Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Nouveau scandale à la CPI: La Cour autorise les 5 témoins fugitifs du RDR à déposer par écrit

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Dimanche 2 Octobre 2016 à 15:13 | Lu 1811 fois

La chambre de prémier instance de la Cour pénal internationale par décision en date du 27 septembre 2016 a rejeté la requête en appel de maitre Altit et les avocats de la défense qui s’opposent aux témoignages par écrit de 5 témoins de l’accusation. Elle autorise les témoins P-0414, P-0428, P-0550, et P-0549 “de Fatou Bensouda à déposer sous forme écrite. Une décision qui heurte les consciences au plan juridique et que maitre Altit et les avocats de la défense sont en droit de recuser parce que la question du témoignage par écrit de ces témoins n’était pas prévu dans la procédure.



L’article 82 du statut de Rome portant création de la CPI stipule que ” l’une ou l’autre partie peut faire appel conformément au réglement de procédure et de preuve si la décision soulevant une question de nature à affecter de manière appréciable le déroulement équitable et rapide de la procédure où l’issue du procès et dont le réglement immédiat pourrait de l’avis de la chambre de prémier instance, faire sensiblement progresser la procédure.” Mais plus, tous les observateurs du procès de Laurent Gbagbo s’expliquent difficilement ce revirement des 5 témoins de l’accusation qui ont donné leur accord pour déposer à l’audience alors que dépuis le 28 janvier 2016,date du début du procès, plusieurs témoins se “sont succédé à la barre.

Des civils tels que Matts Weil de Humain Rigths Watch, organisation de défense des droits de l’homme, Jôel N’guessan, porte parole du RDR, parti au pouvoir, Jichi Sam dit Sam l’Africain, membre de l’ex-glaxie patriotique, Aurelie Fuchs, fonctionnaire à la division des doits de l’Homme de l’ONU en Côte d’ivoire pour ne citer que ceux-ci ont déposé à visage découvert au prétoire de la CPI. Des militaires tels Jean Noël Abéhi, ex-commandant du groupement d’escadron de la gendarmerie, le colonel Amicha Kouao Edouard, le colonel Ouatara Obiénéré, actuel commandant du groupement d’escadron de la gendarmerie d’Agban ont aussi témpoigné.

La CPI offre par ailleurs pour les audiences une panoplie de solutions aux témoins qui peuvent déposer par vidéoconférence, à huis clos. Qui sont donc ces 5 témoins de Fatou Bensouda qui refusent de déposer à la CPI? Des sources prochesde la CPI indiquent clairement que les 5 témoins susvisés sont des personnalités politiques et militaires proches de Laurent Gbagbo. Est-ce que ces dernierscont-ils finalement fait pression sur Fatou Bensouda pour se rétracter ou à défaut déposer par écrit pour que rien ne filtre de leur déposition? L’hypothèse est plausible.

Le témoignage par vidéo-conférence ou à huis clos laisse obligatoirement des traces. ces personnalités qui ont géré le pouvoir avec Laurent Gbagbo comptent se cacher pour accabler l’ex-président ivoirien et son ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé. Certaines sources indiquent que des responsables de l’armée telsque Philippe Mangou chef d’état major et Edourd Kassaraté, commandant annoncés à la CPI ont finalement décidé de témoigner par écrit.

C’est d’autant plus vrai que ces derniers redoutent non seulement le regard des accusés mais aussi le contre-interrogatoire de la défense qui ne va pas bouder son plaisir à les ridiculiser davantage aux yeux de l’opinion internationale. Fatou Bensouda qui voit venir le danger veut donc dissimuler la déposition de ces 5 témoins. Sinon pourquoi exiger que ces 5 témoins déposent par écrit à la barre après 8 mois d’audience et la comparution de 17 témoins à charge?

La Rue Lepic n’a pas respecté ses promesses

C’est un secret de polichinelle, Fatou Bensouda, procureure de la CPI a fondé son document des charges sur le ragots sortis tout droit de la rue Lepic, siège du Rassemblement Des Républicains. C’est là qu’elle a également rechuté et conditionné ses témoins mais la rue Lepic n’a pas respecté ses promesses. Des langues se délient et confessent. Selon notre source, des promesses on été faites à certaines personnes pour témoigner contre Laurent Gbagbo. C’est le non-respect de ces engagement qui explique le désistement de certains témoins. Cette information a été ébruitée aux prémières heures du procès.

Des témoins ont fui leurs chambres d’hotel à La Haye et sont jusqu’à ce jour introuvables alors qu’ils avaient donné des assurances au bureau du procureur. Mais mieux, Losseni Djakaridja, un ex-rebelle qui s’est confié à “Le Quotidien d’Abidjan avait déjà révélé les pratiques peu orthodoxes du RDR. En sa qualité d’ex-rebelle, Djakaridja Losseni et ses amis avaient été invités à dissimuler les preuves du massacre de Duekoué contre espèces sonnantes et trébuchantes. Une promesse qui n’a jamais été tenue.

Le témoignage par écrit est un complot de trop contre Gbagbo

Dix sept témoins se sont succédé au prétoire de la CPI sans apporter la moindre preuve pour corroborer le fameux plan commun de Fatou Bensouda. Et face aux difficultés de l’accusation, la cour multiplie les vices de procédure pour donner un coup de pouce au bureau du procureur. La Cour pénale internationale a été secouée par des scandales à répétition. “Suite à l’obstruction des juges Sylva Fernandèz de Gurmendi et Christine Van Den Wyngaert,… le procureur affecte de façon temporaire les juges Ozaki et Chung à la chambre d’appel de la CPI”, Une décision de la CPI en date du 7 juillet 2016.

C’est en toute violation des procédures que la CPI a maintenu les juges Syvia Fernandez de Gurmendi et Christine Van Den Wyngaert à la chambre d’appel alors que ces deux juges ont connu de l’affaire Gbagbo à la chambre préliminaire. Une entrave à la justice qui avait été dénoncée par “Le Quotidien d’Abidjan”.

Le témoignage par écrit est un complot de trop contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé parce que les arguments avancés par la chambre préliminaire ne tiennent par la route. L’argument selon lequel les 5 témoins peuvent déposer par écrit parce que “les déclarations des témoins sont périphériques et ne se rapportent par immédiatement à tous les éléments de charges” ne peut prospérer. En droit la forme prévaut sur le fond. L’exalen de mise en état avait-il prévu la déposition par écrit des 5 témoins de Bensouda?

Le mutisme de la Cour sur cette question dans sa décision sus-visée est la preuve de sa complicité avec le bureau du procureur. Et le président soudanais qui avait tiré sur la sonnette d’alarme n’a pas eu tort. «Les médias ont récemment relayé une information, selon laquelle la CPI s’adonne à des activités de corruption et nous disposons de documents pour en apporter les preuves réelles (…) Cette institution ne contribue en rien à rendre la justice sur un plan international, mais plutôt à entacher l’image du Soudan». Des accusations du président Omar Béchir que la CPI confirme dans la tenue du procès de Laurent Gbagbo et Blé Goudé. Tout simplement scandaleux!

Toute cette histoire de témoins qui fuient annonce une victoire certaine de Laurent Gbagbo.

Source: Le Quotidien d’Abidjan N°1853

Afrik53.com : Infos 7J/7
Dimanche 2 Octobre 2016
Vu (s) 1811 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !