Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Miaka Ouretto président par intérim du FPI : « Il faut libérer tous les prisonniers politiques »

le Mercredi 22 Mai 2013 à 06:36 | Lu 313 fois



Miaka Ouretto président par intérim du FPI : « Il faut libérer tous les prisonniers politiques »
Notre Voie : Vous venez de rendre une visite au président Affi N’Guessan et à Moïse Lida Kouassi. Qu’est-ce qu’on retient de cette rencontre ?

Sylvain Miaka Ouréto : Vous me donnez l’occasion d’exposer de façon globale et générale, l’objectif de notre visite dans le Zanzan. Nous la plaçons sur deux plans : un plan affectif et un plan politique. Parce nous sommes des hommes politiques. Au plan affectif, nous avons eu un décès. Nous avons perdu un de nos grands militants dans la sous-préfecture de Koun-Fao. Et son enterrement c’est ce samedi (ndlr samedi 18 mai). Il fallait que nous venions apporter la compassion et le message de réconfort du parti à ses parents et aux camarades militants qui sont sur place. C’est ce que nous avons fait. Au plan affectif aussi, nous sommes venus saluer nos camarades en prison à Bouna, avec à leur tête, le président de notre parti, le Premier ministre Pascal Affi NGuessan.

Cela fait déjà deux ans que nous n’avons pas eu l’occasion de les saluer, parce qu’on nous refusait les permis de communiquer. Maintenant que l’occasion nous a été donnée, il fallait venir voir de visu, comment ils se portent, même si la presse nous rapporte de temps en temps, qu’ils se portent bien. Et je voudrais vous dire tout de suite que nous les avons vus. Ils se portent bien. Tant sur le plan physique que sur le plan moral. Et cela nous réconforte beaucoup. Au plan politique, il s’agissait d’échanger avec les camarades. Ils suivent l’actualité c’est vrai, mais notre pays a vécu une situation des plus difficiles. Et il est indiqué, me semble-t-il, que de temps en temps, les responsables politiques que nous sommes, à divers niveaux, que nous nous retrouvons. Pour échanger sur l’avenir de la Côte d’Ivoire. Et nous avons pensé à l’avenir de la Côte d’Ivoire.

Nous avons trouvé des militants vraiment d’exception. Parce que, être dans ce genre de situation, dans un contexte aussi difficile et garder sa réflexion intacte, ce n’est pas donné à tout le monde. Nous avons vu le président Affi pimpant, avec ses idées novatrices et généreuses que nous connaissons tous. Et le ministre Lida. Tous deux ont chanté à l’unisson, la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire. Notre pays a connu des problèmes difficiles. Et nous avons toujours l’habitude de dire que ce n’est pas parce que la langue et les dents cohabitent, que tu arrives de temps en temps à te mordre la langue, que tu vas prendre un marteau pour t’arracher toutes les dents. Non. C’est ça l’image de la Côte d’Ivoire.

Nous sommes des ivoiriens, nous sommes des hommes avec nos faiblesses, avec nos forces. Donc il peut arriver des moments où nous fassions des erreurs. Il faut que nous apprenions à nous pardonner les uns les autres. C’est pour cela que je voudrais saisir cette tribune que vous me donnez pour lancer un message aux plus hautes autorités de ce pays. Pour leur dire que la Côte d’Ivoire souffre. Et que ce qui vient de se passer aujourd’hui à Bouna ne soit pas un rêve d’une nuit. Que ce ne soit pas un acte isolé pour faire plaisir à une opinion. Mais que ce soit le début et le départ d’une réelle volonté politique d’amener la Côte d’Ivoire à la paix et à la réconciliation. Les ivoiriens souffrent et nous en avons tous besoin.

N.V. : Est-ce qu’ils vous ont posé aussi la question de leur jugement ?

S.M.O. : Leur jugement ? Nous ne sommes pas venus pour rentrer dans ces détails de justice. Ce que nous souhaitons, quand nous parlons de retour à la paix, il faut qu’effectivement, la procédure soit accélérée et que ces hauts cadres et ces hauts serviteurs de l’Etat qui vivent dans les conditions aussi difficiles puissent retrouver la liberté pour qu’ensemble, dans une synergie fraternelle, nous puissions sortir la Côte d’Ivoire de la crise.

Nous avons, nous au Front populaire ivoirien, toujours identifié les grands dossiers du moment. Parce que nous estimons que les soucis du peuple de Côte d’Ivoire sont nos soucis. Nous avons posé le problème d’une amnistie générale pour que tous les prisonniers, tous ceux qui sont en exil, à qui on reproche d’avoir commis quelques actes que se soit, que tous ceux-là puissent rentrer dans la confiance et dans la sécurité pour qu’ensemble, on réfléchisse aux grands problèmes de notre pays. Qu’on nous comprenne bien, nous disons qu’il faut libérer tous les prisonniers politiques dans le cadre d’une amnistie générale.

N.V. : Vous croyez en l’amnistie ?

S.M.O. : Je ne peux pas ne pas y croire. Je suis optimiste de nature et je dis que c’est Dieu qui nous guide. Cela fait deux ans. Et on n’a pas eu l’occasion de rendre visite à Affi Nguessan et aux autres. Et aujourd’hui, la porte nous a été ouverte. J’en profite pour saluer les autorités. Parce que nous sommes à notre troisième jour de visite dans le Zanzan, partout où nous passons, ce sont des policiers qui nous accompagnent pour assurer notre sécurité.

Ça veut dire que l’ordre est venu de là-haut. Je suis sûr que monsieur le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur a mis la grande batterie. C’est ce que nous souhaitons. Donc s’il met la grande batterie, ça veut dire que derrière lui-même, c’est quelqu’un qui l’a regardé positivement. Il faut que ces gestes positifs, fraternels puissent continuer. Je le dis et je le répète, nous sommes des frères. Nous n’avons pas le droit de nous regarder en chiens de faïence, de nous haïr les uns les autres pour tirer la Côte d’Ivoire vers le bas. Au contraire, il faut qu’on soit ensemble pour tirer la Côte d’Ivoire vers le haut.

N.V. : C’est la première visite ?

S.M.O. : Oui c’est la toute première visite. Parce que jusque-là, les permis de communiquer nous ont été refusés. Je voudrais aussi en profiter pour saluer le ministre chargé des Libertés publiques et de la Justice qui a réagi avec promptitude et qui a donné des instructions au Procureur de la République pour que tout se passe bien.

N.V. : Vous sortez avec quel état d’esprit de cette visite ?
S.M.O. : Je suis optimiste. Je regarde l’avenir de mon pays avec beaucoup d’optimisme. Parce que je le dis, si aujourd’hui, nous en sommes à Bouna pour rendre visite à nos camarades, ça veut dire que la voie commence à s’ouvrir.



Propos recueillis par Boga Sivori bogasivo@yahoo.fr Envoyé spécial dans le Zanzan
notrevoie

Mercredi 22 Mai 2013
Vu (s) 313 fois



1.Posté par Tchedjougou OUATTARAATTARA le 22/05/2013 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, tous ceux qui mettaient encore en doute l'origine burkinabè de Dramane OUATTARA sont dans la confusion, par le seul fait de cette détention arbitraire et prolongée des dignes fils de la C.I

Oui, après l'épisode du début des années 60 ( 1963) où des intellectuels ont connu les affres de la prison à Assabou (Yakro), du fait de Houphouët, on a oublié ce genre de traitement des élites.

Même après le 18 février 1992, Laurent GBAGBO et ses camarades n'ont passé au maximum que 6 mois en prison.

Et voilà, arriva, un ivoirien spécial, en la personne de DRAMANE OUATTARA, qui fantasme à l'idée de faire détenir des élites de la nation dans des prisons à l'intérieur du pays depuis plus de 2 ans.

Au souvenir de cette seule détention, il jouit sur lui, abondamment. Il ne se contrôle pas. Il dégouline. Ses habits sont mouillés. Il n'y fait pas attention. Il a les yeux fermés par cette jouissance. Il continue de donner des coups de reins dans le vide comme un chien abandonné par sa compagne en pleine jouissance. OUATTARA jouit, jouit, jouit. Il ne fait même pas attention que le "vase" qui était censé recueillir sa semence a bougé...Away !

Lui, Dramane continue de fermer les yeux, sa jouissance ne s'arrête pas. Il ne parvient plus à maîtriser le flot de s.....(censuré) qui sort de lui. C'est trop fort, plus fort que lui. A cette allure, M. DRAMANE OUATTARA se vide de son s...(censuré), tout son s...(censuré). Il ne lui reste que du sang pur, à lui, à continuer à verser.

Oui, la jouissance de Dramane OUTTARA a tellement duré qu'elle est en train de se transformer en une éjaculation de son sang.

On imagine donc la fin d'une telle séance d'éjaculation où ça finit pas éjaculer le sang...

Point n'est besoin d'être médecin, pouvez-vous me dire YUOTAM, Gl Hermann, FATIM1, DORI, KONE de C.I, par quoi et comment va s'achever ?


C'est un exercie à faire à la maison. Je n'ai rien dit OOOOOOOOOOOOOOH !

2.Posté par WALACE le 22/05/2013 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
HAAAAAAA bon
TCHEDJOUGOU
tu veux réveiller les morts avec l'historique des emprisonnements en côte d'ivoire????????
si en 1960-63 il y'a eu des emprisonnements en côte d'ivoire , pour cause politique alors sache qu'en 1970 il y'a eu génocide Baoulé en côte d'ivoire suite à la première rébellion ivoirienne dirigée par un certain KRAGBE GNAGBE ou des Baoulés ivoiriens comme vous, fût enterré vivant dans leur campement, d'autres tués à coup de machette dans leurs plantations et les enfants ainsi que les vieilles mères Baoulé et vieux pères Baoulé ne pouvant pas aller aux champs fut tous assassiné sans procès
tout cela à cause de la haine Bété, parce qu'ils étaient accusé d'être des complices de HOUPHOUET BOIGNY
C'est là ,la vraie histoire de la côte d'ivoire qui depuis lors a fait de l'ethnie Bété et Baoulé chient et chat
Que ceux qui ont des oreilles entendent

3.Posté par Tchedjougou OUATTARAATTARA le 22/05/2013 21:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Walace, N'fff ! N'fff ! N'ffff ! N'ffff !

C'est peine perdue.

Laisse les baoulé tranquille.

Moi qui te parle suis de Fronan, donc voisin des baoulé. Laisse les baoulé tranquilles.

Comment veux-tu que des gens qui ont donné leurs terres et vivent ensemble et paisiblement depuis des décennies avec les baoulé, se regardent en chiens de faïence..?

Dramane OUATTARA a trompé nos parents du nord une fois.

Bédié, lui, a ruminé sa rancœur contre GBAGBO parce que lorsqu'il tentait de neutraliser le fils de l'immigré DRAMANE OUATTARA pour faux et usage de faux, GBAGBO, lui, s'était mis dans un " Front Républicain" salvateur pour ce faussaire. Toute chose ayant permis au faussaire Dramane de résister aux puissants " directs" de Bédié.

C'est tout le fondement de la colère de Bédié contre le Front Populaire Ivoirien. Des livres de Bédié existent pour l'attester. Donc, après cette "vengeance" de Bédié, ne rêve pas que les baoulé se hasarderont avec un faussaire. Ca, plus jamais.

C'est pourquoi, je (re)lance cet appel solennellement :

Ivoiriens du nord, ivoiriens du centre, ivoiriens de l'Ouest, ivoiriens du Sud, boutons le burkinabè Dramane OUATTARA, boutons le virus mortel, hors de notre territoire.

"Le PDCI aura son candidat en 2015". L'UDPCI, le sien....Le FPI, c'est une évidence. Nous sommes prêts à faire tous les sacrifices pour isoler le virus mortel DRAMANE OUATTARA de la C.I si par extraordinaire, il vivait encore jusqu'en 2015. Nous allons nous retrouver entre nous ivoiriens. Que le piètre Walace le veuille ou non, DRAMANE is over... Aucun sacrifice ne sera grand pour prémunir la population ivoirienne survivante de ce virus mortel. Si Dramane vivait jusqu'en 2015, on va le battre au premier tour avec au moins 72 %. Je ne t'en dirai pas plus. J'ai dit que tout le monde aura son candidat mais je ne t'en donne pas les modalités pour le moment. Tu verras. Je te rappellerai ce que je suis en train d'écrire sur ce même mur, et tu t'écrieras : " Vous avez vraiment isolé le virus mortel DRAMANE..". Nous sommes tous conscients que si Dramane est battu avec plus de 50 % des voix, ses parrains occidentaux bruleront le pays. Les ivoiriens seront obligés de se retrouver pour le battre à un score avoisinant les 80 % pour coudre leurs sales bouches.

Car, qui ne souffre pas de la Dramaneculose en C.I ?

Mêmes nos parents du nord pour lesquels il avait été annoncé en messsie sont gravement menacés par l'invasion burkinabè.

On empêche nos parents Senoufo de parler leur senoufo maternelle au profit du malinké à Korhogo.

C'est quoi ça ? Walace, je n'ai pas ton temps. N'fffff ! N'ffffff !N'ffffff !N'fffffff ! Tu es indigne d'être mon interlocuteur. Tu pues N'ffff! N'fffffff! N'ffffff! N'fffff ! Go away pour que je relâche mon nez et que je respire bien.

4.Posté par WALACE le 22/05/2013 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TCHEDJOUGOU DE FRONAN
de surcroît que FRONAN est 100% RDR comme mama est 100% FPI et Tiebissou est 100% PDCI
voilà la réponse à tes inepties
vous battrez OUATTARA avec 72% en 2015 sachant que sa base électorale qui est le nord fait 35% de l’électorat ivoirien
attendons 31 décembre 2015 pour justifier qui de nous deux dit vrai

5.Posté par BEN SAK le 23/05/2013 14:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
WALACE encore toi HELAS;

Tous les débats, qu'ils soient purement intellectuels ou politiques, sont réservés aux sachants. Etre un intellectuel, c'est pouvoir parler ou écrire sans passion, sans émotion et surtout sans mensonge. Ceux qui trafiquent la vérité ou la défigurent à leur avantage ne peuvent être traités d'intellectuels.
J'ai toujours eu beaucoup de mal à lire ta bave mais cette fois-ci, c'est le comble.
C'est toi qui parle de génocide Baoulé par des Bété dans l'affaire KRAGBE. Tu es vraiment d'une cessité intellectuelle à nulle autre pareille. Non cher ami, en CI on connait ce qu'il est convenu d'appeler "l'affaire du GUEBIE". Cette affaire politique qui a fait beaucoup de mal au peuple GUEBIE aujourd'hui S/P de GNAGBODOUGNOA dans le département de Gagnoa n'a jamais été à l'origine d'une quelconque guerre entre les peuples Bété et Baoulé. Des querelles ont existé ça et là entre ces deux communautés qui cohabitent mais rien d'autre. Des conflits fonciers ont existé et existeront encore. Ce sont des problèmes humains. Je ne sais pas de quel pays tu es originaire, surement pas de la CI. Pour raconter des hérésies de ce genre, tu dois venir de loin, de très loin. M TCHEDJOUGOU de Fronan t'oppose un débat franc et direct. Tu prends des détours. Tu fais surement partie de ces ivoiriens qui vont sur internet pour s'informer sur la CI. Nous autres, nous avons l'avantage d'avoir vécu en CI et d'y avoir fait toutes nos études. Qu'on soit Baoulé, Bété, Sénoufo, WÊ, DAN, Gouro,..... nous connaissons l'histoire de notre Pays. Sauf OUATTARA DRAMANE qui vient de la Haute Volta n'a pas ce plaisir ainsi que tout le contingent d'étrangers qui le soutient.
Si tu ne sais pas, aies la sagesse de te taire ou de t'abstenir d'écrire des inepties. Retiens simplement que "si ce que vous voulez dire ne vaut pas mieux que le silence alors TAISEZ-VOUS". Mon cher WALACE, apprends donc à te taire plutôt que d'étaler ton inculture à chaque occasion. Le débat c'est pour ceux qui savent.
Fraternellement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !