Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Prétendues sanctions de Soro contre des banquiers ivoiriens : Vers un autre camouflet du Rhpd

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News : Source : Le Temps le Mercredi 12 Janvier 2011 à 11:05 | Lu 399 fois



Prétendues sanctions de Soro contre des banquiers ivoiriens : Vers un autre camouflet du Rhpd
Malgré les gesticulations du Rhdp, appelant à la désobéissance fiscale, les banques commerciales et étatiques continuent de travailler normalement. Pis, l’appel de Sarkozy aux filiales françaises en Côte d’Ivoire, à la désobéissance fiscale ne semble pas prendre.

Des opérateurs économiques et observateurs de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire
s’interrogent depuis quelques jours, sur la fameuse liste de Soro sur laquelle figureraient des noms de personnalités de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), de la Direction générale du Trésor et de la comptabilité publique (Dgtcp) d’une part, et des Dg de certaines sociétés d’Etat dont la Société ivoirienne de raffinage (Sir) et la Société multinationale de bitume (Smb) d’autre part.

Au titre des responsables de banques commerciales, qu’il se propose de sanctionner, l’on note curieusement l’absence des patrons de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie en Côte d’Ivoire (Bicici) et la Société générale de banques en Côte d’Ivoire (Sgbci). Ces deux banques, faut-il le préciser, sont respectivement des filiales des Groupes français Bnp Paribas et de la Générale. Malheureusement, contrairement à ce à quoi Soro et son mentor Ouattara doivent s’attendre c’est un camouflet. Même si ces banques françaises risquent de perdre davantage de la clientèle après ce qui est désormais convenu d’appeler «le coup tordu des banques françaises» contre les fonctionnaires ivoiriens à la veille de la fête de Noël 2010.

Ces deux banques qui font toujours de bonnes affaires en Côte d’Ivoire depuis bien longtemps, vont-elles arrêter de collaborer avec le gouvernement ivoirien sur injonctions de Ouattara et de Soro ? Apparemment pas. Dans l’univers bancaire ivoirien, tout en échangeant entre eux sur les raisons d’agissement de Soro, bien des responsables de banques commerciales se disent déterminés de continuer à travailler au profit des Ivoiriens. Un point un trait.

Car, à un plus haut niveau, l’Elysée a essuyé un échec dans sa cabale contre Abidjan. En effet, Michèle Alliot-Marie et Christine Lagarde, toutes deux, membres du gouvernement Fillon en charge respectivement des portefeuilles des Affaires étrangères et de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, ont enjoint récemment les opérateurs économiques français ayant des intérêts en Côte d’Ivoire, de suivre le mot d’ordre de désobéissance fiscale lancé par Ouattara et Soro depuis leur cachette de l’Hôtel du Golf. Malheureusement, les représentants de Bouygues, Castel, Touton ont soutenu ne pas être en mesure de se plier aux ordres de Nicolas

Sarkozy. «Faire de la désobéissance civile, ont-ils fait remarquer, c’est mettre en péril leurs outils
de travail et accepter de perdre un marché très convoité aujourd’hui par les Asiatiques et les pays
émergents». Ils n’ont pas manqué d’ailleurs de s’inquiéter de la trop grande implication des autorités françaises dans la crise politique post-électorale en Côte d’Ivoire, provoquant des risques de violence qui pourrait déboucher sur le chaos dans le pays. «Quand on fait des affaires dans un pays quel qu’il soit, il y a des droits et taxes à payer. Et nous préférons traiter avec les autorités en place, c'est-à-dire celles qui disposent des moyens de répression pour la collecte des impôts et taxes dus à l’Etat.

En Côte d’Ivoire, nous détenons une part importante du tissu économique et industriel et il n’est pas
question de mettre en danger ces acquis», ont répondu les représentants de ces groupes français aux émissaires de Sarkozy. Cette sortie de Soro est un avertissement au gouvernement du Pr Aké N’Gbo qui, dans le cadre du prochain traitement des fonctionnaires et agents de l’Etat, ne doit négliger aucune information aussi bénigne soit-elle.

Yolande Bahi


Afrik53 - News : Source : Le Temps
Mercredi 12 Janvier 2011
Vu (s) 399 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !