Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Mission du panel de l’UA pour la résolution de la crise : Ce qui complique les négociations

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Jeudi 24 Février 2011 à 13:41 | Lu 543 fois



Les chefs d’Etat réunis au sein d’un panel mandaté par l’Union africaine (UA) pour trouver une solution à la crise post-électorale en Côte d’Ivoire ont quitté Abidjan après avoir échangé, les lundi 21 et mardi 22 février, avec le Président Laurent Gbagbo, l’ex-Premier ministre, Alassane Dramane Ouattara, le Conseil constitutionnel et Young J. Choi, le représentant du secrétaire général de l’ONU.

La rencontre prévue avec la Commission électorale indépendante (CEI), mardi nuit au Pullman Hôtel du Plateau, n’a pu se tenir à cause de la défection des commissaires centraux RHDP de la CEI. Ceux proches de la Majorité présidentielle (LMP) avaient pourtant fait le déplacement. Les chefs d’Etat qui envisageaient de rencontrer ensemble les deux parties pour une sorte de «confrontation» ont dû tout annuler. D’autant qu’ils ne voulaient pas entendre une seule partie. Le Sud africain Jacob Zuma a été le premier à quitter Abidjan «parce qu’il devait assister à une session importante du Parlement de son pays», précise une source diplomatique.

Hier mercredi, Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie), Jakaya Kikwete (Tanzanie) et Idriss Déby (Tchad) ont regagné leurs pays respectifs. Selon un communiqué émanant de l’UA, ces quatre chefs d’Etat et probablement Blaise Compaoré (Burkina Faso) qui s’est abstenu de venir à Abidjan, se retrouveront à Nouakchott, capitale mauritanienne, à la fin de ce mois de février, pour faire le point des échanges avec les parties ivoiriennes. Et revenir, dès le début du mois de mars, à Abidjan pour proposer leur solution de sortie de crise «contraignante pour toutes les parties».

Ouattara veut faire échouer les négociations

Avant ce retour sur les bords de la lagune Ebrié, les chefs d’Etat du panel de l’UA gardent un goût mi-figue, mi-raisin de leur séjour de 48h à Abidjan. Le goût figue donc amer provient des péripéties de la rencontre avec Alassane Dramane Ouattara. Le président du RDR a volontiers, compliqué les négociations de sortie de crise menées par le panel. D’une part, par son attitude fermée à toute concession et sa prétention à se croire «vainqueur du scrutin présidentiel» parce que l’ONU, la France et les Etats-Unis l’auraient reconnu comme tel. Alors qu’il n’en est rien.

Ni le rapport des experts du panel de l’UA, ni les 4 chefs d’Etat mandatés par l’organisation africaine ne sont convaincus de son élection. «Le second tour de l’élection présidentielle ivoirienne a été entaché de graves irrégularités et la certification de M. Choi s’est faite en dehors des règles. C’est la conclusion du rapport des experts. Il est donc faux de dire que M. Ouattara a remporté les élections», affirme un diplomate africain proche du dossier.

Les chefs d’Etat ont endossé ce rapport des experts de l’UA avant d’arriver à Abidjan. A Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, ils ont clairement dit qu’ils sont venus marquer leur solidarité vis-à-vis de la Côte d’Ivoire. Qu’ils sont venus s’informer davantage pour aider les Ivoiriens à sortir de la crise. Jacob Zuma, Idriss Déby, Mohamed Ould Abdel Aziz et Jakaya Kikwete ont affiché une neutralité agissante face aux différentes parties. A preuve, ils ont demandé à être accueillis, lundi dernier, à leur arrivée à l’aéroport d’Abidjan, par le représentant de l’UA en Côte d’Ivoire. Pas par le Premier ministre, Aké N’Gbo ou un membre de son gouvernement ou encore par une personne proche d’Alassane Ouattara. Ce qui a été fait.

En dépit de cette neutralité du panel, Ouattara s’est révélé aux chefs d’Etat comme «le véritable problème» pour les négociations de paix en Côte d’Ivoire. D’abord, en affirmant qu’il refusait de recevoir, lundi dernier, pour les échanges, le Président sud africain, Jacob Zuma, membre du panel. Au dire de sources concordantes, c’est à Young J. Choi que Ouattara a confié cela. A son tour, le Sud-coréen a transmis, tel un coursier, l’information à Ramtane Lamamra, ex-chef de la délégation des experts de l’UA. Qui en a informé le Président Zuma. Cette attitude de Ouattara a suscité l’indignation, a-t-on appris, des trois autres chefs d’Etat qui décident de ne pas se rendre au Golf Hôtel en guise de solidarité envers leur homologue sud africain.

Dans la nuit du 21 février, Jean Ping, président de la Commission de l’UA, s’engage pour ramener Alassane Ouattara à la raison. Les échanges ont lieu avec Soro. L’on apprendra que Ouattara a agi ainsi parce qu’il reproche aux chefs d’Etat de n’avoir pas été solidaires de son «parrain», le Burkinabé Blaise Compaoré, qui a renoncé à venir à Abidjan parce qu’il était récusé par les Ivoiriens. Après ce premier gros couac, les échanges entre Alassane Ouattara et le panel se tiennent, le mardi 22 février, au Golf Hôtel. Le président du RDR se montre fermé à toute proposition de sortie de crise. Il rejette le partage du pouvoir et la reprise du scrutin. Les négociations n’avancent pas.

Une source proche du RHDP traduit l’état d’âme du camp Ouattara : «On ne croit pas au panel». Cependant, les chefs d’Etat écoutent Ouattara et lui laissent, pour analyse, leurs propositions de partage du pouvoir. Le second gros couac apparaît après les échanges. Jacob Zuma échappe à un lynchage orchestré par une bande de jeunes excités pro-Ouattara. La police sud- africaine, présente sur les lieux, réussit à protéger Zuma.

Tout se passe dans l’enceinte du Golf Hôtel avec, indubitablement, le soutien de Ouattara. Une source diplomatique estime que ce grave incident a été réprouvé par les autres chefs d’Etat. De leur côté, «les Sud-africains qui sont de grands lutteurs et panafricanistes considèrent que ce qui s’est passé au Golf Hôtel constitue un épiphénomène qui ne saurait les éloigner de leur engagement à aider les Ivoiriens à retrouver la paix», précise la source.

Les «propositions»
du panel

Le goût raisin donc succulent du séjour du panel est à mettre à l’actif du Président Gbagbo qui s’est montré, comme d’habitude, ouvert à la négociation pour sortir le pays de la crise. Le seul principe qu’il a émis, c’est que la Constitution et la souveraineté de la Côte d’Ivoire soient respectées. «Le Président Gbagbo a démontré sa stature d’homme d’Etat et le panel en a été ravi», soutient une source proche du dossier.

Qui affirme, concernant les propositions de sortie de crise, que rien n’a été arrêté par le panel. Même si les chefs d’Etat ont décidé de mettre de côté le rapport des experts, en ne déclarant pas un acteur vainqueur. «Si le Président Gbagbo est déclaré vainqueur, ce qui est légal. Cela pourrait amplifier la crise. Si Ouattara est déclaré vainqueur, ce qui est faux, il y aura une crise plus grave. Le panel a décidé d’appeler à un partage du pouvoir en ne remettant pas en cause la Constitution», précise la source. Cette option préconisée par le panel rencontrera-t-elle l’assentiment de Ouattara et ses «alliés», ces perdants belliqueux ?

Didier Depry (ddpry@hotmail.com)

Afrik53 - News
Jeudi 24 Février 2011
Vu (s) 543 fois



1.Posté par noche le 24/02/2011 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons soutenu Gbagbo et nous le soutenons toujours mais qu'il se réveille.En passant son temps à parler Paix on se fait tuer à Abobo et dans la plupart de notre zone.Qui est ADO et sa bande? que valent ils?
Nous sommes prets Gbagbo donne nous les moyens et tu verras que Man et Bangolo seront Libérés.
noche.nocha@yahoo.fr

2.Posté par Noel le 24/02/2011 16:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut déclarer Abobo zone de guerre et la nettoyer des rebelles.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !