Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Reportage/Port-bouët: La nouvelle vie des malades mentaux

le Vendredi 1 Novembre 2013 à 09:27 | Lu 439 fois

Les malades mentaux, bien connus des populations, qui arpentaient les rues, dans la commune de Port- Bouët ou qui écumaient les marchés, n'y sont plus, depuis quelques mois, pour la plupart. Ils ont été recueillis à l'église Nouvelle armée de Jésus Christ vivant (Najcv), à Derrière Wharf, dans la même commune où tout doucement, ces malades recommencent à raisonner. Notre reportage.



Pendant que certains malades mentaux dorment, d'autres suivent les émissions ph Diom Celest
Pendant que certains malades mentaux dorment, d'autres suivent les émissions ph Diom Celest
Ce samedi 26 octobre 2013, le temple de l'église Nouvelle armée de Jésus Christ vivant (Najcv), Derrière Wharf, à Port- Bouët, peu après 13 h, a fait son plein.

Pendant que certains « fidèles » sont assis, d'autres sont debout. Leur point commun : ils ont tous la tête rasée et les yeux rivés sur la télévision qui diffuse une série brésilienne. Ce sont des malades mentaux dont certains retrouvent tout doucement la raison. Eunisse, bien connue des riverains du commissariat du 5ème arrondissement de Port-Bouët et de ceux qui le fréquentent fait partie d'eux. Il y a à peine deux mois, dans une montagne d'immondices, elle faisait la cuisine, dans les environs dudit commissariat.

Eunisse ne fait aucune difficulté à nous rejoindre, dehors, quand le prophète Gagné Souan Hubert, dit Naaman, fondateur la Najcv, le lui demande. «Je m'appelle Eunisse. J'ai 30 ans. J'ai trois enfants qui sont avec mes parents», nous apprend Eunisse en répondant sans accent à nos questions. Il y a deux mois, elle ne pouvait pas ainsi articuler les mots. Elle nous informe d'ailleurs qu'il y a un peu plus d'un mois qu'elle a été conduite en ce lieu. Ce sera tout pour notre entretien, pressée qu'elle est de suivre son film.

La place sera alors cédée à Kouassi Marius. Celui-ci est bien connu de ceux qui fréquentent le marché de nuit de Port-Bouët. En ce lieu, il avait élu domicile dans une poubelle. Personne n'osait s'approcher de lui. Mais aujourd'hui, ses rapports se sont améliorés avec son environnement, même s'il déraisonne, par moments. Pour preuve, ce samedi, son sens aigu d'agressivité a fait place à la douceur. Il nous explique qu'il est originaire de Dimbokro.

Pendant qu'il échange avec nous, notre attention est attirée par un jeune d'une quarantaine d'années. Il fait des va-et-vient, une bible en main, comme un religieux prêt à lâcher une vaste opération d'évangélisation. C'est l'un des premiers malades mentaux pensionnaires de cette église, depuis trois mois. Il semble n'être jamais devenu fou. «Je lis beaucoup la bible. Je médite la parole de Dieu. Grâce au Seigneur, je suis sauvé», nous instruit Gbalé Guédé Charles qui soutient être né en 1974, avant d'ajouter avoir été mécanicien et chauffeur de taxi.

«Il marchait le long de l'autoroute d'Abidjan-Grand Bassam, couvert de banderoles, quand nous l'avons vu», fait savoir le prophète Gagné Souan Hubert qui explique avoir une façon particulière d'attraper les malades mentaux, dits très agités. «C'est moi qui ai attrapé tous ceux que vous voyez ici, en dehors de six que les parents ont fait venir. La stratégie est simple. Quand je les aborde après avoir prié intérieurement, je leur tends la main et je leur dis que Jésus les aime. Automatiquement, ils sont désarmés, même s'ils sont agités», révèle-t-il, pendant que des coups se font entendre du temple.

Bagarre

Il s'agit d'un sourd-muet malade mental, recueilli, il y a de cela trois semaines et qui ne communique que par le toucher. S'y étant mal pris, un des malades mentaux qui n'a pas apprécié son geste, lui a administré une correction à laquelle il ne s'attendait pas et qu'il n'est pas près d'oublier. Mais très vite, un pasteur-encadreur court dans le temple pour rappeler que le jeune homme ne voulait que parler à son interlocuteur. A peine entre-t-il qu'un solide gaillard sort, en mimant un soldat sur un champ de bataille. Il s'appelle Guy.

Arrivé dans cette église, il y a moins de deux semaines, il était, semble-t-il, un ''bras armé'', lors de la dernière crise post-électorale. « Guy fait souvent comme s'il est en train de tirer sur ses ennemis », argue l'homme de Dieu dont les propos sont entrecoupés par une salutation en bambara d'une femme, internée, il y a moins de deux semaines et prise nue à « Djeddah », vers l'aéroport Félix Houphouët Boigny. « Anitré (ndlr, bonjour en français) », lance-t-elle dans le vide. Et le prophète Gagné de nous indiquer que le travail n'est pas encore achevé, la concernant.

Sur cette question d'ailleurs, il appelle à l'aide pour un centre de suivi et de réinsertion. Il a peut-être raison parce que son temple, d'une dimension de 10m sur 6 m (60 m2), en plus de tenir lieu de couchette pour les malades mentaux pensionnaires, est le lieu où se déroulent les cultes, une fois les nattes et autres habits rangés. « Il faut que ceux qui se retrouvent soient dans un centre pour être suivis et avoir une bonne réinsertion dans la vie sociale. La bible déclare que quand le démon est chassé, il revient sept fois plus fort. Quand les gens sont guéris et puis ils rechutent, c'est parce qu'en général, ils manquent de suivi. Pour éviter cela, il faut poursuivre les séances de prières entamées », dit-il.

A la question de savoir comment il traite ses malades mentaux, le prophète répond que la seule arme du chrétien est la prière. « Quelquefois, nous faisons une prière d'ensemble. Quand il y a des prières particulières à faire, Dieu me les révèle. C'est d'ailleurs après une vision, il y a un an (ndlr, 5 ans après la création de l'église en 2007) que j'ai commencé à chercher les fous pour les aider à se retrouver.

Dans la vision, j'ai vu que j'allais vers les fous, je priais pour eux et ils guérissaient. Nous nous sommes dit que c'est ce don que Dieu m'a accordé et depuis que j'ai commencé, il y a près de trois mois, je vois qu'il y a des changements en eux, même pour des malades qui ont fait 15 à 20 ans de maladie», explique l'homme de Dieu qui est aidé dans sa tâche par six pasteurs dont son épouse.

A côté de ses prières, à l'en croire, des prophéties précisant ce qu'il y a lieu de faire concernant les malades ou certains d'entre eux tombent les jours de cultes, dimanche matin, mardi ou jeudi soir, sans oublier les vendredis (de 9h à 12h) qui sont les jours de délivrance. « Dès que nous recevons le message, nous exécutons ce qu'il nous est demandé de faire », rassure notre interlocuteur qui note que pour un bien-être physique des malades, il a recours à des séances de footing avec eux.

Footing

C'est ainsi que les mardi, jeudi et samedi, de 6h30 à 8h30, ils sont dans des rues de Port-Bouët ou sur le parking, non loin de l'église, en face du « Maquis étoilé ». A cette occasion, fait savoir le prophète Gagné, des parents qui sont sans nouvelles de leurs frères, sœurs et autres, qui traînaient dans la rue, les retrouvent. Mais une fois qu'ils prennent des informations, ils disparaissent, pour la plupart. « Le corps a besoin de l'équilibre physique et psychologique. Le sport permet aussi d'éliminer les déchets du corps et lutte contre le stress », justifie-t-il concernant la pratique du sport.

Cette activité appelle alors l'église à avoir une boîte à pharmacie. «Quand nous prenons un fou, il est crasseux. Il a des plaies ouvertes et des maladies. Avant tout, nous rasons ses cheveux. On le lave. Nous traitons également ses plaies. Nous lui donnons des habits puisqu'ils sont tous trouvés, en général, nus. Ce n'est donc pas chose facile. Les fidèles font des efforts. Et puis nous ne sommes pas nombreux, nous sommes une soixantaine », argue le prophète. Concernant la nourriture, les pensionnaires, tous bien habillés ne semblent pas avoir faim.

Le fondateur de l'église souligne qu'ils consomment 12 kg de riz à midi et 13 kg, le soir, soit un sac de 25 kg de 12 mille francs cfa par jour. Le matin, ils prennent un petit déjeuner.« Dieu nous a confié un travail. Mais il faut que des Ong et autres structures de bienfaisance nous épaulent pour secourir les malades », plaide le prophète Gagné avant que nous ne quittions les lieux, peu avant 16h, au moment où des clips religieux attiraient l'attention des malades.



Dominique FADEGNON

Risques de maladies

Le temple où sont recueillis les malades mentaux à Port-Bouët Derrière Wharf occupe un espace de 60m2 (10m x6m). Les instruments de l'église occupent une bonne place dans le fond. Les habits sont également empilés dans ce temple, sans compter les nattes et les fauteuils. La place qui reste, une demi-douzaine de mètres de long sur six mètres, est un réduit qui sert à passer la nuit pour une cinquantaine de personnes. C'est donc la promiscuité.

Ce qui expose les malades mentaux à des maladies telles que la fièvre typhoïde, les rhumes... Quand on sait que le prophète Gagné continue sa mission d'attraper tous les fous qu'il trouve sur son chemin et d'accepter de recevoir tous ceux qui lui sont confiés alors que certains traînent des plaies, le risque que des malades mentaux ne piquent d'autres maladies devient très élevé.

Dominique FADEGNON

Vendredi 1 Novembre 2013
Vu (s) 439 fois



1.Posté par nina le 01/12/2013 21:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je vous salue dans le nom du seigneur JEsus pourrait on avoir le numero du prophete car nous sommes loin et nous ne savons comment vous joindre pourprendre un rendez vous

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !