Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Négociation FPI-Gouvernement : Le plaidoyer de Miaka Ouretto

le Mardi 29 Janvier 2013 à 08:44 | Lu 547 fois



Négociation FPI-Gouvernement : Le plaidoyer de Miaka Ouretto
C’est aujourd’hui lundi 28 janvier que le front populaire ivoirien et le gouvernement entament la dernière ligne droite vers un consensus dans le cadre des négociations débutées le vendredi 25 janvier. Alors que la première journée a été marquée par des divergences de point de vue, les deux parties ont décidé de continuer la discussion. Joint ce matin au téléphone, le président du FPI, Miaka Ouretto a exprimé quelques inquiétudes tout en appelant à la compréhension du gouvernement ivoirien.

« Vous savez, toute négociation en politique est un jeu. Après la rencontre de vendredi, on pourra dire que les choses avancent mais pas forcément dans le sens que nous avons souhaité » a-t-il introduit avant de plaider : « Vous savez, la prison n’est pas un lieu de plaisir. Pareil pour tous ces ivoiriens qui souffrent dans leur tête du fait de l’éloignement. C’est pourquoi, nous appelons à la compréhension du gouvernement, afin que tous nos camarades détenus soient libérés et que tous ces exilés rentrent dans leur pays. Voici les points de négociations que nous jugeons importants pour nous, si le gouvernement veut réellement aller à la réconciliation. Pour nous ces deux points sont la clé qui ouvrira la voie sur d’autres discussions à savoir notre participation aux futures échéances électorales ».

On le voit, les négociations entre le parti de Laurent Gbagbo et le gouvernement ivoirien, tant souhaitées par le président Ouattara risquent d’accoucher d’une souris, si le Chef de l’Etat lui-même ne s’y implique. Déjà plusieurs sources dénonçaient l’arrogance de certains ministres proches du RDR et membres des commissions. Finalement, on se demande si ces négociations ne sont pas initiées afin de gagner du temps, surtout à l’approche de l’audience de confirmation des charges retenues contre l’ex président ivoirien, Laurent Gbagbo. Alassane Ouattara, qui savait qu’il pourrait subir la pression de ses pairs de l’union africaine pendant le 20e sommet qui s’achève aujourd’hui, mais aussi, la pression de la communauté internationale, surtout de la France , aurait décidé volontairement d’organiser ce semblant de négociation pour échapper aux critiques extérieures.

Et comme on le voit, cela aurait suffi pour que le président Sénégalais, Macky Sall se dessaisisse du dossier ivoirien arguant qu’il avait été contacté, en son temps, par différents acteurs politiques ivoiriens pour faciliter le dialogue dans ce pays voisin. « Ce que j’ai accepté. Maintenant que les acteurs politiques ivoiriens se parlent directement, ma facilitation est terminée …Le dialogue amorcé entre les acteurs politiques ivoiriens, a-t-il souhaité, doit se poursuivre afin d’arriver à une réconciliation ».
Notons que la direction du FPI se réunira demain mardi 29 janvier à 10h, pour finaliser leur conclusion sur ces négociations avant la rencontre avec le Premier ministre Duncan le 31 janvier.

P.kouhon/ eventnews Tv


Mardi 29 Janvier 2013
Vu (s) 547 fois



1.Posté par Hermann N'da le 29/01/2013 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LU POUR VOUS

NÉGOCIATIONS FPI/GOUVERNEMENT: TOUT EST BLOQUE

Déjà des menaces au 1er round du dialogue direct entre le gouvernement et le Front populaire ivoirien (Fpi). Démarrés dans la plus grande discrétion, les travaux des 4 commissions paritaires mises en place deux jours plus tôt connu quelques fausses notes, vendredi dernier. De bonnes sources, nous avons, en effet, appris que les négociations pour le retour définitif de la paix en Côte d’Ivoire ont failli capoter. Le ton serait donc monté d’un cran dans la Commission Sécurité qui a siégé dans les locaux du ministère d’Etat, ministère de l’Intérieur. Mais ce que les commissaires Fpi ont considéré comme une tentative d’intimidation du ministre Hamed Bakayoko, à en croire nos sources, n’a pas franchi le seuil de la porte des négociations. Les commissaires du Fpi, qui ont évité de céder à la provocation, auraient estimé que la montée d’adrénaline du ministre de l’Intérieur serait simplement due au fait que les commissaires du gouvernement, dans cette commission, manquaient d’arguments pertinents pour soutenir longuement une contradiction. Du côté de la Commission Etat de droit, on a aussi entendu le même son de cloche. Alors que le ministre Adama Toungara mettait tout en œuvre pour que les travaux se déroulent dans une atmosphère de convivialité et de rapprochement des vues, des ministres étaient dans la provocation perpétuelle. Nos sources citent notamment les sorties de route du ministre Coulibaly Gnénéma. Il y aurait aussi eu des éclats de voix dans la Commission Réconciliation. Seule la Commission Jeu démocratique, dirigée par le ministre Mabri Toikeusse, aurait travaillé dans la sérénité et la convivialité. Joint ce matin par téléphone par un confrère, le président du Fpi, Miaka Ouretto aurait exprimé quelques inquiétudes tout en appelant à la compréhension du gouvernement. « Vous savez, toute négociation en politique est un jeu. Après la rencontre de vendredi, on pourra dire que les choses avancent mais pas forcément dans le sens que nous avons souhaité. La prison n’est pas un lieu de plaisir. Pareil pour tous ces Ivoiriens qui souffrent dans leur tête du fait de l’éloignement. C’est pourquoi, nous appelons à la compréhension du gouvernement, afin que tous nos camarades détenus soient libérés et que tous ces exilés rentrent dans leur pays. Voici les points de négociations que nous jugeons importants pour nous, si le gouvernement veut réellement aller à la réconciliation. Pour nous ces deux points sont la clé qui ouvrira la voie sur d’autres discussions à savoir notre participation aux futures échéances électorales », a fait remarquer Miaka Ouréto.

T.Guy (Le Démocrate)
(Source internet)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !