Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Opération « Je donne au FPI » /Simone N’Guessan, Secrétaire nationale chargée des finances et du patrimoine du Fpi : « Pour la démocratie en Côte d’Ivoire, mobilisons-nous »

le Jeudi 31 Octobre 2013 à 07:11 | Lu 754 fois



Le Front Populaire Ivoirien (Fpi), procède le 2 novembre prochain, au lancement d’une
opération de collecte et de mobilisation de ressources. Pour mieux comprendre les
tenants et les aboutissants de cette opération que les organisateurs souhaitent grande, nous avons approché Mme Simone N’Guessan, la Secrétaire Nationale chargée des Finances et du patrimoine du parti.

Entretien

Notre Voie : Madame la Secrétaire nationale, vous préparez activement une opération de mobilisation de ressources au profit de votre parti. Qu’est-ce qui justifie cette opération dans un contexte aussi difficile que celui que vivent vos militants ?
Simone N’Guessan : Je voudrais d’abord vous remercier de l’opportunité que vous nous donnez de parler de cette opération, la première du genre qu’organise officiellement le FPI.

Vous savez bien que la crise dite postélectorale a eu un effet dévastateur sur le parti et ses militants. Elle s’est notamment traduite par le pillage, le saccage et la démolition de notre siège à Koumassi, l’occupation par des hommes en arme de l’espace où nous devions construire le nouveau siège, le gel des avoirs des responsables du parti, l’occupation illégale des domiciles de nos cadres, le vol des actifs mobiliers du parti, la destruction de l’imprimerie et des bâtiments abritant le journal Notre Voie.

Je n’évoque même pas les différents traumatismes vécus par nos militants dans les villes et villages, les tueries massives, l’exil forcé que vivent actuellement la plupart de nos cadres et militants dans les pays de la sous-région. Bref, nous avons connu une situation suffisamment grave dont la finalité était de réduire le parti au silence. Heureusement, les militants sont restés en éveil. On le constate d’ailleurs ces derniers temps à travers les tournées et autres sorties du président sur le terrain.

N.V. : Est-ce cette détermination qui vous amène à les solliciter ?

SN : En tant que responsable, il nous faut accompagner cette détermination des militants, des sympathisants et de tous les démocrates en réorganisant le parti aux plans matériel, financier et administratif. Vous avez noté qu’après sa prise de fonction le 07 septembre dernier, le Président Affi a immédiatement nommé une nouvelle direction du Parti. Cette direction doit se déployer sur le terrain en permanence pour y mobiliser les militants en vue des batailles futures. Le Parti doit fonctionner dans un environnement adéquat avec un siège provisoire réhabilité et équipé de toutes les commodités nécessaires à son bon fonctionnement administratif.

Le FPI, dans cette période difficile, doit être constamment aux côtés des militants pour leur apporter le réconfort et la solidarité nécessaires. Toutes ces activités nécessitent de gros moyens matériel et financier dont le parti ne dispose pas actuellement. Or, nous devons non seulement exister, mais nous devons aussi mener, sans relâche, le combat pour l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit. C’est pourquoi, il nous est apparu opportun de mettre les militants et tous les démocrates à contribution afin que le FPI, porteur de leurs espérances, soit à la hauteur de ses ambitions pour les Ivoiriens.

NV : Mais vous n’ignorez pas la situation de paupérisation généralisée…

SN : C’est vrai que la situation est difficile pour nos militants en particulier. Mais ce sont tous les Ivoiriens qui subissent les effets de la crise actuelle. Nous n’avons pas le droit de nous asseoir et laisser le Parti dans cette léthargie. Il faut en face, un parti crédible et fort, porteur des aspirations profondes des Ivoiriens. Devant un tel enjeu, un sacrifice n’est jamais trop grand. Nous ouvrons l’opération à tout le monde de sorte qu’après, en additionnant les contributions des uns et des autres, nous arrivions à quelque chose de substantiel pour le fonctionnement du Parti. Par leur geste, les Ivoiriens doivent dire non à la pensée unique et à la décapitation de l’opposition.

NV : En pareille situation, il y a toujours un climat de suspicion qui peut naître. Quelle garantie de transparence offrez-vous aux potentiels contributeurs ?

SN : C’est une excellente question. Vous ne pouvez pas solliciter des personnes sans leur donner des gages de transparence et de sincérité quant à l’usage qui sera fait de leur argent ou don en nature. C’est pourquoi, dès la conception de cette opération, nous nous sommes attachés les services d’un huissier de justice et d’une avocate pour son encadrement du point de vue des textes en vigueur. L’huissier fera régulièrement les constats nécessaires et authentifiera tous les actes qui seront posés tout au long de l’opération. L’avocate suivra la régularité des actes et prodiguera les conseils nécessaires.

Toutes les semaines nous ferons le point des entrées et nous les publierons, tous les mois, dans les journaux avec les noms et les montants pour chaque donateur. Bien sûr que, ceux qui souhaitent la discrétion en seront épargnés. Le second niveau de transparence réside dans le mode de perception des ressources. Nous avons fait en sorte que les fonds donnés ne soient manipulés par personne. N.V. :

Que va-t-il se passer alors ?

SN : Les donateurs auront le choix de procéder directement aux virements bancaires sur les comptes du parti logés à la SGBCI et à la BNI ou de faire des transferts via Western Union, Money Gram, Orange Money, MOOV Money et MTN Money. A charge pour ces structures avec lesquelles nous avons signé un partenariat, de verser, toutes les semaines, les fonds transférés sur les comptes du parti. A cet effet, les numéros de transferts des contributions seront communiqués bientôt au public.

Quant aux dons en nature, ils seront réceptionnés au QG de campagne devant l’huissier qui en fera le constat et l’authentification. Au cours des tournées du président à l’intérieur du pays, nous enverrons une équipe pour prolonger, en présence d’huissier, la collecte des fonds et d’autres dons auprès de ceux qui n’auraient pas le temps d’utiliser les moyens que nous avons indiqués. Nous sommes aussi ouverts aux donateurs qui souhaiteraient faire leurs dons en nature en dehors du QG de campagne qui tient lieu de siège provisoire au parti.

NV : Qu’en sera-t-il pour vos militants de l’extérieur?
SN : La secrétaire nationale chargée de l’extérieur va coordonner les opérations auprès de nos militants et sympathisants de l’extérieur, en termes de mobilisation et de sensibilisation. Mais le mode de perception des fonds reste le même. C’est-à-dire les virements bancaires et les transferts de fonds via les différents opérateurs que nous avons indiqués plus haut. Pour les dons en nature, le procédé reste le même, sauf qu’ici, ce seront des colis que nous allons recevoir de l’extérieur. Nous respecterons toutes les procédures en la matière, sous le regard de l’huissier commis.

NV : Vous parlez de dons en nature, de quoi peut- il s’agir ?

SN : Je vous ai indiqué que l’un des objectifs de l’opération c’est de réhabiliter le siège provisoire du parti. Nous sommes donc prêts à recevoir tout ce qui rentre dans le matériel de construction (ciment, porte, fenêtre, baie vitrée, sanitaire, climatiseur, matériel de bureau, matériel électrique, etc. Mais il y a aussi des véhicules et tout autre matériel roulant qui peut faciliter les déplacements des responsables du Parti. Bref, des dons qui peuvent aider le FPI à se relever.

NV : Une telle opération a-t-elle été déjà menée par le FPI ? si oui quels enseignements en avez-vous tirés ?

SN : Je n’ai pas souvenance d’une telle opération que le Parti a organisée de façon officielle. A ma connaissance, c’est la première fois. C’est pourquoi, nous avons insisté sur les volets transparence et sécuritaire. C’est une contribution que nous demandons aux militants et sympathisants. Il nous appartient d’offrir tous les gages nécessaires pour rassurer les donateurs. Il y va de notre crédibilité et de notre sérieux dans les missions que le Parti a bien voulu nous confier.

Par le passé, il a pu avoir des contributions de certains militants, mais ce n’était pas une opération officielle endossée par le Parti comme nous l’envisageons maintenant. Je lance donc un appel solennel à tous nos camarades et à tous nos sympathisants d’ici et de l’étranger afin qu’ils se mobilisent autour de cette opération à laquelle le président et toute la direction du FPI attachent du prix. Il y va de la survie du Parti et de la démocratie en Côte d’Ivoire. J’invite donc les militants et sympathisants à prendre d’assaut le QG de campagne le samedi 02 novembre prochain à 14 heures pour la cérémonie de lancement officielle de l’opération, qui sera présidée par le camarade Affi N’Guessan lui-même.


Interview réalisée par Boga Sivori


Jeudi 31 Octobre 2013
Vu (s) 754 fois



1.Posté par Hermann nda le 31/10/2013 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne initiative. Nous n'attendons que les numéros de transferts des contributions pour nous exécuter. C'est pour nous un DEVOIR PATRIOTIQUE .

2.Posté par Jacquesvakele le 31/10/2013 23:15 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ah le parti est tombe' en fallitte avec tout l,argent qu, ils ont mange' pendant 10ans.pitie' les refondateurs.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !