Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Nouvelle armée: Un ex-combattant dénonce des rançons au sein des FRCI

le Mardi 27 Novembre 2012 à 00:04 | Lu 831 fois

Il nous a parlé sous le couvert de l'anonymat le jeudi 22 novembre 2012, lors d'une visite dans nos locaux sis à Marcory zone 4C. Ce que ses camarades et lui demandent, c'est la reconnaissance de l'Etat après leurs ‘’efforts durant la période de crise’’. Cet élément des FRCI dénonce un système de rançon dont des ex-combattants sont l’objet pour espérer une insertion la vie professionnelle.



Nouvelle armée: Un ex-combattant dénonce des rançons au sein des FRCI
Que nous vaut votre visite dans nos locaux ce jour ?

Bien évidemment, je ne vais pas vous donner mon nom. Je suis simplement un élément des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI). Pour aller droit au but, j'ai remarqué beaucoup d'injustices et je suis venu vers vous pour les dénoncer.

De quoi s'agit-il?

Nous avons fait beaucoup d'efforts pour le pays, toute modestie mise à part. Il faut dire qu'on a travaillé comme il faut pour aider notre pays. Et le pays reconnaissant nous a proposé du travail. Hélas, c'est là qu'il y a problème. Il y a des individus qui marchandent ce qui nous revient de droit, allant même jusqu'à attribuer des places à des personnes ne les méritant pas, qui n'ont rien fait pendant la crise. Bien sûr, ça ne vient pas d'en haut, ce sont des gens qui gravitent autour.

De qui voulez-vous parler exactement ?

Je parle de ceux à qui on a confié ces responsabilités. On leur dit par exemple : ‘’X, prend tel nombre de personnes dans les rangs des FRCI’’. Mais ce X se permet de demander de l'argent avant d'intégrer les jeunes, à tous les niveaux. Aujourd'hui, il faut débourser entre 150.000 et 200.000 francs CFA pour se voir proposer un matricule au sein des FRCI. Alors que ce sont des choses qui devaient nous revenir normalement. Tout en sachant que cela fait maintenant deux ans que nous travaillons pour le pays sans salaire, où allons-nous trouver ces moyens pour rentrer en possession de ce qui nous revient de droit ? C'est là que se situe le problème. Et bien entendu, ce sont ceux qui ont de l'argent qui travaillent aujourd'hui, qui ont un matricule, alors qu'ils n'avaient rien fait pour le pays.



Avez-vous été enrôlé ?

J'ai été enrôlé fin 2010, mais il faut dire que l'enrôlement ne s'est pas fait à l'appel. Cela a commencé par des protestations, des marches, jusqu'à ce qu'on prenne des positions. Ça a commencé par les pierres, après c'est devenu les armes, comme vous le savez, pour sécuriser tout notre périmètre c'est-à-dire toute la grande zone de Marcory et Koumassi. Après, on nous a demandé de libérer les endroits que nous occupions puisque ce n'était pas des camps. Bien évidemment, nous avons obéi et nous sommes partis dans des casernes. Après cela, nous avons été profilés pour voir qui pouvait faire quoi. Après les attaques perpétrées contre la Côte d'Ivoire, nous continuons de faire des patrouilles, de sécuriser la zone, de faire des contrôles de véhicules.



Vous voulez dire que vous êtes en exercice sans matricule?

Bien sûr ! Après deux ans, on se dit qu'on verra quelque chose, qu'on nous donnera quelque chose. On ne demande pas forcément de l'argent. Il y a un proverbe qui dit qu'il vaut mieux apprendre à quelqu'un à pêcher plutôt de lui donner toujours du poisson. Passer deux ans sans faire un autre boulot, vous comprenez que c'est dur.



Avez-vous le sentiment de n'avoir pas été récompensés à la hauteur de vos efforts ?

Pour être honnête, c'est la raison de ma présence à votre rédaction. On ne demande pas de l'argent. Nous sommes des jeunes, nous avons la force, la vigueur, nous ne demandons qu'à servir notre pays. Mais, si en retour, le pays nous donne quelque chose, que ceux qui sont autour aient pitié pour nous donner ce à quoi on a droit. C'est tout ce que nous réclamons. Je dis nous parce que je parle de tous mes camarades qui vivent la même situation que moi.



Vous êtes combien à subir cette injustice que vous décriez ?

Donner un chiffre serait dire du mensonge. Je n'ai pas un nombre précis mais voici comment ça fonctionne. On dit qu'on a besoin de tel nombre de personnes dans un domaine d'activité bien identifié, pour travailler. Mais, c'est là que commence le problème. Celui qui dirige les opérations recrute les jeunes moyennant de l'argent, et très souvent, ils prennent des gens qui n'ont jamais porté de fusil, qui n'ont jamais lutté. Nous estimons qu'il faut qu'on nous donne ce qui nous revient de droit.

Quand le président de la République dit que tel nombre de personnes doit intégrer des secteurs d'activités comme la Fonction publique, il faut que les gens arrêtent de marchander les places. Nous voulons juste interpeller les gouvernants parce que je me dis qu'ils ne savent pas. Nous sommes sur le terrain, c'est nous qui savons. Ce soir même (jeudi 22 novembre 2012, Ndlr) j'irai en patrouille, avec tous les risques que cela comporte, sans un matricule. Et quand on me proposera d'intégrer un secteur d'activité, des gens me demanderont de l'argent ; et si je n'ai pas d'argent, je resterai sur le carreau. C'est ce que nous dénonçons.



Recueillis par Hervé KPODION
L'Inter

Mardi 27 Novembre 2012
Vu (s) 831 fois



1.Posté par Hermann N'da le 27/11/2012 01:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toi un désœuvré comme ça ! Tu espérais quoi? Attends les 200 000 emplois par an que Dramane vous a promis. Tu vas durer sur le carreau. Vous vous êtes laissés berner par quelqu'un qui a renié ses origines afin d'accéder aux richesses d'un pays qui n'est pas le sien et de les piller avec l'aide des puissances occidentales avant d'aller prendre sa retraite dorée dans "son village" à Mougins, au sud de la france. Vous n'avez rien compris. Bientôt, tu ne seras plus qu'un vulgaire coupeur de route, si tu ne l'es déjà. Espèce d'idiot.

2.Posté par Fatim le 27/11/2012 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Retourne dans ton pays. C est simple comme l eau de roche.
En realite, nous n avons pas besoin DES individus sans experience comme vous pour nous securiser. Donc tu peux aller te faire voir avec tes problemes ailleurs dans ton pays original. Merci.

3.Posté par Mèh le 27/11/2012 13:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Aujourd'hui, il faut débourser entre 150.000 et 200.000 francs CFA pour se voir proposer un matricule au sein des FRCI. Alors que ce sont des choses qui devaient nous revenir normalement. Tout en sachant que cela fait maintenant deux ans que nous travaillons pour le pays sans salaire, où allons-nous trouver ces moyens pour rentrer en possession de ce qui nous revient de droit ?"

Cher dozomaître, vous avez tout cet argent. et la BCEAO dévalisée, les domiciles pillés? Dans tous les cas, achevez ce que vous avez aimé et commencé. Va voir les journaux comme les vôtres et tout sera reglé rapidement. faut pas faire, ils vont brûler ceux qui nous permettent de savoir ce qui se passe vraiment dans notre pays oooooooooh

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !