Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ma réponse à l'apologie des Libanais de Côte d'Ivoire par Venance Konan...

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Mercredi 3 Décembre 2014 à 11:51 | Lu 775 fois



Ma réponse à l'apologie des Libanais de Côte d'Ivoire par Venance Konan...
Dans un article intitulé « Côte d’Ivoire – les Libanais, les boucs-émissaires » écrit par le sieur Venance Konan et publié par certains medias, ce pseudo-intellectuel des causes perdues et insoutenables, à la moralité plus scandaleuse que celle des usuriers médiévaux athées que l’humanité a oubliés dans le Moyen-Âge mais que l’Administration Ivoirienne a ressuscités en payant depuis l’indépendance les mêmes salaires de misère aux fonctionnaires ivoiriens, et que l’on appelle communément « Margouillats » à Abidjan … un apprenti-sorcier en terrorisme intellectuel, littéraire et journalistique aux mœurs plus basses et plus inquiétantes que celles des lanceuses de foulards de Biétry, un authentique et certifié délinquant et mercenaire avec une plume à la main qui prostitue ses services au plus offrant et écrit effroyablement pour soutenir des thèses que le diable n’accepterait pas dans sa cour, et pour défendre les causes les plus ignobles et les plus dégoûtantes que le diable lui-même refuserait de défendre. Les enfants qu’on appelle « Les microbes » à Abidjan traînassent dans les rues avec une machette à la main pour semer la terreur ; Venance Konan lui traînaille avec une plume-mercenaire mais sème encore plus de terreur.

Je n’ai pas pour habitude de discuter ou répondre aux âmes perdues mais les circonstances particulières et douloureuses de la situation actuelle de la Côte d’Ivoire, m’y obligent. La situation est trop sérieuse et le pays souffre trop pour qu’on laisse Venance Konan continuer à nous servir ses mêmes délires, hallucinations et crises de folie débités sur mesure, à la tête du client et dosés en fonction de l’épaisseur de l’enveloppe perçue.

En sortant de cette crise, nous devons affronter et régler de façon globale, et si possible de façon définitive, tous les problèmes généraux qui ont pendant longtemps empoisonné la vie de nos concitoyens. Nous ne devons pas régler les problèmes au compte-gouttes, et nous ne devons pas aller de crise en crise. Cette crise doit nous enseigner et nous n’avons plus droit à l’erreur. Alors pendant que nous y sommes, le moment est propice et opportun pour résoudre le cas du sieur Venance Konan, véritable stipendié, sacripant et dur à cuire de la pègre et du mercenariat journalistique en Côte d’Ivoire, vendant ses services aux plus infâmes, sombres et lugubres hominidés que l’espèce humaine a le profond regret de compter dans ses rangs.

Le commun des mortels en Côte d’Ivoire doit certainement se rappeler qu’il s’agit ici du même Venance Konan, journaliste anonyme, insignifiant et médiocre de Fratmat, qui avait subitement trouvé une astuce malicieuse pour sortir de son anonymat et s’était particulièrement fait remarquer dans les années 90, pendant la présidence d’Henri Konan Bédié, pour sa farouche hostilité à antagoniser Dieu le père lui-même, contre un certain Alassane Dramane Ouattara « le petit mossi et le bôyôrôdjan », dans la défense religieuse des thèses « ivoiritaires » du Président Bédié.

Venance Konan s’était alors lâché impitoyablement, sauvagement, infatigablement et insatiablement contre Alassane Dramane Ouattara comme un obsédé sexuel sur une vierge dans un internat de filles en l’absence des surveillants. Il défendait le pouvoir, la cause tribale et « l’Ivoirité » de son frère Akan Henri Konan Bédié. Sa plume se mit à travailler comme un Kalash. Et jamais une plume n’avait autant servi comme une arme de guerre.

Venance Konan était devenu « l’Apôtre » de l’Ivoirité d’Henri Konan Bédié … cette même Ivoirité qui enverra plus tard la guerre en Côte d’Ivoire avec cette fois Venance et Bédié dans le camp des prétendues victimes de l’Ivoirité qui nous attaquent. Toujours est-il que, pendant la présidence de Bédié, Venance avait passé ses jours et nuits à insulter dans les journaux Alassane Ouattara « le petit mossi » qu’Houphouët avait appelé exceptionnellement pour faire un travail mais qui en a par la suite eu les yeux gros, a développé un appétit inextinguible pour le pouvoir et a voulu lutter le trône royal avec les ayant-droits de sang.

Venance Konan a passé des années à insulter, injurier et dénigrer de tous les noms et adjectifs peu flatteurs dans le dictionnaire et l’alphabet de la malhonnêteté Alassane Dramane Ouattara, avant de se raviser subitement, changer de camp, et devenir le laudateur et griot attitré du même Ouattara au même moment où Bédié ayant perdu le pouvoir avait rejoint le camp Ouattara. Bédié renversé par coup d’État en 99 était aux abois. Il était aigri, surtout que Gbagbo, le petit Bété, était devenu le nouveau patron. D’abord, Gbagbo est Bété et secundo c’est l’ennemi juré du PDCI. Le seul et celui-là même qui avait osé se déclarer publiquement opposant en Côte d’Ivoire et réclamait la démocratie et le pluralisme politique plutôt que de la fermer, se ranger derrière Houphouët et le PDCI, et « manger » tranquillement comme tout le monde. Alors le petit Bété a finalement pris le pouvoir … contre vents et marées.

Qui l’eut cru. Qui au PDCI avait une seule fois vu dans son pire cauchemar que Gbagbo prendrait un jour le pouvoir et serait assis dans le fauteuil d’Houphouët comme Président de la Côte d’Ivoire? Ce fauteuil qui, dans leur entendement, revient et doit revenir de droit légal exclusivement au PDCI et particulièrement aux descendants et familles alliées des Boigny. Ce Gbagbo que le PDCI avait fini par juger inoffensif et qui amusait la galerie avec ses légendaires marches de contestation sans fin la serviette au cou. Ils ignoraient par contre qu’en combattant Houphouët pendant si longtemps, Gbagbo était allé à la bonne école car il avait appris toutes les ruses du vieux. Gbagbo et le FPI n’étaient pas supposés être les ultimes bénéficiaires du coup d’État de 99, car il n’a pas été fait pour eux. Mais Koudou en fin politicien a vu là une chance rare, il a sorti le grand jeu politique et le pouvoir est tombé dans ses mains … démocratiquement.

Ses adversaires se plaignent depuis de comment il a accédé au pouvoir, non pas parce-qu’il n’y a pas eu d’élections ou qu’il ne les a pas gagnées, mais en réalité parce-que Gbagbo les a surpris par ses manœuvres politiques du reste très habiles et rusées, qui ont créé les conditions de son accession. C’est comme se plaindre à un match de foot que son adversaire dribble trop et exiger que l’arbitre le disqualifie pour ses dribbles excessifs. C’est malsain, on ne peut pas faire une telle requête à un arbitre. Ouattara a fait un coup d’État mais n’a pas eu le courage de l’assumer et prendre le pouvoir.

Il a plutôt laissé les bidasses, caporaux et caporaux-chefs gérer la suite même après avoir réussi le coup. Or les bidasses et les caporaux savent tenir un fusil et semer le désordre, mais les stratégies politiques à adopter ou poursuivre après dépassent leur grade et leur niveau intellectuel. Les jeunes soldats avaient finalement le pouvoir mais ignoraient quoi en faire puisque Ouattara n’avait pas assez de couille pour venir jouer sa partition après celle des soldats. Résultat : les soldats ont donné le pouvoir à un de leurs généraux pour qui ils avaient une estime particulière car il était aussi réputé pour être proche de la troupe.

Feu le général Guéï avait ainsi hérité du pouvoir d’État sur un plateau d’or. Il était peut-être bon militaire, mais face au routier politique Gbagbo, il n’avait aucune chance. Gbagbo a appliqué les ruses d’Houphouët-Boigny, et il est devenu chef suprême, démocratiquement, légalement et constitutionnellement. Attaquer la présidence de Gbagbo Laurent sur sa légalité, constitutionnalité ou son caractère démocratique est pire que de la mauvaise foi, c’est de la folie. Si vous faites un coup d’État et que vous n’êtes pas capable de l’assumer et à la fin votre adversaire se montre plus fin et rusé que vous, il faut l’accepter et ce n’est guère une raison pour vouloir sa mort.

L’accession à la présidence ivoirienne de Gbagbo fut une douche froide, très froide pour eux tous, et la consternation était totale dans le clan des héritiers d’Houphouët-Boigny. Ils se sont alors dit : « mossi est mieux ». Mieux vaut se soumettre à un mossi qu’a un Bété. « Même si le mossi veut brûler le pays, qu’il brûle, on s’en fout. C’est mieux que d’être commandé par un ivoirien Bété ». La haine a pris le dessus or la haine est l’absence de la raison. Ainsi Bédié s’était subitement retrouvé dans le camp Ouattara/Rébellion à Marcoussis, à la grande surprise de tous, et avec lui tous les Venance Konan et consorts. Aussitôt après Venance retourna sa plume et son venin contre Gbagbo Laurent, le FPI et les gens de l’Ouest. Quel personnage ignominieux !

On s’était alors tous demandé qu’est-ce qui n’a pas marché et si Venance Konan avait encore tous les boulons en place. Après avoir traîné Ouattara et le RDR dans les égouts ivoiritaires pendant des années, Venance Konan était devenu leur porte-voix et griot officiel alors même que les rebelles égorgeaient et massacraient des ivoiriens innocents dans les campements, villes et villages. Venance Konan avait perdu son âme et toute mesure de la réalité, de la vérité et du mal infligé gratuitement à autrui. Il aura fallu attendre la fin de la crise pour comprendre que cette âme errante avant la mort faisait tout ce tapage pour un miséreux poste de DG d’un journal dinosaurien et en voie de disparition comme les dinosaures. Aujourd’hui il directeur de ce journal, heureux comme un voleur dans une résidence cinq étoiles dont les propriétaires sont en vacances.

Venance Konan a écrit pendant toute la période de la rébellion armée pour défendre corps et esprit – il n’a plus d’âme – les tueries, juste pour devenir directeur d’un journal antédiluvien. Un journal qui date de l’antiquité « PDCIste », qui n’a jamais pu sortir de l’ombre et la Préhistoire du PDCI ou l’idéologie du parti unique, pour se reconvertir et s’adapter aux temps modernes et aux nouvelles réalités politiques ivoiriennes. Un journal qui écrit encore les ragots et balivernes du parti au pouvoir comme au temps du parti unique et qui pointe régulièrement à sa Une les pires folies de grandeur et illusions d’Alassane Ouattara en les présentant comme vérités bibliques.

Un journal que personne ne lit, dont tout le monde se moque, et qui serait déjà dans le sépulcre sans l’intervention financière ponctuelle, continuelle et perpétuelle de l’État. Les efforts inlassables et infatigables de plume mercenaire de Venance Konan en faveur d’une rébellion sanguinaire qui a commis des atrocités et crimes vils et innommables contre des populations civiles pendant presqu’une décennie auraient été justifiés par un poste minimal de Ministre de l’Information inamovible dans le gouvernement Ouattara au moment du partage du butin de guerre.

Mais faire tout ça pour finir directeur d’un quotidien dans le coma et perpétuellement en réanimation financière ? Ça dépasse l’entendement et toutes mesures de la raison. A la place de Venance, j’aurais même exigé à Ouattara la direction de « Le Patriote » qui est plus vif comme quotidien et parait plus dans le courant du moment même s’il ment naturellement comme un félon, plutôt que le vieux Fratmat qui opère toujours comme au temps du parti unique.

Il y a longtemps que je ne lis plus les démences et névroses de Venance, j’ignore ce dont il parle ces jours-ci — et je ne veux même pas savoir – mais je suis par hasard tombé sur un de ces articles sur un site ivoirien. Cette fois sa plume mercenaire défend les comportements et pratiques les plus odieux, répréhensibles et immoraux des Libanais que les ivoiriens, et les Africains de façon générale, dénoncent presqu’unanimement. Je n’ai JAMAIS rencontré un ivoirien, ou même un Africain, qui a eu un SEUL mot tendre, envers les Libanais de Côte d’Ivoire ou de n’importe où d’autre en Afrique.

Les Libanais ne considèrent même pas les noirs comme des êtres humains – et ça plus d’une fois des Libanais me l’ont avoué en personne. Ils m’ont dit que les filles Arabes qu’on voit avec des ivoiriens, qui ont épousé des ivoiriens ou qui se prostituent à Abidjan sont toutes maghrébines, la plupart marocaines. Et que s’ils surprennent une Libanaise avec un noir, ils vont la tuer ou l’envoyer au Liban pour la faire tuer là-bas pour éviter que d’autres Libanaises suivent son exemple. Oui des Libanais m’ont dit ça en personne, et inutile de vous dire à quel point j’en fus choqué pour des gens qui ont fui la guerre chez eux et qui jouissent de notre hospitalité depuis des décennies, mais qui pensent et parlent ainsi de nous.

Les blancs généralement sont instruits, surtout ceux qui viennent en Afrique en tant que coopérants pour travailler. Donc, même quand il y en a un qui est raciste, il le fait avec subtilité, finesse et classe. Ce sont habituellement les blancs pauvres, désœuvrés, analphabètes ou demi-lettrés qui vivent au grand jour et quotidiennement leur racisme avec amertume, bassesse, absurdité, voire déraison et auto-aliénation. Ils portent le racisme comme un étendard, une raison d’être, ignorant que c’est en réalité un fardeau. Parce-qu’il n’y a rien qu’un blanc pauvre déteste plus qu’un noir qui s’en sort plutôt bien, ou mieux que lui. Un noir qui réussit fait plus de jaloux chez les blancs que chez les noirs – Barack Obama a autant d’ennemis politiques aux États-Unis parmi certains blancs qui le détestent comme la peste et ne ratent aucune occasion de l’humilier ou même s’attaquer à ses enfants mineures parce-qu’un noir, fils d’immigré, a réussi là où les blancs les plus riches, les plus connus et venant des familles Américaines les plus prestigieuses ont échoué.

Comment le nègre qui, quelques siècles en arrière aurait été leur esclave de plantation, a pu réussir là où eux ont échoué lamentablement, et plus d’une fois pour certains, ayant dépensé et dilapidé des dizaines de millions de dollars de leur propre fortune. Donc en fin de compte c’est plus de la jalousie que du racisme. Par contre le racisme est plus flagrant et plus abject chez les Libanais d’Afrique parce-qu’eux sont usuellement des illettrés, sans classe ni finesse aucune. Ils se raclent la gorge et crachent partout, avec un certain dédain et manque total de savoir-vivre, pendant qu’ils vous parlent. Ce sont des brutes, des lourdauds et béotiens qu’une haute société ne voudra pas. Ils n’ont aucune considération pour les noirs.

J’ai fait une partie de mon école primaire dans un établissement à Abidjan où il y avait des petits Libanais et quelques petits blancs. Je me rappelle qu’il y avait une fille Libanaise dans ma classe qui m’appréciait. Tant que les autres petits Libanais n’étaient pas à côté et ne pouvaient pas voir ce qu’elle faisait, elle voulait toujours m’approcher et papoter avec moi. Mais dès qu’il y avait un autre Libanais dans les environs qui pouvait la voir, elle se comportait comme si elle ne me connaissait pas. J’avais fini par en avoir marre et la rabrouer un jour, puis je ne lui parlais plus et je l’évitais.

Chaque fois que j’étais seul dans un couloir de l’école, elle m’approchait et essayait de me parler mais je l’envoyais systématiquement balader en lui disant que je ne voulais plus jouer avec elle ou être son ami. Je n’acceptais plus les sandwichs qu’elle m’offrait en cachette, que pourtant j’aimais bien et partageais avec mes copains qui m’en demandaient toujours. Foudroyée par ma nouvelle attitude envers elle, elle a fini un jour par m’expliquer qu’elle ne me rejetait pas devant les autres enfants Libanais pour me vexer, au contraire elle m’aimait bien, mais leurs parents leur interdisaient formellement de jouer ou s’associer avec des petits noirs, surtout les filles. Les noirs sont uniquement leurs serviteurs. Les noirs travaillent pour eux, et la relation s’arrête là.

Des années après dans ma jeunesse, j’ai eu des amis Libanais. Ces gens ne considèrent pas du tout les noirs comme des êtres humains. Et je me demande d’où Venance Konan tire cette audace pour vouloir les défendre. Même quand on a perçu de l’argent, il faut beaucoup de courage pour défendre les Libanais d’Afrique. Je ne suis pas raciste, je ne l’ai jamais été et franchement ça ne m’intéresse même pas car j’ai beaucoup mieux à faire avec mon temps et mes émotions. En Côte d’Ivoire je trouvais le comportement des Libanais envers les Ivoiriens inadmissible et inacceptable.

Mais je ne savais toujours pas c’est quoi réellement le racisme jusqu’à ce que je quitte l’Afrique pour l’Occident. Et depuis, pendant mes vacances au pays, à deux ou trois reprises, j’ai été à un doigt de tabasser des Libanais parce-que je ne peux plus accepter ou concevoir aujourd’hui leur façon de traiter les noirs. À Abidjan un Libanais est premier à vous tenir des propos irrespectueux, sales et désobligeants, et premier ensuite à menacer de vous faire enfermer au commissariat comme si la police ivoirienne était au service exclusif de la communauté Libanaise.

Ils sont gonflés, vaniteux, inamicaux, méprisants, discourtois, présomptueux, arrogants, suffisants, antisociaux, racistes, inutilement hostiles et de surcroît … très malhonnêtes. Cette fois avec son apologie des Libanais de Côte d’Ivoire, le mercenaire de la plume Venance Konan est allé plus bas que dans les égouts. Car on peut trouver mieux à défendre en Côte d’Ivoire parmi les communautés étrangères que la communauté Libanaise. Mais Venance n’osera jamais écrire pour louer l’esprit fraternel, communautaire et sociable des nombreuses communautés étrangères en Côte d’Ivoire qui le méritent véritablement parce-qu’il n’a rien perçu d’elles. Elles ne lui ont pas mouillé la barbe. C’est un journaliste de la panse, un véritable mercenaire qui aboie comme un chien fou avec une plume pour chanter les louanges du plus offrant. Même si le plus offrant vit de la traite négrière ou du commerce triangulaire des temps modernes.

Pour des gens qui vivent en Afrique depuis des décennies, les entendre parler des noirs est choquant, voire révoltant. Il y a certainement autres choses à reprocher aux occidentaux d’Afrique, mais vous ne trouverez pas ce genre de comportement chez les français et autres Européens qui ont fait l’Afrique. Vous n’entendrez pas des Européens qui ont vécu longtemps en Afrique parler des noirs comme des bêtes sauvages, comme les Libanais le font. Au contraire, ce sont les blancs qui ont vécu en Afrique qui défendent les noirs quand ils retournent chez eux et se retrouvent face aux autres blancs racistes dans leur pays. Et d’ailleurs beaucoup d’Européens repartent avec une épouse Africaine car ils sont souvent bien intégrés et ils ont adopté la culture Africaine. À l’opposé, quand une noire tombe enceinte d’un Libanais en Afrique, il lui offre de l’argent pour aller se faire avorter ou attribuer la grossesse à quelqu’un d’autre.

Ils ne veulent généralement même pas d’une femme noire ou un enfant métis dans leur famille. Ils sont incroyablement abrutis, attardés, ils n’ont aucune envie de s’ouvrir au monde ou moderniser leurs mœurs et je me suis souvent demandé qu’est-ce qu’ils foutent en Afrique chez les autres pour des gens aussi arriérés et fermés. Les mulâtres Ivoiro-Libanais qui n’ont jamais été reconnus par leur père venu du Liban pullulent dans les rues d’Abidjan et on en voit pas mal qui vivent dans la misère avec leur pauvre mère ivoirienne.

Tenez-vous bien, la famille de l’épouse Libanaise de la superstar hollywoodienne George Clooney était opposée à son mariage avec un homme qui n’est pas de sa culture – elle appartient à une petite ethnie minoritaire au Liban – et qui n’est pas Libanais, alors que des millions de femmes à travers le monde fantasmaient sur cet élégant et talentueux acteur très apprécié du public. Alors question : Si une famille Libanaise pense cela de George Clooney, un blanc qui a tous les atouts pour plaire, séduire et attirer, que pensent les amis Libanais de Venance Konan des Africains ordinaires, pauvres ou en situation précaire chez qui ils viennent faire leur commerce en Afrique pour s’enrichir ? Question FRAR.

En discutant avec les Africains des autres pays où il y a les Libanais, le récit est pareil partout, triste et désolant. Certains sont même fiers de m’apprendre qu’ils ont chassé les Libanais de leur pays. Et ce sont les locaux qui tiennent tout le commerce en main. J’ai connu un ivoirien dans les années 80 qui a travaillé pour des Libanais pendant une période de vaches maigres dans sa vie. Il m’a confié qu’il n’avait pas le droit de prendre ses repas dans les vaisselles de la maison. Et il n’avait pas le droit non plus d’utiliser les verres de ses employeurs pour boire de l’eau.

On ne lui donnait que les restes des aliments, et il n’était autorisé qu’à manger dans les assiettes de leurs animaux domestiques. Il a conté que c’en était ainsi avec tous les autres ivoiriens ou africains qui travaillaient pour des Libanais dans son entourage. Pour se venger, chaque fois que son patron à la boutique lui demandait d’aller à la maison pour lui rapporter un verre d’eau ou de jus, en route de la maison pour retourner au magasin, il crachait dans le verre et mixait avec l’eau ou le jus. Je mets le sieur Venance Konan au défi de tendre un micro public aux gens ordinaires dans la rue en Côte d’Ivoire, ou n’importe où d’autre en Afrique, et trouver dix personnes qui parleront en bien des Libanais.

Parlant de la contribution imaginaire des Libanais à l’économie ivoirienne, je me demande sérieusement quelle poudre ou herbe Venance Konan ajoute à sa pipe pour fumer : Est-ce de la cocaïne, de l’héroïne, du crack ou du chanvre indien ? Parce-qu’apparemment et vraisemblablement, ce monsieur devait avoir perdu quelques boulons dans la tête au moment où il écrivait son apologie déplacée et mal inspirée des Libanais de Côte d’Ivoire. Il devait avoir perdu tout sens de la réalité. Au-delà de leur racisme flagrant, très poussé, révoltant et insupportable, au-delà de leur haine aveugle, injustifiée, sans pareil et sans égal des noirs, les Libanais, ce sont des gens que vous ne voulez pas dans votre économie. Les Libanais ne bâtissent pas et ne construisent pas une économie ; ils la démolissent. Ce n’est accidentellement, pas intentionnellement que, leur présence souvent encombrante, profite à l’État et aux populations.

D’abord ils sont pour la plupart des analphabètes et des broussards. Ils ne comprennent rien aux concepts d’État, nation, économie, impôts, droits de l’homme, législation du travail, droit des employés, relation juridique employeur-employé, etc. En plus ce sont de véritables bandits et ils opèrent presque comme la mafia. Les pays Africains n’ont pas des polices assez équipées ou sophistiquées pour démanteler leurs réseaux et les mettre à l’ordre et à la loi. Ils viennent en Afrique pour un but et un seul : gagner de l’argent.

Et ils le feront par tous les moyens, légaux, illégaux et même les moyens les plus moralement répréhensibles. Il n’y a pas plus malhonnête qu’un Libanais et ils sont souvent impliqués dans toutes sortes de trafics illicites et illégaux, ou en sont carrément la source. Le magasin n’est dans bien des cas qu’une couverture : ils trafiquent les drogues, les faux billets, les marchandises, la contrebande en tout genre, la contrefaçon en tout genre, etc. Ils feront tout ce qui peut leur faire gagner de l’argent, habituellement par des voies illégales – ils n’aiment pas la voie normale car ils n’ont aucune intention de payer les droits de l’État.

La nature a horreur du vide et il n’y a rien que les Libanais font ou entreprennent en Côte d’Ivoire que les ivoiriens eux-mêmes n’auraient pas pu avec l’aide et l’assistance de l’État depuis l’indépendance en 1960. La présence Libanaise et leur position spéciale de privilège en Côte d’Ivoire est une autre bêtise et une autre bombe à retardement d’Houphouët-Boigny qui va nous sauter tous au visage tôt ou tard. Houphouët est mort mais il nous a laissé beaucoup de problèmes. Aujourd’hui les Libanais ne se content plus seulement de faire du business, voler l’État, exploiter les populations et piller les ressources à commencer par le café et le cacao qu’ils dominent et achètent bien souvent à prix d’usure à nos paysans, ils prennent maintenant une part très active dans la vie politique du pays et s’octroient des droits. Feu l’ex-chef rebelle IB avait confessé avant d’être assassiné par son chef Ouattara qu’un Libanais d’Abidjan avait donné soixante millions de francs CFA pour aider et financer les rebelles pendant qu’ils étaient à Ouagadougou s’apprêtant à ouvrir le feu et les portes du séjour des morts sur la Côte d’Ivoire.

Les Libanais ont participé au financement de la rébellion qui a secoué et endeuillé la Côte d’Ivoire pendant dix ans avec à la clé des milliers d’innocents morts. Aujourd’hui chaque parti politique ivoirien a ses Libanais ou le Libanais lui-même suit les vents, change de camp et traîne sa carapace chez le nouveau parti au pouvoir. Ils étaient avec Gbagbo, et le 11 Avril 2011, à peine une heure après la chute de Gbagbo Laurent ils se sont tous déportés au Golf Hôtel pour renier le président fraîchement renversé par coup d’État et présenter « leur lettre de créance » puis faire allégeance à Alassane Ouattara, le vainqueur de la partie et nouvel homme fort du pays grâce à l’intervention militaire franco-onusienne.

Nous ne voulons plus de ça en Côte d’Ivoire, et on ne peut pas se permettre de réagir aux crises continuellement comme des gens irresponsables. Il faut anticiper et prévenir. Gouverner, c’est anticiper. Les Libanais s’impliquent de plus en plus très fortement et profondément dans la vie politique ivoirienne, au point de financer des rébellions. C’est inadmissible et inacceptable. À cette allure, c’est juste une question de temps avant qu’on ne soit confronté à une candidature Ivoiro-libanaise à la présidence de la république et qu’on se retrouve dans une crise bis du genre Alassane Ouattara.

Mais comment les Libanais sont-ils devenus si riches en Côte d’Ivoire et à travers l’Afrique, surtout francophone – comme d’habitude … toujours l’Afrique francophone. Houphouët et les autres leaders Africains de l’indépendance leur accordaient les privilèges qu’on refusait aux noirs, aux Africains. La licence import-export par exemple était délivrée presqu’exclusivement aux Libanais et autres étrangers. On refusait presque tout aux ivoiriens qu’on encourageait à poursuivre des entreprises aussi bidon que futiles comme les maquis, les bars, les discothèques, dépôts de boissons et autres pendant que les Libanais contrôlaient tous les grands business dans le pays.

Ce n’est donc pas une coïncidence ou un hasard si les ivoiriens sont restés engrangés dans les business éphémères, et quelquefois précaires, cités supra depuis l’indépendance. Les Libanais pendant ce temps et pendant des décennies ont contrôlé presqu’exclusivement l’importation, la distribution et la commercialisation des produits de consommation qui rentraient en Côte d’Ivoire. Et ils ont amassé des fortunes colossales. En prenant exemple sur nos sœurs et mamans Gouro du marché d’Adjamé et en voyant comment elles sont si bien organisées et se débrouillent à merveille, dites-moi dans quel domaine légitime d’affaires elles n’auraient pas pu remplacer les amis Libanais de Venance Konan si l’État leur en donnait la chance.

Les amis de Venance ont amassé des fortunes considérables en Côte d’Ivoire, et ils en ont payé très, très, très peu en impôts et droits à l’État. Le reste a été rapatrié au Liban et ailleurs en dehors de chez nous. Ils ramenaient l’argent chez eux, non pas par transfert bancaire, mais dans des cercueils faisant croire à des rapatriements de corps de compatriotes décédés à l’étranger afin d’échapper au fisc et à tout contrôle des devises par l’État. Et pendant longtemps la ruse a marché jusqu’au jour où de braves policiers ivoiriens en service à l’aéroport d’Abidjan ont insisté pour voir le corps du défunt dans le cercueil, étant donné la fréquence devenue assez régulière des décès et transferts de corps dans la communauté Libanaise.

Le cercueil ouvert de force par les policiers ivoiriens devant les tentatives d’intimidation des Libanais qui feignaient de pleurer leur parent mort, et menaçaient de saisir les ministres ivoiriens des Affaires Étrangères et de l’Intérieur aux fins de se plaindre et créer l’incident diplomatique pour non-respect de leur défunt par les agents, c’est avec stupéfaction totale qu’on a découvert des paquets d’argent soigneusement emballés à la place d’un cadavre. Ils gagnaient tout cet argent mais ne payaient pas d’impôts – ils n’y croient pas.

Si un Libanais doit dix millions de francs CFA d’impôts, il va préférer soudoyer l’agent des impôts même à hauteur de neuf millions et faire l’économie d’un million si possible plutôt que de payer sa facture. Voilà les réalités économiques du terrain au sujet des Libanais que l’escroc de Venance Konan essaie de présenter comme des enfants de chœur. En Côte d’Ivoire les jeunes rêvent et luttent pour entrer au service des impôts après leurs études. À cause des Libanais, presque tous les agents des impôts sont sauvagement riches, plus riches que des ministres.

Une seule raison pousse les noirs en Afrique à travailler pour un Libanais : la misère et le manque d’emplois. Beaucoup de jeunes néanmoins préfèrent le chômage et trimer dans leur quartier plutôt que d’aller subir le racisme, l’insolence et l’arrogance d’un Libanais, en plus pour un salaire de merde. En plus d’être de merde, le salaire n’est même pas payé régulièrement : un Libanais paie ses employés quand il en a envie, et il fait des ponctions sur les salaires de misère de ces pauvres travailleurs qui n’ont presqu’aucun recours, pour toute faute, grave ou insignifiante. Vous cassez un verre, il coupe dans votre salaire.

Vous tordez une cuillère, vous la remboursez dans votre salaire. Les Libanais ne respectent pas les lois, ils ne respectent pas la législation du travail, ils ne respectent pas le smic et ils paient fréquemment des salaires à peine suffisants pour l’employé pour couvrir ses frais de transport pour venir au travail pour le mois. En plus ils abusent régulièrement de leurs employés, violent leurs droits et j’ai entendu des témoignages sur des Libanais qui crachent sur leurs employés noirs. Faites une recherche Google rapide sur Internet et lisez les témoignages encore plus choquants des Ivoiriennes et autres Africaines qui ont commis l’imprudence de suivre leur patron Libanais au Liban. Ça va davantage vous révolter. Pire, tous ces emplois qu’ils offrent ne sont dans la majorité des cas rien d’autre que de l’esclavage moderne.

Et au fur et à mesure que l’Afrique va se développer, que les pays africains vont se débarrasser progressivement de leurs dictateurs et présidents à vie, et qu’une vraie société civile forte et autonome commencera se mettre en place et à avoir de l’influence dans la vie des nations africaines, les Libanais n’auront plus leur place en Afrique. Les populations n’en voudront plus, du moins en l’état actuel des choses. Ils seront obligés de changer, sinon ils seront subtilement poussés dehors. Il y a de plus en plus d’africains qui vont étudier à l’étranger et après retournent chez eux.

Et c’est eux les leaders de demain. Ils ont vu comment les choses se passent ailleurs et comment on développe une nation. Ils n’accepteront pas les écarts de conduite, les fraudes et magouilles à grande échelle, les bêtises et manquements graves des Libanais que les gouvernements africains actuels acceptent. Ça c’est clair. Si les Libanais ne sont plus là, les ivoiriens eux-mêmes les remplaceront dans tous leurs domaines d’activités comme c’est le cas dans d’autres pays africains où il n’y a pas ou plus de Libanais, et les nationaux tiennent tout en main.

Enfin de compte, on tire quoi de bon ou d’indispensable de la présence Libanaise ? Très peu sinon rien. Et ce moment viendra dans tous les cas où les ivoiriens seront fatigués de tenir des bars et maquis pendant que les Libanais tiennent toutes les grosses industries juteuses avec la complicité active de leur gouvernement. Sinon, peut-être même que ce moment est déjà arrivé et après Ouattara, les ivoiriens n’en veulent plus d’un gouvernement au service des communautés et puissances étrangères.

Je veux dire à l’escroc de Venance que si on avait en Afrique des gouvernements véritablement au service des populations comme ailleurs, et si en Côte d’Ivoire particulièrement on avait accordé les mêmes avantages et privilèges aux ivoiriens qu’on a accordés aux Libanais … y compris l’accès facile au crédit bancaire pour monter des entreprises, des PME et PMI … personne, absolument personne n’irait travailler pour ses amis. La vraie tragédie des noirs, c’est qu’ils sont malmenés, maltraités et discriminés non seulement quand ils vont vivre, étudier ou travailler en dehors de l’Afrique, mais ils subissent la même discrimination et les mêmes mauvais traitements chez eux.

C’est d’ailleurs parce-qu’ils sont malmenés chez eux-mêmes que les autres aussi ont le courage de les malmener à l’étranger. Si vous appelez votre fils « Chimpanzé », vos voisins aussi l’appelleront « Chimpanzé ». Si vous l’appelez « bébé », tout le monde l’appellera « bébé ». On ne traitera pas votre progéniture mieux que vous ne la traitiez vous-même ; le monde suivra votre exemple. Et tant qu’il y aura des pendus moraux et plumes kamikazes comme Venance Konan pour défendre des choses et causes indéfendables … pire encore faire leur apologie … les noirs seront toujours derrière. Ils seront toujours des citoyens de seconde classe et ils seront traînés dans la boue par des incultes et moins instruits qu’eux alors qu’ils méritent mieux dans ce 21eme siècle des révolutions technologiques incroyables qui offrent tant de chances et opportunités à tous. Mais comment profiter si on est toujours vu comme des sous-humains à cause des plumes sorcières comme Venance ?

Les leaders africains maltraitent souvent leurs propres citoyens et traitent mieux certains étrangers parce-qu’il n’y a qu’une chose et une seule qui compte pour eux une fois qu’ils sont au pouvoir : comment y rester. Alors on tisse toutes sortes de liens occultes et mafieux. On pactise avec le diable si nécessaire. La France a joué un rôle déterminant dans la présence et la position de privilège des Libanais en Côte d’Ivoire. Et l’armée française étant le garant du pouvoir d’Houphouët, il n’a fait qu’obtempérer face aux injonctions de la France et les réseaux mafieux franco-libanais. Ce qui est le plus triste et dramatique dans cette affaire, c’est qu’aucun noir ne peut même rêver de faire au Liban ce qu’un Libanais fait en Afrique – il sera immolé comme un ovin et son corps servi à manger aux chiens.

On a beau accusé les occidentaux de racisme, on jouit de plus de libertés chez eux – des libertés qui seraient impensables voire même inconcevables chez d’autres tels les Libanais. S’il y avait des ivoiriens qui accordaient encore un peu de crédit et d’importance à Venance Konan, je crois qu’avec son article glorifiant les Libanais, tous ont compris que c’est un homme troublé, perdu, qui vadrouille et erre dans le désert à la recherche de son âme. Je lui conseillerais d’aller voir du côté du Liban. Peut-être que là-bas il se retrouvera et les choses redeviendront claires dans son esprit.

Venance Konan souffre de troubles psychiques graves. Il paie pour ses péchés car personne ne peut écrire pendant dix ans pour soutenir des rebelles sanguinaires, avaliser et justifier des crimes odieux de sang contre des innocents, seulement pour avoir pour toute récompense à la fin la direction d’un journal antique, mourant et agonisant. Venance Konan en souffre et écrit maintenant n’importe quoi. Il risque bientôt de nous sortir un autre papier pour apporter son soutien à Ébola et Boko Haram.

Maitre Namory Fatogoma Dosso
Email : Maitre.Dosso.MD@gmail.com

Afrik53.com : Infos 7J/7
Mercredi 3 Décembre 2014
Vu (s) 775 fois



1.Posté par fb le 04/12/2014 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Premières lignes du texte très injurieuses et pleines de haine.

Donc, texte évidemment sans intérêt. Même si personnellement, je n'apprécie pas beaucoup M. Konan...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 07:28 Côte d'Ivoire : Ils nous ont dit...

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !