Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Respect des textes du FPI: La grande leçon d’Hubert Oulaye à Affi

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Vendredi 1 Mai 2015 à 08:23 | Lu 1352 fois

Par exploit d’huissier en date du 20 avril 2015, tu m’as fait délivrer une lettre interpellative par laquelle, évoquant les différents actes pris par le Comité de contrôle dans le cadre de l’élection du président du Fpi au 3ème congrès extraordinaire du 30 avril à Mama, à savoir l’ouverture des candidatures, leur réception ainsi que leur publication.



Et rappelant diverses décisions judiciaires, dont celle en date du 08 décembre 2014 reportant le 4ème congrès ordinaire en attendant la décision définitive en appel relative à l’invalidation de la candidature du Président Laurent Gbagbo et celle en date du 3 avril 2015, annulant les résolutions du Comité central extraordinaire du 5 mars 2015, tu m’invites à renoncer à de tels actes vu qu’aucun congrès n’aurait pas été convoqué régulièrement par le Secrétariat général, le Comité central ou les deux tiers 2/3 des Secrétaires généraux de sections.

J’ai aussi noté que tu en as fait ampliation au ministre d’Etat, ministre de l’intérieur ainsi qu’au Procureur de la République. Au regard du contenu et vu le ton utilisé, il s’agit en réalité d’une lettre de menace que tu m’adresses à titre personnel et non pas à l’instance que constitue le Comité de contrôle du Fpi. Permets-moi de te faire partager les réflexions que m’inspire ta lettre de menace.

D’abord et tu le sais très bien puisque tu le rappelles, ce n’est pas le Comité de contrôle qui convoque le congrès, mais bien le Secrétariat général, le Comité central, les deux tiers des secrétaires généraux de sections. Le rôle du Comité de contrôle en matière d’élection du président du parti, ne commence que lorsque la décision de convoquer le congrès extraordinaire à cet effet a été arrêtée par l’une des instances ci-dessus citées.

Le Comité de contrôle est alors saisi officiellement à l’effet de procéder à l’ouverture des candidatures. S’agissant du 3ème congrès extraordinaire, le Comité de contrôle a été saisi à cet effet par la direction intérimaire, une première fois le 25 mars 2015, dans le cadre de la mise en œuvre des résolutions du Comité central extraordinaire du 5 mars 2015, et une deuxième fois le 8 avril 2015, suite à sa saisine par les deux tiers des secrétaires généraux de sections.

Par conséquent, l’appel à candidature ne relève pas d’une initiative personnelle du président du Comité de contrôle. Le Comité de contrôle est une instance collégiale du parti. Les décisions querellées par toi ont été prises à l’issue d’un débat interne conformément à nos textes. Elles engagent donc le Comité de contrôle en tant qu’organe.

Je sais ta tendance à confondre l’institution et son premier responsable. Par exemple des décisions prises par le Comité de contrôle à l’époque ont été ramenées par toi à des décisions unilatérales du président intérimaire dudit Comité, le vice-président Vy Paul. C’est une erreur qu’il te faut arrêter de commettre. Une fois pour toutes, les actes querellés résultent d’une décision collégiale du Comité de contrôle.

Pour ces deux raisons, tu comprendras que je ne puisse pas comme tu le demandes, renoncer à titre personnel à cette initiative qui, au demeurant, a déjà été menée à son terme. Mais, c’est sur le bien-fondé de ta demande et le ton de « donneur de leçons » que je voudrais m’interroger avant de te donner ma position finale. Tu revendiques camarade, la qualité de président du parti au nom d’une décision de justice et tu menaces quiconque tente de faire bouger le Fpi dont tu as bloqué le fonctionnement depuis le 11 décembre 2014.

Tu reconnais donc que ce n’est pas au nom de la base du Fpi que tu revendiques ce titre, mais au détriment de la volonté des militants du Fpi contre lesquels tu n’hésites pas à appeler la police et à requérir les juges pour les soumettre à tes quatre volontés, les frustrer de congrès et même les faire « gazer ». Tu as déjà oublié que ce sont eux les militants du Fpi, et non pas la police et les juges qui t’ont désigné président du Fpi en juillet 2001 !

Es-tu fier camarade, d’écrire que tu demeures le président du Fpi alors que tu as fait obstacle à la tenue du 4èmecongrès ordinaire qui t’aurait peut-être permis, qui sait, de porter légitimement ce titre et en toute légalité si tu avais accepté le jeu démocratique d’une élection ouverte ? Comment, camarade, peux-tu en conscience, persister à vouloir continuer de tirer avantage d’un titre que tu sais ne plus mériter de porter depuis le 9 décembre 2014, date à laquelle tu as fait reporter le 4ème congrès ordinaire ? Quant aux leçons de discipline et de civisme que tu prétends donner, es-tu sûr d’être qualifié pour en donner et ne penses-tu pas te tromper de cible ?

Les nominations et exclusions unilatérales de membres du Secrétariat général en juillet 2014, pour te donner une majorité mécanique, c’est quoi et c’est qui ? La désignation unilatérale d’un représentant du Fpi à la Cei contre l’avis du Comité central, c’est quoi et c’est qui ? Le maintien de ce représentant en dépit des injonctions de retrait, c’est quoi et c’est qui ? L’assignation d’une instance du parti, le Comité de contrôle, en justice, c’est quoi et c’est qui ? Le report du 4ème congrès ordinaire sans requérir l’avis du Secrétariat exécutif et du Secrétariat général, c’est quoi et c’est qui ?

Le refus de convoquer des sessions extraordinaires du Comité central régulièrement demandées par deux instances du parti, c’est quoi et c’est qui ? Le refus de convoquer les Secrétariat exécutif et généraux statutaires depuis six (6) mois, c’est quoi et c’est qui ? La fermeture du siège du parti sans préavis, ni consultation des autres membres de la direction, c’est quoi et c’est qui ? La mise en place d’un nouveau Secrétariat général le 27 février 2015, c’est quoi et c’est qui ? Le non-respect de la décision de suspension prise par le Comité Central extraordinaire du 5 mars 2015, c’est quoi et c’est qui ?

La nomination d’une Présidente de l’Offpi alors que la première responsable élue de cette structure spécialisée est en activité, c’est quoi et c’est qui ? Les nominations des Secrétaires généraux de Fédérations en lieu et place des Secrétaires généraux de Fédérations élus et en activité, c’est quoi et c’est qui ?

Camarade, ce sont là tes hauts faits de violations de nos textes de base, d’indiscipline caractérisée, de mépris des instances du parti, de leurs décisions, de mépris des responsables et des militants du Fpi, qui sont à l’origine de la grave crise interne que tu as provoquée, dans l’intention d’être le candidat unique à ta succession et qui sont la source du désordre dont tu cherches vainement les auteurs en dehors de toi-même.

En droit, puisque tu es devenu désormais « un accro » de cette discipline qui semble te porter chance particulièrement en cette période, permets-moi de te laisser méditer cette maxime latine qui résume à la fois, tes revendications, tes menaces et les appels à tes soutiens du pouvoir, à « ton gourdin » comme tu aimes à le dire : « nemo auditur propriam turpitudinem allegans » ( Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude).

Pour le reste camarade, rien n’est encore totalement perdu. Deux ans après ta sortie de prison que nous avons tous saluée et par conséquent après deux ans de gestion du Fpi qui n’ont été marqués de ta part par aucun acte ou fait notoire allant dans le sens de la libération du Président Gbagbo, tu montres ces temps derniers, comme une « envie de vouloir faire quelque chose en ce sens, bien sûr selon ta méthode… ». Est-ce sincère ?

Rejoins-nous à Mama. Peut-être que sur la terre natale de celui qui t’a fait roi, le camarade Président Laurent Gbagbo, en nous asseyant, la fumée blanche pourrait sortir.

Fait à Abidjan, le 28 avril 2015

Le Président du Comité de Contrôle

Le Prof. Hubert OULAYE

Afrik53.com : Infos 7J/7
Vendredi 1 Mai 2015
Vu (s) 1352 fois



1.Posté par LA VIE le 01/05/2015 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BIEN PARLER CAMARADE,
AFFI TU PEUX NOUS COLLER LA PAIX,TRAITE VAS REJOINDRE LE MOSSI,
N EST IL PAS PAR HASARD TON COUSIN CAR EN JUILLET 2001 AU CONGRES DES RUMEURS FAISAIENT ETAT QUE TON GENETEUR EST BURKINABE ET TU AS DU LE FAIRE VENIR A L HOTEL IVOIRE (LIEU DU CONGRES )POUR LE PRESENTER A LA NATION,
AFFI C EST FINI POUR TOI ALORS QUE TU DEVRAIS ETRE LE BENFICIAIRE DE TOUT CE TRAVAIL.
GBAGBO ETANT EN PRISON T AURAIT DESIGNER POUR LE REPRESENTER ET MEME SI LE FPI DEVRAIT SE PRESENTER A LA PRESIDENCE TU SERAIS NATURELLEMNT CHOISI MAIS DOMMAGE TU AS VOULU PARTISER AVEC LE DIABLE?
JE SUIS SUR QUE TU AS PROMIS A TES MAITRES DU FOND DE TA PRISON QU'A TA SORTIE TU METTRAIS LE FPI EN LAMBEAUX CAR MAMADOU KOULIBALY AVAIT ECHOUE ET TU PENSAIS REUSSI.
COLE NOUS LA PAIX CAR ON DOIT SE PREPARER CAR A PARTIR DU 10 SEPTEMBRE 2015 SI LE MOSSI EST RETENU CANDIDAT NOTRE SOULEVEMENT COMMENCERA

2.Posté par Ahoussi le 02/05/2015 02:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème est que le FPI est une organisation légale. Même si son fonctionnement demande des textes privés. Ces textes là doivent bénéficier d''un accord du pouvoir exécutif sous la forme d''un ré épicé. Cela donne le droit à la justice d''intervenir

3.Posté par Ahoussi le 02/05/2015 02:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lorsqu''il y a des incompréhensions. Alors recourir à l''arbitrage de la justice n''est pas un acte de trahison contre le parti. Vous auriez pu attendre la décision du juge au lieu de tenir un congrès clandestin dont les instances risquent

4.Posté par force trankil le 02/05/2015 05:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Commentaire *Ahoussi reli bien ce ka di le president de controle

5.Posté par force trankil le 02/05/2015 07:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ahoussi les textes du parti nous permettent d'avoir des dirigeants humbles et courageux sans ça evite ces postes on est pas dirigeant qui veut ce qu'a fait affi même le président gbagbo ne peut le faire pourtant createur de ce parti voila pourquoi je te demande de relire le president de controle

6.Posté par Osdansgorge le 02/05/2015 12:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ahoussi, tu ne sais rien du droit! Dans les reglements et clauses du Parti, est-il mentionné que les conflits internes seraient reglés à l''interieur ou à l''extérieur? La justice accorde la priorité aux reglements du contrat entre deux personnes sauf

7.Posté par Osdansgorge le 02/05/2015 12:46 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sauf si les lois ou reglements ou clauses entres les deux parties vont contres les lois nationales: ça s''appelle le doit des affaires ou Loi contractuelle. Quel organe au sein du FPI est l''arbitre selon le contrat?

8.Posté par force trankil le 03/05/2015 06:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bien dit à l'ump en france malgré les graves palabres qu'il y avait entre eux jamais on a entendu parler de justice tout s'est fait à l'interieur du parti sauf erreur ma part

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2016 - 00:00 Vive les politiques! À bas les politiciens!

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !