dans un désert.

Non. Parce qu’il y a des gens de bonne éducation qui croient encore au Togo qu’il faut jurer fidélité aux Gnassingbé qui ne sont certes pas les meilleurs pour le Togo, mais qui au moins ont toujours été là, à la différence des Gilchrist Olympio, Kofi Yamgnane et Consorts qui veulent utiliser les Togolais comme de simples faiseurs et porteurs de roi sans jamais être là, au bon moment, pour partager leurs peines.

Que dire d’autre après tout ce qui est dit ci-dessus ? Désespérer du Togo ? L’abandonner à son sort si compliqué et si chargé d’incertitudes ?

Non. Surtout pas. Mais comme un médecin, on ne peut aider un grand malade, sans poser un bon diagnostic.

Le débat est donc à ce niveau ci. Ceux qui veulent sauver le Togo de plus d’un demi-siècle de parodie de République, cette chose nuisible qui n’est rien d’autre qu’une Monarchie d’autocrates confirmés, eh bien ceux-là doivent avoir de le courage de soulever la bonne problématique, celle qui est de savoir « s’il est possible de vaincre une monarchie par un jeu électoral».

A Très Bientôt.
Hassane Magued,


Mercredi 14 Août 2013
Vu (s) 798 fois



1.Posté par kone cote divoire* le 14/08/2013 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
DES QU'ON FINI DE NETTOYER CHEZ NOUS ON N'IRA AU BURKINA ET APRES ON N'ATTAQUE LE TOGO...............APPRETEZ-VOUS..............ALASSANE TU AS CHAUD ET TU VAS PRENDRE DRAP..................................................................................................................

2.Posté par Hermann N'da le 15/08/2013 01:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La réponse est NON, NON et NON. ! !Une monarchie, ça se combat autrement que par un jeu électoral.

La raison est que le jeu électoral, au sens vrai et démocratique du terme, ne peut prospérer dans une monarchie.

C'est comme si un prisonnier voudrait recouvrer la liberté à l'intérieur de sa prison.

La solution du Guerrier KONE COTE D'IVOIRE me paraît concrète.

3.Posté par Filsdafric le 15/08/2013 03:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ici il ne doit y avoir aucune place pour la naïveté, car les dictateurs, prédateurs comme EYADEMA père et fils, comme OUATTARA ne peuvent jamais accepter de quitter le pouvoir démocratiquement , en respectant le verdict des urnes si l'élection n'a subi aucun trucage , aucune fraude ..Même la FRANCE qui est le grand donneur de leçons à ses chèvres d'AFRIQUE a connu sa période noire ( 1789-1792).
Je vous invite à découvrir ici ce que j'ai pu récolter sur les amis d' HERODOTE . NET

" Paris s'enflamme

Depuis la fuite de Varennes, le roi Louis XVI et sa famille sont assignés à résidence au palais des Tuileries, à l'ouest du Louvre, sous la «surveillance du peuple».

La situation est tendue. Chacun se prépare à l' invasion étrangère et l'on soupçonne le roi d'être de connivence avec le neveu de sa femme Marie-Antoinette, l'empereur d'Allemagne François II.

Les sans-culottes parisiens supportent de plus en plus mal la monarchie et se préparent ouvertement à une nouvelle «journée révolutionnaire». Dans la nuit du 9 au 10 août, le tocsin sonne aux clochers de la capitale.

Au matin du 10 août, une foule de sans-culottes se rassemblent aux abords des Tuileries sous la conduite de deux meneurs, Santerre et Westermann.

La résidence royale est défendue par 900 gardes suisses et quelques centaines de gardes nationaux. Louis XVI les passe en revue.Selon l'usage, les Suisses et les gardes nationales crient : «Vive le roi !» Mais les artilleurs et le bataillon de la Croix-Rouge crient de leur côté : «Vive la Nation !».

Le roi gagne là-dessus une terrasse et observe la foule des Parisiens. Ceux-ci l'insultent : «À bas le veto ! À bas le gros cochon !». Apeurés, le roi, la reine et le dauphin traversent le jardin des Tuileries et vont chercher refuge au sein de l'Assemblée.

Massacres hideux

Sur la place du Carrousel, devant le palais, l'émeute enfle. Une porte est malencontreusement ouverte. Un flot de sans-culottes s'y engouffre. Les gardes suisses ouvrent le feu et provoquent un reflux éperdu vers le Carrousel.

Fauchés presque à bout portant, les émeutiers évacuent la place. Ils semblent près d'abandonner la partie. Mais vers dix heures, un groupe de volontaires marseillais parvient à s'introduire à l'intérieur des Tuileries. Le combat reprend de plus belle.

Le roi griffonne un billet ordonnant aux Suisses de déposer à l'instant les armes et de se retirer dans leurs casernes. Obéissants, les gardes se replient vers la place Louis XV (l'actuelle place de la Concorde). Mais ils sont bientôt encerclés, capturés, conduits à l'Hôtel de Ville puis massacrés. Mêlées à la foule, les poissardes des halles se livrent à de honteuses mutilations sur les cadavres.

Les émeutiers envahissent maintenant les Tuileries et lynchent pêle-mêle gardes, serviteurs et fidèles. Six cents Suisses ainsi que deux cents aristocrates et gens de maison perdent la vie en ce jour du 10 août.

Fin de règne
L'Assemblée législative, enhardie par le succès de l'émeute, prononce la «suspension» du roi. Elle convoque par ailleurs une Convention nationale en vue de prendre toutes mesures «pour assurer la souveraineté du peuple et le règne de la liberté et de l'égalité».

En vue des élections des députés de la Convention, elle abolit les distinctions entre citoyens actifs et citoyens passifs et instaure pour la première fois le suffrage universel (masculin).

Après une nuit de fortune, la famille royale est emmenée au donjon du Temple pour y être emprisonnée. Ainsi s'effondre une monarchie presque millénaire qui avait construit la France de génération en génération, par des conquêtes et des alliances matrimoniales. La Terreur se profile. La Révolution française, commencée dans l'enthousiasme trois ans plus tôt, entre dans la tragédie. "

Voila en gros le mode opératoire de la voie à suivre par nos frères patriotes togolais s'ils sont réellement désireux de voir FRAUDE GNASSINGBE EYADEMA chassé du pouvoir à Lomé. Et bon courage !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !