Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Naturalisation de Blaise Compaoré : Il a été le plus grand déstabilisateur commun de toute l’Afrique de l’Ouest.

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Jeudi 25 Février 2016 à 07:22 | Lu 672 fois



Monsieur Blaise Compaoré ex président du Burkina Faso, chassé par son peuple du pouvoir en 2014, s’est vu octroyé la nationalité ivoirienne par Alassane Ouattara, le président de la Côte d’ivoire qu’il avait aidé à prendre le pouvoir par les armes en 2011.

Ivoire114 l’Afriquenouvelle.info a interviewé pour vous le Docteur Boga Sako Gervais, Président de la FIDHOP afin de recueillir ses impressions sur cet autre point brulant de l’actualité ivoiriennes.

Ivoire 114: Docteur Boga Sako Gervais Bonjour, Vous êtes le président de la FIDHOP. Depuis le 28 janvier 2016, se déroule à la CPI le procès du Président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé. Que vous inspire ce procès?

Br Boga Sako Gervais: J’ai pu faire effectivement le déplacement jusqu’à la Haye, comme des milliers de panafricanistes et d’observateurs, des Occidentaux, des Africains et des Ivoiriens. Malheureusement, dès l’entame du procès, on a pu voir se déployer toute la machine de la communauté internationale, notamment de la France, en la personne de la procureur, Mme Fatou Bensouda. Voici quelques points, nous permettant d’affirmer que c’est un procès de la honte, inique et politique, et qui risque de se déteindre gravement sur la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire.

D’abord, Mme Bensouda, qui n’a toujours pas de preuves constantes, dans un procès de crimes contre l’humanité, poursuit le Président Laurent GBAGBO et le ministre Charles BLE GOUDE, uniquement à charge; et jamais à décharge. Ce qui est contraire aux principes du Traité de Rome fondant la CPI.
Ensuite, elle est aidée dans cette basse besogne par la représentante légale des victimes; des victimes tous triées dans toute la Côte d’Ivoire et uniquement du camp Ouattara. En tant que Militant des Droits de l’Homme, c’est un grave grief que nous ne cessons de reprocher à cette cour. Car, elles sont des centaines, qui continuent de souffrir de cette injustice de la justice des vainqueurs, tant à Abidjan qu’à la Haye.

En outre, Mme Bensouda, dans sa plaidoirie, à cause de ses manques d’arguments tangibles, s’est lancée dans un discours de haine et de division entre les Ivoiriens du Sud et ceux du Nord, en laissant percevoir que sous M. GBAGBO, les nordistes, les dioula, les musulmans et des étrangers du Nord de la CI étaient ciblés par le régime déchu. C’est extrêmement grave de tenir de tels propos, de la part d’une justice censée réconcilier. En outre, on pourrait ajouter les errances et balbutiements des témoins, payés et conditionnés pour la cause et qui s’évaporent dans la nature, alors que certains traitres ayant basculés du côté du nouveau régime sanguinaire d’Abidjan sont annoncés et attendus.
Enfin, à ces quelques éléments, non exhaustifs, on compte l’évocation de l’absurdité du président du tribunal, qui interdit maintenant que le Président GBAGBO soit appelé comme tel; alors qu’on nous disait que ce procès n’avait pas pour objet de vider le contentieux électoral de 2010. Que de ridicule!

Ivoire 114: Vous avez suivi avec attention le déroulementde la crise ivoirienne de 2002 à 2011. Quel est selon vous le dégré d’implication de l’ex Président du Burkina Faso Blaise Compaoré dans ce conflit.

Dr Boga Sako Gervais: Aujourd’hui, il est établi clairement que les rebelles ivoiriens de 2002 avaient pour base arrière le Burkina Faso, alors présidé par M. Blaise COMPAORE. On sait qu’il a véritablement parrainé la rébellion ivoirienne de 2002, vraisemblablement à la demande de M. Alassane D. OUATTARA. La preuve, des soldats Burkinabé faisaient partie des rebelles ivoiriens. Ils ont été formés par des officiers du Faso et ils ont bénéficié d’une logistique venant de ce pays là.

Bref, au regard donc de la grave crise ivoirienne débutée en 2002, mais aussi vu les putschs dans certains pays de la sous-région, au Mali, lors du renversement absurde du Président ATT, en Guinée, avec l’avènement de Dadis CAMARA, etc., on pourrait conclure que M. Blaise COMPAORE a été le plus grand déstabilisateur commun de toute l’Afrique de l’Ouest. C’est justement ce que le Président Laurent GBAGBO, en un fin politique, a bien compris et a initié le dialogue direct avec les rebelles et la signature de l’Accord politique de Ouagadougou, en mars 2007, sous le parrainage du parrain militaire de ces rebelles, le sieur COMPAORE. Et on pourrait en dire davantage.

Ivoire 114: Monsieur Blaise Compaoré est devenu ivoirien par naturalisation a confirmé le le Ministre des Affaires Etrangères du Burkina Faso en visite officielle en Côte d’ivoire. Pensez-vous que cet acte du Président Alassane Ouattaraa respecté le peuple ivoirien dans son ensemble?

Dr Boga Sako Gervais: Non ; c’est encore un autre acte de mépris et d’insulte à l’égard du Peuple ivoirien ! Cependant, que M. Blaise COMPAORE soit naturalisé Ivoirien ne surprend aucun Ivoirien, venant de M.OUATTARA, son parent de la même origine. En fait, ils ont eu un pays « cadeau », donc ils en jouissent à volonté. Très malheureusement pour eux, les Ivoiriennes et les Ivoiriens, qu’ils sont entrain de rendre ainsi, plus patriotes et plus jaloux de leur nationalité, aujourd’hui plus qu’hier, les regardent et ils sourient.

Pour ma part, j’ai envie de dire à mes compatriotes, vaquez à vos occupations quotidiennes, comme si de rien n’était; car, c’est une signature qui naturalise et c’est aussi une signature de dénaturalisera demain! Parce que, même si M. Blaise COMPAORE était en droit d’être dit Ivoirien, par son mariage avec notre compatriote, ses actes l’en disqualifient: la probité, la loyauté et la bonne moralité sont autant de conditions que les requérants à la nationalité ivoirienne doivent remplir. Même la France, le « pays des Droits de l’Homme », là où a été adoptée la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le 10 décembre 1948, est entrain de modifier sa Constitution, afin de déchoir de leur nationalité française, les Français criminels-djihadistes; à plus forte raison, la Côte d’Ivoire

Ivoire114: En tant que homme de droit et président de la FIDHOP, avez-vous connaissance qu’une personnalité étrangère qui a été personnellement impliquée négativement dans un massacre de l’ampleur de la Côte d’ivoire, puisse être naturalisée par le pays de ses victimes?

Dr Boga Sako Gervais: C’est une grande première dans le monde ; où un régime lutte pour protéger un criminel notoire ! Au fond, cet acte ne noie et n’annule pas le mandat d’arrêt international lancé contre ce présumé criminel. Le régime actuel d’Abidjan veut simplement se donner du temps et des raisons, sans doute par reconnaissance, pour retarder l’extradition de M. COMPAORE ; ainsi que d’ailleurs celle du sieur Guillaume SORO. Or, cette naturalisation date de 2014, donc ce nouvel Ivoirien n’est pas le criminel Burkinabé présumé d’avant cette date ; d’autant plus que ce décret ADO n’est pas rétroactif, au regard du Droit.

Maintenant, si M. Alassane D. OUATTARA se dit vraiment soucieux des Droits de l’Homme et de l’Etat de droit, s’il a un peu d’égard pour les victimes ivoiriennes et burkinabaises, victimes des agissements et des soutiens de M. COMPAORE avec des criminels, alors qu’il fasse juger son nouvel Ivoirien, par la justice ivoirienne, puisqu’il refuse de l’extrader dans son pays d’origine. Malheureusement, il ne le fera jamais, comme il ne jugera jamais ses rebelles et criminels de 2002 à ce jour !

Ivoire114: quelles sont les conséquences de cet acte sur l’avenir politiquede la Côte d’ivoire

Dr Boga Sako Gervais: Heureusement, cette naturalisation ne peut avoir aucune incidence sur la société ivoirienne ; ni même sur les rapports présents et futurs entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ; ni aujourd’hui, ni demain. Au contraire, à travers ces mandats d’arrêt, et contre M. COMPAORE et contre SORO, marquent, en vérité, une profonde réconciliation entre les peuples de ces deux pays frères, qui ont souvent été instrumentalisés par des politiciens arrivistes, intéressés, égoïstes et criminels.

Ivoire114: Dr Boga Sako Gervais, l’interview tire à sa fin. avez-vous un dernier mot à ajouter?

Dr Boga Sako Gervais: Mon mot de fin, c’est de dire que l’espoir est permis. La Côte d’Ivoire souffre, le Burkina Faso a souffert et sort de sa souffrance ; mais l’avenir de nos pays et de l’Afrique sera radieux, puisque que nous sommes entrain de nous débarrasser, petit à petit et grâce aux populations, à la société civile, des piteux personnages fossoyeurs de notre continent et pilleurs des richesses de nos pays. Dieu nous y aidera !

Dr BOGA S. GERVAIS
•Enseignant-Chercheur à l’Université de Côte d’Ivoire ;
•Ex-Membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme
de Côte d’Ivoire (CNDHCI) ;
•Président de la Fondation Ivoirienne pour les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP) ;
•Ecrivain-Essayiste.

Entretien réalisé par Bola King

Afrik53.com : Infos 7J/7
Jeudi 25 Février 2016
Vu (s) 672 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2016 - 00:00 Vive les politiques! À bas les politiciens!

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !