Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Massacre de Nahibly (Duékoué)/ Amnesty International interroge Ouattara : « Où sont passés les corps ? »

le Mercredi 31 Juillet 2013 à 00:53 | Lu 439 fois



Massacre de Nahibly (Duékoué)/ Amnesty International interroge Ouattara : « Où sont passés les corps ? »
« Où sont passés les corps. Des puits susceptibles de renfermer des charniers doivent être fouillés ». C’est sous ce titre que l’ONG de défense des droits de l’homme, Amnesty International, vient de publier un récent rapport sur les « actes inhumains » du régime d’Alassane Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire. En attendant de revenir sur des extraits de ce rapport, nous publions ci-dessous le communiqué de presse produit à cet effet par Amnesty.

Le gouvernement de la Côte d’Ivoire n’a pas enquêté dûment sur les éléments attestant d’atteintes aux droits humains commises en lien avec les homicides qui ont eu lieu dans le camp pour personnes déplacées de Nahibly, dans l’ouest du pays, il y a un an et quelques jours, a déclaré Amnesty International. Dans un rapport publié, lundi 29 juillet 2013, l’organisation livre des informations sur les corps jetés dans plusieurs puits que les autorités n’ont pas fouillés, malgré des appels répétés en faveur d’investigations. Amnesty International invite la Côte d’Ivoire à mettre sur pied une commission d’enquête internationale sur ces atrocités. «Depuis un an, et malgré ses promesses de justice, le gouvernement ivoirien n’a guère progressé dans les enquêtes sur les crimes commis durant cette attaque», a estimé Salvatore Saguès, chercheur d’Amnesty International sur l’Afrique de l’Ouest.

Le 20 juillet 2012, le camp de Nahibly, qui accueillait environ 2 500 personnes déplacées ayant fui les violences postélectorales, a été assailli et détruit par une foule nombreuse. Cette foule se composait de membres de la population locale, de Dozos – milice de chasseurs traditionnels soutenue par l'Etat – et d’éléments de l’armée ivoirienne. La plupart des personnes déplacées appartenaient au groupe ethnique des Guérés, globalement considérés comme des partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo.

Amnesty International estime qu’au moins 14 personnes ont été tuées sommairement durant cette attaque, même si le chiffre exact n’est pas connu. Plusieurs autres personnes ont été victimes de disparition forcée. Six cadavres ont été exhumés d’un puits en octobre 2012, tandis que 11 autres puits du secteur, qui contiendraient d’autres dépouilles, n’ont pas été creusés. «Il est inhumain de faire encore attendre ceux qui ont perdu des êtres chers et souhaitent savoir où se trouvent les corps de leurs proches, alors même que les responsables ne sont pas inquiétés», a précisé Salvatore Saguès.

Onze puits dans le secteur de l’attaque sont gardés jour et nuit par des soldats et des policiers de l’ONU, mais les autorités n’ont rien entrepris pour les dégager. Si le gouvernement prétexte le manque d’équipement et de matériel, il aurait refusé la proposition de l’ONU de lui fournir de l’aide.

Amnesty International s’est entretenue avec un défenseur local des droits humains qui est descendu dans trois puits à l’aide d’une corde ; il a assuré qu’il y avait au moins un corps dans chacun de ces trois puits. Un autre défenseur des droits humains, qui a préféré garder l’anonymat pour des raisons de sécurité, a commenté : «Si les corps se trouvant dans les puits étaient ceux de partisans du gouvernement, ils auraient extrait les cadavres, il y a des mois déjà. Mais parce que ces corps viennent de Nahibly et sont accusés de soutenir Gbagbo, ils ne font rien ».
Une autopsie aurait été pratiquée sur les six cadavres retrouvés dans le premier puits. Cependant, neuf mois plus tard, les conclusions n’ont toujours pas été livrées aux familles des victimes et les corps ne leur ont pas été restitués.

Dans le cadre des violences engendrées par l’élection de novembre 2010 en Côte d'Ivoire, des centaines de personnes ont été tuées, principalement en raison de leur origine ethnique ou de leur affiliation politique présumée. Les forces fidèles à l’ancien président Laurent Gbagbo comme les forces alliées à l’actuel président Alassane Ouattara ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité en violation du droit international.

Laurent Gbagbo attend désormais d’être jugé par la Cour pénale internationale (CPI). En mars et avril 2011, lorsque les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et les combattants dozos ont pris le contrôle de l’Ouest du pays durant les violences postélectorales, ils ont massacré des centaines de Guérés à Duékoué et dans les environs. Ces agissements n’ont jamais fait l’objet de véritables enquêtes et personne n’a jamais été inculpé ni jugé. «Illustration criante de la justice des vainqueurs, le gouvernement n’a amené aucun membre des FRCI ni des milices dozos à répondre de ses actes pour les crimes commis durant la crise postélectorale. C’est d’autant plus inquiétant que ces mêmes forces de sécurité et milices dozos continuent de bafouer les droits humains des partisans déclarés ou présumés de l’ancien président, comme le prouve l’attaque contre le camp de Nahibly », a poursuivi Salvatore Saguès.

Etant donné la partialité de la justice actuellement administrée en Côte d'Ivoire, Amnesty International demande au gouvernement de mettre sur pied une commission internationale chargée d’enquêter sur les évènements de Nahibly.

Selon de nombreuses déclarations reçues par Amnesty International, la police de l’ONU a repoussé ceux qui demandaient de l’aide lors de l’attaque et s’est abstenue d’intervenir lorsque les habitants du camp ont été frappés. Les Nations Unies doivent rendre publique l’enquête interne sur les actes de ses soldats et policiers chargés de garantir la protection des habitants du camp durant l’attaque.

Fait à Paris, le 29 juillet 2013 Amnesty International
Notrevoie

Mercredi 31 Juillet 2013
Vu (s) 439 fois



1.Posté par WALACE le 31/07/2013 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand je dis que bété n'a pas honte , en voilà des preuves, aujourd'hui c'est raport de amnesty qui est leur source de soualgement pourtant toutes ces ONG ont été traité de tous les maux ici en côte d'ivoire par ces mêmes bété
quelle honte d'être Bété??????

2.Posté par FRANCAIS REVOLTE le 31/07/2013 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TOI QUI SE FAIT APPELLER WALACE, TU ES QUI ? ARRETE TES HISTOIRES DE BETE.
MOI QUI TE PARLE JE FRANCAIS ET LAISSE MOI TE PARLER FRANCHEMENT QUE
OUATARA A MENTI A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE EN FAISANT CROIRE QUE
LE MECHANT C'ETAIT MR GBAGBO ET S'IL ETAIT ENVOYE A LA CPI IL AURAIT LA
PAIX EN COTE D'IVOIRE CE QUI N'EST PAS LE AUJOURD'HUI.
ALASSANE OUATARA LEUR AVAIT CROIRE AUSSI QUE MR GBAGBO ET SA FEMME SIMONE ETAIENT LES AUTEURS DES TUERIES D'ABOBO PAR LES RESEAUX D'ESCADRON DE LA MORT . MAIS A LA VERITE SE SONT LUI ALASSANE OUATARA
SES PARTISANS QUI COMMETTAIENT CES PIRES ATROCITES .
LES DVD ET AUTRES SUPPORTS AUDIOS VISUELS QUI CIRCULENT DANS LE MONDE
MONTRANT LES CRIMES DES REBELS DE OUATARA DE 2002 A 2003 ET APRES LE
COUP D'ETAT DE SARKOZY AYANT ENTRAINE LA CHUTE DU PR GBAGBO
OUATARA ALASSANE AVAIT AUSSI FAIT CROIRE A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE QU'IL ETAIT TRSE POPULAIRE ET QUE MR GBAGBO NE REPRESENTAIT RIEN EN COTE D'IIVOIRE
MAIS LES TRES FAIBLES TAUX DE PARTICIPATION APRES LES BOYCOTTS DU PARTI
DE MR GBAGBO AUX ELECTIONS LEGISLATIF-REGIONALE ET MUNICIPALE
A ETE PERCU COMME UNE HONTE DES SOUTIENS DE OUATARA ALASSANE VIS A VIS DES AUTRES ETAT QUI DEMANDAIENT LA MODERATION AUX SOUTIENS DE
OUATARA DANS LA GESTION DE LA CRISE ELECTORALE EN COTE D'IVOIRE.
ET PUIS OUATARA NE TIEN PAS SES PROMESSES EN MATIERE DES DROITS
DE L'HOMME ET DE JUSTICE
WALACE ECOUTE TRES BIEN L'HOMME QUI TE PARLE
LES SOUTIENS DE OUATARA SONT A PRESENT CONVAINCU QUE CE DERNIER N'EST
PAS L'HOMME DONT ILS AVAIENT REVE ET LEUR DECISION EST SANS EQUIVOUE:
IL DOIT PARTIR LUI SERA PROBABLEMENT AVEC SORO PARCE QU'ILS EN SAVENT TROP, ET TOUS LES CHEFS DE GUERRE SERONT TOUS RAMASSE POUR LA CPI
MAIS AVANT CELA MR GBAGBO SERA DEJA LIBERE
DIT A TON ENTOURAGE DE QUITTER LA LA CTOE D'IVOIRE SI TU A VRAIMENT DE LA
SAGESSE AU LIEU DE PASSER TON A PARLER DES BETE
AUJOURD'HUI LES TEMPS ONT MONTRE EN COTE D'IVOIRE QUE LES MALINKES
OU DIOULAS SONT DE GRANDS CRIMINELS C'EST IMPRIME SUR DES DVD ET SUR
IMAGES QUI SERONT BRANDITS DANS LE FUTUR A VOS ENFANTS.

3.Posté par FRANCAIS REVOLTE le 31/07/2013 21:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TOI QUI SE FAIT APPELLER WALACE, TU ES QUI ? ARRETE TES HISTOIRES DE BETE.
MOI QUI TE PARLE JE SUIS FRANCAIS ET LAISSE MOI TE PARLER FRANCHEMENT QUE
OUATARA A MENTI A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE EN FAISANT CROIRE QUE
LE MECHANT C'ETAIT MR GBAGBO ET S'IL ETAIT ENVOYE A LA CPI IL AURAIT LA
PAIX EN COTE D'IVOIRE CE QUI N'EST PAS LE CAS AUJOURD'HUI.
ALASSANE OUATARA LEUR AVAIT CROIRE AUSSI QUE MR GBAGBO ET SA FEMME SIMONE ETAIENT LES AUTEURS DES TUERIES D'ABOBO PAR LES RESEAUX D'ESCADRON DE LA MORT . MAIS A LA VERITE SE SONT LUI, ALASSANE OUATARA ET
SES PARTISANS QUI COMMETTAIENT CES PIRES ATROCITES .
LES DVD ET AUTRES SUPPORTS AUDIOS VISUELS QUI CIRCULENT DANS LE MONDE
MONTRANT LES CRIMES DES REBELS DE OUATARA DE 2002 A 2003 ET APRES LE
COUP D'ETAT DE SARKOZY AYANT ENTRAINE LA CHUTE DU PR GBAGBO
OUATARA ALASSANE AVAIT AUSSI FAIT CROIRE A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE QU'IL ETAIT TRES POPULAIRE ET QUE MR GBAGBO NE REPRESENTAIT RIEN EN COTE D'IIVOIRE
MAIS LES TRES FAIBLES TAUX DE PARTICIPATION APRES LES BOYCOTTS DU PARTI
DE MR GBAGBO AUX ELECTIONS LEGISLATIF-REGIONALE ET MUNICIPALE
A ETE UNE HONTE AUX SOUTIENS DE OUATARA ALASSANE VIS A VIS DES AUTRES ETATS QUI DEMANDAIENT DE LA MODERATION AUX SOUTIENS DE
OUATARA DANS LA GESTION DE LA CRISE ELECTORALE EN COTE D'IVOIRE.
ET PUIS OUATARA NE TIENT PAS SES PROMESSES EN MATIERE DES DROITS
DE L'HOMME ET DE JUSTICE
WALACE ECOUTE TRES BIEN L'HOMME QUI TE PARLE
LES SOUTIENS DE OUATARA SONT A PRESENT CONVAINCUS QUE CE DERNIER N'EST
PAS L'HOMME DONT ILS AVAIENT REVE ET LEUR DECISION EST SANS EQUIVOUE:
IL DOIT PARTIR LUI SERA PROBABLEMENT TUE AVEC SORO PARCE QU'ILS EN SAVENT TROP, ET TOUS LES CHEFS DE GUERRE SERONT TOUS RAMASSE POUR LA CPI ET SA FEMME RAPATRIEE EN FRANCE.
MAIS AVANT CELA MR GBAGBO SERA DEJA LIBERE
DIT A TON ENTOURAGE DE QUITTER LA LA CTOE D'IVOIRE SI TU A VRAIMENT DE LA
SAGESSE AU LIEU DE PASSER TON TEMPS A PARLER DES BETE
AUJOURD'HUI LES TEMPS ONT MONTRE EN COTE D'IVOIRE QUE LES MALINKES
OU DIOULAS SONT DE GRANDS CRIMINELS C'EST IMPRIME SUR DES DVD ET SUR
IMAGES QUI SERONT BRANDITS DANS LE FUTUR A VOS ENFANTS.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !