Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Mon témoignage sur les débuts de la rébellion : Bédié et Ouassénan dans le coup ?

le Jeudi 19 Septembre 2013 à 13:36 | Lu 1867 fois



Mon témoignage sur les débuts de la rébellion : Bédié et Ouassénan dans le coup ?
(Présent à Katiola en 2002 en tant que ministre du gouvernement Affi Nguessan, Lazare Koffi Koffi se souvient, dans ce témoignage, des moments vécus aux côtés de Gaston Ouassénan Koné. Il relance la polémique sur l’implication de Bédié dans l’insurrection – en évoquant pour la première fois un mystérieux cargo angolais qui était destiné à l'ancien chef de l'Etat et président du PDCI. Lazare Koffi Koffi livre des anecdotes croustillantes sur son hôte. L'intégralité d'un témoignage qui fera, à coup sûr, couler beaucoup d'encre et de salive.)

Septembre 2002. C’était la rentrée scolaire et universitaire. Après Daoukro en 2001, j’avais choisi la ville de Katiola pour abriter la cérémonie de lancement de la rentrée 2002-2003 du Ministère de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi dont j’avais la charge. Plus de 300 personnalités, des diplomates, des bailleurs de fonds, les syndicats d’enseignants et bien d’autres partenaires du secteur Formation-Emploi étaient attendus dans la capitale des Tagbana le jeudi 19 septembre 2002. M. François-Albert Amichia, alors ministre des Sports et Loisirs, invité spécial à cette cérémonie, me devança à Bouaké pour présider les phases finales de la coupe des nations de l’UFOA.

C’est le soir du mercredi 18 septembre que j’arrivai à Katiola avec la plupart des cadres de mon ministère dont une partie resta à Bouaké pour y passer la nuit. A Katiola, je fus accueilli avec enthousiasme par le Préfet Jean-Baptiste Sam Etiassé et le général Gaston Ouassénan Koné. Ce dernier, député PDCI, m’avait fait l’amitié en tant qu’élu, de répondre à mon invitation à participer à la cérémonie d’ouverture de l’année scolaire au cours de laquelle, à ma demande, il devait prendre la parole. Il était visiblement heureux du choix de sa ville, car il soupçonnait, à raison, que mon passage allait offrir des perspectives heureuses au Département de Katiola.

Quelques mois auparavant, en tournée dans ce Département, n’avais-je pas fait bénéficier au centre culturel de Katiola d’équipements informatiques et audiovisuels ainsi qu’une antenne parabolique ? J’avais envisagé déjà, à cette époque, de réorganiser le centre des métiers de la céramique en le dotant de techniques et moyens modernes pour qu’il soit non seulement performant mais aussi ses produits compétitifs sur le marché. Je rêvais de faire du métier de la céramique un métier noble et attrayant. J’avais également envisagé de créer une unité de formation professionnelle à Fronan.

A Dabakala, dans le pays Djimini, j’avais posé la première pierre d’un grand centre de formation aux métiers du traitement et de transformation de l’anacarde, nouveau produit agricole prometteur dans toutes les régions du Nord. J’avais donc décidé d’organiser ma réunion de rentrée à Katiola pour renforcer et achever ce que j’avais déjà commencé dans cette région dans le cadre d’une politique de déconcentration de création des structures de formation adaptées aux métiers locaux. Je devais en outre, délivrer un message aux jeunes pour rallumer leur espoir en annonçant depuis Katiola que le Président Laurent Gbagbo avait décidé pour eux d’ouvrir de nombreuses perspectives pour leur insertion professionnelle, décision qu’il entendait proclamer lui-même, dès son retour de voyage dans un message solennel radiodiffusé.

Quand l’on parlait de mutinerie

Le mercredi 18 septembre 2002, je fus logé à la résidence du chef de l’Etat, à Katiola. Tard dans la nuit, je fus brutalement tiré de mon sommeil par le Préfet Sam Etiassé et mon Directeur de cabinet. Ils m’informèrent qu’Abidjan était devenue, depuis quelques heures le théâtre d’une attaque de gens identifiés comme des mutins de notre armée nationale. Un coup d’Etat en cours ? Personne n’en savait rien. Le Président Laurent Gbagbo était en visite officielle en Italie. Dans la journée du jeudi 19 septembre, les événements se bousculèrent.

Des quatre coins du pays, je recevais des appels qui, pour m’informer de l’évolution de la situation, qui pour me tenir au courant de mouvements dans la région de Séguéla de ceux qu’on qualifiera les jours suivants de «rebelles». J’apprendrai successivement la mort violente du ministre de l’Intérieur Me Emile Boga Doudou et celle de l’ancien chef d’Etat, le général Robert Guéi. Ma première réaction fut de repartir à Abidjan. Mais par mesure de prudence et de sécurité, le général Ouassénan, en accord avec le Préfet Etiassé et certains de mes collaborateurs, non seulement m’en dissuada mais me recommanda de quitter la résidence du Chef de l’Etat pour aller résider chez lui : «Si comme on nous l’apprend depuis Abidjan, les mutins sont des ressortissants du Nord, si jamais ils viennent ici à Katiola, ils n’oseront pas franchir le portail de ma maison. Chez moi vous serez beaucoup plus en sécurité que dans cette résidence», m’a-t-il dit pour me rassurer.

Me voilà donc chez le général avec quelques-uns de mes collaborateurs. Pendant que le Préfet s’échinait à nous trouver des provisions pour notre alimentation, le général me fit visiter sa concession, notamment une chapelle qui surplombe un souterrain conduisant à un caveau qui pourrait nous abriter «si jamais ça chauffe».

Bédié et Ouassénan dans le coup ?

Dans le courant de la journée, les oreilles tendues vers Abidjan, je devisais seul avec le général Ouassénan dans son salon. Montra-t-il des signes qui trahirent son accointance très tôt avec la rébellion ? Je ne puis répondre avec certitude. Cependant, quelques faits et gestes qu’il posa me rassurèrent et m’intriguèrent à la fois quant à sa loyauté vis-à-vis de la République et des Institutions républicaines.

Il se montra le temps de mon séjour chez lui à la fois très républicain et mystérieux pour ne pas dire suspect. Tenez ! Lorsque nous apprîmes que le président Henri Konan Bédié s’était enfui de chez lui pour se mettre en sécurité quelque part, il réagit avec un ton empreint de sarcasme et de mépris par ces mots révélateurs de ses sentiments inamicaux et déloyaux vis-à-vis de celui qui était le président de son Parti, le PDCI-RDA : «Dire que des gens peureux comme ça, veulent nous gouverner !» . Il ne s’inquiéta pas outre-mesure de ce qui pourrait advenir de M. Bédié. Puis s’adressant à moi, lorsque nous évoquâmes «ses barbaries» contre les étudiants du temps où il était ministre de la sécurité, il me dit, souriant : «Ce sont «ces barbaries » qui vous ont formés et vous ont forgés à résister à toute épreuve aujourd’hui.

Vous du FPI vous aimez affronter l’adversité». L’instant d’après, l’on m’informa qu’Abidjan avait été nettoyé et que les mutins s’étaient repliés sur Bouaké. Par la suite, lorsqu’on m’informa que le général Palenfo était introuvable, peut-être tué lui aussi dans la mêlée, le général Ouassénan, à qui je fis part de cette information, devint tout à coup blême. Il arrêta tout brutalement, ne tenant plus en un seul lieu, il passa plusieurs coups de fil. Des heures durant. Jusqu’à ce qu’il localisât «son frère» en Chine où ce dernier était en mission. Je le sentis alors soulagé. Heureux. Alors je m’interrogeai. Pourquoi Ouassénan n’eût-il pas la même attitude quand il s’était agi de Bédié ? Pourquoi ne passa-t-il pas un seul coup de fil pour savoir où était caché le chef de son Parti ? Pourquoi..?

Dans la soirée, le général me quitta pour dit-il se concerter avec les populations. Je ne le vis pas revenir. J’ai dû me retrancher dans ma chambre. La nuit, il y eut des bruits suspects avec des coups de feu autour de mon lieu de résidence. Et c’est le Préfet Etiassé qui, le matin, m’informa que quelques «rebelles» venus dans la ville ou y résidant, ayant appris qu’un «ministre de Gbagbo logeait chez le doyen Ouassénan ont voulu faire un forcing pour aller le déloger». Mais ils se ravisèrent. Toucher Ouassénan était pour eux un sacrilège m’a-t-on expliqué. Les «rebelles» firent du bruit mais sans jamais oser franchir le rubicond. Etait-ce cela qui expliquait la longue absence nocturne de notre logeur ?

On peut l’imaginer. Mais la crainte de mes collaborateurs effrayés depuis la nuit par les coups de feu, augmenta lorsque le général quitta à nouveau sa résidence très tôt le matin du vendredi 20 septembre et lorsque nous apprîmes que le ministre François Amichia avait été fait prisonnier à Bouaké par les insurgés. Mes compagnons me demandèrent alors de quitter le domicile du général. Mais où aller protéger nos vies ? J’en parlai alors au Préfet qui partagea l’idée et alla donc en ville nous obtenir des lieux de refuge de fortune. Dans la mi-journée, le général Ouassénan revint chez lui pour déjeuner. Avec moi. Il ne me dit rien de ses sorties. Mais au cours du repas, il posera un acte fort appréciable qui atténua mes soupçons de sa collusion avec les «rebelles».

En effet, de l’aéroport international de Yamoussoukro, un agent qui travaillait sur le site m’informa par cellulaire qu’un cargo militaire identifié comme d’origine angolaise cherchait à atterrir. Il me demanda donc l’attitude à tenir. Je n’étais pas ministre de la Défense. Tous les membres du gouvernement en raison de la crise étaient injoignables. J’informai aussitôt Bertin Kadet, alors ministre délégué à la Défense. Celui-ci qui assurait n’avoir pris aucun contact avec le gouvernement angolais, saisit expressément notre ambassadeur à Luanda qui lui répondit qu’aucune démarche n’avait été engagée dans le sens d’obtenir un soutien militaire de l’Angola. Dès que je reçus ces informations, je décidai d’autorité d’empêcher l’atterrissage de ce cargo visiblement ennemi.

Le général Ouassénan qui avait suivi tout ce scénario, me donna alors les contacts de son fils militaire à Zambakro qui aussitôt joint, en bon soldat, se précipita avec certains de ses éléments sur les lieux avec pour ordre de détourner ce cargo sur Abidjan ou de l’abattre en cas de refus. 45 minutes plus tard le fils de Ouassénan était au rapport. Le cargo, ayant refusé d’aller à Abidjan avait pris la direction du Nord. Je remerciai vivement le jeune militaire. J’apprendrai plus tard que ce cargo avait été envoyé par des amis angolais à M. Bédié avec des mercenaires à son bord pour tenter un coup de force dans la confusion générale du pays pour réinstaller le président du PDCI au pouvoir. Il devait prendre pied à Yamoussoukro entre la rébellion à Bouaké et les forces loyalistes au sud. Aussi, lorsqu’on le présenta comme un des soutiens financiers du MPIGO – information jamais démentie – cela ne me surprit pas.

Une opération militaire éventée

Après son déjeuner, le général Ouassénan repartit de chez lui. D’Abidjan, sous la poussée des forces loyalistes, les «rebelles» pourchassés remontaient vers le centre et le nord du pays. Il me vint alors à l’esprit de leur couper toute retraite en installant une unité de nos forces à Katiola. Par hélicoptère. Je repris langue avec le ministre Bertin Kadet qui accepta ma proposition. Mais avant, il me fallait vérifier l’état de la piste d’atterrissage de l’aérodrome de Katiola. Elle était satisfaisante lorsque je visitai cette piste en compagnie du Préfet Etiassé. Mais vers 16 heures, alors que le ministre Kadet avait déjà lancé l’opération, Sam Etiassé vint m’informer que des individus avaient rendu l’aérodrome impraticable juste après notre départ de ce lieu.

Partout, des bottes de terre, des fagots de bois, des troncs d’arbres, etc. L’opération fut donc arrêtée et annulée, craignant même une embuscade dans les fourrés aux alentours de la piste. Je compris alors que la ville était déjà infestée de «rebelles» et que, peut-être, toute la population était devenue «rebelle». Le général Ouassénan Koné y contribua-t-il ? Je ne peux le dire. Mais lorsque je quittai son domicile le jour suivant pour résider chez un fonctionnaire que le Préfet Sam Etiassé trouva pour moi, jamais je n’entendis dire que le général me rechercha. Je passai ainsi plusieurs jours caché dans la ville de Katiola suivant les événements à la télé. Katiola, les jours suivants, devint un des bastions de la rébellion.

Lazare Koffi Koffi
in Le Nouveau Courrier du 22 septembre 2012

Jeudi 19 Septembre 2013
Vu (s) 1867 fois



1.Posté par Hermann N'da le 19/09/2013 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quant au Préfet Sam Ettiasse, il a eu lla vie sauve en regagnant Abidjan déguisé en "femme malinke", avec tout ce que vous pouvez imaginer comme artifices.

Dans la même logique des témoignages relatifs à cette triste mais mémorable date du 19 septembre 2002, j'avais personnellement trouvé inhabituelle et même suspecte, la présence de dizaines de soldats français ce 18 septembre 2002 à 14 heures, à Yamoussoukro, au quartier "habitat", dans le marché et aux alentours du super marché cash ivoire.

La suite des événements nous a donné de comprendre que tout avait été planifié depuis la France...

Quant aux accointances de BEDIE et OUASSENAN d'avec la rébellion, le RHDP a fini d'en faire le déballage au grand jour.

Comme quoi, rien ne peut être éternellement caché. Ainsi donc, le dos du nageur était exposé...et donc visible.

2.Posté par L honorable le 20/09/2013 10:46 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et quand je pense kil ya encore des centaines de revelations fortes sur cette triste crise!!! Il faut bien que tout cela progressivemnt sorte au grand jour pour nous!! Et jai mal de savoir que les francais en savent plus que nous!! Et le jour kil renverserons le almighty president nee des cendres de bombes francaises,cest sur ke d autres revelation tomberons et ce jour la tres celebre chaine france 24 fera clignoter en rouge "Urgence Urgence" car il sont toujours la ou il ya la charogne! Bande de Vautour

3.Posté par GOUZOU GBETIAYI le 21/09/2013 02:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui. Et ceci explique certainement pourquoi ces gens ont toujours accusé le président GBAGBO d'utiliser des mercenaires angolais... Ils accusent toujours leurs "adversaires" de ce qu'ils font ou sont eux mêmes.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !