Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ouattara affaibli par les pressions de Paris

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Vendredi 26 Juin 2015 à 07:27 | Lu 1386 fois

A peine les meetings de la CNC débutés samedi à Yopougon qu’Hamed Bakayoko le ministre de l’intérieur s’est empressé d’appeler à rencontrer ses chefs hier à son cabinet. D’habitude arrogant et dédaigneux, le régime se dit même disposé à négocier avec les responsables de la coalition et c’est le dieu Ouattara himself qui le demanderait.



Ceux qui sont allés a Canossa chez Ouattara doivent certainement s’en mordre les doigts. Car le deus ex machina n’est qu’un simple humain qui sait céder à la pression. En tout cas, il a fallu celle coalisée de Paris où Ouattara a dû répondre de ses atteintes habituelles aux libertés publiques et celle de samedi dernier que le maire RDR de la commune a tout fait pour ajourner. Mais finalement, 48 heures à peine après ce meeting qui avait laissé le sentiment à Mamadou Koulibaly qu’il ne ferait même pas peur au chef de l’Etat, ce dernier a fini par tout lâcher.

Le voilà désormais disposé à respecter le droit aux manifestations publiques. Son premier policier en chef, Hamed Bakayoko, annonce même urbi et orbi qu’elles seront désormais encadrées par les policiers qui doivent sans doute en avoir perdu l’habitude, tellement ils en ont interdit les réunions ou autres manifestations du FPI. Mais il y a mieux. Le grand dieu Ouattara a même laissé une inédite commission à son ministre qui assure qu’il est disposé à discuter avec la coalition nationale pour le changement. Fini donc la morgue. « Les instructions du Président de la République sont très claires : nous devons favoriser à travers le dialogue politique l’animation au sein de la classe politique. Ce, afin que chacun puisse porter son message. C’est un début et je suis disposé à discuter avec eux sincèrement », aurait dit Ouattara qui va certainement écœurer le clan Affi en croisade pour expliquer les gains d’une politique de la collaboration.

Alors qu’il était encore le seul à être autorisé à manifester, l’ex-président va difficilement trouver des dividendes politiques à la peur dont il a persuadé la plupart de ceux qui l’ont suivi. Car son allié n’y va guère de main morte. Les manifestations ? Il faut juste qu’elles respectent les règles, assure Hamed Bakayoko. « Je leur ai demandé de faire en sorte que cela respecte les règles.

Ces manifestations se déroulent dans des cités gérées par des maires et des préfets. Il faut des échanges pour s’assurer que la place est disponible », a souligné le ministre de l’intérieur subitement perclus d’humilité. La délégation de la coalition nationale pour le changement a même eu droit aux honneurs des policiers. Ce qui a surpris la plupart d’entre eux plutôt habitués à se faire emprisonner. D’ailleurs, en quittant le cabinet du ministre, les leaders de la CNC se sont rendus à leur Qg où était déjà prévue une rencontre de débriefing du meeting de samedi. En plus des manifestations qui doivent être poursuivies, la coalition doit préparer un document qui récapitule les revendications de la CNC.

Si la commission électorale indépendante va sans doute polariser l’attention, la grande préoccupation des Ivoiriens reste néanmoins la réconciliation nationale et principalement le retour de Laurent Gbagbo, ainsi que la fin d’exil pour tous ceux qui ont fui le pays et la libération des centaines de prisonniers politiques. Ironie de l’histoire, les conclusions actuelles semblent avoir été écrites par le comité central du FPI. En 2013, les militants du FPI avaient demandé à la direction alors présidée par Pascal Affi N’guessan d’organiser des mouvements de masses gradués pour obliger Ouattara à discuter et libérer leurs camarades emprisonnés.

Mais Affi avait rusé jusqu’au jour où lors d’une réunion avec les militants de Bonoua, il déclara qu’il ne veut pas envoyer à l’abattoir les militants en organisant les manifestations demandées par le comité central. La suite est connue avec la politique de la collaboration à travers laquelle l’ancienne direction a théorisé la peur. L’histoire risque donc d’être sans pitié.

Sévérine Blé

Source: Aujourd’hui

Afrik53.com : Infos 7J/7
Vendredi 26 Juin 2015
Vu (s) 1386 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !