Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Message du Président Laurent GBAGBO à l’occasion du 11 avril

le Mercredi 11 Avril 2012 à 11:45 | Lu 1983 fois



Message du Président Laurent GBAGBO à l’occasion du 11 avril
Ivoiriens, Ivoiriennes, très chers habitants de la Côte d’Ivoire,

Je voudrais au nom et pour le compte du Président Laurent GBAGBO, arbitrairement détenu à KORHOGO puis déporté dans des conditions illégales à La Haye, privé par conséquent de tout droit à la parole, m’efforcer de partager avec vous cette réflexion tel qu’il aurait fait en pareille circonstance pour commémorer le jour anniversaire du 11 avril 2011.

Ce jour là en effet, après plusieurs jours de bombardements intensifs de la résidence du Président de la République, symbole de notre Souveraineté, par l’armée française, mise en mouvement par le Président de la République française Nicolas SARKOZY agissant en marge du droit et de toute élégance morale, le Président Laurent GBAGBO est arrêté par les soldats français et remis à l’armée privée de son adversaire politique.

Avec lui, son épouse, ses enfants, petits enfants et plusieurs de ses proches collaborateurs qui avaient trouvé refuge en ce lieu sacré de l’Etat et de la République. Pour certains de ces serviteurs de l'Etat, leurs domiciles avaient été pillés, détruits ou occupés de force par des hommes en armes, les mêmes depuis le 19 septembre 2002. Pour d'autres, ils s’y étaient rendus pour apporter leur soutien moral au Président de la République. Plusieurs de ces personnes y ont perdu la vie. Malgré la douleur, vous êtes restés dignes vous mettant en cela au niveau de la dimension à la fois haute et exceptionnelle de l’Homme d’Etat qu’est le Président Laurent GBAGBO.

Depuis lors, une chaine de solidarité s’est dressée autour de l’homme qui incarne aux yeux d’une opinion majoritaire en Afrique ou ailleurs, les valeurs qui fondent le progrès de l’Humanité : la force de la conviction.

Je voudrais au nom du Président Laurent GBAGBO remercier tout le peuple ivoirien, toute cette multitude d’Africains, d’hommes et de femmes des autres continents qui continuent de lui manifester leur grande solidarité. Que tous ceux qui œuvrent dans la discrétion ainsi que tous les autres qui battent le pavé chaque jour pour dénoncer l’injustice dont il est victime, trouvent ici l’expression de sa profonde gratitude.

Cette marque de solidarité soutenue lui rappelle qu’il n’est pas seul dans cette épreuve. Il vous prie de ne point oublier ces hommes et ces femmes de grande valeur qui sont encore injustement détenus. Il pense notamment, au Premier Ministre AKE Ngbo, au Président du FPI, le Premier Ministre AFFI N’guessan, à l’Inspecteur Général de l’Etat, Sangaré Abou Drahamane, aux ministres, aux élus dont l’Honorable Simone EHIVET GBAGBO, et à tous les prisonniers politiques civils ou militaires ainsi que tous les nombreux réfugiés, exilés et les déplacés de guerre à l’intérieur du pays. Il assure leurs familles de ses constantes prières. Il a érigé une stèle éternelle dans sa mémoire pour les nombreux décédés et disparus pour lesquels il prie sans cesse Dieu afin qu’il les accepte dans son Royaume.

Il adresse une motion particulière aux Autorités politiques ainsi qu'aux populations des pays qui ont bien voulu accueillir leurs frères et sœurs ivoiriens qui fuyant la persécution, les assassinats ont trouvé refuge dans leurs pays. Il a échos de l’accueil fraternel qui leur est réservé.

Pour le Président Laurent GBAGBO, la compétition politique comporte un code d’honneur qui en fait un combat de gentlemen. Ce code d’honneur reste le vecteur qui porte de façon constante l’action politique du Président Laurent GBAGBO. C’est au nom de ce code de valeur qu’il a renoncé depuis les origines de son action politique à la violence comme moyen d’expression de nos différences. La recherche permanente du compromis embellit la politique et l’érige en art inaccessible aux esprits légers, uniquement attirés par la grandeur de la finalité de toute action politique, c’est-à-dire, l’accession et l’exercice du pouvoir d’Etat.

Il faut de la grandeur d’esprit pour ne pas se laisser séduire par la fascinante rhétorique de Machiavel. En effet, en Côte d’Ivoire, il y avait deux moyens pour atteindre la fin du contentieux électoral. L’un relatif au recomptage des voix, opération simple mais accessible seulement aux esprits qui sont capables de domination des pulsions meurtrières latentes en chacun de nous. L’autre, violent qui traduit malheureusement notre subordination à la haine portée par les esprits définitivement soumis aux diktats de nos désirs. De ce point de vue, le 11 avril marque assurément un recul de notre humanité.

En tant que bâtisseur d’un destin commun, chaque membre de cette communauté doit savoir tirer meilleur parti de chacun des écueils qui obstruent le chemin de notre progression. La crise ivoirienne n’est pas une banale crise électorale. Elle participe d’un plan stratégique de désorganisation de l’Etat Africain, par un affaiblissement continu de ses fondamentaux, supports indispensables de toute nation. Or les grandes nations font peur aux tenants de l’ordre mondial dominant. C’est pourquoi, nous devons ne pas nous tromper de combat en Côte d’Ivoire.

« L’ethnisation » à la fois de l’Etat et du débat politique qui fait partie des serres infernales qui étreignent jusqu’à la limite de l’essoufflement nos Etats est le pire des pièges à éviter. La vengeance et la violence sous toutes ses formes nous écartera à coup sûr de notre destin. Il faut garder à l’esprit que le schéma de dislocation de nos liens sociaux n’arrange personne d’autre que ses concepteurs.

S’il y a des personnes qui pensent avoir gagné le 11 avril, elles se trompent, du moins elles sont des victimes consentantes d’une idéologie qui se fixe pour objectif de nier leur propre existence. Il n y a pas de plus infamant pour un Homme que de danser heureux aux airs d’une chanson qui proclame sa mise à mort. Non, c’est toute la Côte d’Ivoire qui a perdu le 11 Avril et avec elle toute l’Afrique. C’est donc ensemble que nous devons mener le combat de notre régénérescence. Notre détermination à relever ce défi commun sera la source de l’espérance de tous les peuples enchainés.

Notre continent est gagné par une ferveur religieuse sans précédent dans son Histoire. Chacun de nous court après la providence divine dans un élan qui cache mal notre résignation devant les obstacles de notre cheminement vers le progrès ouvert à tous. Et pourtant, jamais Dieu n’a parlé à un peuple aussi clairement qu’au peuple africain. Mais jamais un peuple n’a autant été incapable de comprendre le message de Dieu que le peuple africain. Notre Histoire est pourtant un chapelet de messages divins constants qui se résument en ceci. Chaque peuple est le fruit de son audace. Dans sa divine justice, Dieu se tient équidistant de tous les peuples sans en favoriser un au détriment de l’autre. Tout le reste est à notre portée pour peu que nous osions.

Si nous savons tirer profit de la date du 11 avril 2011, nous aurons fait un très grand pas vers la rupture d’un ordre qui nous tient prisonnier avec notre propre consentement. Gardons constamment à l’esprit cette réflexion d’un sage emprunte de vérité dérangeante. « Le monde se divise non pas en cinq parties, mais en deux : celle qui gagne à tous les coups et celle qui perd toujours et toujours davantage ».

Le passage de la seconde partie vers la première est possible, et l’Histoire nous en donne suffisamment d’exemples. Mais pour cela, il faut que le mouvement soit porté par un peuple volontaire qui accepte les contraintes du sacrifice, de la persévérance, et d’humanité. Voilà la grande leçon que nous donne le Président Laurent GBAGBO du 11 avril 2011.

Depuis sa première élection en 2000, le Président Laurent GBAGBO a axé sa gouvernance autour de la recherche constante de la réconciliation et de la paix dans le respect de la Constitution que le Peuple ivoirien s'est souverainement donné. Même quand notre peuple est injustement agressé en septembre 2002 par les gouvernants actuels de la Côte d'Ivoire, puis en novembre 2004 par leurs soutiens étrangers, le Président Laurent GBAGBO, malgré la douleur a résolument opté pour la réconciliation portée par notre LOI fondamentale. En 2010 et 2011, c'est toujours autours de la Constitution, incarnation de notre contrat social, que le Président Laurent GBAGBO a recherché les solutions de la crise.

Il convient de rappeler que déjà, en 1993, au décès du Président Félix HOUPHOUET Boigny, il avait également milité pour le respect de la Constitution pour gérer la crise de succession à la tête de l'Etat malgré ses réserves sur les modalités constitutionnelles de cette succession. Le Président Laurent reste donc un homme de dialogue, mais autour des valeurs fondamentales de la République. De La Haye, il nous encourage à poursuivre ce mouvement de réconciliation avec notre propre destinée sans vengeance ni rancœur et surtout sans violence mais avec détermination.

Malgré l’âpreté de l’adversité et les blessures aussi bien morales que physiques qu’il a subies dès le début de son combat politique et qui se poursuivent encore, le Président Laurent GBAGBO continue de garder une foi entière à la démocratie et aux valeurs qu’elle porte. Il n’entend point renoncer au code d’honneur qu’il s’est donné pour encadrer son action politique ancrée dans la démocratie qui exclut toute forme de violence. La violence entretient la haine et la haine tient les peuples serviles. La victoire sans haine est possible, il y a toujours cru et il continue d’y croire. Il nous invite à partager cette conviction.

Le Ministre KONE Katinan Justin
Porte-parole du Président Laurent GBAGBO.

Mercredi 11 Avril 2012
Vu (s) 1983 fois



1.Posté par karim le 11/04/2012 23:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci monsieur le ministre. Nous constatons que tu connais parfaitement l'homme dont vous êtes porte-parole. Votre message est sensationnel et originel. Que Dieu vous soutienne pour qu'un jour la situation que vous vivez , que la majorité des Ivoiriens et Ivoiriennes vivent passe pour un simple cauchemar pour un monde civilisé et modèle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !