Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ouest de la Côte d’Ivoire : Criminalité transfrontalière, Le procureur bloque une opération de la police

le Vendredi 8 Novembre 2013 à 06:23 | Lu 961 fois

L’affaire fait grand bruit en ce moment dans l’ouest montagneux… A la Direction générale de la police, on se dit « outré et scandalisé ». A la direction de la police économique et financière au Plateau, on « brûle de colère et d’indignation », ne parvenant pas à s’expliquer l’attitude des autorités judicaires de Touba et de Man, qui font « obstruction » à leur opération dans la zone.



Le ministre Hamed Bakayoko est attendu dans ce bras de fer entre le procureur et ses éléments…
Le ministre Hamed Bakayoko est attendu dans ce bras de fer entre le procureur et ses éléments…
La chancellerie, c'est-à-dire le cabinet du ministre de la Justice, pour sa part, garde le silence. On suit, néanmoins l’affaire avec une extrême vigilance, selon une source. Car, c’est toute la politique du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, notamment, des valeurs de probité et de rigueur qui est en train de s’écrouler à l’ouest.

A la Douane, on se prépare à des « sanctions » exemplaires… Maintenant, tous les regards sont tournés vers les plus hautes autorités du pays, notamment, le chef de l’Etat, le président Alassane Ouattara, le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan et le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, dont les services ont d’ailleurs été saisis… Venons-en aux faits. Il s’agit, en l’occurrence, d’une contrebande de marchandises de toute nature, en bande organisée et bien structurée, avec des tentacules et autres complicités au plus haut niveau des services chargés de combattre la criminalité transfrontalière et les contrebandes qui s’exercent dans l’ouest montagneux, selon nos sources.

Pour démanteler ce réseau mafieux, une mission de la police économique, exploitant une information, s’est rendue dans l’ouest, la semaine dernière. Le commissaire Namory Timité, directeur de la police économique et financière, dépêche ses éléments sur place. Ceux-ci, pour les besoins de l’enquête, opèrent en toute confidentialité. La police économique, faut-il le rappeler, bénéfice d’une compétence nationale, pour ne pas dire territoriale.

C’est ainsi qu’ils mettent la main sur une importante cargaison de plus de 40 tonnes de cigarettes de contrebande. Mais, M. Koné Souleymane, le procureur de la République de Man, y a vu un vice de forme et s’oppose à l’opération de transfèrement du camion et de son chargement à Abidjan. Il s’en explique, lorsque nous l’avons joint hier, jeudi 7 novembre 2013, en fin de matinée.

Un système bien huilé

« Ces policiers sont dans le faux… Je suis monté sur mes grands chevaux pour dire que cette cargaison ne bougera pas. Il ne s’agit pas de venir ici, faire des opérations de saisie et rentrer à Abidjan avec. Çà, je ne l’accepterais jamais… Ma position est claire… Nous ne pouvons pas admettre que des officiers interviennent dans notre zone sans nous informer… Nous n’avons rien à cacher et nous n’avons rien à nous reprocher. J’ai instruit un juge d’instruction qui va ouvrir une information, en attendant, les marchandises sont placées sous scellé…

Je demande à ces policiers de respecter les règles du jeu », nous a-t-il lancé. Ici, ce sont des centaines de millions de FCfa qui sont en jeu, dans cette opération… et personne ne veut perdre la face. Trois camions-remorques, stationnés depuis peu à Gbinta, au Liberia, en provenance de Nzérékoré en Guinée-Conakry, transportant des marchandises de contrefaçon d’origine asiatique, notamment, de la Chine, traversent la frontière ivoirienne.

Cela se passe dans la nuit du jeudi 31 octobre au vendredi 1er novembre, entre 18 h 30 et 19 h. Destination, Korhgo. A la tête de l’opération, un ressortissant nigérien. L’homme est bien connu des services des Douanes de la région, avec qui, du reste, il entretient « de très bonnes relations », du fait de sa « trop grande générosité », selon des sources sur place.

Les postes des douanes, police, gendarmeries et Frci de Danané, Man, Biankouna, Odiénné et Korhogo, la destination finale, se montrent plus que complaisants, comme à leur habitude... A-t-il « mouillé » tout le monde » ? Les trois camions-remorques immatriculés en Guinée-Conakry, passent tous les postes de contrôles des forces de l’ordre de Côte d'Ivoire sans être inquiétés. Où étaient les douaniers ? Personnes ne peut repondre… Mais, manque de pot pour le trafiquant dont un camion tombe en panne à Biankouma. Les deux autres, avec 80 tonnes de marchandises de toute nature et une importante quantité de cigarettes de contrefaçon poursuivent, sans encombre, leur route à Korhogo, après une escale à Odienné. C’est à Touba que les officiers de la police économique mettent la main sur le camion.

Le chauffeur et son apprenti ainsi que leur camion sont conduits au commissariat de la ville. Toutes les formalités sont remplies pour leur transfèrement sur Abidjan. Le propriétaire de ces marchandises de contrefaçon engage des négociations avec les éléments de la police économique, en pure perte… C’est là que le substitut du procureur de Touba, se saisit du dossier et brandit son véto. M. Koné Souleymane, le procureur de Man est informé par son adjoint. Dès lors, l’opération policière tourne en eau de boudin. Le procureur Koné Souleymane s’offusque du mode opératoire des éléments de la police économique. « Je suis le directeur de la police judicaire…Ont-ils les actes qu’il faut pour venir intervenir dans ma zone ?… Ma position est claire. Les marchandises ne bougeront pas de Man… S’ils étaient venus me voir, on n’en serait pas là aujourd’hui. Je ne peux pas admettre que des officiers interviennent dans ma zone sans que je ne sois informé… Çà, je ne peux l’accepter… N’eût été la panne, le camion serait déjà à Abidjan… Ils oublient qu’ils sont tenus par des textes », a-t-il indiqué, assurant de « remonter toute la filière ». « J’ai été informé par mon service.

Mon substitut de Touba est sur le dossier », a poursuivi le procureur de Man. Pour l’heure, c’est le statu quo, le procureur Koné Souleymane s’étant fermement opposé au transfert du camion et des marchandises sur Abidjan où la police économique entendait, dans le cadre de ses prérogatives, infliger au contrebandier, une sévère amende. Le bras de fer procédural se poursuit…



Armand B. DEPEYLA

Vendredi 8 Novembre 2013
Vu (s) 961 fois



1.Posté par ADEDE le 10/11/2013 23:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Armand B. DEPEYLA, je répète une fois de plus d'arrêter de nous distraire. Pour les dignes fils de ce pays nous ne nous appesantirons jamais sur les actes de gouvernance de ce genre. Les actions d'une rébellion ne s'inscrivant que dans la défiance, rien n'est surprenant pour ce qui passe dans l'ex cno . Que pouvez attendre des éléments issus d'une rébellion qui a coupé la CI en deux où la contrebande a été érigée en règle de gouvernance pendant 10 ans. Il faut nous épargner de ces informations à la con.
C'est comme cela qu'ils ont appauvri le nord qu'ils ont pris en otage et c'est avec la même stratégie qu'ils comptent ravager les autres régions. Et avec ça demain une communauté dite internationale viendra pour consoler les populations et s'attendrir sur ces méfaits d'une autre époque. Que Dieu seul soit notre juge au moment venu. Qu'il soit notre protecteur et nous guide

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !