Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Procès des pro-Gbagbo : Les charges confirmées contre Affi, Simone, Michel Gbagbo, Aké N'gbo...

le Jeudi 11 Juillet 2013 à 16:10 | Lu 675 fois

Une semaine après la plaidoirie des avocats de la défense qui demandaient une infirmation des charges retenues contre plus de 84 prisonniers politiques proches de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, la justice ivoirienne a confirmé, hier mercredi 10 juillet, les charges contre ces détenus.



Procès des pro-Gbagbo : Les charges confirmées contre Affi, Simone, Michel Gbagbo, Aké N'gbo...
Dont Simone et Michel Gbagbo, Pascal Affi N'Guessan, Aké N'gbo, Aboudrahamane Sangaré et tous ceux qui sont poursuivis dans le cadre de la crise postélectorale. Au cours d'une audience qui a eu lieu hier au tribunal d'Abidjan-Plateau, les membres de l'ex-majorité présidentielle (LMP) en prison ou en liberté provisoire, ont comparu devant le juge. Selon l'avocat de la défense, Me Djirabou, le juge d'instruction du 10ème cabinet a terminé son dossier et l'a transmis à la Chambre d'accusation. Celle-ci a, à son tour, pris une ordonnance de renvoi de l'affaire devant la Cour d'assises.

Selon lui, il appartenait au juge d'instruction de confirmer ou d'infirmer les charges contre les prévenus. Mais pour Me Djirabou, les charges retenues contre ses clients ne sont pas suffisantes. « Nous sommes un peu déçus. C'est dommage ! C'est un automatisme de la chose. Le droit en lui-même n'est pas appliqué », a déclaré l'avocat, à l'issue de l'audience.

A l'entendre, toutes les charges qui se résument en « génocide, atteinte à la sûreté de l'État, infractions économiques et crimes de sang » ne sont que de la « généralité ». Pour lui, les accusateurs n'ont jusque-là pas pu « démontrer que les gens ont commis des actes d'atteinte à la sûreté de l'État ». Me Djirabou ne s'est pas embarrassé de fioritures pour dénoncer une justice de deux poids deux mesures. « Il faut avoir le courage de dire que les charges sont insuffisantes », a déclaré l'avocat de la défense, soulignant que même à La Haye, les juges ont considéré les charges contre Laurent Gbagbo insuffisantes. Toutefois, il a noté que « chaque juridiction apprécie souverainement » les situations qui lui sont soumises.

Mais, « il ne peut pas avoir des décisions contraires pour les mêmes faits », dans deux juridictions qui sont censées dire le droit. « Nous déplorons cette situation ! », s'est-il révolté. Pour rappel, le mercredi 3 juillet 2013, les avocats de la défense, principalement Me Djirabou, avaient plaidé pour l'abandon des charges retenues contre les prisonniers politiques. Me Djirabou avait justifié cette demande par le fait qu'il y a eu un vice de procédure, une violation des droits de la défense et bien d'autres faits qui auraient pu amener à l'abandon des charges contre les prévenus.

Notons que c'est la deuxièmement audience des prisonniers civils pro-Gbagbo qui s'est tenue hier, après celle du mercredi 3 juillet 2013, dans le cadre du procès sur la crise postélectorale, plus de deux ans après la chute de Laurent Gbagbo.



Hervé KPODION
Source : L'Inter

Jeudi 11 Juillet 2013
Vu (s) 675 fois



1.Posté par Tchedjougou OUATTARA le 12/07/2013 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour moi, seule la magistrature ivoirienne est à plaindre. Les magistrats ivoiriens sont malheureux, très malheureux. Voici des gens qui veulent qu'on les regarde comme acteurs d'une institution indépendante mais qui refusent paradoxalement de s'affirmer.

Que peut-on faire pour ces gens ? Rien absolument.

Même en Egypte où des " Islamistes" plus violents, sont au pouvoir, la magistrature égyptienne s'est toujours donné les moyens d'assurer sa mission. Cela a donné du fil à retordre à Morsi avant sa chute.

Mais en C.I, on a affaire à de grands marchands de décisions, magistrats traînant des tonnes de casseroles retentissantes, de sorte qu'ils ont permanemment peur de subir le courroux du Prince, au point de s'aplatir, face contre sol, à son approche.

Même s'il est à jamais admis que OUATTARA est un dictateur aux petits pieds, une justice digne, assurée par des magistrats ayant le profil de l'emploi, aurait été susceptible de redresser le natif de Sindou. Mais si ces soi-disant magistrats se font dicter les choses par AHMED BAKAYOKO, à quoi ces soi-disant magistrats devront-ils s'attendre pour demain ?

Où se trouve aujourd'hui le fameux KOFFI Kouadio, ci-devant Procureur de la république dont la mission principale est de pourchasser les délinquants de la société, et qui, curieusement, qualifiait hier, des tueurs, violeurs et voleurs de "sauveurs" ?

Où se trouve ce soi-disant Procureur ? Et cela devrait instruire les uns et les autres....

Ces magistrats oublient que ces décisions bizarres qu'ils prennent mécaniquement font à jamais corps avec l'histoire de la belle Côte d'Ivoire, et souillent graaaaavement cette histoire...

Lorsque leurs noms seront imprimés dans des publications dans un proche avenir, ils n'auront pour seuls moyens de défense : " Que pouvions-nous face aux sauvages FRCI..." ?.

Non, Messieurs, toute mission engageant votre responsabilité personnelle et celle d'un pays, doit être accomplie avec "responsabilité" et courage.

Ces magistrats d'aujourd'hui ne constatent-ils pas que comme hier, en 1998, certains de leurs collègues s'étaient laisser dicter des décisions dans la guerre Bedié-Ouattara, plusieurs de leurs collègues, au moins une dizaine, subissent aujourd'hui le courroux du Prince de garde ?

Cela devrait instruire ceux qui renvoient aujourd'hui mécaniquement de dignes fils de ce pays devant des juridictions criminelles comme la Cour d'Assises....

Messieurs dits magistrats : " Attention à vous ! Vous serez vous-mêmes demain justiciables de cette Cour d'Assises pour avoir été à la base du désordre meurtrier dans cette Côte d'Ivoire.

Demain, qui est aujourd'hui, fera de vous, de vrais criminels, bons pour la Cour d'Assises, et non aptes à animer cette Cour d'Assises.

Relativement à vos décisions bizarres, Ahmed Bakayoko, lui, expliquera demain, que vous étiez libres en tant que juges, et que c'est vous seuls qui auriez été à la base de la merde dans le pays.

Je sais que vous êtes incapables de vous ressaisir. Mais je voudrais vous dire de préparer vos plaidoiries car demain, la Cour d'assises vous attend...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !