Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Noël à La Haye-Les Africains à Gbagbo : “Jusqu’au bout avec toi”

le Mardi 27 Décembre 2011 à 07:34 | Lu 1860 fois



Noël à La Haye-Les Africains à Gbagbo : “Jusqu’au bout avec toi”
C’est à l’issue de la manifestation des Africains d’Europe, le 10 décembre dernier devant le siège de la Cour pénale internationale (CPI), que rendez-vous avait été pris, pour le réveillon de Noël, devant le Quartier pénitentiaire de la Haye, espace spécialement aménagé dans l’enceinte de la prison de Scheveningen, pour accueillir les accusés comparaissant devant la CPI. Ce quartier de haute sécurité, comme le précisent ses administrateurs, n’est pas une prison.

C’est là, aux abords de cet endroit où est détenu depuis le 30 novembre 2011, le président Laurent Gbagbo, que les manifestants ont convenu de se retrouver. Ce rendez-vous qui se voulait un moment de recueillement et de solidarité avec l’illustre détenu de la Haye, a tenu ses promesses, malgré les restrictions imposées par les autorités de la ville. Pour des raisons de sécurité, liées au fait que le quartier pénitentiaire est à l’intérieur d’une prison, la police de La Haye n’a pas voulu autoriser un grand rassemblement. Instruite par l’exemple des manifestations du 10 décembre dernier, qui avaient, à la surprise de la police, drainé près de 2500 personnes, elle n’a autorisé qu’un rassemblement de 300 personnes au maximum.

Elle avait pris soin de dresser des barricades, mobiliser plusieurs agents à cheval pour strictement délimiter l’espace sur lequel devrait se dérouler la manifestation et contenir les éventuels débordements. Dès 14 h déjà heure locale, l’espace avait fait le plein. Deux cent cinquante personnes (250) venues de France, du Royaume-Uni, de New-York, de Bruxelles, d’Amsterdam de Rotterdam etc. étaient rassemblées autour d’un sapin de Noël, illuminé à l’aide d’un groupe électrogène. Sous ce sapin ont été déposés plusieurs cadeaux, des vêtements, des cartes de souhait destinés au président Gbagbo…

A 14h 30, le maître de cérémonie, Willy Bla du CRI panafricain, prend la parole, pour donner le sens de la cérémonie organisée non pas devant la CPI mais cette fois-ci devant le Quartier pénitentiaire. Il notera que «de l’histoire de la CPI et de la justice pénale internationale en général, c’est la première fois, qu’un détenu draine du monde, tient en haleine des peuples qui protestent et dénoncent l’hégémonie des forts sur les faibles ; des peuples qui s’étonnent et s’interrogent sur le sens de cette justice à l'envers, qui fait des victimes, les coupables et des coupables, les victimes!» S’adressant directement au président Gbagbo, l’orateur dira : «Président, si nous sommes devant cette prison, c’est pour nous faire entendre par vous ; c’est pour vous dire que votre peuple, le peuple de Côte d’Ivoire, qui vous a élu, et qui continue de voir en vous son président, reste mobilisé et demeurera mobilisé jusqu’à ce que justice vous soit rendue.»

Et la foule de répondre «Président Gbagbo avec vous, nous irons jusqu’au bout !» Le ton donné, les interventions vont se succéder, ponctuées par des chants à la gloire de Jésus, des prestations d’artistes, de lecture de poèmes dédiés à l’illustre détenu de La Haye. L’artiste chanteur, Zougcasto Joni (Zoug Casto) lira un poème qu’il a écrit, intitulé «Parle» à l’intention président Gbagbo. Il y dépeint l'homme comme l’apôtre du pluralisme politique en Côte d’Ivoire, comme un intrépide combattant pour la démocratie et un homme d’ouverture et de dialogue, un homme qui a le courage des courages comme le dirait l'autre.

Ensuite seront lues deux motions (de la plateforme des associations et organisations ivoiriennes et africaines de France et d’Europe) : l’une de soutien au président Laurent Gbagbo, par Mlle Gisèle Yaké, du Cojep Londres, diplômée des Relations internationales de l’Université de Westminster de Londres, et la seconde, par Alain Toussaint, adressée au président de la Cour pénale internationale. Dans cette adresse, les organisations signataires se félicitent de la création en 1998 de la Cour pénale internationale aux fins de réprimer les violations graves des droits de l’homme et de ne laisser impunis les crimes odieux qui violent les lois de l'humanité.

Ils se félicitent de ce que la Cour ait manifesté son désir d’étendre le cadre temporel de l’enquête ouverte en Côte d’Ivoire à la période allant de septembre 2002 à 2010. Ils disent la soutenir dans ce sens car il n’en pouvait pas être autrement, soutient-ils, lorsqu’on sait que la crise ivoirienne a débuté en 2002 et qu’il existe des faits qui tendent à prouver qu'il existe une base raisonnable de croire que les troupes de Soro Guillaume et de son mentor, Alassane Ouattara, ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Ils attendent avec impatience la fixation de ce nouveau cadre temporel de l’enquête qui verra leur responsabilité reconnue. En effet, une limitation de ce cadre aux seuls événements postélectoraux, comme l’a demandé le Procureur Ocampo et comme cela lui a été accordé par la Cour, serait incompatible avec son obligation d’établir la vérité en étendant l’enquête à tous les faits et éléments de preuve disponibles pour déterminer s’il y a des responsabilités pénales à imputer.


Lecture faite de ces deux motions, quatre personnes désignées par les organisateurs de la cérémonie, prendront les paquets de cadeaux et les cartes de souhait pour les porter à la loge du surveillant, à l’entrée principale du quartier pénitentiaire, qui les a réceptionnés et a promis de les remettre sans délai, à leur illustre destinataire. Il était 17 heures. Retour sur la place, les allocutions vont se poursuivre. Patrice Kouté, président du Cojep, qui conduisait la délégation londonienne, a présenté le nouveau livre de Charles Blé Goudé intitulé : «Côte d’Ivoire : Traquenard électoral» qui vient de paraître aux éditions L’Harmattan.

A 18 heures sonnantes, la manifestation devant le quartier pénitentiaire prend fin. Tous les manifestants prennent place à bord de leurs véhicules pour la salle des fêtes réservée au 24 FruitWeg, dans la ville de La Haye, pour le réveillon de Noël. De 20 heures à 3 heures du matin, les grands moments de la crise postélectorale et des vidéos de la campagne électorale de Laurent Gbagbo vont être projetés sur un écran géant ; des chanteurs invités pour égayer la salle vont se produire.

Il s’agit de Nahounou Paulin, Mahély Ba, Zougcasto Joni (Zoug Casto) et Lizzy Mc Koré. Il faut signaler la présence remarquable de Me Agathe Baroan, conseil de Laurent Gbagbo, qui a tenu à préciser qu’elle était présente à ce réveillon non pas en sa qualité d’avocate mais en guise de solidarité au président Laurent Gbagbo. Il était 3 heures, ce dimanche 25 décembre quand le réveillon a pris fin et que tous les convives ont pris place à bord des autobus pour Paris. Rendez-vous a été pris pour le 18 février 2012 pour une autre manifestation devant le siège de la Cour pénale internationale pour exiger la libération de Laurent Gbagbo.



James Cénach Envoyé spécial à La Haye

notrevoie

Mardi 27 Décembre 2011
Vu (s) 1860 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !