Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Règlement de la crise ivoirienne: Guillaume Soro défie la Cpi

le Jeudi 22 Mars 2012 à 06:29 | Lu 1492 fois



Règlement de la crise ivoirienne: Guillaume Soro défie la Cpi
Guillaume Soro va-t-il échapper à la justice internationale ? Pour le concerné, c’est «oui !». Dans l’interview qu’il a accordée à l’hebdomadaire «Jeune Afrique», il affirme qu’il «n’y a rien me concernant.» Et il ajoute: «Je suis serein.» Défiant ainsi la Cour pénale internationale (Cpi) au moment où des émissaires de ce tribunal international sont en pleine enquête à l’Ouest du pays, là où les hommes de Guillaume Soro sous son commandement et celui d’Alassane Ouattara, ont massacré les mardi 29 et mercredi 30 mars 2011, 816 personnes, selon les organisations des droits de l’homme, lors de la prise de la ville de Duékoué par les FRCI.


Pourquoi tant de certitude pour celui qui, pourtant, revendique à tout temps, la responsabilité de cette armée privée devenue par ordonnance prise par Alassane Ouattara le jeudi 17 mars 2011, une armée nationale. Fort justement, Soro, dans son interview, parle de la situation de Jean-Pierre Bemba, un chef de guerre comme lui qui est à la Cpi après avoir été arrêté en Belgique le 24 mai 2008 et accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité - viols, pillages et meurtres. Ces crimes ont été commis en 2002 et 2003 en Centrafrique par sa milice du Mouvement de libération du Congo (MLC) où elle soutenait les troupes de l’ex-président feu Ange-Félix Patassé alors confronté à une tentative de coup d'État du général François Bozizé (En mars 2003, ce dernier finit par s’emparer du pouvoir et saisit la CPI en 2004 ).


«La Cpi va juger Jean-Pierre Bemba ; elle n’a pas que je sache, mis en cause Joseph Kabila », a-t-il affirmé, se mettant ainsi dans la position du président de la Rdc, adversaire de Jean-Pierre Bemba. Pourtant, Soro se trouve bien au contraire dans la situation du chef du MLC. Par conséquent, si Bemba est à la Cpi parce que ce sont ses troupes qui sont responsables des massacres de la Centrafrique alors qu’il dit qu’elles n’étaient pas sous son contrôle mais sous celui de feu Ange-Félix Patassé, Soro doit répondre car ce sont ses trompes qui ont fait le massacre de Duékoué pour ne parler que de celui-là. Parce qu’il y en a bien d’autres. Comme les massacres de Bouaké en octobre 2002 où plus de 60 gendarmes et leurs familles ont été froidement tués, ceux de Korhogo en juin 2006 où des personnes ont été étouffées dans un conteneur par le chef de guerre Fofié Kouakou selon les rapports des organisations de droits de l’homme.

Pour ces deux massacres qui vont faire l’objet d’une enquête de la Cpi, Soro affirme que «des jugements ont été prononcés, des sanctions sont tombées contre les responsables. Je vois mal la Cour remettre cela en question.» Pour lui donc, dès lors qu’il y a eu des jugements et des sanctions selon les règles du Mouvement populaire de Côte d’Ivoire (Mpci), il ne devrait plus avoir de poursuite contre lui. Ironie du sort, Bemba et son camp ont développé le même argument.

«Après la dénonciation des exactions imputées à ses hommes, Bemba avait sanctionné les combattants concernés après la tenue d’un «procès» dans son maquis à Gbadolite », a révélé M. F. Muamba, secrétaire général du MLC dans une déclaration rendue publique le 26 mai 2008 sur le site http://www.congoindependant.com où il a dénoncé l’arrestation de Bemba. On voit donc que là où Bemba est accusé d’être le responsable des crimes commis par ses hommes, Soro lui, veut s’innocenter ou tout au plus, veut-il se contenter de livrer ses chefs de guerre pour donner l’illusion d’une justice impartiale.

«Si certains comzones sont poursuivis par la Cpi, ils devront en répondre, mais cela s’arrêtera là», a-t-il affirmé à Jeune Afrique. On remarque par le «mais cela s’arrêtera là» qu’il n’est pas prêt à faire plus. C'est-à-dire, pas question qu’il soit tenu responsable des crimes de ses hommes et de son armée.

Guillaume Soro doit être, au vu des faits et en tant que premier responsable des rebelles au moment où ils commettaient des crimes odieux, conduit à la Cpi en attendant le tour de ses chefs de guerre et ses commanditaires. A moins que la Cpi qui est vue par de nombreux citoyens du monde comme une Cour aux ordres des plus forts, ne décide de faire autrement. Comme elle le fait un peu partout à travers le monde. «C’est une Cour aux mains des Occidentaux pour régler leur compte», pense-t-on dans plusieurs pays du monde.




Coulibaly Zié Oumar
notrevoie

Jeudi 22 Mars 2012
Vu (s) 1492 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !