Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Mort du Pr. Bohoun Bouabré : il y a eu homicide volontaire et l'assassin doit rendre compte !

le Lundi 16 Janvier 2012 à 06:30 | Lu 727 fois



La Révolution Permanente s’incline devant toi, digne et honorable fils de la Côte d’Ivoire !

On aura beau pleurer, crier notre douleur comme ta femme et tes enfants à l’Aéroport Félix Houphouët-Boigny, tu ne pourras plus revenir à nous, pour prendre les rênes de notre Economie.

Alors, ce que nous tes frères Ivoiriens et Patriotes debout pour la libération de la Côte d’Ivoire, devrions faire, c’est agir pour que plus jamais, aucun illustre fils de la Côte d’Ivoire ne soit assassiné et humilié comme toi.

Après ces mots, qu’il me soit permis de m’adresser aux frères et sœurs Ivoiriens afin que l’homicide de Bohoun Bouabré ne reste pas impuni.

Lorsque nous nous sommes rapprochés des juristes de la Révolution Permanente pour situer les responsabilités quant à la mort provoquée du Pr. Antoine Bohoun Bouabré, ils nous ont parlé de deux motifs de poursuites pénales contre Dramane Ouattara et l’Etat de Côte d’Ivoire.

D’abord, les premiers ont parlé de poursuites pénales pour « Non assistance à personne en danger ». Ils nous ont expliqué comme ci-après, de quoi il s’agit.

En Droit, une personne peut être poursuivie pour Non assistance à personne en danger lorsque :
- la personne a connaissance du danger que court l’autre ;
- cette personne est en mesure d'agir pour sauver celui qui court le danger ;
- l'action qu’elle doit initier pour sauver l’autre, ne présente pas de danger pour elle-même ni pour un tiers ;
- mais elle s’abstient d’agir en sachant que cette omission d’agir entraînera le péril de celui qui est en danger.

Dans le cadre médical, cette obligation de porter secours est renforcée et celui qui y contrevient court une peine d’emprisonnement et des amendes plus lourdes, c’est-à-dire, au-delà de 5 ans de prison.

Pr. Bohoun Bouabré souffrait de l’insuffisance rénale à un stade quasi terminal. Il lui fallait de l’argent ou une prise en charge médicale pour bénéficier d’une greffe de rein. Ouattara lui a refusé la prise en charge de l’Etat. Ça peut se comprendre. Bohoun est un pro-GBAGBO donc il n’est pas Ivoirien.

Mais Bohoun Bouabré avait de l’argent sur son compte bancaire en Côte d’Ivoire. Il en avait besoin pour ne pas mourir; cependant, Ouattara l’a empêché de prendre de cet argent pour se soigner parce qu’il a gelé ses comptes pour son soutien au Président GBAGBO. Donc privé de ressources, il est mort faute de soins appropriés.

Ensuite, le deuxième motif de poursuites judiciaires devient évident. Il y a eu empêchement de se soigner. Bohoun Bouabré n’a non seulement pas été secouru par celui qui fait office de chef d’Etat en Côte d’Ivoire, mais cet individu l’a empêché de se soigner. Donc il a provoqué sa mort qui était inévitable sans les soins ou une greffe de rein.

Non assistance à personne en danger suivie d’homicide volontaire, voici, comment le Professeur Bohoun Bouabré a été tué.

Et pour nous convaincre, le corps de cet éminent Professeur est arrivé à l’Aéroport dans une caisse en contreplaqué, comme un colis ordinaire et livré à sa famille dehors, sur le parking véhicules de l’Aéroport. La caisse en contreplaqué n’était pas couverte du drapeau ivoirien, juste un morceau de pagne Kita la couvrait, comme pour humilier davantage cet illustre fils de la Côte d’Ivoire. Mieux, aucun des soi-disant officiels n’avait accueilli le corps, même pas leur faux ministre de l’enseignement supérieur.

Alors, la gorge nouée, nous prenons acte de l’assassinat du Professeur Bohoun Bouabré et de l’humiliation de sa dépouille. Mais notre douleur d’aujourd’hui, fera place à des douleurs plus fortes demain, si nous laissons Ouattara continuer.

Advienne que pourra, nous devons donner la réplique maintenant. C’est vrai, il y a eu non assistance à personne en danger et homicide volontaire. Mais, pour parler comme l’autre, « prison et amendes ne peuvent pas régler ce problème ».

Je ne formule qu’un seul vœu dès cet instant : que les dignes fils de la Côte d’Ivoire, au soir de l’action de libération, capturent Ouattara et viennent nous le livrer à la Place de la République ; ce qui va se passer après, c’est notre affaire.

Pour tout ce qu’il a fait de nos vies, de notre avenir, de notre dignité, de la souveraineté de la Côte d’Ivoire, un tête-à-tête avec les Patriotes à la Place de la République, loin des Autorités, sera la récompense qui pansera toutes nos blessures.

A Dieu, Professeur Bohoun Bouabré ! De la Haut, tu verras comment tes assassins vont vous rendre compte.


A Très bientôt.
Hassane Magued

Lundi 16 Janvier 2012
Vu (s) 727 fois



1.Posté par Habituée le 16/01/2012 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment se fait-il que cet ancien ministre qui n'était plus au gouvernement au moment des faits ait eu ses comptes fermés ? Est-ce que l'Union Européenne avait pris également cette décision ? Car il n'était pas au gouvernement en décembre 2010 même s'il était membre du FPI !
Est-ce que les anciens ministres de GBAGBO non béthés ont subi le même traitement ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !