Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Procès de Dogbo Blé: Chaude empoignade entre Ange Kessi et les avocats

le Mercredi 3 Octobre 2012 à 00:43 | Lu 1273 fois

Le procès sur l'assassinat du Colonel-major Adama Dosso s'est ouvert hier mardi 2 octobre 2012 à la grande salle d'audience de la Cour d'Appel, au Tribunal d'Abidjan sis au Plateau, avec la comparution devant le premier juge de ladite cour, Mathurin Kangah, du Général Bruno Dogbo Blé et de quatre autres militaires.



Procès de Dogbo Blé: Chaude empoignade entre Ange Kessi et les avocats
Prévu pour se tenir à 8h30, c'est finalement à 14h08 que l'audience a démarré. Le palais de justice du Plateau ressemblait, à l'occasion de l'ouverture de ce procès, à un cantonnement de la gendarmerie nationale. Des véhicules avant blindés (VAB), des gendarmes en cagoule, armes au point, veillaient au grain. C'est sous bonne garde que le Général Dogbo Blé et les autres militaires ont été conduits dans la salle d'audience.

Dès l'entame, les avocats de la Défense ont dénoncé un vice de procédure. Ils ont signifié au juge que la procédure qui a conduit à l'inculpation des prévenus que sont le Général Dogbo Blé, le Chef de bataillon Kipré Yagba, les Sergents-chefs Toh Ferdinand, Yapi Yavo Gustave, Lobé Lobé Charles, Lago Léo Jean-Noël et le Sergent Toualy Noël, a été violée. « La violation de la procédure est grave, intolérable. Dans le dossier, il n'y a aucune instruction militaire, aucun Procès verbal (PV) d'interrogatoire d'un juge militaire », a soutenu d'emblée l'avocat de la Défense, Me Raoul Gohi Bi Marc, brandissant l'article 68 du code de procédure militaire. Ses clients étant inculpés d'enlèvement, d'assassinat, de séquestration et de complicité d'enlèvement, de séquestration et d'assassinat, il a affirmé qu’«en matière criminelle, l'information est obligatoire. Elle doit être faite par un juge militaire. On nous a servi l'ordonnance de renvoi d'un juge de droit commun, il était incompétent pour le faire».

Sur cette base et aussi parce que selon le code de procédure pénale, personne ne doit puiser des informations dans l'ordonnance de renvoi d'un juge qui s'est déclaré incompétent au risque de se voir sanctionné, Me Gohi Bi a estimé que le juge Mathurin Kangah devra prendre une décision pour annuler tous les actes liés à cette instruction et ordonner la libération, donc l'annulation du mandat de dépôt contre ses clients. «Ne vous rendez pas coupable de forfaiture. Nous ne voulons pas subir de sanction de notre ordre. Cette procédure a été bâclée, vous avez été mal informé», a déclaré l'avocat. Avec lui, Me Martial Gahoua, Me Mathurin Guirabou, Me Coulibaly Nambégué et bien d'autres, ont tenté de convaincre le juge de prendre cette décision.

En face, le Procureur militaire, Ange Bernard Kessi Kouamé et son colistier ont battu en brèche les arguments de la Défense, estimant avoir suivi la procédure normale. «Si les avocats n'ont rien à dire, qu'ils se taisent pour qu'on fasse le procès», a-t-il asséné, avant d'être interpellé par le bâtonnier des avocats. «Que le Commissaire du gouvernement se contienne», a-t-il dit. Et Ange Kessi de reprendre : «Inutile de revenir sur le caractère légal et légitime de la procédure. Monsieur le Président, vous avez été saisi à bon droit et correctement. Nous vous invitons à poursuivre le procès pour faire éclater la vérité».

Pour le Parquet, une plainte avait été déposée contre X dans cette affaire, jusqu'à la fin de l'instruction. Le juge de droit commun découvre que des militaires sont impliqués et décide de se déclarer incompétent. Mais pour Me Guirabou, «il faut qu'on respecte le droit. Tant qu'on ne respectera pas le droit, on n'avancera pas». Face à cette empoignade, le juge Mathurin Kangah a ajourné l'audience à ce mercredi 3 octobre à 10h, pour trancher. Il décidera, soit d'annuler la procédure et ordonner la libération des prévenus, soit d'écarter la requête de la Défense, et le procès quant au fond, pourra se tenir. Par ailleurs, il est à souligner que les Sergents-chefs Yapi Yavo Gustave et Lobé Lobé Charles, anciennement en service à la Garde républicaine (GR), n'ont pas comparu hier parce qu' ‘’en fuite’’. Deux mandats d'arrêt ont été lancés contre eux, a indiqué un greffier militaire présent à l'audience.



Hervé KPODION
L'Inter

Mercredi 3 Octobre 2012
Vu (s) 1273 fois



1.Posté par Hermann N'da le 03/10/2012 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Décidément, la justice aux ordres de Drame continue de faire montre de ses tares à la face du monde. Après sa randonnée touristique la semaine dernière au Ghana où elle a proprement humilié l'imposteur, par son incapacité à ficeler convenablement un dossier judiciaire, elle vient encore une fois d'enregistrer et de servir au vagabond de la nationalité, un autre camouflet.
Comment peut-on tenir un procès militaire sur la base d'une instruction préliminaire diligentée et conduite par un juge civil de droit commun? Vraiment, sous Drame, on aura tout vu. Parodie de justice sous le régime d'une simple marionnette au service de ses maitres. Tout ce cinéma nous rappelle le comportement des collabos pendant la période coloniale. Pauvre Afrique.

2.Posté par gaou le 03/10/2012 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lu pour vous :
10. Saint Jean 3 oct 2012 à 1:03

Les hommes du Général
Dogbo Blé Brunot lui
rendent les honneurs : »Hommage au Général Delta Deux Fois Bravo »

Hommage à toi, mon Général Delta Deux Fois Bravo

Reçois tous les honneurs
militaires dûs à ton rang !

Nous voulons que tu saches que nous avons
plus que le moral.

Je me souviens de tes dernières paroles au matin du 11avril, quand tu nous
disais:

« La guerre on la fait quand on est vivant,
donc repliez ! c‘est un ordre! »

L‘ordre que nous avions exécuté fais que nous
sommes là aujourd’hui.

Et cette guerre que nous allons mener, elle fera
rage

Et tu sauras que tes soldats ont obéi à ton commandement.

Qui vivra verra!

CAPITAINE S.G

Voici , ces émouvants et touchants propos d’un élément du vaillant général Dogbo , qui promet de mener une »guerre qui fera rage » .

3.Posté par GILBERT KITA le 03/10/2012 19:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dogbo Blé toute la Côte D'ivoire qui compte te soutient. tu fais preuve d'homme courageux. On est fier de de toi. tous les généraux ont pris la fuite mais tu es resté en temps que leader d'une armée complètement défigurée par une crise qui a duré 10 ANS.
Dieu est grand rien ne t'arrivera

4.Posté par Hermann N'da le 03/10/2012 23:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Motion de soutien à toi GILBERT KITA

Soutien au Général DOGBO BLÉ. Mon Général, tiens bon. Tu es en face d'une justice de vainqueurs, une parodie de justice, une justice aux ordres. Tu as mené le bon combat contre ces fils d'immigrés ingrats aussi bien vis-à-vis de leurs pays d'origine qu'ils ont tous reniés, qu'à l'égard de leur pays d'accueil, la CI. Tu as le soutien des Ivoiriens du nord au sud et de l'est à l'ouest en passant par le centre. Bientôt tu respireras à nouveau l'air pur de la liberté.Je te fais cette promesses en toute connaissance de causes.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !