Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Malgré la menace des autorités: Amadé Ouérémi toujours maître du Mont Peko

le Vendredi 4 Janvier 2013 à 07:22 | Lu 918 fois

Voilà une dizaine d’années que Amadé Ouérémi s’est bâti ‘’un Etat’’ dans la forêt classée du Mont Peko, patrimoine de l’Etat ivoirien. Il y règne en maître absolu et dirige une bande armée de plusieurs hommes.



Malgré la menace des autorités: Amadé Ouérémi toujours maître du Mont Peko
Les plaintes et complaintes, les cris et pleurs des populations des villages et autres campements de l’ouest qui l’accusent de les déposséder de leurs terres et de spolier leurs biens, sont montés jusqu’au sommet de l’Etat. Le chef d’état major général des Armées, le général de corps d’armée, Soumaïla Bakayoko, dans une interview accordée à Fraternité Matin, le 1er août 2012, avait clairement indiqué qu’il y aurait un ratissage dans la réserve du Mont Peko et qu’elle serait débarrassée des occupants illégaux.

Dans la même vaine le patron des forces armées a annoncé qu’une vaste opération dite ‘’Opération Mont Peko’’ serait lancée pour déloger Amadé Ouérémi. « Pour parler d’un milicien qui serait dans la forêt du Mont Péko, c’est le lieu de rappeler que hormis les militaires et agents de sécurité (police, gendarmerie), personne n’a le droit de porter une arme, encore moins d’en faire usage. Nous l’avons dit encore une fois, lors de notre passage, récemment, à Duékoué. C’est pourquoi nous avons rencontré les chasseurs traditionnels communément appelés Dozo, pour leur dire que cette règle s’applique à eux également.

Avec l’arrivée des forces, il n’est pas question que chacun se fasse justice. Il en sera de même pour tous les miliciens. Nous irons ratisser toute la région de Duékoué. Une opération "le Mont Péko" sera lancée et nous rencontrerons le milicien dont vous parlez. Il faut qu’on arrête ces pratiques, Nous allons tout faire pour que la sécurité dans cette région soit garantie », avait fait savoir le général Soumaïla Bakayoko.

Mais ces déclarations du chef d’état major n’ont produit aucun coup de tonnerre et n'ont nullement influencé la vie tranquille et paisible que mène Amadé Ouérémi dans cette réserve pourtant interdite d’accès et d'exploitation. Le 3 octobre 2012, des officiers supérieurs des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) ont visité cette zone du pays et ont même échangé avec Amadé, dans la perspective de négocier son départ du Mont Peko.

Ce dernier aurait fait savoir aux envoyés de l’état major qu’il n’a jamais semé un climat de terreur dans les villages de Duékoué. Il a plutôt indiqué qu’il a posé de nombreuses actions en faveur des populations dont il a assuré la sécurité pendant les moments difficiles. Selon lui, toutes ces accusations contre lui ne reposeraient sur rien d’autre que « l’ingratitude ».

Le 11 décembre 2012, Gabou Kouayo Guillaume, le sous préfet de Zou (localité situé dans la région du Guemon, à l’ouest de la Côte d’Ivoire) est revenu sur la question de l’occupation illégale des forêts et autres parcelles dans cette partie du pays (Cf : Soir info du 13 décembre 2012). C’était lors de la tournée d’une délégation de l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader). «L’Etat est de retour. La République est débout, elle fonctionne et doit récupérer ses biens. Je viendrai dans quelques jours vérifier si la parcelle a été totalement libérée. L’Anader revient et doit mener ses activités sans obstacles », clamait le sous-préfet, faisant ainsi allusion à l’intention du gouvernement de déloger des forêts classés tous les clandestins qui refuseraient de lâcher prise après le 31 décembre 2012.

Aujourd’hui vendredi 4 janvier 2013, le chef de la bande armée qui tient toujours ses positions dans la réserve du Mont Peko, ‘’ le seigneur de guerre’’, Amadé Ouérémi, semble ne pas se sentir concerné par cet ultimatum qui a pourtant expiré depuis fin décembre 2012. « Il est toujours aperçu dans la zone avec ses gardes. Et il n’est pas inquiété. Il a l’air serein et se déplace avec beaucoup d’assurance », nous a rapporté un informateur, hier en fin d’après midi.

Selon des sources informées, Amadé aurait signifié à des autorités militaires qu’il ne partirait pas avant la fin de la saison cacaoyère, le temps pour lui de récolter ce qu’il a planté ou semé. Pour bien d’observateurs, cela a tout l’air d’une défiance vis-à-vis des autorités ivoiriennes qui donneraient l’impression de ménager des intérêts contradictoires.



Alain BOUABRE
Soir Info

Vendredi 4 Janvier 2013
Vu (s) 918 fois



1.Posté par GOLOU André le 04/01/2013 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi ce burkinabé devrait-il renoncer à son butin de guerre? Surtout qu'il a aidé à installer un compatriote. Il est la cheville ouvrière de la la colonie de repeuplement de l'ouest de la CI comme voulu par les chocolatiers occidentaux. Cette zone produit le meilleur cacao du monde; il faut exproprier les propriétaires terriens par la terreur et y installer des ressortissants de la CEDEAO qui deviendront plus tard des manoeuvres agricoles. BRIDGESTONE l'a si bien réussi au Libéria et les puissance financières s'en portent mieux. Pourquoi pas en CI. AMADE n'est qu'un simple instrument au service d'une machine prédatrice. Son tour d'être dévoré viendra; Ainsi va le monde...

2.Posté par Mister BIG le 04/01/2013 13:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De quelle menace OUREMI AMADE doit-il avoir peur ? Celle de ouattara ? Ou celle de l'ETAT MORIBOND IVOIRIEN ? ... Bluff quoi ! Pour repondre de façon convaincante aux interrogations ci-dessus , il impose de répondre à la question que voici: qui a-t-il fait de cet burkinabé un seigneur de guerre ici en Côte D'ivore ? ...
Alors arretez de nous prendre pour des "sans tétes" .
Kiss everybody

3.Posté par Charlie Bronx le 04/01/2013 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois l'avoir dit ici même, quand ils ont fait leur annonce. C'est n'importe quoi ! Ils ne toucheront jamais à ce type là car il fait ce qu'ils aiment.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !