Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Meeting du FPI samedi dernier: Les Frci tirent, Bonoua résiste

le Lundi 21 Novembre 2011 à 17:03 | Lu 697 fois



Meeting du FPI samedi dernier: Les Frci tirent, Bonoua résiste
La section du Front populaire ivoirien (FPI) de Bonoua a réussi le challenge de braver les armes pour organiser son tout premier public samedi dernier. Non sans accrocs. Car, encore une fois, les forces armées de Ouattara (Frci) sont allées tirer des coups de feu, ont brutalisé des manifestants et tenté d’étouffer le rassemblement. En vain. Ambiance.

Chasse à l’homme, coups de feu par ci et par là. Des militants battus à coups de crosse. D’autres, arborant des T-shirts et pagnes à l’effigie du président Laurent Gbagbo, violemment réprimés, leurs habits déchirés. C’est à ce spectacle barbare, triste et désolant que les Forces armées d’Alassane Ouattara (Frci) se sont livrées le samedi 19 novembre à Bonoua. Date que le Secrétariat national du Fpi chargé de la région du Sud Comoé a choisie pour organiser son meeting dit de « décrispation ». Mais ce tout premier rassemblement depuis le renversement du président Gbagbo, le 11 avril 2011, à la mythique Place Kadjo Amagoua, les hommes armés d’Alassane Ouattara n’en voulaient pas du tout.

« Les Frci craignaient un succès qui pourrait faire des émules », expliquaient les organisateurs menacés depuis l’annonce de ce meeting. Et les Frci ont frappé.
Il est 9h15, ce samedi à Bonoua. Tout commence bien. La ville vit au rythme et aux couleurs du Fpi. La jeunesse arborant des T-shirts à l’effigie du président Laurent Gbagbo fait une procession à travers les artères principales de la ville, au son de la fanfare. La procession joyeuse arrive à l’ancienne gare, non loin du centre commercial Kadjo. Là, elle se fait ovationner de toutes parts : « Fpi ! Fpi ! Fpiiiii…C’est gâté ! C’est gâté aujourd’hui ! ». Traduction : « Nous sommes soulagés ! ».

Les automobilistes et les passants s’arrêtent pour contempler le spectacle, occasionnant un embouteillage monstre qui ne semblait pourtant gêner personne. Cette ambiance de fête, véritable démonstration de force des militants d’un parti que l’on croyait sûrement enterré ici, s’est poursuivie à travers la ville jusque sur le lieu du meeting. Ici aussi, une sono impeccable distille de la musique, ce qui amplifie l’aspect festif et populaire du rassemblement.


Place Kadjo Amangoua. Il est 11h24. Un coup de feu se fait entendre derrière le marché non loin de la manifestation. « Ce sont les Frci ! », crient des voix. C’est la débandade dans la foule de manifestants et de spectateurs. Une partie de la population sort de l’espace, accourt vers le commissariat de police de Bonoua contigu au lieu du meeting pour en savoir davantage. Mais personne ne peut dire avec exactitude ce qui se passe et pourquoi ce coup de feu. La foule reprend son rassemblement au lieu du meeting pour observer. Les spéculations vont bon train lorsqu’à 11h55, les regards sont attirés par un fait loin d’être banal. A une centaine de mètres du commissariat de police, des éléments des Frci bastonnent et contraignent un militant du Fpi à monter dans leur véhicule. Avant que la foule ne comprenne ce qui lui arrive, un autre groupe d’hommes armés pro-Ouattara se déporte sur le lieu de la manifestation et tire des coups de feu en l’air.

Là, juste en face de l’église protestante située à moins de 10 mètres de la place Amagoua, les Frci dressent un barrage pour obstruer la voix que la délégation du Fpi devait emprunter pour être accueillie au meeting. Dame Soumahin Joelle tombe dans ce barrage : « Donne-moi ton tricot ! », lui ordonne un élément Frci. Dame Soumahin refuse de céder son T-shirt à l’effigie de son idole, Laurent Gbagbo.

« C’est parce que tu es femme que je t’ai parlé. Sino, moi j’arrache sans parler », vocifère l’élément Frci qui, aussitôt, se jette sur la dame et lui arrache son habit par la force. Pendant ce temps, toujours en face du commissariat de police, un autre élément des Frci, arme aux poings, tient en respect deux autres militants du Fpi, torse nu. L’un saignait déjà d’une blessure à la tête. Sur ordre de leur agresseur, les deux victimes s’allongent face contre terre sur le goudron, dans une chaleur torride. Quelques minutes après, sûrement satisfait, le bourreau les conduit devant l’église protestante et les escortent vers une destination inconnue. Mais le calvaire n’est pas fini.

A 12h08, un autre véhicule des Frci de type 4x4 débarque à la place Amagoua. A son bord, on dénombre une dizaine d’éléments armés. L’un d’eux exhibe fièrement une lance roquette. Le groupe rejoint ses prédécesseurs armés, à l’entrée principale de l’église protestante. La procession des hommes armés est bouclée par un élément qui, la main sur la gâchette, menace : « Quittez ici ! Quittez ici ! ».

Curieusement, personne ne l’écoute. Visiblement, la foule écœurée n’entend plus céder à l’intimidation et à la barbarie. Alors, regroupé finalement devant l’entrée principale de la place publique, les hommes de Ouattara reforment un cortège et quittent la place Amagoua à 12h15. Incroyable, ils sont conspués par les populations qui, elles sont restées sereines sous les bâches ! Leur rodéo a duré 3h. Le calme revenu, les manifestants ont pu célébrer « le meeting de la décrispation ».

Bonoua venait de sonner, à son tour, ce samedi 19 novembre 2011, la résistance politique contre les forces armées d’Alassane Ouattara, les forces du mal. La veille, à Ebilassokro, dans le département d’Abengourou, les populations s’étaient révoltées contre ces mêmes hommes armés qu’elles ont désarmés et chassés de leur village.





Vincent Deh Envoyé spécial à Bonoua

Source : notrevoie

Lundi 21 Novembre 2011
Vu (s) 697 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !