Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Nestor Dahi, nouveau secrétaire intérimaire de la Jfpi : «Nous allons faire plier le régime dictatorial de Ouattara»

le Samedi 15 Juin 2013 à 08:35 | Lu 648 fois



Nestor Dahi, nouveau secrétaire intérimaire de la Jfpi : «Nous allons faire plier le régime dictatorial de Ouattara»
L’arrestation de Justin Koua suivi de son emprisonnement à la Maca depuis lundi n’entame guère le moral de Nestor Dahi. Le tout nouveau secrétaire intérimaire de la Jfpi qui se dit convaincu de l’aboutissement de la lutte.

Notre Voie : Quatre jours après l’emprisonnement de Justin Koua à la Maison d’arrêt de correction d’Abidjan (Maca), quels commentaires faites-vous de ce qui est arrivé au secrétaire national par intérim de la Jfpi ?

Nestor Dahi : Le camarade Koua était le 7 juin au Qg du parti, en réunion avec les membres de son bureau. C’est là qu’il a été pris par des éléments du CCDO, sans mandat. Par la suite, il a été conduit à la Dst puis à la Maca. Ce qui s’est passé témoigne que nous sommes sous un régime totalitaire qui n’est prêt à céder une parcelle de liberté.

N.V. : Justin Koua a été accusé de manœuvres subversives. Le pouvoir a soutenu qu’il a été à la base du récent soulèvement des éléments Frci à Bouaké. Qu’en dites-vous?

N.D. : Atteinte à la sûreté de l’Etat, manœuvres subversives… Ce sont des marques déposées pour les partisans de Laurent Gbagbo depuis que le pouvoir est tombé aux mains d’Alassane Ouattara, le 11 avril 2011. Nous ne sommes donc guère surpris par ces allégations. Mme Gbagbo, Mme Bro Grébé, M. Abou Drahamane Sangaré ont ces mêmes chefs d’accusation. Ce qui est amusant dans le cas de Koua est le fait qu’on l’accuse de manipuler les Frci. Des gens qui ont renversé Gbagbo hier, sont présentés aujourd’hui comme des alliés du Fpi. Comment est-ce possible ? Je crois que les tenants du pouvoir font preuve de mauvaise foi. La vérité est que les Frci ont reçu des promesses faramineuses. Deux ans après l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir, ils constatent que les choses tardent à se concrétiser. Pendant ce temps, certains parmi eux sont promus à de hautes fonctions aussi bien dans l’armée que l’administration. Aujourd’hui, ils voient les chefs de guerre qui sont riches et qui ont plein de réalisations à Abidjan.

Il est normal que ces gens-là songent à revendiquer pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Cela n’a rien à voir avec Justin Koua. Les dirigeants actuels ont décidé d’arrêter Koua et c’est aussi simple que cela. Sur les attaques d’Abengourou, il a été dit que les enquêtes étaient en cours. Nous attendions tous les résultats quand on nous a jeté à la figure que notre camarade a participé à cette attaque. Le pouvoir utilise la force, mais je crois qu’il y a quelque chose de très important qui est le retour de l’opinion par rapport à ces agissements. Les Ivoiriens ne croient pas en ce régime. Plus il continuera de mentir, plus la méfiance grandira. Koua est un pur produit du Front populaire ivoirien qui, on le sait, a toujours prôné l’alternance démocratique.

N.V. : Certains journaux ont parlé d’une opération «Canard» qui devait aboutir au renversement du pouvoir.

N.D. : C’est dans les journaux que ces tentatives de coup d’Etat se passent. Encore une fois, nous ne sommes pas un parti de coups d’Etat. Il faut que cela soit clair.

N.V. : Comment expliquez-vous que chaque fois, le Fpi soit accusé de coup d’Etat ?

N.D. : Pour moi, c’est de faux complots. On brandit les coups d’Etat pour arrêter les cadres et militants du Front populaire ivoirien.

N.V. : Lida, Akoun, Douati, aujourd’hui Justin Koua. Manifestement le régime est dans une logique de casser l’opposition !

N.D. : C’est évident. Le pouvoir cherche à faire taire définitivement l’opposition significative. A la limite, le régime veut une opposition de collaboration. Or le Front populaire ivoirien est né dans l’adversité. Cela ne cadre pas avec notre idéologie politique. Ils ne nous connaissent pas. C’est pourquoi ils croient qu’en arrêtant les Douati, les Koua, ils pourront arriver à faire taire le parti. Je ne me fais aucun doute que le Fpi surmontera toutes les difficultés. Koua arrêté, la marche continue. Il faut que ceux qui sont en face comprennent que nous ne sommes pas nés de la dernière pluie et que ces agissements ne nous ébranleront pas. Nous avons fait la clandestinité avant d’être officiellement reconnu. Nous avons une longue expérience politique et des cadres valeureux pour pouvoir faire face à cette situation.

N.V. : Finalement, on est tenté de dire que ça marche bien pour le pouvoir puisque les arrestations continuent !

N.D. : Regardez bien. Nous sommes en train de conduire le régime totalitaire sur le terrain de la démocratie. C’est peut-être lent mais ça avance. Si Justin Koua était arrêté le 11 avril 2011, il aurait été abattu. Aujourd’hui, il a été certes torturé, mais il n’a pas été tué. A force d’insister, nous allons faire plier le régime dictatorial de Ouattara.

N.V. : Vous êtes optimiste alors que presque toute la direction du Fpi est en prison…

N.D. : Il y a certainement ce qu’on voit qui se traduit par les actes posés et il y a ce qu’on ne voit pas. Le fait que les arrestations se multiplient signifie que le régime Ouattara est ébranlé.

N.V. : Par la force des choses, vous êtes donc le nouveau secrétaire national intérimaire de la Jfpi. Vous vous y étiez préparé ?

N.D. : Lorsqu’après le 11 avril 2011, nous avons décidé de prendre le relais de la lutte, nous nous attendions à des situations plus difficiles. C’est donc en connaissance de cause que nous agissons. Nous sommes dans une telle disposition d’esprit que rien ne pourra nous freiner. Je l’ai indiqué plus haut, la Jfpi est un esprit. Justin Koua arrêté, la lutte continue. Nous maintenons le cap. Cette semaine nous serons en meeting à Akoupé dans le cadre de l’opération «Eveil de conscience» lancée par le camarade Koua. Nous allons appeler les Ivoiriens autour de la mère patrie qui est en train de s’effondrer sous Alassane Dramane Ouattara. Il est important que l’on comprenne que ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est l’avenir de la Côte d’Ivoire. Pour ça, tous les Ivoiriens doivent se mobiliser. Tout le monde voit ce qui se trame avec ce régime où le parlement ne sert plus à rien.

N.V. : Certains ont taxé votre prédécesseur de violent…

N.D. : Je ne partage pas cette façon de voir les choses. Le camarade Koua dépeint ce qui se passe. Dire que depuis l’arrivée d’Alassane Dramane Ouattara, les Ivoiriens ne mangent plus à leur faim et qu’ils côtoient chaque jour la mort, ça n’a rien de violent. A l’université, on a annoncé un investissement de 110 milliards de Fcfa, mais il n’y a pas de tables-bancs pour les étudiants. Par ailleurs, les Frci y font régner la terreur et les étudiants éprouvent des difficultés à se nourrir. C’est tous ces problèmes que Koua dénonçait. Dénoncer les enlèvements et autres violations des Droits de l’Homme, ce n’est pas être violent.

N.V. : Toute la direction du Fpi est en prison. Le parti est donc dans la même situation que l’Anc en 1963 lorsque Nelson Mandela et ses camarades ont été arrêtés. Pensez-vous que le Front populaire ivoirien a les ressources nécessaires pour relever le défi comme l’a fait en son temps l’Anc ?

N.D. : Oui, le Fpi relèvera le défi de l’histoire. Je vous donne rendez-vous après l’opération « Eveil de conscience » et vous verrez. Le Fpi est aujourd’hui l’espoir pour la Côte d’Ivoire.

N.V. : Quel message à l’endroit de ceux qui continuent d’avoir peur du régime en place ?

N.D. : La peur est derrière nous. Le régime fait exprès pour maintenir les Frci et les dozos en armes parce qu’il sait pertinemment qu’il n’est pas légitime. Chaque Ivoirien doit savoir que l’agent Frci qui est devant lui ne peut rien lui faire. La peur est psychologique et il faut arriver à la surmonter.

N.V. : Quelle adresse faites-vous aux populations d’Akoupé pour le rendez-vous de ce week-end ?

N.D. : Je n’ai pas grande chose à dire. Ce sont les populations elles-mêmes qui sont venues vers nous au lendemain de l’arrestation de Justin Koua pour nous demander que la tournée à Akoupé soit maintenue. J’ai déjà envoyé des émissaires sur le terrain. Au plan organisationnel, tout va bien. Le Bureau exécutif national n’a pas de raison de ne pas répondre présent. Nous serons dans les localités prévues et nous entretiendront les populations. Je demande à tous ceux qui portent Laurent Gbagbo dans leur cœur de sortir pour démontrer que le Fpi est toujours égal à lui-même.


Interview réalisée par César Ebrokié

Samedi 15 Juin 2013
Vu (s) 648 fois



1.Posté par zoumana alassane le 15/06/2013 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une lutte politique dans un cadre comme celui de la CI nécessite des stratégies hautement appréciées enfin d'éviter de rater la cible sinon l'objectif. cela dit, il faut chercher à tromper la vigilance de l'adversaire (ennemis). Il ne sert donc à rien de tenir des propos guerriers qui au finish n'aboutissent à aucune exécution. Camarades, organisez-vous dans la discrétion et l'engagement. c'est important à mon sens. COURAGE !!!

2.Posté par Ousman le 15/06/2013 19:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Camarades tous ensemble nous vaincrons. La Côte d'ivoire bel et bien aux Ivoiriens quelque soit la taille de la bête en face. La mort, nous la vaincrons !!!!!!!!!!!

3.Posté par WALACE le 16/06/2013 23:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette racaille minorité bété croit nous effrayer dans notre pays
détrompez vous les gars
votre FPI restera dans tiroir jusqu'à la fin des temps car SATAN GBAGBO ne sortira plus de cette prison
nous disposons de toutes les preuves pour son non retour , à moins que cela se fasse dans un cercueil à destination de Mama
Et je suis sûr qu'on arriverait là


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !