Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Procès en appel hier: La liberté provisoire refusée à Laurent Akoun

le Jeudi 17 Janvier 2013 à 00:49 | Lu 484 fois

Laurent Akoun devra encore attendre pour être situé sur son sort. Le procès en appel du Secrétaire général par intérim du Front populaire ivoirien (FPI), prévu hier mercredi 16 janvier 2013 à 9 h, au palais de Justice d’Abidjan-Plateau, a été à nouveau reporté au mercredi 30 janvier 2013 à la même heure.



Procès en appel hier: La liberté provisoire refusée à Laurent Akoun
Cinq (5) minutes après l'ouverture de l'audience, le juge a évoqué des raisons administratives liées au fonctionnement de la Cour d'appel pour conclure au report. L'absence d'un rapport devant permettre le procès en appel du prévenu en étant la cause principale. Me Dako Thomas, avocat de Laurent Akoun saisit alors cette occasion pour introduire une demande verbale de mise en liberté provisoire de son client, indiquant que ce dernier présente « toutes les garanties de représentation ». Malgré la détermination de Me Dako, sa requête n'aura cependant pas d'échos favorables.

Et le juge décidera de la date du 30 janvier 2013 pour statuer à la fois sur la présentation de ce rapport et la requête de mise en liberté provisoire. Faut-il le rappeler, c’est le dimanche 26 juillet 2012, que le Secrétaire général par intérim et porte-parole du FPI a été interpellé au corridor à l’entrée nord d’Adzopé. Poursuivi pour « trouble à l'ordre public », M. Akoun a été condamnée à l'issue d'un procès en 1ère instance à six (6) mois de prison ferme, un (1) an de privation de droits civiques et un (1) an d’interdiction de séjour sur l'ensemble du territoire national en dehors de sa ville natale.


H. ZIAO
L'Inter

Jeudi 17 Janvier 2013
Vu (s) 484 fois



1.Posté par Tchedjougou Ouattara le 17/01/2013 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. le journaliste, vous rendez-vous compte vous-même du contraste entre votre titre et le contenu de votre papier ? Certainement le titre ne vient pas de vous. Et là, l'excuse vous sera garantie. Car, vous ne pouvez pas titrer que " la Liberté provisoire a été refusée à AKOUN", et faire une chute dans votre papier qui renvoie à la date du 30 janvier 2013 afin qu'il soit statué sur la demande de mise en liberté. Ou bien le Juge a décidé ou il ne l'a pas fait. Bref, là n'était pas trop le centre de mon analyse.
Je voulais dire aux auteurs de cette décision de prendre eux-mêmes conscience des causes de ce qu'ils appellent eux-mêmes " raisons administratives" qui motiveraient le renvoi du dossier. En fait de renvoi, il s'agit du dernier boulversement que Dramane OUATTARA a occasionné au niveau de l'appareil judiciaire en fessant les premiers responsables du Parquet de la Cour d'Appel et des parquets des tribunaux du Plateau et de Yopougon.
Cela devrait suffir pour faire prendre conscience aux magistrats ivoiriens : se libérer du carriérisme, c'est-à-dire qu'alors qu'ils sont dépositaires de pouvoirs divins, ceux de juger leurs semblables, sans toutefois être irréprochables, les magistrats ivoiriens ouvrent grandement les jambes sous un petit mossi qui n'en demandent pas plus pour les couiller proprement.
Le cas AKOUN, on le sait, est clair. Dramane OUATTARA qui a toujours sauté par-dessus tous les murs de ses voisins diplomates pour échapper aux afres de la prison, veut voir AKOUN purger gratuitement 6 mois de prison. Ce sera chose faite jusqu'au 26 février. Seulement, que Dramane et les siens gardent présent à l'esprit que les prisons ne seront pas fermées lorsqu'ils perdront incessamment le pouvoir obtenu par les armes et grâce exclusivement à la France de Nicolas DJAKOUZI. Il ne faut jamais cracher en l'air et espérer que le crachat se volatisera comme par enchantement ou que son retour à terre se fera sur le visage de ton ennemi. Non, ce crachat retombera directement entre tes deux yeux.
Donc entre le 30 janvier et le 26 février, fin du calavaire de AKOUN, il va rester combien de temps. Le temps qu'il restera ne sera rien à côté du temps de souffrance de Ouattara. Tout se paie cash ici bas. Je crois que Dramane a vu la UNE de son journal de service " L'INTELLIGENT D'ABIDJAN" du mercredi 16 janvier 2012 ou une personnalité très avisée, avertit : Il y a une onde de vengeance qui sillonne les rues des quartiers des villes, villages et campements de C.I. Une telle personnalité n'est pas ivoirienne. Elle est Psychologue. Je crois que Dramane est averti...

2.Posté par alasko le 17/01/2013 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cette analyse hautement intellectuelle. Si le destinataire n'est pas toujours aveuglé par ses nombreuses solutions qui consistent à affamer, appauvrir et déshonorer le peuple ivoirien, il comprendra à travers ces petites lignes qu'il est à la tête de ce pays non par la volonté des ivoiriens mais grâce à ceux là devant lesquels il est chaque jour.
Et si on parlait de la réconciliation. voyons les choses clairement. comment une partie des gens à réconcilier est en prison ou est objet de poursuite et l'on invite les autres à une réconciliation. Soyons objectifs les frères au pouvoir.

3.Posté par Hermann N'da le 17/01/2013 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voilà une justice de tacherons à qui le fils de pute de mossi voulait désormais confier les affaires qualifiées de génocide et de crimes contre l'humanité qui met en cause ses partisans qu'il tente ainsi, maladroitement, de soustraire au transfèrement à la CPI.

Mais toutes ces petites méthodes dilatoires, tous ces petits comportements de petits roitelets se croyant dans une situation définitive et irréversible, prendront fin du vivant de leurs auteurs....Ce sera le moment des comptes, les vrais. Et c'est bientôt !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !