Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Municipales et régionales 2013: Les conditions du Fpi pour aller aux élections

le Mercredi 9 Janvier 2013 à 00:59 | Lu 1472 fois

Le Front populaire ivoirien( Fpi) n'entend pas prendre part à une quelconque élection tant que certaines conditions ne sont pas réunies.



Municipales et régionales 2013: Les conditions du Fpi pour aller aux élections
Ces conditions ou exigences, c'est selon, le président de ce parti, Sylvain Miaka Ouretto, les a réitérées dans une interview-fleuve parue chez le confrère Notre voie hier, mardi 8 janvier 2013.

Au premier rang de ces conditions, la question sécuritaire. Pour l'ancien parti au pouvoir, l'accent doit être mis avant tout sur la sécurité. « Pour aller aux élections, il faut que la preuve soit faite que les Frci( Forces républicaines de Côte d'Ivoire) sont rentrées en caserne, désarmées et que les dozos ont regagné leur lieu d'origine », réclame le président du Fpi, qui propose que les élections soient sécurisées par les forces régulières que sont la police et la gendarmerie. « Notre pays ne vient pas de naître. Notre pays a acquis son indépendance depuis 1960. Nous avons les forces armées nationales de Côte d'Ivoire.

Les militaires, les policiers et gendarmes sont formés, ils apprennent le droit à l'école. Donc, ils savent comment assurer la sécurité des personnes et des biens. Nous allons donc exiger que ceux-ci soient réhabilités pour assurer la sécurité des élections », soutient Miaka, qui souligne tout l'intérêt d'exiger que les conditions sécuritaires soient remplies avant que son parti ne s'engage dans une quelconque élection : « Nous n'allons pas laisser des gens qui, constatant que leur candidat est en perte de vitesse, sont prêts à prendre des machettes et des kalachnikovs pour contrecarrer celui qui est en avance, assurer la sécurité des élections. La question de la sécurité n'est donc pas une question de moindre importance ».

Autres préoccupations du Fpi, la libération de son icône, Laurent Gbagbo. Même si ce parti ne semble pas en faire nécessairement une condition à sa participation aux élections, il n'y tient pas moins. Pour l'ancien parti au pouvoir, c'est un préalable à la paix, à la restauration de la cohésion sociale et partant, à un apaisement durable du climat sociopolitique.

A écouter Miaka Ouretto, le Fpi fait de la libération de son leader charismatique emprisonné à La Haye, la condition sine qua non d'une stabilité pérenne, sans laquelle le pays ne sera jamais à l'abri des violences récurrentes. « Nous le disons très clairement. Si Laurent Gbagbo sort de prison, la réconciliation va passer comme lettre à la poste. C'est une vérité de La palisse. Pour aller définitivement à la paix, il faut que Laurent Gbagbo soit libre », insiste-t-il.

Mais comment libérer l'ancien chef de l'Etat, aujourd'hui détenu à La Haye en Hollande ? Pour Miaka, il faut une solution politique au cas Gbagbo. « Que le président Ouattara recoure donc à une solution politique pour faire revenir son frère parce que Laurent Gbagbo est son frère( …) Nous lui demandons de faire des efforts pour faire sortir son ami(...) Dans tous les pays du monde, même là où on parle de justice et d'Etat, on prend des mesures de nature politique au nom de la cohésion sociale », souligne le président du Fpi. Et la solution politique dont il parle, c'est une intervention personnelle d'Alassane Ouattara. « C'est le président Alassane Ouattara qui a écrit aux responsables de la Cpi pour leur livrer le président Laurent Gbagbo. Et tout le monde sait comment il a été traité et transféré. Le même chef de l'Etat peut écrire pour demander au nom de la réconciliation, que son frère lui soit ramené. Il peut le faire », préconise Miaka, qui estime par ailleurs que Gbagbo et les dignitaires de l'ancien régime ne doivent pas être les seuls à payer pour tout ce qui s'est passé dans ce pays.

Assane NIADA
L'Inter

Mercredi 9 Janvier 2013
Vu (s) 1472 fois



1.Posté par ouat le 09/01/2013 03:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
que s'est il passé? DRAMANE veut être président de cote d'ivoire bedié dit qu'il est burkinabé il lance un mandat d’arrêt contre lui Le président Gbagbo arrive au pouvoir et fait revenir dramane ,dramane coûte que coûte veut être président de cote d'ivoire et voilà au cause de la france dramane est président mes chers frères ivoiriens soyons solidaires cela nous permettra de garder notre pays voyons ce qui se passe un pays qui es réunifié et on n'arrive même pas a manger a notre faim et qd le pays était diviser voyez la différence le Presi GBAGBO a payé tout le monde sans renvoyer une mouche alors réfléchissons bien les frères allons au municipale pour leur montrer que nous sommes chez nous mais pas chez eux

2.Posté par Halin Bebel le 09/01/2013 07:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Anassé,vous pensez que c'est un discours fleuve.Mais dites-moi,concrètement est-ce que les ivoiriens sont réconciliés? Est-ce qu'un candidat RDR (Sudiste) peut-il gagner au Nord,à fortiori un candidat FPI? Mr le journaleux,je suis apolitique.Mais dire la vérité aux ivoiriens-meme si on est proche du pouvoir-serait l'éthique vraie du journalisme.

3.Posté par COEUR SAIGNE le 09/01/2013 09:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS, POUR MA PART UN HOMME C´EST CELUI LÀ MEME QUI N´A PAS PEUR DE DIRE LA VERITÉ GRAND MERCI AU PRESI MIAKA OURETTO .C´EST COMME ÇA UN HOMME AVEC UN GRAND H DOIT PARLER . MON FRERE DU POSTE 1 JE SUIS DESOLÉ PERSONNE N´AS LE DROIT DE S´APROPIER LA COTE D´IVOIRE, CELA DIT LA COTE D´IVOIRE APARTIENT AUX IVOIRIENS .IL Y A UN PROVERBE QUI DIT QUAND TU VAS DANS UN VILLAGE QUE TU VOIS LES GENS DE SE VILLAGE DANSER POUR ALLER A DROITE TU DOIT FAIRE LA MEME CHOSE QU´EL PRESIDENT WAT LE RAT A TROUVER EN COTE D´IVOIRE QUI SE COMPORTAI COMME LUI ALORS LE SUIVRE DANS SA FOLIE SERAIS ETRE PLUS FOU QUE LUI LES PRISONS SONT RENPLIES,PLUS DE TERRE POUR LES MORTS ET LES MORTS VIVANTS COMME DISAIT LE FRERE ,C´EST DU JAMAIS VU EN TERRE D´EBURNIE .DEPUIS L´ARRIVER DE SE KOUGLIZIA ( OISEAU DE MALHEUR ) PARDONNER MES FAUTES JAI UN NIVEAU MINIME DE CP2 BONNE JOURNÉE

4.Posté par GOLAH le 09/01/2013 16:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
par discipline poitique, je n'aurais pas fait de commentaire aux propos du camarade Miaka qui représente aujourd'hui le parti.
Miaka peut utiliser le parallélisme des formes pour illustrer sa pensée. c'est Ouattara qui a fait arrêter Gbagbo et l'a transféré à la Haye, c'est donc lui qui peut le faire libérer. point!!!!!
a t-il besoin d'ajouter de la subjectivité à cela en disant que Gbagbo est le frère de Ouattara. non gbagbo n'est pas le frère de Ouattara, car ce qu'il a fait et continue de faire à Gbagbo, à sa famille biologique et politique, un homme qui a un coeur ne le fait pas.
ouattra a la place de son coeur a un cailloux.
s


5.Posté par GOLAH le 09/01/2013 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
si les habits que Miaka portent en tant que premier responsable du parti sont trop grands pour lui qu'il nous le dise. mais qu'il évite de nous distraire par ce genre de propos.
le FPI n'accompagnera pas ouattara dans sa quête de légitimité.

6.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 09/01/2013 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci cher frère. Je voudrais joindre votre voix à la mienne pour demander au frère MIAKA ce qu'il veut au juste. Au stade ou nous sommes arrivés, MIAKA doit rompre avec ces fausses formules diplomatiques. Dramane OUATTARA ne connaît, ni honte, ni pitié. M. MIAKA, comme on le dit à Abidjan " C'EST PAS FORCE, NETESSE. EKOU TAKA BOYE". L'heure est grave, M. MIAKA. Veux-tu vivre éternellement ? Mais c'est un choix, tu peux le faire. Mais au jour d'aujourd'hui, à cette allure, tu risque de prendre une porte plus petite que celle de KOULIBALY. Oui, M. Au moment ou tu tergiverses, ou tu es dans les euphémismes, les FRCI, les Dozo et les militants du RDR tuent nos parents, torturent les ivoiriens à la DST, dans l'anonymat. M. MIAKA n'est-il pas avantageux de mourir au cours d'un meeting que d'être tué dans le silence ? As-tu peur parce que les gens de OUATTARA ont tué nos gens lors du meeting de FICGAYO ? Mais alors, et ceux qu'on tue, qu'on torture, qu'on viole dans le silence ? M. MIAKA n'est-il pas avantageux de mourir en plein meeting ? Oui, M. MIAKA, Laurent GBAGBO, père de la démocratie avait été informé que s'il mettait pieds au meeting du 18 février 1992, il serait tué dans le meilleur des cas. Ne s'y était-il pas rendu ? N'a-t-on pas vu les ivoiriens braver HOUPHOUET au moment ou il crachait le feu ? Ouattara a plus d'histoire avec la C.I que HOUPHOUET ? M. MIAKA, tes formules diplo, on est fatigué avec. Les missions en Europe, en Asie ou je ne sais ou, nous n'avons rien à foutre. Les ivoiriens veulent des missions ici en C.I. Dans les meetins. Dans les sit-in. On veut y attendre Dramane et ses FRCI. S'ils arrivent à nous tuer tous, ils prendront le pays. Sinon, tu lui donnes l'occasion de nous tuer un à un dans le silence. Et tu seras coupable de notre sang devant Dieu avec Dragmane. MIAKA, si tu ne peux pas, c'est pas forcé. Tes mots choisis nous brisent le coeur. arrête ça. Et on t'attend pour mouiller le maillot. Autrement, on refuse même un héritage selon les hommes de loi si on voit que ça ne nous arrange pas. Si donc cette affaire du FPI ne t'arrange pas, dégage. Dieu suscitera quelqu'un pour nous conduire au pays promis jusqu'à ce que reviennent GBAGBO et AFFI. On est fatigué avec tes GBABO est le frère de OUATTA. Depuis quand un ivoirien peut-il avoir des frères burkinabè. Veux-tu donner raison aux vauriens du RDR qui disent que le père du P.R. Laurent GBAGBO serait burkinabè ? Arrête ça. Le père de Gbagbo est de Mama. Sa mère est de BOUZON. S/P DE OURAGAHIO. POINT BARRE. Pourquoi veux-tu lui trouver un frère Burkinabè ? MIAKA, si tu n'as pas les couilles, dégage. Arrête tes histoires de frères burkinabè que tu veux trouver à Gbagbo parce que tu ne peux pas prendre tes responsabilités. Tu étouffes le petit KOUA. Que veux-tu MIAKA ? Si tu laisses OUATTARA nous assassiner dans le silence, c'est avec toi on va finir un jour. A bon entendeur, salut !

7.Posté par Hermann N'da le 10/01/2013 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Selon le porte parole de la CEI (structure désormais illégitime donc disqualifiée et incompétente pour organiser des élections crédibles en CI), pour 197 communes 49 candidatures ont été enregistrées ce jour 10 janvier 2013, date limite de dépôt des dossiers de candidatures.

Concernant les élections régionales dans 31 Régions, aucune candidature n' été enregistrée à la même date limite.

Même la coalition des tacherons au pouvoirs, appelée RHDP? n'a pas trouvé nécessaire de respecter sa propre décision de respect de délais "légaux".

CONCLUSION: e régime de Drame ressemble désormais à un grand désordre comme à DIOULABOUGOU

Personne ne respecte son pouvoir acquis dans la terreur. C'est pourquoi les FRCI à qui il a demandé, il y a 6 mois, de rentrer dans les casernes ne l'ont jamais mis cette injonction à exécution. Ces derniers continuent d’être des "COMMANDANTS", chacun à son niveau, tout simplement.

Ainsi se réalise la prophétie du "MELANGEMENT " du pays, faite par l'imposteur PECHETA 1er au pied du mur.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !