Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Première visite du président du Fpi à Saïoua et Issia: Affi pleure Bohoun et Tagro

le Jeudi 10 Octobre 2013 à 00:00 | Lu 945 fois



Première visite du président du Fpi à Saïoua et Issia: Affi pleure Bohoun et Tagro
En visite à Saïoua et Issia, depuis hier le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan, s’est d’abord rendu à Niakia, puis à Gabia sur les tombes de ses camarades de lutte Paul Antoine Bohoun Bouabré et Désiré Tagro. Un moment d’intense émotion. Mais aussi de réaffirmation de l’attachement des populations des deux villages au président Gbagbo et à son parti le Fpi.

«Prendre la parole dans des circonstances pareilles est une tâche difficile et délicate. Parce que partagé entre la joie somme toute légitime de retrouver les siens après notre sortie de prison et la douleur qui nous étreint. Nous sommes venus pleurer notre frère mort de l’agression sauvage contre notre pays». C’est par ces propos que Pascal Affi N’Guessan a introduit son message de compassion aux populations de Niakia, village natal du ministre d’Etat Paul Antoine Bohoun Bouabré. Ils dépeignent éloquemment l’atmosphère qui a prévalu, hier, aussi bien à Niakia qu’à Gabia, village du ministre Désiré Tagro. Le premier est mort en exil, en Israël, parce qu’il n’avait pas les moyens de se soigner. Tous ses avoirs étant gelés par Alassane Dramane Ouattara. Et l’autre froidement abattu à bout portant par ses rebelles le 11 avril 2011. Tant à Niakia qu’à Gabia, il régnait une atmosphère à la fois de funérailles et de fête.

La visite du président du Fpi dans ces deux villages martyrs a rappelé aux populations la disparition brutale des plus illustres de leurs enfants, le ministre d’Etat Paul Antoine Bohoun Bouabré et Désiré Tagro. Les femmes, avec de la boue sur tout le corps, pleuraient à chaudes larmes et se roulaient par terre. Elles exécutaient aussi le «Ligboudigba», la danse funéraire. Au pays bété, les grandes douleurs s’exprimant à travers la chanson et la danse. C’est pourquoi tous les grands chanteurs bété trouvent pratiquement leur inspiration dans la douleur.

La visite du président Affi N’Guessan à Niakia et Gabia a, en effet, ouvert le deuil des populations meurtries dans leur chair dans cette contrée de la Côte d’Ivoire. Ce qui a fait dire au président du Fpi pourquoi ces deux villages ne peuvent pas oublier, du moins, de si tôt les disparitions de Bohoun Bouabré et de Désiré Tagro. Ils étaient pour les populations des deux villages, selon Pascal Affi N’Guessan, les baobabs dont l’ombre les abritait. Dans leur générosité légendaire, ils étaient les pères de leurs parents. Ils leur assuraient la sécurité de tous ordres. «On ne cesse jamais de pleurer les grands hommes. Car, à chaque rassemblement, on se rappelle d’eux. Et Bohoun et Tagro étaient de grands rassembleurs».

Le président Affi a demandé aux populations de Niakia et de Gabia d’être fières de leurs deux enfants qui sont morts pour la République. Pour M. Affi, Bohoun Bouabré et Désiré Tagro ont sorti leur région de l’ombre pour la mettre à la lumière. La mort de Bohoun Bouabré et celle de Désiré Tagro sont d’autant plus révoltantes que les hommes d’Alassane Ouattara ne se sont pas seulement contentés de les tuer, ils ont aussi détruit tout ce qui leur appartenait comme biens. A Gabia, par exemple, dans le village de Désiré Tagro, les assaillants, avec à leur tête des Burkinabé que les populations ont accueillis sur leur terre, ont brûlé la résidence du ministre Tagro et 17 autres maisons appartenant à de pauvres paysans.

Selon le porte-parole des populations, Dogbo Nahounou, quand les assaillants sont entrés dans le village de Gabia, les autochtones bété ont fui dans la brousse où elles ont passé plus de six mois. Et, pour regagner leur propre village, ils ont dû négocier avec les Burkinabè qui l’occupaient. Une situation qui a fait dire au président Pascal Affi N’Guessan qu’on ne peut pas avoir un tel comportement si on n’est pas animé par l’instinct animal. Malgré sa peine, le président Affi a tout de même exhorté les populations au pardon et à la réconciliation. Qui, selon lui, ne peut se faire que dans la vérité, la sincérité et surtout avec le retour du président Gbagbo, la libération de tous les autres prisonniers politiques et le retour de tous les exilés.

La douleur qui
conforte l’amour

En faisant la transition entre la partie funéraire et la partie politique de la cérémonie à Niakia, le professeur Ziki Koléa a dit que «chez le Bété, quand il y a une rivière dans un village dans laquelle les populations pêchent, une rivière qui donne de quoi manger aux populations, et que cette rivière tue un fils de ce village, le village en question s’approprie la rivière». Bohoun Bouabré et Désiré Tagro, les plus illustres des fils de Saïoua étant morts pour le Fpi, les populations de cette localité ne peuvent que s’approprier le Fpi.

Cela a été suffisamment démontré à la suite du professeur Ziki Koléa. A la question du modérateur de la cérémonie de savoir s’il y avait encore des militants du Fpi dans le village, tout le monde avait les doigts en V, signe du ralliement des militants du parti à la rose. Y compris toutes les femmes qui avaient la boue sur le corps et qui pleuraient à l’instant même «Nous étions déjà Fpi. Mais la mort de Bohoun a renforcé l’amour qu’il y a entre ce parti et nous», déclare Jeannette Lago.

Pour tout dire, la ferveur et la chaleur avec lesquelles les populations de Niakia et de Gabia ont reçu le président du Fpi montrent à l’évidence que Saïoua est un territoire acquis au parti du président Gbagbo. D’ailleurs l’évocation du nom de celui qu’on appelle affectueusement l’enfant du peuple et arbitrairement incarcéré à la Cpi provoque ce qu’on peut qualifier d’hystérie collective. Celles-ci n’attendent manifestement que la libération du président Gbagbo et son retour en Côte d’Ivoire.

Après Niakia, la délégation du président Affi s’est rendue à Issia où elle a été accueillie là aussi par une population bien heureuse de la recevoir. Cette délégation s’est enrichie de l’arrivée du secrétaire national de la Jfpi, Justin Koua, qui revenait de mission à l’ouest du pays.


Boga Sivori bogasivo@yahoo.fr Envoyé spécial à Saïoua et Issia
Notrevoie

Jeudi 10 Octobre 2013
Vu (s) 945 fois



1.Posté par Hermann N'da le 10/10/2013 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Si je tombe, enjambez mon corps et continuez le combat" tel est le message traditionnel, commun à tous les grands combattants de la liberté .

Vaillants démocrates et combattants de la liberté, séchez vos larmes. Le combat ne fait que commencer. Il doit nous conduire à la Victoire Finale, celle de la LIBÉRATION TOTALE DE NOTRE PAYS, LA CI. Non négociable !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !