Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Régionales et municipales du 21 avril 2013 Le FPI dit non au 21 avril

le Samedi 16 Février 2013 à 05:05 | Lu 368 fois

Richard Kodjo, qui tient le crachoir du Front populaire ivoirien ( Fpi), la principale force politique de l’opposition ivoirienne a indiqué, hier vendredi 15 février 2013, sur les antennes de Radio France internationale ( Rfi), que son parti « ne se sent pas concerné par la date du 21 avril 2013, fixée par le gouvernement, pour le scrutin municipal et régional.



Régionales et municipales du 21 avril 2013 Le FPI dit non au 21 avril
« Nous ne nous sentons pas concernés par cette date. Il faut la reporter », s’est exclamé le secrétaire général par intérim de l’ex-parti présidentiel. Les négociations, selon lui, devraient se poursuivre, soulignant que la participation du Fpi est une exigence de la communauté internationale. « Si cette date du 21 avril est maintenue, il va sans dire que le Front populaire ivoirien n’ira pas à ces élections », a avancé le porte-parole du parti fondé par Laurent Gbagbo. Cette sortie de Richard Kodjo fait suite à une réunion de ses instances tenue le jeudi 14 février.

Après analyse des réponses aux préalables de l’ex-parti au pouvoir, les dirigeants actuels du Fpi ont pris la décision de ne point prendre part aux élections régionales et municipales prévues le 21 avril. Le parti estime que la date n’a pas été fixée de manière consensuelle. Mais, le Fpi ne ferme pour autant pas la porte derrière lui, soulignant qu’il est prêt, toutefois, à revoir sa position si le scrutin venait à être reporté.

C’est donc sans surprise que le FPI, renonce à participer aux élections régionales et municipales. La raison officielle avancée pour ce nouveau boycott après celui des législatives de décembre 2011, est que le gouvernement a fixé la date du 21 avril de façon unilatérale. Initialement prévues le 24 février, les élections locales avaient été reportées par le pouvoir pour permettre la tenue de négociations avec le FPI, en vue de sa participation à ces scrutins, ainsi que celle des formations politiques de l’opposition, qui ont aujourd’hui une faible audience au sein de l’opinion ivoirienne. Certaines d’entre elles ont déjà annoncé leur boycott des élections locales, mais d’autres pourraient y participer.

Quant au FPI, sa direction conditionne sa participation, d’abord à un nouveau report, ensuite à la satisfaction de quelques préalables, comme l’adoption d’une loi d’amnistie et la mise sur pied d’une nouvelle Commission électorale indépendante entre autres. Des points qui sont toujours en discussion dans le cadre d’un dialogue politique direct entre le gouvernement et le FPI, mais sur lesquels le pouvoir refuse de céder.

Armand B. DEPEYLA

Samedi 16 Février 2013
Vu (s) 368 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !