Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ouest de la Côte d’Ivoire: Ce qui se prépare contre Amadé Ouéremi

le Samedi 6 Octobre 2012 à 01:16 | Lu 1503 fois

Par la force ou par la négociation, Amadé Ouéremi doit partir. Le chef de guerre, par ailleurs planteur de café-cacao, et ses combattants estimés à 300 ou 400, installés dans la forêt classée du Mont Péko, dans la région de Duekoué, sont désormais les cibles des autorités ivoiriennes.



Ouest de la Côte d’Ivoire: Ce qui se prépare contre Amadé Ouéremi
Elles semblent décidées à mettre un terme à leur séjour dans cet espace interdit à l’exploitation et la présence humaine, selon la loi. Cela de gré ou de force. Sur la seconde option, le pouvoir ivoirien avait sorti ses griffes contre le chef de guerre du Mont Péko, avant de faire un pas en arrière quant à sa volonté de bouter Amadé et ses lieutenants hors de la forêt classée. En fin juillet dernier, en effet, le général Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major général (Cemag) des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), avait annoncé à la presse « une vaste opération de ratissage » à l’ouest, qui prendrait en compte les occupants illégaux du Mont Péko.

« Pour parler d’un milicien (Amadé Ouéremi ndlr) qui serait dans la forêt du Mont Péko, c’est le lieu de rappeler que hormis les militaires et agents de sécurité (police, gendarmerie), personne n’a le droit de porter une arme, encore moins, d’en faire usage. Nous l’avons dit, encore une fois, lors de notre passage, récemment à Duekoué. C’est pourquoi nous avons rencontré les chasseurs traditionnels communément appelés dozo, pour leur dire que cette règle s’applique à eux également. Avec l’arrivée des forces, il n’est pas question que chacun se fasse justice.

Il en sera de même pour tous les miliciens. Nous irons ratisser toute la région de Duekoué. Une opération ‘’le Mont Péko’’ sera lancée et nous rencontrerons le milicien dont vous parlez. Il faut qu’on arrête ces pratiques. Nous allons tout faire pour que la sécurité dans cette région soit garantie, d’autant plus que le gouvernement demande aux déplacés de rejoindre les villages. Il faudrait que la sécurité les accompagne partout où ils seront. L’effectif de 800 éléments nous paraît le strict minimum pour sillonner toutes les régions », avait déclaré à la presse le CEMAG des FRCI, sans toutefois annoncer une date précise pour cette opération. Mais à en juger par le ton et la fermeté du général Bakayoko, on croyait l’opération de ratissage imminente. Et puis après, silence radio.

Deux mois plus tard, les FRCI changent de stratégie. L’opération de nettoyage fait place à la négociation avec le chef de guerre. Certains observateurs font remarquer qu’il s’agit d’une dernière tentative de convaincre l’homme fort du Mont Péko, avant l’épreuve de force. Selon le quotidien pro-gouvernemental, Fraternité Matin, une délégation d’officiers supérieurs des FRCI conduite par le commandant adjoint des forces terrestres, le Colonel-major Soumahoro Gaoussou, a rencontré le mercredi 03 octobre dernier, Amadé Ouéremi, à Bagohouo, village situé à la lisière de la forêt classée, à 25 km de Duekoué.

Pour engager des négociations visant à le désarmer et le faire partir de ce lieu interdit. Plusieurs sources proches des discussions indiquent que le chef de guerre ne serait pas opposé à l’idée de partir, à la seule condition qu’il veut finir sa récolte de café-cacao, soit entre février-mars. Amadé Ouéremi demanderait ainsi à l’Etat de Côte d’Ivoire d’attendre qu’il empoche les derniers sous issus des productions des plantations, avant de quitter la forêt classée, qu’il ne devrait pourtant jamais occuper.



Un os dans la gorge du pouvoir



A la vérité, chasser Amadé Ouéremi et ses centaines de combattants de cette immense étendue de forêt (34000 hectares), n’est pas chose facile. Cela au moins pour deux raisons. Primo, c’est que ses hommes et lui maîtrisent leur espace et semblent avoir acquis une certaine expérience en matière de stratégie de combat pendant les moments de braise, qu’ils pourraient opposer à toute attaque armée. Engager l’épreuve de force dans ces conditions occasionnerait de nombreux morts, et présente, dans tous les cas, une issue incertaine. Secundo, Amadé Ouéremi fut un allié sûr des FRCI à l’Ouest pendant la conquête du pouvoir contre les ex-FDS fidèles à l’ancien président, Laurent Gbagbo.

Se présentant avec ses hommes comme un détachement d’abord des ex-Fafn, puis des FRCI, il s’est investi dans les combats, en faisant parler de lui comme une véritable terreur des ex-miliciens à l’Ouest. Le griller aussi facilement, sans y mettre la manière, pourrait apparaître comme une ingratitude, après les services rendus durant la crise post-électorale. Une image que le régime ivoirien ne veut certainement pas présenter de lui. Par ailleurs, il faut bien trouver un point de chute à Amadé Ouéremi et ses centaines d’hommes. Où les mettre après le Mont Péko ? Comment les occuper afin qu’ils ne constituent pas une réelle menace pour la sécurité à l’Ouest ? A

utant de questions auxquelles il faut trouver des réponses. Lâcher Amadé Ouéremi et ses combattants dans la nature sans les réinsérer, viendrait ajouter à l’insécurité déjà existante du fait des nombreux supplétifs FRCI qui chôment depuis la fin de la crise post-électorale. Enfin, Amadé Ouéremi reste, quoi qu’on dise, un client potentiel de la Cour pénale internationale (CPI), vu qu’il a été cité dans plusieurs rapports d’organismes internationaux de défense des droits de l’homme, comme l’un des auteurs des massacres du quartier Carrefour de Duekoué, durant la crise post-électorale. Selon un analyste, le chef de guerre voudrait certainement se rassurer qu’il ne serait pas livré à la CPI, qui a décidé d’enquêter sur les crimes qu’auraient commis des combattants pro-Ouattara pendant la bataille pour le contrôle du pouvoir en mars et avril 2011. Dans le même temps, le pouvoir pourrait utiliser cette arme pour avoir le chef de guerre qui semble lui être collé en travers de la gorge comme un os.



Hamadou ZIAO

Samedi 6 Octobre 2012
Vu (s) 1503 fois



1.Posté par Lele le 06/10/2012 04:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien fait. Dramane n'arrive plus a avaler ce gros morceau qu'il a en travers de la gorge. Pourtant, il a la solution!!!Lol. Dans tous les cas, que tous ces mossi partent du pays. Qu'ils aillent cultiver leur cacao au burkina.

2.Posté par bolkotch le 06/10/2012 10:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Foutaise foutaise foutaise un facebook qui donne ces conditions avant de quitter notre forêt et ci yako dermane à chaud ami avant adversaire aujourd'hui ouremi ne te laisse pas désarmer sans partir avec un peu de frci ces lâches...

3.Posté par doriane le 06/10/2012 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh Dieu, grâce à mossi derman, des burkinabés récoltent ce qu'ils n'ont pas planté sur nos terres. Ourémi n'a pas planté ni cacao ni café, et il demande à récolter ces deux produits avant de partir.
Vivement qu'il récolte ce qu'il a semé ce "facebook"(merci bolkotch pour l'expression). Ce ouédraogo rémi alias ourémi a semé la terreur, la mort, la désolation à l'ouest! Qu'il récolte le double; et qu'aucun de ces hommes ne sorte vivant de la forêt du mont péko. On les enterrera tous avec du beurre de cacao.
Bon weekend à lele, bolkotch, hermann, fatim, anonyme, tchedjougou, Ignacio...

4.Posté par fatim le 06/10/2012 19:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Coucou Doriane.Bon week end ma soeur.
Je reviendrai sur le sujet.

5.Posté par Hermann N'da le 06/10/2012 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Le pouvoir ivoirien avait sorti ses griffes contre le chef de guerre du Mont Péko, avant de faire un pas en arrière quant à sa volonté de bouter Amadé et ses lieutenants hors de la forêt classée".

"On croyait l’opération de ratissage imminente. Et puis après, silence radio"

"L’opération de nettoyage fait place à la négociation avec le chef de guerre".

"Amadé Ouéremi demanderait ainsi à l’Etat de Côte d’Ivoire d’attendre qu’il empoche les derniers sous issus des productions des plantations, avant de quitter la forêt classée, qu’il ne devrait pourtant jamais occuper"

"A la vérité, chasser Amadé Ouéremi et ses centaines de combattants de cette immense étendue de forêt (34000 hectares), n’est pas chose facile".

"Amadé Ouéremi fut un allié sûr des FRCI à l’Ouest pendant la conquête du pouvoir contre les ex-FDS fidèles à l’ancien président, Laurent Gbagbo".

RÉSUMÉ et CONCLUSION
Drame a utilisé des mercenaires burkinabés pour sa conquête du pouvoir en CI, en massacrant des centaines de WE dans la seule journée du 28 mars Z011 au vu et au su de sa communauté internationale.
Drame ne sait plus comment se débarrasser de ses partenaires du Mal.
MERCI
BISOU à FATIM, DORIANE, BLANCHE, GRACE, ANTU, LILIANE KOUASSI.

6.Posté par Fatim le 07/10/2012 00:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que ce Mossi s arrange a faire degager toutes ses ordures qu il a depose a ouest du pays.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !