Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Participation aux législatives / Miaka Oureto répond au Président Alassane Ouattara : ‘’Le contexte n’est pas le même’’

le Mardi 27 Septembre 2011 à 08:29 | Lu 529 fois



Participation aux législatives / Miaka Oureto répond au Président Alassane Ouattara : ‘’Le contexte n’est pas le même’’
L’Intelligent d’Abidjan-27/9/2011

Le représentant du facilitateur de l’Accord Politique de Ouagadougou (APO), Bouréima Badini a reçu le lundi 26 septembre 2011 en son cabinet sis à l’immeuble BIT au Plateau, une délégation du Front Populaire Ivoirien, conduite par Miaka Oureto. Il a été surtout question de la sécurité, des législatives et de la réconciliation.

La délégation que conduisait Miaka Oureto était composée d’Amani N’Guessan, Dano Djédjé, Alphonse Douati et d’Odette Lorougnon, tous du Front Populaire Ivoirien (FPI). Après l’Onuci, la délégation FPI s’est retrouvée chez le représentant du facilitateur de l’APO. «Nous savons que nous avons connu des dysfonctionnements avec l’élection présidentielle. Maintenant, s’il est question d’aller aux autres élections, eu égard à l’environnement sociopolitique qui règne dans l’ensemble, nous avons estimé qu’il était nécessaire que nous venions vers le facilitateur à travers son représentant, pour poser nos préoccupations afin qu’elles puissent avoir des solutions», a dit Miaka Oureto, secrétaire général du FPI.

«L’issue de l’APO a des dispositions qui nous paraissent idoines pour aller à des élections justes, avec une sécurité qui puisse rassurer tout le monde. Ce qui n’a pas été le cas pour les présidentielles. Dans l’accord complémentaire 4, il est dit que le désarmement devait intervenir avant les élections. Il y a eu beaucoup de polémiques sur cette question, le désarmement n’a pas eu lieu, le pays a connu une situation terrible. Il n’est plus question pour nous que notre pays revive ces situations de tragédie», a-t-il avoué. C’est pourquoi, le FPI estime qu’il «est bon que dès maintenant, on s’asseye pour discuter pour trouver toutes les solutions idoines afin que dans l’avenir, tout se passe dans un climat apaisé».

Répondant à l’appel du Président de la République d’aller aux législatives, Miaka Oureto a été sans ambages : «du point de vue historique, le contexte n’est pas le même. Le RDR a refusé d’aller aux législatives parce que le dossier de l’un de ses candidats en la personne du Président Alassane Ouattara, avait été rejeté. Ce n’est pas notre cas. Nous posons des questions de sécurité. C’est un problème d’ordre général qui concerne tous les Ivoiriens et non des individus de manière particulière ». Puis de terminer : « Nous partons rassurés de la disponibilité du représentant du facilitateur, qui a prêté une oreille attentive à nos problèmes et qui s’est engagé à jouer le rôle qui est le sien».

Et si c’était une erreur du FPI …

La nouvelle court depuis quelques jours. Le Front Populaire Ivoirien (Fpi), le parti créé par Laurent Gbagbo ne participera pas aux prochaines élections législatives prévues avant la fin de l’année. Du moins si certaines de ses conditions ne sont pas satisfaites. Entre autres, la libération de son leader Laurent Gbagbo, le rééquilibrage de la Commission électorale indépendante, le retour des exilés. Aspirations légitimes pourrait-on dire si l’on examine de façon minutieuse les revendications du désormais parti de l’opposition. L’élection législative est une élection avant tout politique. Et le Fpi qui n’est plus aux affaires ne veut certainement pas prendre le risque de donner raison à ses détracteurs qui estiment qu’il est minoritaire en allant à ces élections aux conditions du pouvoir en place.

Cette position est sans doute politiquement décente. Mais en même temps, les revendications quelque peu maximalistes des frontistes contiennent en elles-mêmes les risques de l’affaiblissement du parti officiellement né en 1990. Comparaison n’est pas raison. Mais si cela était à refaire, au Rdr on réfléchirait par deux fois. Alassane Ouattara, le président de cette formation politique aujourd’hui président de la République en sait quelque chose de sorte qu’il s’est érigé en conseiller des instances dirigeantes du Fpi à son retour des Etats-Unis dimanche. ‘’Je pense que nos frères et sœurs du FPI doivent comprendre qu’ils ne doivent pas commettre la même erreur que le RDR en 2000. Il faut absolument participer à ces élections législatives.

Je le souhaite pour ma part’’, avait répondu le Chef de l’Etat à une question relative au boycott des législatives par le Fpi. Ce conseil d’Alassane Ouattara revêt, à l’analyse, une dimension politique dans la mesure où la participation du Fpi à ces élections lui profite davantage. Mais au-delà des interprétations, le Fpi devrait prendre en compte cette observation de l’un de ses adversaires politiques. Qui, mieux que Ouattara, est bien placé pour appréhender les conséquences d’un boycott des législatives, des élections hautement politiques. L’on se souvient que, prétextant du rejet de la candidature de son mentor, le Rdr avait refusé de participer aux législatives de 2000. Et elles avaient eu lieu sans le Rdr. La législature qui en est sortie n’a souffert d’aucune crise de légitimité et elle a été reconnue par toutes les instances internationales malgré tout le lobbying du Rdr et de son patron Alassane Ouattara. Le Fpi, le Pdci, l’Udpci, le Mfa, l’Udcy, le Pit et des indépendants y ont siégé.

En somme le Rdr avait été mal inspiré. Même quand survint la crise de 2002 et son corollaire d’accords, le Rdr n’a eu son salut que par le soutien du Pdci et de quelques députés indépendants pour arracher le vote de certaines lois favorables à Ouattara. Une situation qui a même occasionné des chamboulements au sein des groupes parlementaires proches de l’opposition. Nombreux sont ceux qui ont été débauchés par le pouvoir Fpi en place qui contrôlait l’essentiel de l’appareil de fonctionnement de l’Etat. C’était le côté face de la médaille. Aujourd’hui c’est le côté pile. Le Rdr est au pouvoir et contrôle tout ou presque avec ses alliés. La donne a changé et Laurent Gbagbo est en prison. Quel combat peut mener et gagner le Fpi, esseulé qu’il est, s’il ne participe pas aux législatives ? C’est à l’Assemblée nationale que se prennent les lois les plus importantes dans la gestion des affaires de l’Etat.

Que peut faire le Fpi si certaines lois venaient à passer demain au parlement comme une lettre à la poste ? Guillaume Soro a dit que quand on a le pouvoir, il faut le consolider. Que pourrait le Fpi demain si une loi modifiait drastiquement et sociologiquement le collège électoral ? Ce serait sa mort à jamais. Ses adversaires pourront allègrement célébrer son requiem. C’est pourquoi le Fpi devrait se mobiliser plus que jamais pour être présent à l’hémicycle. Il pourra y exercer les pressions nécessaires pour obtenir, pourquoi pas, la libération de son leader historique et des autres prisonniers. Il a toutes ses chances avec ses bastions imprenables : Adzopé, Alépé, Gagnoa, Issia, Guiglo et certains quartiers d’Abidjan. Le Fpi peut-il accepter de voir ces bastions basculer chez son adversaire ? C’est à lui de tirer les leçons et d’analyser les résultats des futures concertations avec le Président de la République.


S. Débailly

Mardi 27 Septembre 2011
Vu (s) 529 fois



1.Posté par CIMARRON le 27/09/2011 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je voudrais répondre à la dernière interrogation du frère S. Débailly concernant le risque que prend le FPI à ne pas aller aux législatives. Hier, le rdr ne représentait pas la moitié des électeurs ivoiriens. Au regard de la récente présidentielle, le FPI repésente la moitié des électeurs ivoiriens et aujourd'hui la communauté internationale non seulement sera attentive au taux de participation, mais vient de comprendre que la non participation du FPI sera un cuisant échec pour eux, d'où la pression sur leur poulain. Sinon comment comprendre le volte face de ado à vouloir rencontrer le FPI. Surtout qu'on voit comment il mène ses réformes depuis son coup d'état.

2.Posté par CIMARRON le 27/09/2011 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je voudrais répondre à la dernière interrogation du frère S. Débailly concernant le risque que prend le FPI à ne pas aller aux législatives. Hier, le rdr ne représentait pas la moitié des électeurs ivoiriens. Au regard de la récente présidentielle, le FPI repésente la moitié des électeurs ivoiriens et aujourd'hui la communauté internationale non seulement sera attentive au taux de participation, mais vient de comprendre que la non participation du FPI sera un cuisant échec pour eux, d'où la pression sur leur poulain. Sinon comment comprendre le volte face de ado à vouloir rencontrer le FPI. Surtout qu'on voit comment il mène ses réformes depuis son coup d'état.

3.Posté par qquartar le 27/09/2011 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois savoir que la démarche de Ouattara consisterait à améner le FPI , à lui donner une certaine legitimité . Car pour moi sa décision de rencontrer la direction du FPI ne vient pas de lui meme . Je vois en cette décision le signe des pressions de plus enplus vives de la part de ses aliés d'hier . A part qu'il est quelqu'un , pour qui la communauté internationale a toujours pris le devant des choses , il faudra tout de meme , que le FPI fasse très attention à l'homme , parcequ'il y a toujours eu un fossé entre ce qu'il dit et ce qu'il fait .

4.Posté par antu le 27/09/2011 14:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Donc le FPI qui represente la moité de l'électorat Ivoirien n'a plus que quelques bastion et n'existerais plus selon notre intervenant. Bon chacun a le droit de penser ce qu'il veut mais il ne faut pas essayer de prendre les gens que pour des C.

Tout d'abord, les "gens" au pouvoir en ce moment en Cote d'ivoire n'ont aucune légitimité et c'est a juste titre que le FPI reste logique avec lui meme. On ne peut pas etre des député ou autre maires et élu local quand le pouvoir a qui on doit rendre compte n'est pas légitime.

Ensuite, disons que le FPI accepte le fait accomplit par les armes. Son leader est en prison pour RIEN. Aucune charges sérieuse n'est retenu contre le président Laurent Gbagbo. Donc il va falloir est etre conséquent avec soit meme..quand on est un pushiste on l'accepte et on doit etre traité comme tel. C'est tout simplement du bon sens.

plus de 500 000 Ivoiriens sont dehors et plus de 2 millions deplacé et caché dans le pays et la sous-region. Continuent a etre traqué par les analphabetes sanguinaire des FRCI. Ceci ne donne aucune confiance pour un scrutin organisé par les meme qui ont tué et menti aux ivoiriens.

Pour toutes ces raison le FPI a raison d'aller jusqu'au bout de sa logique. Je comprendre qu'il aille apres avoir obtenu au moins la liberation du Président Laurent Gbagbo. Mais il faut que le mossi accepte qu'il est un pushiste.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !