Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Marie-Antoinette Singleton: ‘‘Je suis fière de ma mère!’’

le Jeudi 6 Octobre 2011 à 21:54 | Lu 2734 fois



Marie-Antoinette Singleton: ‘‘Je suis fière de ma mère!’’
Dans ce témoignage poignant, Marie-Antoinette Singleton, une des filles du couple Gbagbo qui vit aux Etats-Unis, parle de ses parents et de son frère Michel, auxquels elle n’a pas le droit de parler, même par téléphone. Elle évoque également sa certitude que le combat mené par ses parents vaut la peine d’être mené. Et se terminera par la victoire de la Côte d’Ivoire indépendante.

Cela fait plus de cinq mois que vos parents etvotre frère Michel ont été arrêtés. Avez-vous des nouvelles régulières d’eux ? Si oui, ces nouvelles sont-elles rassurantes ?

Non, nous n’avons pas de nouvelles régulières d’eux. Mais ça va ! Ils se portent bien, selon ce que nous avons pu avoir comme informations. On ne nous a pas encore donné l’autorisation de leur parler ni de les voir. Mes avocats se battent pour ça. Une lettre en ce sens a été envoyée au ministre de la Justice qui a refusé tout simplement…

Votre famille a subi de gros chocs émotionnels. Comment on survit à une telle bourrasque?

Toute la famille a été déstabilisée, dispersée. Mais ayant grandi dans un environnement de combattants, ce n’est pas qu’on souhaite des choses pareilles mais on se fait un moral plus ou moins prêt à résister à de telles bourrasques. Et on bénit Dieu qu’ils soient en vie, c’est l’essentiel. Et comme il s’agit d’une vision… La vision n’est pas morte, nous avons l’espoir de voir la vision s’accomplir. Ça suffit pour tenir bon. Pour ce qui est du quotidien, on est obligés de se réorganiser. Parce que tout le monde a été délocalisé…

Et vos soeurs, elles vont bien ?

Oui, elles vont bien.

Quel regard portez-vous sur les premiers mois d’Alassane Ouattara ? Lors des moments les plus durs d’avril, on vous a entendu avec des accents politiques. Et nous sommes curieux d’avoir votre analyse sur ce régime qui a déjà passé l’étape symbolique des cent premiers jours. Que pensez-vous d’eux ? Avez-vous eu des contacts avec eux ? La réconciliation qu’ils prônent vous semblet-elle envisageable ?

D’un point de vue personnel, je trouve qu’ils ne font pas un bon boulot. Même s’ils semblent avoir des raisons de kidnapper des gens pour leurs opinions politiques, je ne comprends pas pourquoi le contact avec la famille devrait être un problème. Je ne comprends pas pourquoi ils ne permettent même pas un coup de fil. C’est aberrant, cela n’a pas de sens.

Au-delà de cet aspect personnel, familial, j’étais le vice-consul à Washington. Quand il y a eu ces événements, je me suis retirée. Et j’ai reçu une note du ministère des Affaires étrangères me demandant, en tant que diplomate, de rentrer sur Abidjan. Ce qui n’est pas envisageable. Je n’ai plus personne à Abidjan. Tous nos domiciles ont été totalement pillés. Tout ce qui n’a pas été emporté a été détruit. J’ai fait savoir à l’ambassadeur que je n’étais en mesure de rentrer.

Pour ce qui est de la réconciliation, il faut que les gens soient réalistes. Il y a un grand nombre de personnes qui sont réfugiées à l’étranger, apeurées. Certains continuent à subir des exactions. Il ne faut donc pas rester dans la théorie. Il faut porter des actions concrètes sur le terrain qui montrent le désir de voir les gens se réconcilier.

Vous vous êtes beaucoup impliquée dans le plaidoyer, au service de la cause des vôtres et des autres détenus politiques. Avez-vous eu des contacts haut placés dans ce cadre, en Côte d’Ivoire et à l’étranger ?

J’ai surtout des contacts avec la population. C’est une action qui concerne avant tout les Ivoiriens. C’est vrai que mes parents sont impliqués, à un niveau suffisamment haut. Mais tous les Ivoiriens que je connais ont subi une perte. C’est au niveau de la communauté que nous travaillons, que nous menons des actions.

Des ONG de défense des droits de l’homme, des gouvernements étrangers vous ont écoutée?

Pas de gouvernement étranger pour ma part. Le sénateur Inhofe, ici aux Etats-Unis, est très impliqué et nous essayons de lui donner le maximum d’informations. J’ai envoyé un courrier au secrétariat général de l’ONU et à la structure spécialisée chargée des droits de l’homme. Sans réponse.

Durant les bombardements, est-ce que vous vous êtes dit, à un moment donné, que votre place était aux côtés de vos parents, de votre mère, à la Résidence, plutôt qu’au chaud, d’une certaine manière ?

Non. Je ne crois pas que quelqu’un aurait envie de se retrouver dans cette atmosphèrelà. Je me suis dit que si Dieu a permis qu’un membre de la famille soit à l’extérieur c’est pour une raison. Rien n’est le fruit du hasard quand on croit en Dieu. Il a sans doute permis que je sois à l’extérieur pour donner un autre son de cloche, le point de vue de la famille. C’était une expérience traumatisante d’après ce que tout le monde m’a dit. Mes soeurs, mes amis… Des gens qui n’étaient même pas à la Résidence mais dans les environs en sont sortis traumatisés. Je pense que personne ne souhaiterait vivre ça.

Quelle image de tous ces événements vous a le plus marquée ?


Le souvenir le plus douloureux, ce sont les humiliations que certaines personnes comme le gouverneur Dacoury-Tabley ont subies. C’est allé vraiment trop loin. C’était énorme. J’ai lu au-delà de la première réaction d’humiliation, de violence contre la Première Dame, le président et Michel, j’ai vu des gens qui subissaient quelque chose sur la base de la vision qu’ils ont. Quand je vois les photos de la Première Dame par terre, les cheveux arrachés, je vois la violence, certes. Mais je vois aussi la sérénité sur son visage. C’est un combat qu’elle mène depuis qu’elle est jeune.

Un combat pour la Côte d’Ivoire, pour l’Afrique. Personne n’enlèvera cette conviction de son esprit. Dieu étant fidèle, lorsqu’on met sa cause dans la main de Dieu, on ne se laisse pas envahir par l’anxiété. Je n’ai pas vu la peur sur leur visage, ni sur le visage de Michel. Michel avait du sang sur la tête, sur le dos, mais il avait les mains croisées. Je n’ai pas vu de panique sur son visage. Et moi je rends gloire à Dieu pour ça. Et pour les films qu’on a pu voir du président à l’hôtel du Golf. Il expliquait seulement ce qui venait de se passer, et ce qu’il avait suggéré de faire.

Passé l’effet de violence, j’ai vu des gens qui croient en leur combat. Et qu’ils font ce qu’il faut faire. Si les humiliations sont le prix à payer, ils sont prêts à payer ce prix-là.

Que pensez-vous de l’attitude et de la démarche politiques de Mamadou Koulibaly qui était le numéro deux du système Gbagbo?

Moi, je n’étais pas du tout impliqué dans la politique, vous savez. J’ai suivi ces choses-là de loin. Je ne connais pas les motivations de Mamadou Koulibaly, le raisonnement qui l’a amené à prendre une telle décision. J’avais déjà été déçue de voir qu’il n’a pas pris en main le problème de succession. La solution pour moi était qu’il prenne le pouvoir dans le chaos que nous avons vécu après le 11 avril. Il ne l’a pas fait. Il a choisi de faire autre chose. Aujourd’hui, il décide de se séparer du FPI.

Je ne sais pas s’il a cru en cette vision. Parce que dans la matérialisation d’une vision, il y a des choses qui ne sont pas forcément positives, qu’on n’approuve pas. Mais cela ne nous pousse pas à abandonner cette vision pour autant. Si le président Gbagbo devait laisser tomber sa vision sous prétexte que les individus ne faisaient pas leur part du travail, le FPI n’existerait pas. La démocratie n’existerait pas en Côte d’Ivoire. Il faut comprendre la vision et être prêt à payer le prix et à porter le fardeau. Manifestement, nous ne sommes pas nombreux à réfléchir comme cela. C’est bien dommage, mais on verra jusqu’où les choses iront. Quand on parle de vision, on ne se limite pas aux hommes. Parce qu’il y en aura toujours pour la porter.

On a senti des dissensions entre des collectifs d’avocats se réclamant de la défense du président Gbagbo…

Je ne souhaite pas en parler parce que ce n’est pas très beau et cela peut faire irrespectueux. Le moment viendra certainement où ces questions-là seront résolues.

En tant que femme, que diriez-vous à Dominique Ouattara si vous l’aviez en face de vous?

Franchement, je ne sais pas, je ne pense pas à elle… Donc je n’ai pas de propos préparé. Il faut peut-être que je réfléchisse à ce sujet…

Et si vous aviez Simone Ehivet Gbagbo en face de vous?

(Rires). Que je l’aime énormément, que je suis fière d’elle, qu’elle m’inspire, et que je suis prête à porter le flambeau, à marcher dans ses pas. Je vais m’organiser pour. Je lui dirai de tenir bon, parce que le Dieu qu’elle sert est fidèle. Cette vision qu’il leur a donnée pour la Côte d’Ivoire, elle s’accomplira certainement.

Que diriez-vous aux Ivoiriens qui vivent dans le pays, qui ont cru en Laurent Gbagbo et qui sont aujourd’hui apeurés après une répression qui n’est toujours pas terminée ?

Je leur dirai que le combat vaut absolument la peine d’être mené. Personne ne viendra mener à notre place le combat de libération de notre pays. C’est difficile. Je suis de tout coeur avec eux. Je ne demande à personne de faire des actes de folie. Ce qu’il faut savoir, c’est que nous avons un devoir de libération vis-à-vis de notre pays et de notre continent.

Et que si nous ne prenons pas sur nous de le faire, les générations prochaines le feront. C’est une réaction naturelle. Tous les peuples aspirent à cette liberté et passent par des moments difficiles pour l’acquérir. Nous devons passer par ces moments difficiles. Le combat ce n’est pas seulement d’être dans la rue, de manifester. Mais si chacun a son niveau choisit de rectifier les erreurs qui nous ont mené là où nous sommes et choisit de marcher différemment, c’est déjà le début du combat. Que chacun quotidiennement fasse sa part. Tout le monde n’est pas soldat. Mais ce combat, nous devons de toute façon le mener.



Propos recueillis par Théophile Kouamouo

tkouamouo@nouveaucourrier.com

Source: Le Nouveau Courrier

Jeudi 6 Octobre 2011
Vu (s) 2734 fois



1.Posté par TETI EMILE le 07/10/2011 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yako ma petite sœur que dieu le tout puisant te protège te fortifie et fasse en sorte que tu sois forte crois au destin et dis toi que chacun sur cette est venu pour faire une représentation comme au théâtre . Le président le président de tous les ivoiriens et Mme Gbagbo Ehivet Simone sera compensée et à travers elle tous ses enfants que Dieu vous bénisse petite sœur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !