Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Libérez Gbagbo ! La nouvelle Vidéo de Komandant Simi OL à relayer d'urgence

le Jeudi 24 Mai 2012 à 20:25 | Lu 1438 fois



La crise ivoirienne qui s’est soldée par l’intervention de l’armée française et le kidnapping du président Laurent Gbagbo, est un point fort de la guerre de civilisation à laquelle nous assistons. C’est une guerre qui date de depuis l’Antiquité et qui est remise au goût du jour sous une forme de guerre totale, menée sur le plan économique politique, médiatique, militaire, mais aussi sur le plan psychologique, culturel et spirituel, impliquant le viol de notre imaginaire. Et dans cette guerre de civilisation, cette guerre totale, l’Afrique est la proie la plus facile.

Et là, j’applaudis avec un zeste d'amertume les occidentaux, ceux-là qui se revendiquent d’une certaine communauté internationale, parce qu’ils ont fait fort dans leur génie machiavélique. Ils ont réussi une telle corruption spirituelle collective des Africains au point de les mettre les uns contre les autres, afin de faciliter leur conquête. Il est vraiment déplorable de réaliser que des gens peuvent avoir du zèle meurtrier contre leurs semblables, par le seul fait de savoir qu’ils sont soutenus par des occidentaux. Alors que par référence à notre culture de sagesse ancestrale et millénaire, on aurait pu s’assoir et discuter. On aurait pu s'assoir et recompter les voix comme l'a si bien proposé le président Laurent Gbagbo.

Il va falloir expliquer à nos enfants, pourquoi le modèle démocratique ivoirien, entièrement calquer de celui de la France devrait-il exceptionnellement se soumettre aux décisions d’une certaine Commission Electorale Indépendante soutenue par des puissances étrangères, alors que toutes les démocraties du monde valident le résultat final des élections présidentielles sur les bases du conseil constitutionnel.

On est ici dans une telle contradiction, une espèce de dichotomie démocratique, un désordre insoutenable. Et ce désordre se résume par ce que nous nous accordons tous à appeler le plus long coup d’Etat de l’histoire, déclenché depuis l’accession de Laurent Gbagbo au pouvoir en 2000.

Le nombre de prisonniers politiques de morts et de réfugiés comptés par milliers dans cette crise, traduisant le drame d’un peuple considérablement formé aux idéaux souverainistes du président déchu, emprisonné et en attente des instances de la cour pénale internationale, fait de la question de la réconciliation une problématique assez lourde, voire impossible de résolution dans de conditions défavorables. Par conséquent, cette impasse perceptible dans le processus de réconciliation, fait de la question de la justice, le point névralgique de la situation actuelle de la crise.

Une crise qui, submergée par la désinformation, se refuse toujours de dire son nom, afin de dissimuler les besoins de crimes inassouvis et permanents du régime en place, face à son grand défi de spoliation néo-coloniale. En somme il n'est pas délirant de dire que la condamnation du président Gbagbo est un bon moyen de tuer l'espoir d'un retour à la paix, dans ce pays bien meurtri par les atrocités politiques, régies par le colonialisme français imbriqué dans un nouvel ordre international ultra vampiriste.

Faute de lieu de crime sur son peuple, après d’épuisantes années de résistance à ce qui ressemble plutôt à un complot international acharné contre sa politique progressiste, l’ex-président de la République de Côte d’Ivoire attend d’être entendu en justice comme le parfait bouc émissaire, pour des crimes commis par ses impitoyables adversaires politiques. Ayant bien entendu miraculeusement échappé à la mort, suite à des attaques militaires de la France « sarkoziste », en appui à des rebelles « ouattaraistes » désorganisés… Résumé d’une situation de crise qui donne froid au dos, au vu du nouveau virage que prend le sens de la justice dans le monde.

L'Afrique ne peut plus se permettre de livrer ou abandonner ses dignes fils, à l'abattoir des ardeurs néocolonialistes inter-générationnels et multiformes, au péril de son processus de Renaissance. L'africain nouveau doit maintenant accomplir son élévation spirituelle en se livrant à la tâche impérieuse de la mise en fondation des premières pierres de l'édifice de sa souveraineté, guidé par son sens le plus absolu de la solidarité.

Tous à la Haye le 18 juin 2012 pour la libération de Kodou Laurent Gbagbo !

Et que vive enfin la Côte d'Ivoire ! Et que vive enfin l'Afrique !

Komandant Simi OL

Etat Major de la Balistique Sonore.

Jeudi 24 Mai 2012
Vu (s) 1438 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !